Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie
CRAHAM (UMR 6273)

Les travaux sur l’abbaye du Bec ont récemment connu des avancées significatives en France et en Angleterre, en particulier pour les XIe-XIIe siècles. On peut songer, notamment, aux écrits de Jean-Hervé Foulon sur Herluin et les débuts de l’abbaye ou à la journée d’études organisée par Véronique Gazeau et Grégory Combalbert (Université de Caen Normandie, Craham), à l’abbaye même, les 22 et 23 avril 2016 (elle a notamment été l’occasion d’un bilan archéologique fort précieux, présenté par Gilles Deshayes). Ceux-ci seront complétés par plusieurs publications dans les mois qui viennent : ainsi, un Companion to history of Bec sera publié chez Brill ; Stéphane Lecouteux (Craham) proposera bientôt une mise au point sur la bibliothèque médiévale de l’abbaye ; nous travaillons aussi, avec Stéphane Lecouteux, à de nouvelles propositions sur les annales du Bec. Lors de la journée d’études de 2016, j’ai annoncé quelques travaux à venir, menés dans le cadre de ma thèse et en marge de celle-ci, dont je souhaiterais proposer un court bilan d’étape, centré sur la chronique du Bec.

On appelle traditionnellement « chronique du Bec » un texte qui raconte l’histoire de l’abbaye entre 1149 (mort de Létard, sixième abbé, et élection de Roger [I]) et 1476 (mort de Geoffroi d’Épaignes, trentième abbé). Néanmoins, elle n’a pas été écrite par un seul auteur à la fin du XVe siècle : une lecture attentive et des croisements avec d’autres sources montrent que plusieurs phases d’écriture se sont succédé, qui sont compilées par un ou plusieurs auteurs à la fin du Moyen Âge. La chronique fait suite aux six vies d’abbés, composées certainement au XIIe siècle, après les morts d’Herluin, Anselme, Guillaume, Boson, Thibaut et Létard. En adoptant une organisation par abbatiat, au moins pour la période allant du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècles, les auteurs successifs de la chronique maintiennent, à une ou deux exceptions près, un continuum pendant tout le Moyen Âge, ce qui est un cas unique en Normandie (même si nous conservons des annales qui couvrent l’ensemble de l’époque médiévale pour Saint-Wandrille par exemple).

Ma relecture de la chronique du Bec, connue par deux éditions principales (D’Achery 1648, reprise dans la Patrologie Latine, et Porée 1883), est partie de mon travail de prosopographie des abbés du Bec des XIIIe-XVIe siècles. Cette lecture m’a amené à me poser des questions peu ou pas traitées dans l’historiographie. Je les classerai en trois temps, qui feront l’objet de trois billets dans ce carnet :

  1. les traditions de ce texte et la seule version médiévale connue, conservée à la Bibliothèque Apostolique du Vatican ;
  2. la présentation du manuscrit du Vatican ;
  3. les phases d’écriture potentielles de la chronique et les perspectives que cela ouvre.

À la suite d’A.-A. Porée, nous pouvons identifier deux traditions de la chronique du Bec, que l’on peut affiner par rapport à ses remarques introductives (Porée 1883, p. xi-xv). La première démarre vers 1475/1480. La chronique est insérée à la fin d’un manuscrit de 192 folios contenant essentiellement des documents concernant le Bec, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Apostolique du Vatican (ms. Reg. Lat 499). Ce manuscrit a été copié presqu’en intégralité par André Du Chesne au XVIIe siècle ; cette copie est aujourd’hui conservée à la BnF (ms. lat. 5427). C’est cette copie qu’A.-A. Porée édite en 1883, faute d’avoir pu consulter le manuscrit du Vatican. Il a abondamment annoté et complété son édition grâce aux notes et travaux de dom Thibault (« Chronicon Beccense auctum et illustratum », BnF, ms. lat. 12884, XVIIe siècle) et de Jacques Jouvelin (BnF, ms. lat. 13905, XVIIIe siècle).

Les débuts de la seconde tradition sont plus obscurs. Nous l’identifions avec certitude en 1648, par l’édition de Luc d’Achery, donnée en annexe aux Beati Lanfranci opera omnia quae reperiri poterunt (Paris, 1648). L’auteur écrit qu’il édite un manuscrit en papier, truffé de notes et d’additions, avec un style difficile, parfois fautif. Il ajoute avoir voulu compenser les lacunes de celui-ci grâce à d’autres documents : mais certains de ses confrères l’en ont dissuadé. Ce texte n’en demeure pas moins compliqué à utiliser pour les historiens car il comprend des erreurs de transcriptions, en particulier des noms propres, des interpolations, voire des ajouts substantiels bien qu’il se défende du contraire en introduction (Paquet, à paraître). Malgré cela, c’est cette tradition qui est reprise par tous les auteurs – et notamment dans la Patrologie Latine – jusqu’à l’édition de A.-A. Porée ; et il n’est pas rare que les historiens travaillent encore avec cette version sans précaution. Malheureusement, d’Achery ne donne pas plus d’informations sur le manuscrit qui sert de base à son édition, mais la mention qu’il était en papier prouve déjà l’existence de deux manuscrits au moment où il travaille. Deux versions de la chronique du Bec ont donc été copiées entre 1470 et 1562 ; il ne nous reste que celle du manuscrit du Vatican.

Les deux traditions peuvent être précisées grâce à l’inventaire des bibliothèques dressé par le mauriste Bernard de Montfaucon (Montfaucon 1779, t. II, p. 1254). Celui-ci note l’existence de deux manuscrits. Sous le numéro 141, il décrit : « Eadem vitae [celles des six premiers abbés du Bec], seu acta cum parte chronici Beccensis a Rogerio Abbate 7 ad 1468, in fol. papyr. » et sous le numéro 142 : « Chronicon Beccense a fundatione Monasterii ad 1468, in 4o, papyr. ». Parmi ces deux manuscrits en papier, figure certainement celui utilisé par d’Achery ; l’un de deux correspond peut-être à la chronique de François Carré, religieux de l’abbaye, qui résume la chronique du Bec pour l’époque médiévale et la complète pour la période 1476-1563 (Porée 1883, p. 161-164).

Au total, il y avait donc au moins trois manuscrits contenant la chronique du Bec à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne : les deux encore à l’abbaye en 1739, probablement perdus pendant la Révolution comme beaucoup d’autres (Nortier 1957, p. 59-60 ; Lecouteux 2017), et celui aujourd’hui au Vatican. Le destin de celui-ci mérite quelques mots, d’autant plus qu’A.-A. Porée, ne l’ayant pas vu, ne pouvait évidemment pas l’étudier. Il était probablement le plus précieux des trois : en parchemin – alors que les deux autres sont en papier –, ses initiales sont très souvent enluminées, dans un style très semblable au cartulaire du Bec réalisé à la même époque (dont on conserve aujourd’hui la table, restée à l’abbaye).

Ce manuscrit a dû suivre un itinéraire similaire à celui présenté par Stéphane Lecouteux pour plusieurs manuscrits de la bibliothèque de la Trinité de Fécamp (Lecouteux 2007). En effet, à son premier folio, en bas à gauche, il porte la mention « Volumen CCVI. Non. Petauianum », reprise en haut à droite ensuite : « Numero 206 N. Pet. 1656 ». Il est donc passé dans la bibliothèque des collectionneurs orléanais Paul et Alexandre Pétau (Meyier 1947). Ces-derniers avaient des liens avec Claude Sarrau, correspondant à Paris de la reine Christine de Suède, et avec Isaac Vossius, érudit néerlandais qu’elle avait chargé de gérer sa bibliothèque. Ce dernier acquit en 1650 la majeure partie des livres et manuscrits d’Alexandre Pétau (Lecouteux 2007, p. 13-14). Une grande partie d’entre eux sont certainement arrivés au Vatican suite aux achats de Pietro Vito Ottoboni, élu pape en 1689 sous le nom d’Alexandre VIII : ils provenaient en partie des fonds de la famille de Decio Azzolino (1623-1689), cardinal de Saint-Eustache et secrétaire d’État du Vatican sous Clément IX, et surtout proche de la reine Christine de Suède, dont il fut l’exécuteur testamentaire. Les manuscrits qui ont suivi cet itinéraire sont répartis entre les fonds Reginenses et Ottoboni de la Bibliothèque Apostolique du Vatican. Reste qu’on ignore pour l’instant comment le manuscrit Reg. Lat. 499 est entré dans la bibliothèque des Pétau ; Stéphane Lecouteux élucidera peut-être cela dans ses travaux à venir.

À suivre : Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 2/3 : Le manuscrit Reg. Lat. 499 du Vatican.

Bibliographie

Beati Lanfranci opera omnia quae reperiri poterunt, D’Achery Luc (éd.), Paris, Billaine, 1648. https://archive.org/details/gri_33125008702751

Chronique du Bec et chronique de François Carré, Porée Adolphe-André (éd.), Rouen, Métérie, 1883. https://archive.org/details/chroniquedubece00porgoog

De Meyier Karel Adriaan, Paul en Alexandre Petau en de geschiedenis van hun handschriften (voornarmelijk op grond van de Petau-handschriften in de universiteitsbibliotheek te leiden), Leyde, Brill, 1947 [compte-rendu en français : Boutemy André, Scriptorium, n° 4, 1950, p. 168-171].

Gazeau Véronique, Normannia Monastica. Vol. 1 : Princes normands et abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle ; Vol. 2 : Prosopographie des abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle, Caen, Publications du CRAHM, 2007,

Lecouteux Stéphane, « Sur la dispersion de la bibliothèque bénédictine de Fécamp. Partie 1 : identification des principales vagues de démembrement des fonds », Tabularia, « Études », n° 7, 2007, p. 1-50. https://tabularia.revues.org/1986

Lecouteux Stéphane, « Enquête sur la bibliothèque du Bec », 2017, à paraître.

Montfaucon Bernard de, Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, Paris, 1779.

Nortier Geneviève, « Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines de Normandie. Chap. II : la bibliothèque de l’abbaye du Bec », Revue Mabillon, 1957, p. 57-83.

Paquet Fabien, « Autour de l’abbé Ymer de Saint-Hymer : faire l’histoire du Bec à la fin du Moyen Âge », Actes de la Journée d’études des 22 et 23 avril 2016 (« Histoire et archéologie de l’abbaye du Bec au Moyen Âge Actualité de la recherche », CRAHAM, dir. G. Combalbert et V. Gazeau), à paraître.

Porée Adolphe-André, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1901, 2 vol.

Illustration : dessin de l’abbaye avant la Révolution par Pigeon
(BnF, Estampes et photographie, EST RESERVE VE-26 (H)

Citer ce billet / Cite this article: Fabien Paquet, "Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions", in Mondes normands médiévaux / Medieval Norman worlds [carnet de recherches], 14 avril 2017. [en ligne] https://mnm.hypotheses.org/3152.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *