Marie Bisson, Une édition numérique structurée à l’aide de la text encoding initiative des textes montois de dom Thomas Le Roy : établissement critique des textes, recherches sur les sources, présentation littéraire et historique

Marie Bisson, Une édition numérique structurée à l’aide de la text encoding initiative des textes montois de dom Thomas LeRoy : établissement critique des textes, recherches sur les sources, présentation littéraire et historique

Compte rendu de la soutenance de thèse par Stéphane Lecouteux, responsable de la bibliothèque patrimoniale d’Avranches, membre associé au Centre Michel de Boüard – CRAHAM (UMR 6273 CNRS/Unicaen).

Le 7 décembre 2015, à l’université de Caen Normandie, Marie Bisson a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Une édition numérique structurée à l’aide de la Text Encoding Initiative des textes montois de dom Thomas Le Roy : établissement critique des textes, recherches sur les sources, présentation littéraire et historique », devant un jury composé de M. Benoît-Michel Tock, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Strasbourg (président du jury) ; M. Matthew Driscoll, senior lecturer in Old Norse philology, Arnamagnæan Institute (rapporteur) ; M. Daniel-Odon Hurel, directeur de recherche au laboratoire d’étude des monothéismes (rapporteur) ; Mme Catherine Jacquemard, professeur de latin à l’université de Caen Normandie (directrice de thèse) ; Mme Véronique Gazeau, professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Normandie (codirectrice de thèse) ; M. Frédéric Duval, professeur de philologie romane à l’École nationale des chartes (examinateur).

Le président du jury ouvre la séance à 14H00 et invite la doctorante à présenter les résultats de ses travaux.

Intervention de Marie Bisson

La candidate commence par présenter dom Thomas Le Roy (1608-1683), auteur des trois textes édités et étudiés durant sa thèse. Né dans le Berry, dom Le Roy est destiné dès son enfance à la vie monastique. Quelques années plus tard, à l’âge de 24 ans (vers 1632), il s’engage à obéir à la règle de saint Benoît avec encore plus de rigueur en rejoignant la congrégation de Saint-Maur. En 1646, il arrive au Mont Saint-Michel (monastère réformé par les Mauristes dès 1622) où il va rester pendant deux ans. En moins de 18 mois, de 1647 à 1648, il écrit près de 800 pages d’histoire montoise dans trois textes indépendants : Les Curieuses recherches du Mont Saint-Michel, histoire rédigée chronologiquement ([Caen, BM, Mancel, ms. 195 [env. 600 pages]) ; L’Histoire de l’abbaye du Mont Saint-Michel, histoire organisée thématiquement (Paris, BnF, ms. Fr. 18 950, ff. 1-198v [env. 200 pages]) ; La Brève histoire de l’abbaye du Mont Saint-Michel, sorte de prise de notes destinée à dom Grégoire Tarisse, le supérieur de la congrégation (Paris, BnF, ms. Latin 13 818, ff. 427-438v [env. 20 pages]).

Si chacun des trois textes relate la fondation du Mont Saint-Michel au début du VIIIe siècle (v. 708) et les abbatiats qui se sont succédé au Mont depuis Mainard Ier (v. 966) jusqu’à celui de Jacques de Souvré au XVIIe siècle, Marie Bisson souligne le fait que tous sont en réalité parfaitement autonomes. Ils sont conservés dans des manuscrits écrits de la main de l’auteur (manuscrits autographes) et portent les marques de la nouvelle congrégation de Saint-Maur (fondée en 1618) : celle-ci s’attache non seulement à rétablir l’observance de la règle de saint Benoît dans les établissements qu’elle réforme, mais elle s’efforce également de placer sa propre histoire dans celle des établissements réformés et, plus largement, dans celle de l’ordre bénédictin. Cette orientation historiographique amène les supérieurs à inciter des moines à rédiger les histoires des abbayes dans lesquelles ils séjournent en s’appuyant sur les preuves qu’ils peuvent y trouver. C’est ainsi que pour produire ces trois textes, dom Le Roy va puiser à de nombreuses sources disponibles sur place : manuscrits et imprimés disponibles dans la bibliothèque du Mont Saint-Michel et documents conservés dans les archives de ce monastère.

L’édition critique de l’ensemble du corpus montois de dom Le Roy, objet de la présente thèse, a consisté à transcrire, à normaliser et à annoter les 800 pages manuscrites autographes. Elle est assortie de notes d’apparat génétique, de notes de sources et de commentaires historiques et philologiques. La densité du corpus et son étendue chronologique ont fait des commentaires historiques et philologiques un véritable défi. L’identification des sources fut quant à elle une enquête spécifique parmi la documentation originale ou copiée au Mont Saint-Michel. Ce travail a été réalisé dans l’objectif d’une restitution multisupport, à la fois papier (deux des textes sont édités dans le deuxième volume papier de la thèse) et électronique (les trois textes de dom Le Roy sont consultables sur un site web). Cette thèse constitue ainsi à la fois une contribution scientifique (notamment en termes d’édition de textes et pour la connaissance de l’histoire mauriste du Mont Saint-Michel) et une contribution méthodologique (il s’agit d’un laboratoire d’expérimentation en édition numérique, qui permet l’accès à plusieurs représentations du texte et propose aussi une indexation collaborative et cumulative).

La reconstitution de la bibliographie de dom Le Roy éclaire d’un nouveau jour l’histoire de la bibliothèque du Mont Saint-Michel. L’identification des volumes manuscrits, des volumes imprimés et des documents d’archives utilisés par l’auteur a mis en lumière plusieurs caractéristiques de son travail : d’abord en déterminant la part originale de ses lectures et de sa rédaction par rapport au texte produit par son prédécesseur, dom Jean Huynes (moine mauriste auteur d’une histoire thématique du Mont Saint-Michel en 1636) ; ensuite en identifiant les œuvres historiques lues et utilisées afin de permettre une comparaison avec d’autres bibliographies d’historiens mauristes ; enfin en fournissant un autre point de vue sur la bibliothèque et les archives montoises, notamment sur les documents et les ouvrages perdus.

Avec l’incendie des Archives départementales de la Manche (conservées à Saint-Lo) en 1944, 22 000 pièces montoises issues du chartrier ont été détruites. Dom Le Roy nous permet de connaître une partie de leur contenu, soit parce qu’il les a lues et résumées, soit parce qu’il les a copiées et qu’il demeure de ce fait l’unique témoin connu à y faire référence.

Dom Le Roy cite également 24 ouvrages imprimés différents. De ces 24 ouvrages montois consultés, 19 étaient déjà connus de dom Jean Huynes en 1636, 11 étaient encore mentionnés dans l’inventaire des confiscations révolutionnaires du commissaire Pinot-Cocherie en 1791, mais seulement 5 nous sont parvenus et ont été identifiés parmi les 1255 imprimés, aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale d’Avranches (seuls 21 % des ouvrages imprimés utilisés par dom Le Roy nous sont donc parvenus).

Dom Le Roy cite enfin au moins 27 volumes manuscrits. Parmi ces volumes, 7 sont conservés à Avranches et un 8e l’est à Paris. Les autres sont perdus (ce qui représente un « taux » de conservation de seulement 26 %). Parmi les volumes possédés au XVIIe siècle, certains ont depuis été reliés ensemble. C’est le cas des manuscrits désignés II 9 et II 10 par dom Le Roy : ils composent l’actuel manuscrit Avranches BM, 211. Par ailleurs dom Le Roy cite le plus souvent des volumes qui contiennent plusieurs textes. Ainsi, lorsqu’il cite RR, il s’agit de l’actuel manuscrit Avranches BM, 213, dont il a lu les miracles, l’inventaire des reliques et le De abbatibus. Les références données par dom Le Roy dans son Histoire de l’abbaye du Mont Saint-Michel permettent par exemple de reconstituer la structure du volume historique composé par Sébastien Ernault (désigné par la référence Z et qui est aujourd’hui perdu) : l’ouvrage était organisé chronologiquement, de la fondation du Mont Saint-Michel par saint Aubert vers 708 jusqu’à l’abbatiat de Jacques d’Annebaut (…1558). Cette reconstitution témoigne de la continuité de la production historiographique au Mont Saint-Michel du Moyen Âge à l’époque moderne.

Pour aboutir à ces résultats, la réalisation de l’édition critique des trois textes de dom Le Roy était indispensable. Les choix de transcription et de normalisation opérés par Marie Bisson ont été détaillés dans le premier volume de la thèse. Selon elle, toute édition critique nécessite de faire des choix que l’éditeur scientifique se doit d’expliciter : il n’y a pas d’édition idéale comme il n’y a pas d’édition objective, mais plus l’éditeur détaille la manière dont il a établi ses choix, plus il donne au lecteur les clés pour comprendre le texte et donc pour mettre en lumière les intentions de l’auteur. En réalisant une édition numérique du corpus des textes historiques de dom Thomas Le Roy au moyen d’un encodage en XML-TEI, les choix d’édition critique opérés par l’éditeur scientifique transparaissent plus aisément que dans une édition classique. Encoder en XML l’édition critique impliquait également de faire des choix de vocabulaire et des concepts à marquer : qu’était-il important d’analyser ? de mettre en forme ? de restituer au lecteur ? Parmi les exigences retenues, l’édition critique en XML devait permettre de restituer une forme papier respectant les standards de la discipline auquel le lecteur est habitué. C’est ce que la doctorante a voulu montrer en fournissant le deuxième volume de sa thèse, qui contient l’édition de deux des textes du corpus. Marie Bisson souhaitait également que son travail puisse alimenter un site internet : elle a donc réalisé un prototype de site présentant l’intégralité du corpus, avec une édition numérique des trois textes étudiés.

Pour réaliser l’édition critique du corpus, l’éditrice scientifique a choisi, avec le soutien du pôle Document numérique de l’université de Caen, de travailler sur un écosystème numérique particulier, dont les fichiers pivots sont encodés en XML-TEI. Il s’est donc agi, en plus de transcrire et d’annoter le corpus de dom Le Roy, de mettre en place des outils de transcription et d’annotation puis de restitution qui conviennent aux usages de l’édition des textes littéraires et historiques. La transcription et les annotations ont donc été réalisées avec un environnement d’édition XML conçu par la doctorante et mis en œuvre pour manipuler l’encodage TEI.

L’édition numérique a aussi permis d’analyser les textes et de les parcourir au moyen d’outils :

  • pour comparer les textes et établir les variantes (ex. : Juxta) ;
  • pour faire des représentations graphiques des textes encodés (ex. : BaseX) ;
  • pour réaliser la concordance du corpus (ex. : Antconc).

La lecture de l’édition électronique, au lieu d’être uniquement linéaire comme l’y incite un volume papier, se fait également au moyen de différents parcours de lecture. Le dispositif de lecture en ligne en propose quatre, mais d’autres pourraient être envisagés. Le premier parcours possible se fait via le sommaire : le lecteur choisit au moyen d’un lien quel texte, quel chapitre ou quelle section il veut consulter. Le deuxième parcours est celui proposé par le moteur de recherche plein texte : c’est le lecteur qui choisit par quel(s) mot(s) (ou quel(s) concept(s)) il va interroger le corpus. Il peut interroger le texte de l’auteur uniquement, les notes scientifiques seulement ou bien l’ensemble. Le troisième parcours se fait grâce aux index : 4 index ont été réalisés pour les toponymes (lieux), les anthroponymes (noms de personnes), les œuvres et le vocabulaire documentaire. Le quatrième parcours possible est obtenu grâce à l’analyse de l’intertextualité : pour chaque section, les passages parallèles entre les textes ont été identifiés ; d’un clic le lecteur peut consulter le même événement raconté dans Les Curieuses recherches, La Brève Histoire et L’Histoire de l’abbaye ; il peut ainsi aisément les comparer.

En soi, aucun des parcours de lecture proposés n’est révolutionnaire, comme le fait à juste titre remarquer Marie Bisson : tables de concordances, index, passages parallèles, lecture linéaire ou d’un sommaire sont des instruments de lecture qui existent depuis l’usage du codex. En revanche ce qu’apporte le numérique, et plus particulièrement la consultation des textes sur support informatique, c’est la facilité et la rapidité de la consultation de ces différents parcours de lecture. Ce sont les options de lecture et les moyens de visualiser l’intertextualité qui sont nouveaux grâce à la lecture sur écran ou sur support numérique. De ce point de vue, deux aspects paraissent essentiels : la multiplication des visualisations possibles dans une édition en ligne et le renouveau possible des méthodes d’indexation.

Le cas de La Brève histoire, dont l’original a fait l’objet d’une reproduction (fac-similé mis en ligne sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France), peut servir d’exemple à la démonstration. Via le site web, le lecteur peut accéder à la transcription diplomatique réalisée par Marie Bisson : il y trouvera une représentation des abréviations, ainsi que la capitalisation et la ponctuation originale. Dans le second volume papier de la thèse comme dans la version mise en ligne par défaut sur le site web, le lecteur peut accéder à l’édition critique du texte : les abréviations y sont développées, la capitalisation et la ponctuation sont modernisées selon les usages actuels, certains accents ont été rétablis. Les ajouts et les suppressions sont commentés en note. Mais en consultant le site web, le lecteur va pouvoir aller plus loin, en « personnalisant » sa visualisation. Pour ce faire, il va choisir d’afficher ou de masquer différents éléments du texte et de l’édition. Il peut ainsi :

  • mettre en exergue les additions ;
  • afficher ou masquer les suppressions ;
  • afficher ou masquer les notes scientifiques ;
  • afficher ou masquer les sauts de lignes, les sauts de page et les réclames.
  • mettre en exergue par des couleurs les termes indexés et les développements d’abréviations.

Le lecteur peut bien sûr combiner ces différentes options ; ce qui lui offre de nombreuses approches possibles du texte (contrairement à une édition papier, qui est nécessairement figée). Il ne s’agit pas pour l’éditeur de se désengager, de se déresponsabiliser, mais d’offrir à son lecteur plusieurs approches du texte et d’en montrer les différentes facettes. Ce sont les choix d’encodage XML-TEI du texte qui permettent d’obtenir cette souplesse en proposant de multiples possibilités de visualisation.

Un autre intérêt du choix de l’encodage XML-TEI a été la possibilité de mettre en place et d’expérimenter un outil collaboratif d’indexation. L’ampleur du corpus impliquait la nécessité d’index pour le parcourir de manière transversale. L’héritage de l’édition papier aurait pu conduire à seulement poser un marqueur associé à une forme normalisée et générer les index de cette manière. Avec d’autres chercheurs du laboratoire et le soutien du pôle Document numérique, il a été jugé nécessaire, dans le cadre d’une édition électronique, de revoir les usages courants d’indexation. Si l’on prend le cas des noms de personnes, chaque nom est signalé dans le texte. Son rôle (ou sa fonction) y est précisé lorsque cette information a été jugée pertinente pour l’étude du texte. Dans l’encodage, tous les auteurs sont ainsi explicitement définis comme tels. Un lien vers une notice externalisée est réalisé au moyen de l’attribut <ref> et une notice a été créée pour chacune des 1299 personnes rencontrées dans le corpus de dom Le Roy. Ces notices sont enregistrées dans une base de données partagée avec d’autres éditeurs de texte qui peuvent les compléter. Elles permettent de créer les index traditionnels (formes principales du nom et pages où la personne est citée), mais elles permettent également d’accumuler de la connaissance sur cette personne et d’identifier plus facilement certaines occurrences. Un formulaire par défaut a été créé, mais il est modulable : autant d’informations que voulu peuvent être ajoutées. Dans l’édition numérique, le lecteur peut ainsi cliquer sur chaque entrée « personne » et accéder à la notice plus ou moins détaillée qui lui correspond, ce que ne permet pas l’édition papier. Certains noms, tels que les auteurs, bénéficient d’une notice autorité BNF ou sont présents sur le VIAF, et le lecteur peut aussi accéder à ces notices. Dans les nombreux cas de personne dont on ne connaît que le nom et l’attestation dans tel ou tel texte, donner son contexte d’apparition, son occupation quand on la connaît et une date d’attestation dans un texte permet de faciliter son identification dans d’autres documents (et en premier lieu à l’intérieur du corpus de dom Le Roy).

L’œuvre de dom Thomas Le Roy, éditée partiellement par Eugène de Robillard de Beaurepaire à la fin du XIXe siècle fut réimprimée en 2008, à l’époque où Marie Bisson venait de s’inscrire en doctorat. La doctorante s’est alors posé la question de l’utilité d’un tel sujet de thèse, alors que tant d’autres textes demeurent inédits. Au terme de son travail, elle pense être parvenue à montrer qu’une édition critique du corpus montois de dom Thomas Le Roy était indispensable. Elle espère avoir produit une édition suffisamment rigoureuse, avec les clés de lecture nécessaires, pour que le lecteur puisse lire avec plaisir les œuvres du moine mauriste tout en distinguant les interventions de l’éditeur du texte original (ce qui était jusqu’alors impossible).

Cette thèse a montré que l’édition numérique ne peut se passer de rigueur scientifique, qu’au contraire elle ne supporte aucune approximation sous peine d’être aussitôt démasquée. Elle est là pour mettre en valeur les usages disciplinaires ou pour les interroger. Et elle n’est aucunement incompatible avec eux.

Ce travail d’édition s’inscrit dans un réseau plus vaste sur la bibliothèque montoise via le programme Ex monasterio Montis Sancti Michaelis et le projet Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel, dirigés par Catherine Jacquemard et auxquels participe Marie Bisson. Et l’on peut espérer que l’écosystème numérique spécifiquement mis en place pour l’édition de ce corpus puisse resservir à de nouvelles éditions, comme celle des œuvres de dom Jean Huynes, ou bien encore les œuvres historiques également rédigées par dom Thomas Le Roy à Saint-Benoît sur Loire. Mais de nombreux autres usages peuvent être envisagés.

Intervention de Catherine Jacquemard, directrice de thèse

C’est avec une grande satisfaction que Catherine Jacquemard voit aboutir l’énorme travail d’édition critique réalisé par la doctorante. Elle rappelle qu’elle a fait la connaissance de Marie Bisson lorsque cette dernière s’était inscrite en Master « édition et mémoire des textes ». Marie Bisson montrait alors déjà de belles prédispositions et une belle maîtrise en codicologie, en paléographie et en philologie, si bien que cette nouvelle formation l’a rapidement orientée vers les humanités numériques. Pour son projet de doctorat, Catherine Jacquemard avait proposé à la candidate la réalisation d’une édition sur double support, papier et numérique. Du fait de travaux en cours et de projets de recherches sur l’abbaye du Mont Saint-Michel, leur choix s’est orienté vers les travaux historiques du moine dom Thomas Le Roy : il s’agissait, pour le monastère montois, d’un corpus d’une richesse tout à fait exceptionnelle, bien que largement inexploité. L’ensemble est en effet formé de trois manuscrits autographes, qui fournissent une ample matière produite en seulement 18 mois, de janvier 1647 à juillet 1648. Ce corpus avait été seulement partiellement édité au XIXe siècle par Eugène de Robillard de Beaurepaire. Ce dernier n’avait alors eu recours qu’à un seul des trois manuscrits autographes et il s’était contenté de retranscrire partiellement son modèle. Il est d’ailleurs difficile, et même souvent impossible, de distinguer, dans cette édition ancienne, le texte issu du manuscrit de dom Le Roy des interventions personnelles de l’éditeur, ce qui la rend difficilement exploitable en l’état.

La directrice de thèse précise également que Marie Bisson a été amenée à produire une dizaine de communications en parallèle de son doctorat et qu’elle est intervenue, en tant qu’ingénieur d’études en analyse de sources, dans plusieurs projets au sein du CRAHAM-UMR 6273 et de la MRSH de Caen.

Pour Catherine Jacquemard, le travail de dom Le Roy semble répondre à la circulaire de 1647, préconisant la rédaction de l’histoire des établissements touchés par la réforme de la congrégation de Saint-Maur. La rédaction de La Brève histoire semble même être une prise de notes destinée à répondre au plus vite à cette exigence. Dom Le Roy n’a pas eu le temps de fournir le volume de preuves, initialement prévu et destiné à compléter le texte de ses Curieuses recherches. Le repérage de l’ensemble des sources utilisées par dom Le Roy est sans doute l’un des apports les plus précieux de cette thèse. L’étude de la bibliothèque consultée par dom Le Roy, avec l’identification d’ouvrages, tant manuscrits qu’imprimés, et de documents aujourd’hui disparus est de ce point de vue exemplaire : elle permet de compléter les informations conservées grâce aux inventaires modernes, aux manuscrits et livres imprimés qui nous sont parvenus (nous ne conservons pas d’inventaires médiévaux de ce monastère) ; on s’aperçoit ainsi que les pertes sont importantes et que la bibliothèque municipale d’Avranches est aujourd’hui très loin d’avoir conservé tous les manuscrits et les imprimés constituant le fonds au XVIIe siècle. Les résultats obtenus témoignent d’une connaissance profonde des œuvres de dom Le Roy, mais aussi des textes présents au Mont. La thèse de doctorat a aussi été l’occasion d’adapter, au fur et à mesure, le modèle d’édition initialement prévu (ingénierie numérique), avec la mise en place d’outils à la fois souples et rationnels. Les choix ont toujours été réalisés après une mûre réflexion et ils sont systématiquement justifiés. Marie Bisson a été amenée à concevoir un environnement de travail permettant de mettre en ligne le corpus de dom Thomas Le Roy, mais aussi d’autres modules, tels que les travaux de dom Jean Huynes. La thèse comprend l’édition critique du corpus au format papier en deux volumes (320 + 440 pages), et l’édition en ligne de l’ensemble du corpus (les trois œuvres historiques montoises de dom Thomas Le Roy). Ce projet a aussi nécessité un travail codicologique et paléographique réalisé sur plusieurs manuscrits (avec en particulier l’identification des mains intervenant dans Les Curieuses recherches, afin de distinguer les annotations autographes des autres). La version papier offre une vision figée/fixée d’une présentation obtenue à un moment donné, tandis que la version numérique permet d’ouvrir la voie à de multiples modes d’affichage et de visualisation possibles.

Catherine Jacquemard termine son intervention en félicitant la doctorante pour son travail remarquable et lui demande quelles seraient, selon elle, les orientations futures les plus pertinentes à approfondir.

Marie Bisson répond que, parmi les orientations possibles, l’ajout de commentaires par les lecteurs pourrait être une voie envisageable et intéressante à mettre en œuvre.

Intervention de Véronique Gazeau, codirectrice de thèse

Véronique Gazeau souligne que, ne se jugeant pas assez compétente pour traiter des aspects purement techniques touchant à l’édition numérique, elle s’est surtout concentrée sur le volet historique de la thèse. Elle précise tout d’abord qu’avec cette thèse, Marie Bisson réalise pour la première fois un travail d’envergure sur la production historiographique mauriste, et que ce travail original ouvre la voie à de nouvelles recherches fort riches en la matière. Elle souligne le fait qu’il s’agit d’un travail colossal et neuf, d’un très grand intérêt historiographique. Il a entre autres permis l’identification d’une douzaine d’inédits. Selon elle, cette thèse ouvre de manière exemplaire la voie à un travail de reconstitution du chartrier du Mont Saint-Michel, perdu depuis l’incendie des Archives départementales de la Manche en 1944.

Véronique Gazeau félicite ensuite la doctorante pour sa connaissance approfondie des sources et des travaux historiques menés sur le Mont Saint-Michel (notamment par Neithard Bulst, Pierre Bouet et Olivier Desbordes, Thomas Bisson, Christian Sapin, Yves Gallet, etc.). Le parcours de dom Thomas Le Roy, reconstitué par Marie Bisson, est particulièrement intéressant : le moine passe d’abord par Bourgueil, Saumur et Saint-Melaine de Rennes avant d’arriver au Mont Saint-Michel. Véronique Gazeau précise au passage que le Mont Saint-Michel est étonnamment placé dans la province bretonne par les Mauristes, et non, comme on aurait pu s’y attendre, dans la province normande. Dom Huynes travaille le premier sur l’histoire du Mont en 1636, puis dom Le Roy à partir de 1647. Dom Le Roy passe ensuite à Saint-Benoît-sur-Loire et à Saint-Bénigne de Dijon, où il composera aussi les histoires de ces établissements bénédictins prestigieux.

Véronique Gazeau formule ensuite plusieurs remarques et pose plusieurs questions d’ordre historique. Elle observe que Pierre Bérault aurait feuilleté un inventaire montois en 1647. Elle se demande si Pierre Bérault pourrait être un aide de dom Thomas Le Roy pour l’élaboration de son énorme travail et si l’inventaire en question pourrait être le volume de preuves censé être perdu. Elle observe aussi que parmi les saints fêtés au Mont Saint-Michel, saint Michel semble très largement éclipser tous les autres, qui ne sont finalement que « secondaires » : il s’agit en quelque sorte d’une spécificité par rapport aux autres monastères bénédictins normands. Elle se demande enfin si le catalogue des évêques d’Avranches dressé par dom Jean Huynes et qui a été reproduit par dom Thomas Le Roy, est proche de celui dressé par Robert Céneau au XVIe siècle.

Véronique Gazeau termine son intervention en adressant à Marie Bisson ses félicitations pour un travail absolument magnifique.

Marie Bisson répond en remerciant Véronique Gazeau pour les remarques pertinentes qu’elle vient de formuler et pour les pistes de recherche qui mériteraient d’être prises en compte ou approfondies.

Intervention de Matthew Driscoll (rapporteur)

Matthieu Driscoll prend à son tour la parole en anglais. Il commence son intervention en précisant qu’il est heureux d’être de nouveau ici (chaire d’excellence 2011-2012), de revoir d’anciens visages connus, mais aussi d’en découvrir de nouveaux.

Il tient à souligner que l’apport de cette nouvelle édition est très important, d’une part pour l’identification des sources utilisées par Thomas Le Roy, d’autre part pour les différents formats d’édition choisis. Il précise que cette étude exemplaire met en lumière un cas tout à fait exceptionnel, puisqu’il est rare que l’on dispose comme sources de trois autographes d’un même auteur. Les choix opérés mettent en évidence l’intérêt de l’édition électronique, avec l’usage du balisage XML et le recours à la TEI, pour véritablement exploiter de telles sources en favorisant une approche comparative et intertextuelle. L’avantage d’utiliser l’XML est de permettre à l’utilisateur de basculer d’une vue à une autre en offrant une grande souplesse dans les choix de présentation (résolution ou non des abréviations, choix de vue pour les comparaisons, etc.).

Matthew Driscoll pose ensuite plusieurs questions à la candidate. Il lui demande en premier lieu si elle compte mettre à la disposition de la communauté scientifique et du public les flux XML qu’elle a produits. Pour lui, il serait en effet intéressant que ces flux XML soient téléchargeables afin que la communauté scientifique puisse se les approprier et les enrichir. Il lui demande ensuite quelles autres visualisations possibles seraient intéressantes à proposer en plus de celles déjà disponibles sur le site.

Marie Bisson répond à son tour en anglais. Elle précise que les flux XLM seront effectivement disponibles dans la version qui sera publiée en ligne. Parmi les autres visualisations possibles, une présentation en double transcription, diplomatique et édition critique, est envisagée. Par ailleurs, une mise en valeur des passages parallèles entre les trois textes est actuellement à l’étude afin de faciliter l’accès sur la même page aux différents événements racontés dans ces trois textes.

Intervention de Daniel-Odon Hurel (rapporteur)

Daniel-Odon Hurel remercie Marie Bisson pour ce travail très riche, dont les résultats viennent confirmer, en de nombreux points, des perceptions personnelles suscitées par un contact à un grand nombre d’œuvres mauristes. Il félicite la doctorante, en précisant que sa thèse est déjà sur ce point précis une très belle réussite. Il tient ensuite à souligner le fait que cette thèse est également un succès pour la qualité de l’édition et pour le caractère remarquable de sa mise en œuvre. Il s’agit, plus globalement, de l’une des premières thèses évoquant le travail intellectuel d’un mauriste en le replaçant dans son contexte monastique (ce qui est important à souligner d’un point de vue purement historiographique). La thèse prouve en effet qu’il existe un lien direct entre le fait monastique moderne (fonctionnement et organisation de la congrégation de Saint-Maur, à un moment de sa construction dans la première moitié du XVIIe siècle) et l’élaboration de l’histoire de la congrégation de Saint-Maur. Car si dom Le Roy écrit bien sûr avant tout l’histoire du Mont Saint-Michel, c’est aussi l’histoire de la congrégation de Saint-Maur qui transparaît implicitement derrière ce travail. Il s’agit donc d’une thèse d’historienne, dans le sens où le travail accompli permet de comprendre l’œuvre d’un mauriste de première ou de seconde génération. Cette jeune congrégation, née en 1618, s’organise en étant confrontée à son agrandissement, à une époque où, en 1647, elle commence déjà à penser à la rédaction de son histoire en continuité de celle de l’ordre bénédictin.

Daniel-Odon Hurel indique que les textes ayant servi à expliquer certains commentaires de dom Le Roy ont été extrêmement bien choisis par Marie Bisson, en particulier aux p. 25 et 42-43. La carrière de dom Le Roy montre que celui-ci est un bon historien, capable de s’intéresser aux livres de la bibliothèque comme aux archives et à la gestion du temporel. La question sous-jacente que pose cette thèse est d’où vient la maîtrise dont fait preuve dom Thomas Le Roy, et, au-delà, les autres moines mauristes historiens : faut-il y voir une influence des Bollandistes ? Des Jésuites ? D’autres formes d’influences ? L’enquête reste à faire. On peut également se demander si Les Curieuses recherches avaient vocation à être publiées. Ce n’est pas certain, car cela semble précoce par exemple comparativement au cas de dom Pommeraye, qui adresse son travail aux anciens religieux de Saint-Ouen de Rouen en 1662. Il serait sans doute intéressant de s’intéresser aussi au contexte de l’introduction des Mauristes au Mont en 1622, et notamment au texte du concordat.

Plus généralement, on sent, à la lecture de cette thèse, que ce travail s’inscrit dans un contexte et une dynamique plus large, porté par l’université de Caen autour du Mont Saint-Michel (projet Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel, édition critique et traduction du De abbatibus, etc.).

Autre aspect important de la thèse, l’analyse des matériaux utilisés par dom Thomas Le Roy (manuscrits, archives et imprimés) : il s’agit d’une façon novatrice d’entrer dans la bibliothèque du Mont Saint-Michel, ce qui offre des perspectives extrêmement riches pour les travaux sur la bibliothèque médiévale et moderne de ce monastère.

Les études de dom Huynes et dom Le Roy montrent un souci de meilleure gestion du monastère et de prise en main de celui-ci. Ces jeunes moines, bien avant Mabillon, arrivent à gérer un projet monastique en s’appuyant sur la bonne connaissance de son histoire. Il existe autant de « dom Le Roy » que de monastères réformés par les Mauristes (cf. le travail en cours d’un chercheur sur Landevennec). Il existe sans doute aussi un lien entre le parcours biographique de ce jeune moine et la structure de la congrégation de Saint-Maur : Bourgueil, Saumur, Saint-Melaine de Rennes, le Mont Saint-Michel, Saint-Benoît-sur-Loire, Saint-Bénigne de Dijon. Les supérieurs de la congrégation font bouger des prieurs, mais aussi de très bons administrateurs et de très bons gestionnaires, comme c’est le cas pour dom Le Roy ; plusieurs fois on lui confit la rédaction de l’histoire du nouveau monastère où on l’envoie.

Daniel-Odon Hurel termine en se disant très frappé par le résultat de l’édition numérique : « c’est un travail remarquable, fort utile, dont je n’hésiterai pas à vanter tous les mérites ». Il conclut son intervention en ces termes : « tant pour l’édition elle-même que pour l’introduction et le commentaire de l’ensemble de ces œuvres, cette thèse constitue sans aucun doute l’une des plus importantes contributions à l’édition d’œuvres mauristes que nous connaissions et sans doute un point de repère pour des éditions futures. Au-delà, cette thèse extrêmement riche constitue une véritable histoire du Mont Saint-Michel et de son patrimoine archivistique et historique, bien au-delà de l’œuvre de dom Le Roy ». L’intervenant remercie enfin la candidate pour l’ouverture que constitue son travail sur dom Le Roy vers l’étude d’autres auteurs mauristes ayant un profil comparable.

Marie Bisson remercie Daniel-Odon Hurel pour ses remarques et ses conseils, dont elle tiendra compte pour la publication de son travail.

Intervention de Frédéric Duval (examinateur)

À la suite des autres intervenants, Frédéric Duval adresse ses félicitations à Marie Bisson. Il tient pour sa part à souligner dans ce travail l’existence de développements très intéressants sur des aspects généraux abordés dans le cadre d’autres projets, à commencer par le projet Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel. Il insiste sur la qualité exceptionnelle de la thèse, d’une grande honnêteté intellectuelle. Les enquêtes d’identification des sources sont en particulier remarquables. La thèse a nécessité de solliciter une multitude de compétences dans des domaines très divers, ce qui ne manque pas de susciter l’admiration : philologie, édition de texte numérique, histoire des textes, codicologie, paléographie, histoire religieuse, etc. L’intervenant précise que pour réaliser cette thèse, « il a fallu remplir les exigences d’une thèse traditionnelle, auxquelles sont venues s’ajouter les exigences d’une édition numérique, devant un jury non forcément habitué à ce type d’édition. L’exercice était périlleux, mais vous vous en êtes brillamment sortie. Vous avez réuni des compétences multiples, habituellement réservées à des spécialistes, afin de réussir une thèse monopolisant toutes ces compétences ».

Frédéric Duval poursuit en formulant quelques remarques, qui n’enlèveront rien à la qualité du travail accompli, mais qui visent à encourager l’approfondissement de certains points jugés pertinents. Devant l’ampleur de la tâche, il était inévitable d’écarter certaines pistes de recherches, qui mériteront sans doute d’être traitées ultérieurement : l’étude systématique des liens historiographiques entre les œuvres de dom Huynes et de dom Le Roy ; l’étude de l’évolution de la langue française (en prenant en compte les commentaires et les remarques de dom Le Roy) ; l’étude des repentirs et des corrections de l’auteur. Du point de vue méthodologique, Frédéric Duval s’interroge malgré tout sur le bénéfice réel qu’il est possible de tirer de toutes les variantes textuelles repérées d’un texte à un autre. Il est selon lui très difficile de mesurer, a priori, l’effort que nécessite l’encodage, par rapport à son apport réel. Il précise qu’il aurait sans doute aussi été intéressant de prendre en compte davantage de sources mauristes, et non exclusivement montoises, car dom Le Roy avait sans doute aussi accès à ce type de sources. Il relève au passage l’emploi maladroit du terme « lacune » pour désigner les blancs laissés par l’auteur dans certaines phrases. Ceux-ci auraient mérité d’être représentés dans l’édition, afin d’en faire une étude spécifique. L’intervenant regrette également de ne pouvoir consulter l’édition diplomatique pour la reproduction des actes et diplômes reproduits par dom Le Roy. En revanche l’apparat critique est bienvenu et bien choisi, avec un énorme travail sur les lieux parallèles. L’usage de la base d’autorité et des thesauri fait partie des belles réussites de la thèse. Comme amélioration souhaitée, un retour au mot ayant permis l’accès à la basse autorité, plutôt qu’un retour au début du chapitre, faciliterait la navigation. La référence au FEW aboutit parfois à des notes philologiques approximatives qui peuvent gêner le lecteur.

Il s’agit d’un travail d’expérimentation très intéressant, qui mériterait de faire l’objet d’un bilan après ces sept années de thèse : « vous avez sans doute énormément à dire sur votre expérience dans l’usage de l’édition numérique, avec l’évolution des outils au cours de ces années, de vos choix, vos repentirs, etc. ».

L’intervenant conclut en ces mots : « Je m’arrête ici en vous félicitant pour ce très beau travail de thèse, en souhaitant sa publication. Avec néanmoins une difficulté pour déterminer sous quelle forme cette édition sera effectuée, tant pour la version papier que pour la version numérique ».

Marie Bisson revient sur la question des actes : la comparaison des textes aux originaux et aux éditions était un choix initial, conservé jusqu’au bout, et qui a nécessité un gros travail, pour un résultat a priori d’un intérêt finalement assez limité. Il faudra réfléchir à ce point pour la version publiée.

Intervention de Benoit-Michel Tock, président de jury

Benoît-Michel Tock, président de jury, prend la parole en dernier. Il souligne un travail remarquable par son ampleur, sa qualité, son exigence, avec une édition de texte qui pose très bien les problèmes actuels d’ecdotique et d’édition numérique, notamment avec le choix de 2 supports, l’un papier, l’autre numérique. Il félicite la doctorante pour l’ensemble de son travail, mais en particulier pour les 25 dernières pages de méthodologie d’édition critique et numérique, d’une grande précision pour expliquer les objectifs : « elles sont très précieuses ». Il s’agit d’une édition dite diplomatique, dont l’intervenant regrette toutefois l’absence de possibilité d’afficher les versions numérisées des manuscrits, disponibles sur Gallica. Quoi qu’il en soit cette nouvelle édition remplace complètement celle de Beaurepaire, qui, désormais, ne devient utile que pour étudier le travail d’un historiographe du XIXe siècle. L’intervenant a été particulièrement sensible à l’analyse du système graphique de dom Le Roy, en fonction de ses intentions, ainsi qu’aux recherches approfondies sur les sources utilisées par l’auteur : il félicite Marie Bisson sur ces deux points.

Les quelques « reproches » formulés portent sur des questions de détail : il aurait par exemple été souhaitable d’indiquer les titres de chapitre en haut de page, en titre courant, afin de se repérer plus facilement dans les éditions. Il aurait aussi été intéressant d’ajouter des éléments d’identification dans les index des auteurs, afin de distinguer plus facilement les individus. Il aurait aussi été préférable de faire figurer « Mont Saint-Michel » plutôt que « montois » (terme non spécifique au Mont Saint-Michel) dans le titre de la thèse, ce qui aurait été une meilleure accroche pour le lecteur. Benoît-Michel Tock se demande pour finir quels étaient le véritable travail et la fonction exacte de dom Le Roy : celle d’un historien ? Celle d’un administrateur ? Celle d’un gestionnaire ? Un mélange de tout cela ? Ou autre…

Marie Bisson remercie Benoît-Michel Tock pour ses remarques et ses suggestions.

L’assistance est invitée à se retirer vers 17H30.

Après avoir délibéré, le jury décerne à Marie Bisson le doctorat de l’université de Caen Normandie, avec la mention très honorable et avec ses félicitations à l’unanimité. L’assistance salue cette décision par des applaudissements soutenus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *