Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Compte rendu de la soutenance de thèse par Jacques Le Maho, Centre Michel de Bouärd – Craham (UMR 6273 CNRS/Unicaen)

Le 23 novembre 2015, à l’université de Caen Basse-Normandie, Stéphane Lecouteux a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp », devant un jury composé de Pierre Bauduin, professeur à l’Université de Caen Basse-Normandie, président du jury ; François Bougard, professeur à l’Université Paris-Ouest-Nanterre (rapporteur) ; Laurent Morelle, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (rapporteur) ; Edoardo D’Angelo, professeur à l’Università degli studi Suor Orsola Benincasa de Naples ; Anne-Marie Turcan-Verkerk, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (co-directrice de la thèse) et Catherine Jacquemard, professeur à l’Université de Caen Basse-Normandie (directrice de la thèse).

Le président du jury ouvre la séance à 14h00.

Le candidat remercie le jury d’avoir bien voulu évaluer sa thèse et il lui demande de bien vouloir l’excuser pour les imperfections de ce travail, le temps lui ayant manqué pour procéder à un certain nombre de vérifications et de corrections de détail. Il retrace la genèse et l’évolution de sa recherche depuis la remise à la revue Tabularia de son premier article sur « Le cheminement des Annales de Flodoard depuis Reims jusqu’à Fécamp » (2004). Cette enquête l’a conduit à s’intéresser à l’histoire des manuscrits de l’abbaye normande et à constater que bon nombre d’attributions étaient à préciser ou à revoir. Peu de travaux ayant été consacrés aux bibliothèques médiévales de Normandie depuis la thèse de l’École des Chartes de Geneviève Nortier (1953), celle de François Avril sur la décoration des manuscrits (1963) et le catalogue de l’exposition de la bibliothèque municipale de Rouen (1975), il lui a semblé qu’un approfondissement de ce dossier serait une occasion intéressante de remettre l’histoire des textes au centre des recherches. La question de fond était de savoir comment, au Moyen Âge, on se procurait les livres et comment ils circulaient d’un établissement à l’autre. Sachant que les monastères étaient liés les uns aux autres par des réseaux de confraternité, Stéphane Lecouteux s’est demandé si la circulation des manuscrits ne se faisait pas par l’intermédiaire de ces mêmes réseaux.

Pour vérifier ce qui n’était, en l’occurrence, qu’une hypothèse de travail, Stéphane Lecouteux a d’abord interrogé les sources directes que sont les contrats de confraternité. Onze associations seulement étant ainsi recensées, il lui a fallu rapidement élargir l’enquête à d’autres sources susceptibles de livrer des renseignements sur la circulation des religieux : prosopographies abbatiales (HGR de Véronique Gazeau, publiée en 2007), actes du chartrier de Fécamp (thèse de l’École des Chartes de Michaël Bloche, 2012), répertoires nécrologiques (éditions de Jean-Loup Lemaître). Ces recherches ont porté à plus de 70 (dont 52 associations spirituelles attestées (25) ou très probables(27)), toutes périodes confondues, le nombre d’établissements en lien avec Fécamp. Elles ont permis de distinguer cinq phases dans le développement de ces liens de confraternité. La première correspond à la création du réseau autour de Guillaume de Volpiano, notamment vers la Bourgogne et l’Italie. La deuxième phase va des années 1028 à 1078, correspondant à l’abbatiat de Jean de Ravenne († 1078). La troisième, de 1078 au début du XIIe siècle, est marquée par le développement des liens avec l’Angleterre. La quatrième phase, de l’abbatiat de Raoul d’Argences (1190-1219) au début du XIIIe siècle, et la cinquième, qui couvre une grande partie des XIVe-XVe siècles, se caractérisent par une extension du réseau en France. Outre une remise en perspective des abbatiats de Guillaume de Volpiano et de Jean de Ravenne, ces investigations ont fourni la matière à des études inédites sur la spiritualité de ces deux abbés et sur des problèmes de sources comme celui d’un fragment de nécrologe des environs de 1100, réattribué par Stéphane Lecouteux à Fécamp. Elles lui ont permis de compléter les recherches de ses prédécesseurs sur la bibliothèque de l’abbaye et de mettre en évidence le caractère cosmopolite de cet établissement. L’étude des relations privilégiées que la Trinité de Fécamp entretenait avec les grands centres de Cluny, de Saint-Bénigne de Dijon et du Mont Saint-Michel montre son rayonnement et confirme le lien entre réseaux de confraternité et circulation des manuscrits.

À l’invitation du président du jury, Catherine Jacquemard, directrice de la thèse, prend la parole. Elle commence par souligner l’importance de ce travail qui ne comprend pas moins de deux gros volumes (712 + 400 p) et un CD, au corps du texte étant joints un important appareil de notes, des répertoires détaillés, des éditions, des cartes et toute une série d’études annexes. La réalisation d’un tel travail en seulement quatre ans est une véritable prouesse. Elle rappelle les activités et le parcours du candidat, dont elle évoque les exceptionnelles qualités de chercheur : rigueur et clarté d’exposition, curiosité insatiable, aptitude à concilier travail personnel et travail en équipe. Elle rend également hommage à son honnêteté intellectuelle qui l’a incité à mettre à la disposition des lecteurs un CD contenant toutes les photos des sources utilisées. L’idée de départ de la thèse est que l’échange de livres suppose un réseau de confiance, ce qui est précisément le propre du réseau de confraternité. Le choix de Fécamp est justifié par de bons arguments et la méthodologie mise en œuvre pour reconstituer les réseaux est irréprochable. L’auteur s’est d’abord attaché à collecter les témoignages relatifs aux déplacements des religieux afin de dresser la carte du réseau du temps de Guillaume de Volpiano, puis celles de ses développements successifs en direction des abbayes normandes, anglaises et françaises. Cela a permis à l’auteur de dresser une liste de 25 établissements dont l’association avec Fécamp est attestée, puis, dans un troisième temps, de mettre ces liens en corrélation avec les bibliothèques. L’étude est principalement centrée sur le XIe siècle, avec un focus sur les abbatiats de Guillaume de Volpiano et de Jean de Ravenne, des considérations sur l’histoire de la collégiale puis de l’abbaye, sur les livres liturgiques, sur les scriptoria associés à Fécamp, la paléographie et la décoration des manuscrits. Des développements particuliers sont consacrés à Saint-Bénigne de Dijon, au Mont-Saint-Michel et à Jumièges, qui apparaissent au terme de cette vaste enquête comme les trois principaux centres en relation avec Fécamp. Catherine Jacquemard formule enfin quelques remarques. Elle s’interroge sur le rôle en ce domaine de la transmission orale. Elle estime que certains textes d’usage commun sont trop peu caractéristiques pour permettre d’établir à coup sûr une appartenance fécampoise. L’évocation des bâtiments de l’abbaye et du complexe castral de Fécamp sont à son avis hors-sujet. Sachant que la Vie de Guillaume de Volpiano par Raoul Glaber est une œuvre de commande, il est particulièrement remarquable de noter la chape de silence qui tombe sur l’œuvre de Guillaume de Volpiano. Au Mont Saint-Michel, le rôle des deux Hildebert (1009-1023), prédécesseurs de Thierry († 1027) a sans doute été sous-estimé.

Avant de répondre à l’intervention de Catherine Jacquemard, Stéphane Lecouteux souhaite remercier tous ceux qui lui ont permis d’obtenir l’aide au contrat doctoral, qui l’ont soutenu et aidé au cours de la préparation de la thèse, avec une reconnaissance particulière à l’égard de Michaël Bloche pour la mise à disposition de ses transcriptions des actes du chartrier de Fécamp. Concernant la diversité des modes de transmission, y compris oral, et la faible diffusion de la Vie de Guillaume de Volpiano, il s’associe entièrement aux remarques de Catherine Jacquemard.

Anne-Marie Turcan-Verkerk est le deuxième membre du jury à s’exprimer. Elle commence par dire combien elle apprécie la curiosité intellectuelle, l’enthousiasme communicatif et la modestie du candidat. Elle retrace l’historique de sa recherche et rappelle comment la confraternité est devenue son sujet principal. Cette approche fait de la circulation des hommes la clé de l’histoire des bibliothèques, et la suite de la recherche a montré l’extrême fécondité de cette intuition. Anne-Marie Turcan regrette que Fécamp ne soit présenté qu’à la page 356 ; il aurait fallu mettre cette présentation au début. La pérennité du réseau volpianien est bien montrée, une pérennité qui ne s’explique pas tant par la fidélité à la mémoire de Guillaume de Volpiano, comme le pensait Neithard Bulst, que par une institutionnalisation du réseau. Les racines italiennes de la culture développée à Fécamp sont également bien mises en évidence. Si les liens avec la confraternité sont clairement établis pour Guillaume de Volpiano, notamment avec Cluny, ils sont cependant plus difficiles à démontrer pour l’Italie. Le candidat fait preuve d’une grande expertise en matière de paléographie, d’analyse des écritures et d’identification des scribes, qualités qui font de lui un excellent catalogueur de manuscrits. Son attribution à Fécamp d’un nécrologe auparavant attribué au Bec est une très belle découverte. Les deux inventaires de la bibliothèque de Fécamp ont été brillamment datés : le premier de la fin de l’année 1050, le second de la fin du XIIe siècle. Il serait intéressant d’élargir l’enquête à l’histoire d’autres bibliothèques, comme celle de Saint-Serge d’Angers.

Dans sa réponse, Stéphane Lecouteux remercie vivement Anne-Marie Turcan pour ses remarques et il prend bonne note de sa suggestion de placer en tête d’ouvrage la présentation du site de Fécamp.

Le président du jury donne ensuite la parole à François Bougard. Ce dernier commence par féliciter le candidat pour l’ensemble de sa démarche, issue d’une simple hypothèse de travail : l’idée de mettre en relation réseaux de confraternité et bibliothèques s’est avérée extrêmement féconde. La description du réseau est fort bien menée. La recherche est menée avec une grande prudence et les remarques méthodologiques sont précieuses. Il y a lieu de se demander si le chiffre de quelque 70 établissements en relation avec Fécamp représente beaucoup. En ce qui concerne la date des ouvrages de la bibliothèque de Fécamp, il ne faut pas perdre de vue que ce fonds a dû être plusieurs fois renouvelé. Beaucoup de manuscrits parmi les plus anciens ont donc pu être remplacés : l’expérience montre qu’il faut souvent rechercher la trace des témoins de la haute époque dans les bibliothèques d’établissements affiliés, auxquels ils ont été redistribués. Sur les échanges de livres, la moisson est en définitive assez mince. Si l’importance du réseau de confraternité de Fécamp est clairement démontrée, il resterait cependant à savoir si cette abbaye fut une tête de réseau ou un simple relais. Concernant les aspects formels du travail, le rapporteur salue le souci de pédagogie du candidat, mais il regrette que ce souci de clarté entraîne parfois des longueurs inutiles. Il estime que la description du site castral et des fouilles du palais ducal de Fécamp sont hors de propos.

Dans sa réponse, Stéphane Lecouteux commence par rappeler que le fonds de Fécamp est sensiblement moins important que celui de Jumièges, riche de 350 manuscrits. De même, le chiffre de 70 établissements pour le réseau fécampois est inférieur à celui de Saint-Évroult, qui en comptait 90. Les établissements les plus importants ne sont pas toujours ceux qui ont conservé les fonds les plus riches. À Gorze, par exemple, il n’est resté que 5 manuscrits. Même réduite à quelques volumes, toute bibliothèque peut néanmoins livrer des indications intéressantes. Dans la collection de Saint-Arnoul de Metz, qui ne compte plus que 24 manuscrits, on arrive à trouver un lien avec Fécamp. Le candidat admet que le paragraphe sur le palais ducal n’avait peut-être pas sa place dans cette étude.

Laurent Morelle est le quatrième membre du jury à s’exprimer. Il souligne la clarté d’exposition de l’auteur, son goût de la pédagogie, l’abondance et la qualité des cartes. Le texte gagnerait à être davantage aéré, certaines expressions sont mal venues et plusieurs transcriptions de termes latins sont fautives, mais ces quelques imperfections formelles sont de peu d’importance au regard de l’exceptionnelle qualité de la recherche. Elle représente une contribution majeure à l’essor nouveau des études fécampoises et elle fera date dans bien des domaines de l’histoire littéraire et de la culture monastique, tant est grande la diversité des sujets abordés. Au sujet de l’étude des relations intermonastiques, le rapporteur adhère tout à fait à l’idée du passage d’un réseau horizontal – celui mis en place au temps de Guillaume de Volpiano – à un réseau vertical. Cette évolution est le résultat d’une institutionnalisation qui s’inscrit dans une tendance générale, aboutissant à la création de la grande confraternité de 1131. Le rapporteur évoque ensuite la question des Brèves annales mineures du Mont Saint-Michel abordée dans l’annexe 7; les notices ont été visiblement compilées. L’authenticité du diplôme de Lothaire en faveur de cette même abbaye a été souvent mise en doute, notamment en raison de son association à une fausse bulle du pape Jean, mais les formules sont bien celles en usage dans les actes de ce souverain. Ces éléments formels et la relative neutralité du contenu de l’acte constituent pour Laurent Morelle de sérieux arguments en faveur de l’existence d’un diplôme authentique de Lothaire, délivré au Mont en 966. En conclusion, le rapporteur adresse de très grands compliments à Stéphane Lecouteux pour son travail et il lui dit combien il apprécie sa modestie, sa gentillesse et son enthousiasme communicatif.

La parole est ensuite donnée à Edoardo D’Angelo. Ce dernier exprime à son tour toute son admiration pour l’ampleur de ce travail et pour les qualités de chercheur du candidat qui, à une rigueur et une grande honnêteté intellectuelle, allie des compétences dans des domaines aussi divers que la codicologie, la paléographie et la philologie. Le choix de la bibliothèque de Fécamp comme sujet d’étude est excellent. Edoardo d’Angelo se demande si certains manuscrits attribués par Poncelet à Fécamp, comme les ms A362, U3 et U32, et d’autres comme le ms A271, contenant des références à l’archange saint Michel, au culte de saint Nicolas ou à celui de sainte Lucie, ne témoignent pas de liens avec l’Italie du Sud.

Stéphane Lecouteux remercie vivement Edoardo d’Angelo pour ces observations.

Pierre Bauduin, président du jury, est le dernier à s’exprimer. Il se dit à son tour très impressionné par l’importance de ce travail et par la richesse de son appareil critique. Les quelques défauts de plan ou de présentation, comme un léger déséquilibre entre la deuxième et la troisième partie, sont sans grande importance et pourront être aisément corrigés. Les éditions et traductions de documents seront d’une très grande utilité pour les chercheurs. La réattribution du fragment de nécrologe à l’abbaye de Fécamp est une découverte exceptionnelle. Du point de vue méthodologique, il faut saluer l’exemplarité de la démarche de l’auteur qui, à partir d’une simple hypothèse, en est venu à en faire une thèse. Le résultat est d’autant plus probant qu’il sut inscrire son enquête dans une série de problématiques générales touchant à toutes sortes d’aspects de l’histoire religieuse. Dans la mesure où les origines de l’abbaye sont étroitement liées à la résidence ducale de Fécamp, la partie consacrée à la description du site castral et aux fouilles du palais ne paraît pas hors de propos à Pierre Bauduin. Ce dernier propose ensuite quelques éléments de réflexion sur des points particuliers relevés au fil de la lecture. La formule de la charte de 990 pour Fécamp a été rapprochée par David Douglas de formules de sacramentaires du IXe siècle. L’étude des manuscrits du Mont Saint-Michel confirme le rayonnement précoce de ce centre monastique et amène ainsi une nouvelle fois à nuancer la thèse, naguère défendue par Lucien Musset, d’une « reconquête monastique » de la Normandie occidentale à partir des abbayes du diocèse de Rouen. La relative désaffection des ducs à l’égard de la Trinité de Fécamp à partir du milieu du XIe siècle peut s’expliquer par la perception de cet établissement comme le point d’ancrage historique des Richardides, adversaires de Guillaume le Bâtard durant les premières années de son principat. Il serait intéressant de voir si l’enquête sur les réseaux de confraternités ne pourrait pas se poursuivre dans d’autres directions, par exemple sur le terrain de l’amicitia. L’Hunfridus qui apparaît dans le nécrologe de Fécamp est-il Honfroi de Vieilles, connu pour avoir souscrit un acte de Robert le Magnifique pour cette abbaye ? L’étude sur les sources annalistiques fécampoises est particulièrement bien venue. Longtemps négligées, les annales monastiques suscitent aujourd’hui un intérêt grandissant auprès des chercheurs. En l’occurrence, il y aurait lieu de s’interroger sur les liens éventuels de ces annales, supports de l’enseignement du temps chrétien, avec les programmes de l’école monastique. La datation des Brèves annales du Mont Saint-Michel, 1030 et 1050 ou plutôt vers 1040, est du plus haut intérêt. Elle fait de ces annales montoises un des plus anciens témoins de la diffusion de l’œuvre de Dudon de Saint-Quentin, mettant ainsi en évidence le rôle du Mont dans la diffusion de la culture historique à l’intérieur du duché. En conclusion, Pierre Bauduin félicite le candidat pour la très haute qualité de son travail, œuvre d’un vrai chercheur.

Stéphane Lecouteux remercie Pierre Bauduin pour l’ensemble de ces remarques et de ces suggestions.

L’assistance est invitée à se retirer à 18h00.

Après avoir délibéré, le jury décerne à Stéphane Lecouteux le doctorat de l’Université de Caen Normandie, avec la mention très honorable et avec ses félicitations à l’unanimité. Cette décision est saluée par les applaudissements de l’assistance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *