Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Alban Gautier

Université du Littoral-Côte d’Opale ; HLLI – EA 4030


L’expression « phénomène anglo-scandinave » fait référence à la présence du IXe au XIe siècle en Angleterre d’individus et de populations que divers éléments, dans la documentation écrite ou dans l’analyse des données archéologiques, permettent de rattacher à la Scandinavie. Deux ouvrages récents (Kopár 2012 ; McLeod 2014), mais aussi un article de Lesley Abrams (Abrams 2012) reconsidèrent cette « question anglo-scandinave », en cherchant à comprendre comment les migrants et les sociétés qui les ont accueillis ont été concrètement amenés à voir évoluer leurs appartenances telles qu’elles existaient avant la rencontre entre ces populations d’origines différentes… ou au contraire à les conserver, voire à les durcir. Pour rendre compte de ces changements, les auteurs utilisent des termes que l’on peut dire « processuels » (en cela qu’ils cherchent à nommer des processus) : des mots en –ation, a priori transparents, comme integration, accommodation, acculturation, assimilation, hybridation ou Christianization. Or l’apparente transparence de ces termes fait en réalité courir au lecteur francophone le risque du contresens.

La Christianization n’est pas seulement l’adoption d’une religion. Le changement religieux n’est en effet qu’un aspect de la « mouvance des identités » au cours de la période : la langue, l’écriture, le droit, la culture matérielle en sont d’autres (Plassmann 2014). Néanmoins ces traits sont tous d’une certaine manière liés à la question religieuse, surtout si on aborde la christianisation non pas comme un phénomène purement spirituel mais comme un processus qui véhicule un « package culturel » comprenant l’écriture, des usages méditerranéens, une vision romaine du droit (Abrams 2012, p. 137). Le futur Danelaw, chrétien depuis le VIIe siècle, l’est aussi dans la seconde moitié du Xe siècle. Dans quelle mesure la région a-t-elle été déchristianisée par les invasions vikings de la seconde moitié du IXe siècle ? Comment et à quel rythme a-t-elle été rechristianisée ? Le christianisme « reconstitué » entre 880 et 950 était-il différent de celui qui existait auparavant, et était-il marqué par l’apport des migrants ? Aucune conversion ne consiste en l’adoption pure et simple des dogmes et usages importés par les missionnaires : les populations s’approprient au contraire la nouvelle religion à partir de leur propre vision du monde et de leurs propres pratiques par un processus d’assimilation (Abrams 2000). Ce mot n’est donc pas utilisé dans le sens habituel en français (la perte par une population de caractéristiques culturelles, ce qui l’amène à « se noyer » dans une autre), mais bien comme un synonyme d’« appropriation » (par laquelle une population « assimile » des traits culturels, se les approprie).

Gods and Settlers, de L. Kopár, part de la croix de Gosforth, qui se dresse dans le cimetière de ce petit village de la Cumbria. Pour l’auteure, cette sculpture n’est pas seulement le signe de l’intrusion des Scandinaves mais aussi de leur integration, facilitée par une convergence culturelle dont la christianisation n’est qu’un aspect. La sculpture « d’époque viking » serait une manifestation de l’integration religieuse/culturelle et illustrerait un processus de religious accommodation. Le mot integration ne doit donc pas être compris comme un équivalent de ce que les media appellent « intégration à la française » (une forme d’assimilation, de fusion des migrants dans une identité englobante préexistante). Integration est ici utilisé pour désigner le fait que les Scandinaves s’insèrent et trouvent leur place dans la vie sociale des régions où ils s’implantent ; ou encore, « le processus d’attribution de positions et de fonctions dans le système social » (Günter Endruweit, cité par Ertl 2014, p. 21). En français, « insertion » serait donc plus approprié : en sociologie, l’insertion (professionnelle, sociale), qui s’oppose à l’exclusion, permet à l’agent de construire ou de valoriser du lien social, et la christianisation des vikings en Angleterre procède sans doute de ce type de logique. Les migrants ont cherché à s’insérer dans l’existence sociale des élites anglo-saxonnes, et non à les remplacer : l’adoption de la religion chrétienne et de ses codes sociaux était nécessaire pour permettre cette insertion, qui relève plus de l’appropriation (processus envisagé du point de vue des agents) que de l’assimilation (au sens français, envisagé du point de vue de la société dans laquelle les agents visent à s’insérer). D’où l’importance de la notion d’accommodation, qui n’a pas d’équivalent français clair : le mot veut dire installation, logement, mais aussi réglage ou accord (au sens musical), voire accommodements (raisonnables de préférence), c’est-à-dire compromis. Si la sculpture anglo-scandinave relève d’une accommodation, c’est parce que les artistes et de leurs commanditaires ont cherché à rendre le christianisme audible et adoptable par des groupes habitués aux modes de pensée païens. La quasi-totalité des monuments représentant des dieux et héros du paganisme sont situés dans des lieux ecclésiastiques : ce procédé, initié par les responsables chrétiens de Northumbrie, « accommode et contextualise des éléments d’une tradition dans les termes de l’autre », afin d’obtenir « l’integration de valeurs, d’idées, d’enseignements de l’Église dans la culture réceptive par les membres de la communauté réceptive » (Kopár 2012, p. 164-165). Du côté des outsiders (ceux qui veulent « traduire » les concepts chrétiens, pour simplifier les clercs), on assiste donc à un travail de contextualization, de mise en contexte et donc d’adaptation du message à un contexte culturel autre ; pour les insiders (ceux qui relèvent de la « culture réceptive », à savoir les vikings), il s’agit d’une inculturation, c’est-à-dire de l’appropriation du message à partir de leur propre donné culturel (ibid., p. 152). C’est ce « réglage », cette adéquation atteinte par tâtonnements entre message et réception, que L. Kopár appelle accommodation. En revanche, elle rejette à juste titre le mot « syncrétisme », qui désigne un système religieux hybride, un mélange entraînant la dilution d’éléments essentiels des religions qui entrent en contact : ce n’est pas le cas ici, car le christianisme reste bien identifiable. Il n’est pas certain que l’adaptation culturelle des Scandinaves en Northumbrie ait toujours été aussi finement pensée et reçue que l’auteure cherche à le montrer, mais elle a eu le mérite de poser les questions et de réfléchir à un vocabulaire.

Si accommodation est au centre du livre de L. Kopár, le mot-clé de celui de S. McLeod est acculturation. Chez beaucoup d’anthropologues, ce mot désigne un changement culturel résultant de la mise en contact prolongée de groupes de cultures différentes (Peters-Custot 2011) : le changement peut affecter l’un ou l’autre groupe, ou les deux, les traits transférés depuis le « groupe culturel donateur » étant adoptés par le « groupe culturel receveur », qui les adopte à sa façon, à partir de sa propre expérience et des propres présupposés culturels. S. McLeod emploie abondamment ce terme, souvent dans le sens restreint d’adoption simple de traits culturels. En effet, il reconnaît le caractère bilatéral du processus, mais il répartit ainsi l’usage du vocabulaire : les migrants ont apporté des idées et pratiques nouvelles (innovation), et ont adopté des idées et pratiques locales (acculturation). Essayant de restituer l’expérience vécue des guerriers et des chefs de la Grande Armée, il note que, quand ils ont commencé à se stabiliser dans la seconde moitié des années 870, beaucoup d’entre eux avaient déjà passé une dizaine d’années en Angleterre, c’est-à-dire la majorité de leur vie adulte ; par ailleurs, beaucoup avaient pu migrer non pas directement depuis la Scandinavie, mais depuis l’Irlande ou la Frise, régions déjà chrétiennes (l’hypothèse, à mon avis assez mal étayée par l’auteur, est néanmoins séduisante). Ce qu’il entend par acculturation, c’est donc une forme d’« acclimatation », de « familiarisation », voire d’« accoutumance » : les guerriers de la Grande Armée, dans leurs habitats originels comme dans leur interaction avec les Anglo-Saxons en Angleterre même, se sont ainsi accoutumés à de nombreux traits culturels propres aux élites anglo-saxonnes. Ce n’est pas cela qui a fait leur conversion, ou leur christianisation, mais cette acculturation, que je préfère donc appeler « acclimatation », a permis leur passage au christianisme.

Ainsi les mots a priori transparents ne le sont pas si l’on y regarde bien. Face à integration, accommodation ou acculturation, les termes « insertion », « réglage » ou « acclimatation » permettent de mieux comprendre ce que ces auteurs anglophones ont voulu dire.

Bibliographie

Lesley Abrams, « Conversion and assimilation », dans Dawn M. Hadley et Julian D. Richards (dir.), Cultures in Contact. Scandinavian Settlement in England in the Ninth and Tenth Centuries, Turnhout, Brepols, 2000, p. 135‑153.

Lesley Abrams, « Diaspora and identity in the Viking Age », Early Medieval Europe, 20/1, 2012, p. 17‑38.

Thomas Ertl, « Mongolen in Brokat. Das Akkulturationskonzept als Herausforderung für die Mittelalterforschung », dans R. Härtel (dir.), Akkulturation im Mittelalter, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2014, p.17-41.

Lilla Kopár, Gods and Settlers. The Iconography of Norse Mythology in Anglo-Scandinavian Sculpture, Turnhout, Brepols, 2012.

Shane McLeod, The Beginning of Scandinavian Settlement in England. The Viking ‘Great Army’ and Early Settlers, c. 865-900, Turnhout, Brepols, 2012.

Annick Peters-Custot, De l’usage de l’acculturation en histoire médiévale, Ménestrel, 2011 [en ligne, http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1550].

Alheydis Plassmann, « Akkulturation als Herrschaftspraxis. Das Beispiel der Normannen in der Normandie, in England un in Süditalien », dans Härtel (dir.), Akkulturation im Mittelalter, op. cit., 2014, p. 395-440.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *