Pierre Bauduin, Introduction – Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux : aspects et limites d’un transfert sémantique

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Introduction –  Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux : aspects et limites d’un transfert sémantique

 Pierre Bauduin

Université de Caen Normandie, Craham


Les termes employés pour décrire et théoriser les transferts et transformations culturels se sont multipliés et ont subi des changements de sens. Comme le notait L. Turgeon en 2004, « caractérisé par des mots comme acculturation, transculturation, interculturation, traduction, métissage, créolisation et hybridation, ce lexique a connu des mutations qui ne peuvent s’expliquer que par des contextes sociopolitiques qui leur ont donné naissance et les tensions idéologiques qui agissent sur leur sens » (Turgeon 2004, p. 53). L’usage de cette terminologie ne signifie nullement que les phénomènes qu’elle qualifie n’étaient pas étudiés auparavant : beaucoup l’étaient, mais avec d’autres mots, et des fondements théoriques ou méthodologiques qui pouvaient être différents.

L’étude des échanges culturels dans les mondes normands n’est assurément pas une nouveauté, en revanche l’usage de la terminologie qui leur est consacrée mérite d’être approfondi et élargi à d’autres espaces ou pour d’autres périodes, et confronté à d’autres champs disciplinaires. Ce fut le cas lors d’un colloque international tenu dans le cadre d’un échange franco-russe (Bauduin et Musin 2014) regroupant des intervenants issus de plusieurs disciplines et traditions historiographiques différentes. La variété des objets traités (matériels et immatériels) pour lesquels se posaient des questions de transmission, de réception, d’adaptation; celles des lieux ou espaces d’échanges ainsi que des acteurs de ces processus mettaient en avant différentes situations ou contextes de contact culturels. Revenaient de manière récurrente des questions sur les identités les affichages identitaires et les représentations. Penser l’ensemble en termes de transferts culturels semblait le mieux à même de pouvoir tenir compte de cette complexité, à un moment où la notion se diffusait dans le champ de l’histoire médiévale (Rossignol 2009 ; FranceMed 2012).  Lors du colloque l’abondance d’un vocabulaire ressortissant des échanges culturels et les limites posées par certaines définitions ou les difficultés pour qualifier les processus à l’œuvre ont rendu nécessaire d’approfondir une réflexion sur la terminologie.

Inflation terminologique et déplacements sémantiques

La production historiographique témoigne de l’usage croissant d’une terminologie qui renvoie à des processus d’interaction culturelle. Face à cette inflation terminologique, l’historien médiéviste se sent parfois perplexe, oscillant entre des attitudes allant du rejet à l’adhésion ou tout simplement à des formes d’empirisme. Les concepts utilisés ont pu être forgés, empruntés ou utilisés de manière dans différents domaines des sciences humaines, voire même des sciences expérimentales. Une des tâches est donc de préciser les généalogies de ces concepts, qui ne sont pas forcément compris ou adaptés de manière identique par les auteurs ou les courants historiographiques. C’est également un domaine où les métaphores sont nombreuses, empruntant à l’économie, au monde animal ou végétal, à l’environnement, à l’histoire des techniques, à l’alimentation, au langage (Burke 2009, p. 34-35). D’autre part, un même terme ou expression peut receler un contenu différent d’une langue à l’autre, ou être traduit de différentes manières. Enfin, ce domaine de recherche s’inscrit dans une évolution générale des sciences sociales et plus généralement des préoccupations de nos sociétés.

À l’orée du XXIe siècle, S. Gruzinski soulignait l’apparition de ce qu’il appelait un « idiome planétaire », d’un discours « qui n’est pas si neutre et spontané qu’il n’y paraît » (Gruzinski 2001). Les travaux pour définir ces termes, les situer sur le plan épistémologique et en cerner les enjeux ou les pièges ne manquent pas. P Burke rappelait la variété de la terminologie employée pour décrire les processus d’interaction culturelle, ajoutant que « We live in a jungle of concepts competing for survival » (Burke 2009, p. 34). Il revenait donc sur l’emploi et l’usage de certains de ces termes (imitation and appropriation, accommodation and negociation ; mixing, syncretism, hybridity) ou de concepts associés (cultural translation, creolization). Il soulignait également richesse de la métaphore « cultural translation », qui implique une idée d’effort (pour s’approprier les choses et en restituer le sens) et de négociation.

L. Turgeon, de son côté, insistait sur les glissements de sens, le jeu des mots et les enjeux qu’ils révèlent. « De l’acculturation à la traduction »  indique un cheminement, de l’étude de la position des migrants ou de minorités ethniques qui s’assimilent – ou résistent – à « la notion de traduction [qui] conduit toujours à dire l’autre dans les mots à soi, et donc ramener l’autre à soi ». « Du métis aux métissages culturels », suggère d’autres déplacements sémantiques à travers un mot, le « métissage » qui, d’abord connoté de manière péjorative, puis valorisé, a été porté au cœur de tout processus culturel, levé comme bannière contre les fondamentalismes, et  est « devenu une métaphore pour dire le monde postmoderne ». « Créolisation et hybridation » renvoient vers un double registre qui s’exprime en termes de créativité et de contestation du discours colonial (Turgeon, 2004, p. 56, 59 et passim).

Que reste-t-il de l’acculturation ?

Dans le champ de la recherche historique, la notion d’acculturation a été souvent appliquée au domaine de l’histoire coloniale ou des missions religieuses, et s’est ainsi chargée d’un contenu négatif. Elle induit alors l’idée d’une confrontation entre les cultures et paraît trop réductrice pour envisager des situations en réalité très diverses. « En deux décennies, – écrivait C. Courbot en 2000 – le concept d’acculturation est passé du statut de direction de recherche prometteuse bien que complexe à mener, à celui d’un terme très connoté, à éviter dans la plupart des champs historiques » (Courbot 2000). A. Peters-Custot notait les différences d’usage entre les historiens et, qu’aucun autre terme n’ayant réussi à s’imposer «  le médiéviste fait quant à lui son marché en fonction plus de sa sensibilité que d’un bagage conceptuel fermement délimité » (A. Peters-Custot, 2011 révisé 2013).

Acculturation reste donc utilisé par les historiens, du moins certains d’entre eux, et conserve une valeur polysémique. L’évitement d’acculturation, le choix d’autres termes pour le remplacer ont pour effet de priver le chercheur de toute une dimension de l’évolution culturelle liée à la pression sociale et politique. Aux yeux de certains historiens, la notion d’ « acculturation »  reste donc pertinente en ce qu’elle restitue une dimension politique, faite de contrainte, de résistance, d’alliances, de réinterprétation, de gestion politique des enjeux culturels, qui reste essentielle pour situer les phénomènes culturels dans une évolution globale de la société.

Le pouvoir de l’analogie

Nous assistons depuis deux ou trois décennies à une resémantisation de tout un pan des études historiques, particulièrement lorsqu’ils touchent à des phénomènes de migration, de conquête, de colonisation, d’échanges et des rapports à l’« Autre ». Cela nous amène à réfléchir sur ce que j’appellerai le pouvoir de l’analogie, d’autant plus puissant ici que le vocabulaire utilisé use souvent de la métaphore, invite la comparaison et emprunte à différentes disciplines. J’ai eu ainsi l’occasion de préciser par ailleurs comment les diasporas « viking » et « normande » se sont ainsi glissées depuis quelques années dans les préoccupations des chercheurs, avec des implications diverses.

L’usage de certains termes renvoie à des connotations plus ou moins clairement exprimées. Le métissage, la créolisation, l’hybridité ou l’hybridity relèvent parfois simplement d’un usage empirique, pour exprimer un mélange des cultures ou de certains aspects de celle-ci. Il peut aussi recouvrir un usage beaucoup plus militant consacré dans les subaltern studies et les théories postcoloniales. H. Bhabba place l’ « hybridization » au cœur de la création des cultures et des identités coloniales (Bhabba 1994) et met en avant le concept de « third space », un « troisième espace » ambigu où interagissent les cultures, ouvert à l’hybridité, et plus généralement aux formes de subversion. Si l’on constate une progression de la rhétorique de l’hybridité dans les études consacrées aux échanges culturels, il est difficile de savoir si son usage relève d’un emploi empirique ou de fondements théoriques. L’introduction de Norman Tradition and Transcultural Heritage fait clairement référence aux théories postcoloniales (postcolonial turn), auxquels les auteurs semblent se rallier, adhérant au concept d’hybridité culturelle et en interprétant les territoires où les Normands établirent leur pouvoir (« Norman dominions »), particulièrement le royaume de Sicile, comme un third space. L’expression est reprise à son compte – mais non sans nuances – par H. Houben dans un article du même volume.

Les discussions sur les frontières ou les périphéries ouvrent donc aussi à d’autres espaces qui permettent de « penser l’intermédiaire » (S. Gruzinski) : third space, in between, middle ground. Chacun peut revêtir des connotations différentes, plus ou moins subversives, mais qui mettent en avant des espaces où interagissent des passeurs entre les cultures et le rôle fondamental de la médiation. Plusieurs de ces aspects ont été abordés lors de cette rencontre, qui fut aussi l’occasion de discuter l’usage et l’application de certains de ces concepts, ainsi que leurs limites.

Éléments de bibliographie

Bauduin P. et Musin A. (dir.), Vers l’Orient et vers l’Occident : regards croisés sur les dynamiques et les transferts culturels des Vikings à la Rous ancienne, Presses universitaires de Caen (Publications du CRAHAM), 2014.

Bhabha H. K., The Location of Culture, Londres, Routledge, 1994 (trad. fr., Les Lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007)

Burke P., Cultural Hybridity, Cambridge, Polity Press, 2009.

Turgeon L., « Les mots pour dire les métissages : jeux et enjeux d’un lexique », in L’horizon anthropologique des transferts culturels, numéro spécial de Revue germanique internationale, 21, Presses universitaires de France, 2004, p. 53-69.

Courbot C., « De l’acculturation aux processus d’acculturation, de l’anthropologie à l’histoire. Petite histoire d’un terme connoté», Hypothèses 1/2000 (3), p. 121-129.

Foerster Th. et Buckhardt S., « Introduction : Tradition and Heritage : The Normans in the Transcultural Middle Age », in Norman Tradition and Transcultural Heritage. Exchange of Cultures in the ‘Norman’ Peripheries of Medieval Europe, S. Burkhardt et Th. Foerster (éd.), Farnham Burlington, Ashgate, 2013, p. 1-18.

Gruzinski S., « “Un honnête homme, c’est un homme mêlé”. Mélanges et métissages », in Passeurs culturels. Mécanismes de métissage, Marne-La-Vallée, Presses universitaires de Marne-La-Vallée, 2001, p. 1-19.

Peters-Custot A., « De l’usage de l’acculturation en Histoire médiévale, sur le site de Menestrel, http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1550&lang=fr&art=fr#2263

Rossignol S. « Eliten und Kulturtransfer im Mittelalter. Ausgangslage und Ergebnisse », dans ‘Mittelalterliche Eliten und Kulturtransfer östlich der Elbe. Interdisziplinäre Beiträge zu Archäologie und Geschichte im mittelalterlichen Ostmitteleuropa, A. Klammt et S. Rossignol (éd.), Göttingen, Universitätsverlag Göttingen, 2009, p.205-235

FranceMed, « Introduction à l’étude des transferts culturels en Méditerranée médiévale. Aspects historiographiques et méthodologiques », in Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, R. Abdellatif, Y. Benhima, D. Köning, E. Ruchaud (éd.), Munich, Oldenbourg Verlag, 2012, p. 14-44

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *