Écrire à l’ombre des cathédrales

Écrire à l’ombre des cathédrales

Pratiques de l’écrit en milieu cathédral (espace anglo-normand et France de l’Ouest – XIe-XIIIe siècle)

Colloque international Cerisy-la-Salle (Manche), 8-12 juin 2016

Responsables : Grégory Combalbert et Chantal Senséby

Ces trente dernières années, les pratiques de l’écrit ont été au cœur des préoccupations des chercheurs. De multiples rencontres scientifiques et de nombreuses publications leur ont été consacrées. L’écrit, particulièrement les actes de la pratique, leur processus de production et de transcription, ont bénéficié d’approches variées, souvent novatrices, toujours stimulantes. Il s’agissait tantôt de mieux cerner un « objet diplomatique » (cartulaire, pancarte, actes pontificaux…), tantôt de déterminer la pluralité de ses fonctions (« actes comme expression du pouvoir », comme instrument d’une construction mémorielle…) ; il s’agissait aussi de comprendre les processus d’élaboration des écrits, le recours à des formulaires, la mise en œuvre de procédés tels que le remploi, l’emprunt… Le propos était encore de saisir la constitution et le fonctionnement des lieux où s’élaborent ces productions (scriptoria d’église cathédrale, de chapitre régulier ou d’abbaye, chancelleries princières ou pontificales), d’observer les professionnels de l’écrit au travail (scribes, notaires…). À côté de l’écrit monastique, qui a fait ces dernières années l’objet de travaux importants et fera très prochainement celui de plusieurs colloques, des études ont été dédiées à l’écrit cathédral, surtout épiscopal, particulièrement dans le Nord de la France actuelle (Arras, Thérouanne, Cambrai). Plusieurs recueils d’actes épiscopaux, plus rarement canoniaux, ont été publiés ou sont sur le point de l’être, tant pour les espaces orientaux (Metz) que septentrionaux (Laon, Arras, Reims, Noyon-Tournai) et occidentaux (Bretagne).

Les actes produits au nom des évêques ou des dignitaires cathédraux de l’ouest de la France, même si quelques travaux récents leur ont déjà été consacrés, n’ont pas bénéficié de la même attention. La publication (papier et numérique) de la collection des corpus d’actes épiscopaux normands du Moyen Âge central est en préparation, ce qui ouvre de nouvelles perspectives. En Angleterre, l’immense entreprise d’édition menée dans la collection des English Episcopal Acta depuis les années 1980 a permis la publication de plus de quarante volumes. Les travaux de recherche sur l’écrit cathédral à partir de cette collection d’actes demeurent toutefois encore limités.

Nourri des acquis de ces investigations plurielles, le présent colloque se propose d’analyser les pratiques de l’écrit en milieu cathédral d’une manière globale, en multipliant les angles d’approches et en considérant tous les types de documents qui peuvent être produits ou conservés dans ce milieu. On envisagera dans un même mouvement les écrits des archevêques, des évêques, mais aussi ceux des dignitaires des chapitres, des chanoines et des officialités, encore largement négligés et pourtant en grande partie produits dans les mêmes conditions et parfois par les mêmes hommes que les actes épiscopaux.

L’espace retenu, le « monde » anglo-normand et la France de l’Ouest, comprend, outre les territoires anglais et normands, la Bretagne, le Maine, l’Anjou et ses territoires tourangeaux, le Poitou et l’Aquitaine, qui ont en commun d’être réunis sous la domination des Plantagenêt dans la deuxième moitié du XIIe siècle. La réflexion pourra s’étendre aux marges de cet espace, en particulier le Chartrain, l’Orléanais, l’Amiénois, l’Île-de-France et ses bordures orientales.

Plusieurs pistes de réflexion peuvent être suggérées.

1. Écrire, rédiger, mettre en forme(s) : les actes produits en milieu cathédral
Le recours à des corpus ciblés et clairement circonscrits, constitués d’actes archiépiscopaux ou épiscopaux ou encore issus de la diplomatique capitulaire (chapitres, doyens, archidiacres, autres dignitaires) devrait permettre de mettre en évidence la spécificité de ces différentes productions (pour autant qu’elle existe) et devrait autoriser d’utiles comparaisons entre diocèses et types de producteurs.

L’enquête pourra porter sur le processus d’élaboration des actes afin de mesurer le poids des modèles prestigieux (royal ou pontifical), des actes des prédécesseurs ou des prélats voisins, des recueils de formules et des Artes dictaminis dont l’existence est connue sur les marges orientales de la France de l’Ouest dès le XIIe siècle. Les thématiques bien connues désormais du remploi, de l’emprunt volontaire ou inconscient et de la récriture pourront être exploitées. Elles conduiront à s’interroger sur le rôle des bénéficiaires dans le processus de rédaction des actes écrits en milieu cathédral : ces bénéficiaires fournissent-ils des dossiers de documents ? Choisissent-ils parfois certaines formulations ou certaines formes d’actes comme les chirographes ? Les actes produits en milieu cathédral s’adaptent-ils à leur destinataire ? Ceux à destination des ordres nouveaux se distinguent-ils de ceux destinés aux bénédictins ? Observe-t-on des variations sur un modèle dominant, des inflexions notables au cours de la période considérée ? La « langue des actes » épiscopaux évolue-t-elle entre le XIe et le XIIIe siècle ?

Le problème de la circulation des modèles d’actes proposés par les prélats, archevêques et évêques, pourra être examiné. Quelle est l’influence de la production archiépiscopale sur celle des évêques suffragants ? Quel est son impact sur celle des établissements monastiques ou canoniaux d’une part et sur celle du chapitre cathédral ? Les chanoines séculiers élaborent-ils une diplomatique propre dans un souci de démarcation et d’affirmation à l’égard de leur évêque ? Par ailleurs, la circulation des prélats d’un diocèse à l’autre, d’une province ecclésiastique vers une autre, la promotion de chanoines sur des sièges épiscopaux favorise-t-elle la diffusion de certaines formules, plus généralement de pratiques documentaires ? Des figures d’évêques et de chanoines pourraient être proposées, leur parcours personnel et professionnel permettant d’éclairer la propagation de formes diplomatiques, parfois retravaillées et adaptées. La question de leur formation et de leur culture peut être abordée : que disent les actes de la pratique de la culture, tout particulièrement diplomatique, de leurs auteurs et rédacteurs ? Leurs centres d’intérêts affleurent-ils dans leur production diplomatique ? Leurs activités de lettrés les incitent-elles davantage à s’impliquer dans la gestion de leur chancellerie, dans la définition des caractères internes et externes des actes qui y sont produits ? Quel rôle jouent-ils dans la constitution et l’enrichissement des bibliothèques cathédrales ? Soutiennent-ils la production de manuscrits, et si tel est le cas, quels ouvrages ont leur faveur ?

Ces questions amènent à s’interroger sur la diversité des actes établis par les chancelleries d’évêques ou de chapitres et par les officialités, et à conduire des comparaisons entre les différents espaces considérés (Angleterre, Normandie, Bretagne, etc.) : y a-t-il des pratiques ou des types d’actes propres à certains espaces ? Elles invitent à mettre en lumière d’éventuelles ruptures typologiques et stylistiques, à évaluer l’influence des réformes religieuses sur les écrits établis par ces différents services d’écriture.

D’autres pistes peuvent être arpentées. Que disent les chartes du pouvoir archiépiscopal, épiscopal, décanal, archidiaconal et capitulaire ? Que révèlent-elles de la manière dont leur auteur conçoit sa fonction ? Soutiennent-elles l’action pastorale des prélats ? Sont-elles pour eux des instruments utiles à l’affirmation de leur pouvoir, en fonction des moments où elles sont données ? Que montre la diplomatique capitulaire des relations entre évêque et chapitre et du développement des chapitres cathédraux comme institutions ? Que disent les sceaux des évêques, doyens, chapitre et dignitaires cathédraux ?

De la même manière, les actes des officialités pourront être l’objet d’enquêtes : que nous apprennent leur existence, leurs modalités d’élaboration, leur composition sur le pouvoir épiscopal et sur les rapports de pouvoirs au sein des institutions diocésaines ?

La question de l’existence d’une diplomatique « cathédrale » propre à la France de l’Ouest et d’une culture diplomatique partagée devra être posée.

2. Écrire, rédiger, mettre en forme(s) : les services d’écriture à l’ombre des cathédrales
Les chancelleries épiscopales jouent un rôle majeur dans l’affirmation du pouvoir des prélats, placés à la tête d’une cité. Difficiles à cerner, elles ne sont connues souvent que grâce à quelques noms de scribes apparaissant de façon récurrente ou ponctuelle au bas des actes établis au nom des archevêques ou des évêques. Pour autant, leur composition, leur fonctionnement et leurs évolutions affleurent dans les actes eux-mêmes, qu’ils aient été réellement élaborés par une chancellerie épiscopale ou seulement validés par elle.

Il conviendra d’apprécier l’existence et la consistance des chancelleries, de repérer une éventuelle hiérarchie interne en leur sein, d’approcher au plus près les scribes qui y officient, de définir si des scribes aux compétences affirmées passent d’une chancellerie à une autre, si ce sont les mêmes individus qui dressent les actes pour les évêques et les chapitres ou si les chanoines ont leurs propres services d’écriture. D’autres questions majeures pourront être traitées : les chancelleries épiscopales instrumentent-elles pour d’autres institutions ou pour des laïcs ? Dans quelles circonstances et pour quels motifs sont-elles alors sollicitées ? La question du rayonnement diplomatique de ces bureaux d’écriture pourra dès lors être posée. En outre, dans certains diocèses, le XIIe siècle est contemporain de la revendication par les prélats du monopole de l’établissement des actes émanant de l’église cathédrale. Peut-on dater le phénomène dans la France de l’Ouest et, conséquemment, définir à quelle date la rédaction par les bénéficiaires disparaît ? L’existence d’une chancellerie épiscopale bien structurée se traduit-elle par l’émergence d’une production qui ne varie pas d’un prélat à un autre ? Peut-on évaluer l’implication personnelle d’un évêque dans le fonctionnement de sa chancellerie et dans l’élaboration des actes qui y sont donnés ou validés ? Des études sur les scribes eux-mêmes, leur origine, leur formation, les instruments auxquels ils ont recours (glossaires et autres outils serrés dans les bibliothèques) et les divers aspects de leur activité, sont souhaitées.

3. Faire écrire 
La question du recours à l’acte épiscopal, capitulaire ou d’officialité pourra être abordée et, avec elle, celle del’autorité de ces actes et de leur auteur. Qui sont ceux qui ont recours à l’acte épiscopal, à l’acte décanal ou capitulaire et, plus tardivement, aux actes donnés sous le sceau de la cour épiscopale ? Est-il possible de distinguer des circonstances, des matières ou des objectifs dans lesquels le recours à l’acte épiscopal, capitulaire ou d’officialité est favorisé, perçu comme nécessaire ou prioritaire ?

Lorsque la juridiction gracieuse s’impose, que sait-on par ailleurs de l’intégration des institutions cathédrales, en particulier des officialités, au marché de l’écrit qui se développe alors ? Peut-on approcher les modalités et la chronologie de la concurrence entre les officialités et les autres institutions, séculières et ecclésiastiques, qui produisent des actes écrits pour des tiers ? Combien coûte à celui qui la sollicite la production d’un acte d’officialité ou l’apposition du sceau de l’évêque ou de la cour épiscopale ?

Les évêques et les chanoines sollicitent aussi des écrits. Quels types d’acte demandent-ils ? Dans quelles circonstances et pour servir quel propos ? Ces écrits commandés sont-ils cités, repris ou copiés dans des actes épiscopaux ou capitulaires ? Sont-ils produits publiquement ? Sont-ils l’objet d’une conservation particulière ?

4. Conserver et transcrire
Au-delà des problèmes liés à la production diplomatique se posent ceux de sa conservation. Que sait-on des archives cathédrales, de leur gestion et du personnel qui en a la charge ? Certains actes sont-ils plus que d’autres préservés ? Sous quelles formes ? Selon quelles modalités ?

Les chartriers épiscopaux ou cathédraux, en général négligés malgré la richesse de certains d’entre eux, constituent la première forme de conservation des actes reçus par l’évêque et le chapitre. Que peut-on savoir aujourd’hui de ces chartriers, de leur contenu et de leur mode de classement ? Peut-on déceler des rapports entre, d’une part, la conservation et le classement des documents dans les chartriers et, d’autre part, l’utilisation voire la copie de ces documents pour garder le souvenir des informations qu’ils contiennent dans d’autres supports de conservation, en particulier pancartes, cartulaires et registres épiscopaux et cathédraux ?

Les institutions cathédrales n’échappent pas, en effet, au mouvement de cartularisation qui affecte les établissements monastiques de la France de l’Ouest. Peut-on établir une chronologie de ce phénomène et aboutir à une typologie de ces ouvrages ? Perçoit-on l’influence de modèles de cartulaire (type d’organisation, choix récurrents opérés lors de la transcription…) ? Quels sont les objectifs visés par les commanditaires de telles œuvres ? Observe-t-on des liens formels entre les cartulaires cathédraux, capitulaires et monastiques, ou des jeux d’influences ? L’étude spécifique de certains cartulaires cathédraux qui, bien que nombreux, sont souvent restés dans l’ombre, est la bienvenue.

D’autres registres ont été produits par les clercs cathédraux. Nombreux et très divers en Angleterre, lesregistres épiscopaux sont réputés presque inexistants en France. La question mérite d’être reprise. Que sait-on de l’existence de tels documents dans les diocèses de l’Ouest de la France, qu’ils soient encore conservés ou simplement mentionnés dans des textes médiévaux ou dans des inventaires plus tardifs ? Le cas échéant, quand sont-ils attestés ou rédigés ? Quelles formes prennent-ils ? À quels objectifs répondent-ils ? Dans les diocèses où il n’existe pas de registre épiscopal ou cathédral, comment expliquer cette absence à l’heure où, partout, l’administration du diocèse se développe ? Peut-on établir une comparaison entre certains registres anglais et certains registres continentaux ? Quels liens entretiennent ces registres avec les archives épiscopales et cathédrales, avec les cartulaires ? Qu’en est-il, par exemple, des premiers pouillés et des registres des visites épiscopales, trop souvent dissimulés derrière le monument incontournable qu’est le registre des visites d’Eudes Rigaud ? Garde-t-on la trace d’autres types de registres permettant l’administration du diocèse ?

*

Le colloque permettra aussi de faire le point sur les éditions scientifiques en cours de corpus d’actes, comme celle des English Episcopal Acta ou celle des actes épiscopaux normands du Moyen Âge central. Ce sera aussi l’occasion de réfléchir sur les modalités de diffusion et de publication de tels corpus, de mettre en lumière les potentialités de l’édition numérique de corpus d’actes (projet E-Cartae par exemple) et de s’interroger sur les enjeux, les apports et les contraintes de ces nouvelles formes d’édition.

***

Les propositions de communications sont à adresser à Grégory Combalbert et Chantal Senséby pour le 30 mai 2015 (gregory.combalbert@unicaen.fr et chantal.senseby@laposte.net).

Comité scientifique :

  • Julia Barrow (Université de Leeds)
  • David Bates (Université d’East-Anglia)
  • Pierre Bauduin (Université de Caen Basse-Normandie, IUF)
  • Ghislain Brunel (Archives Nationales)
  • Véronique Gazeau (Université de Caen Basse-Normandie)
  • Olivier Guyotjeannin (École Nationale des Chartes)
  • Philippa Hoskin (Université de Lincoln)
  • Laurent Morelle (École Pratique des Hautes Études)
  • Benoît-Michel Tock (Université de Strasbourg)

[source: http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article795]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *