Tous les articles par Craham

The Norman Conquest of Sicily: Memory and Historiography

https://normansicilylancaster.wordpress.com/

The Lancaster University Department of History are seeking abstracts for the following sessions at the Leeds International Medieval Conference from the 2nd-5th July 2018, https://www.leeds.ac.uk/ims/imc/imc2018_call.html. The sessions shall be organised by John Aspinwall (PhD Student, University of Lancaster) and Dr. Alex Metcalfe (Senior Lecturer, University of Lancaster). Continuer la lecture de The Norman Conquest of Sicily: Memory and Historiography

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique | Appel à contribution

Journée d’étude organisée par le CRAHAM
(resp. M.-A. Avenel et P. Bauduin),

Caen, 16/02/2018 (MRSH – Salle des Actes)

Les études médiévales ont profité ces dernières années des campagnes de numérisation de masse menées dans les fonds des bibliothèques. Certaines de ces opérations, conduites aujourd’hui en partenariat avec des chercheurs spécialistes des Mondes normands médiévaux (Scandinavie, Normandie, royaume anglo-normand, Italie méridionale), ont permis de mettre en place des programmes portant sur l’analyse et la valorisation des sources au moyen des outils numériques. En effet, l’essor des humanités numériques s’est accompagné du développement d’outils adaptés à la recherche en Sciences humaines et sociales, dont a bénéficié l’étude des différents types de sources, textuelles et archéologiques. Parmi ces outils, l’usage de l’XML, en particulier, selon les recommandations de la TEI ou de l’EAD, a permis des avancées importantes pour la constitution de nouveaux corpus numériques et a donné lieu à une nouvelle réflexion sur les usages et les méthodes de l’édition critique.

Cette journée d’étude, adossée à un dossier de la revue Tabularia, cherchera à présenter différentes expériences relatives à l’usage du numérique pour l’étude des sources des mondes normands : il s’agira d’étudier les apports du numérique, la manière dont il influence la méthodologie de la recherche, dont il induit de nouvelle(s) lecture(s) des sources et de nouveaux outils (indexation, mémento). On pourra analyser les atouts, comme la pérennité des données, l’interopérabilité au sein d’une même source ou d’un même corpus comprenant différents types de documents, et leur mise en réseau sur un espace démultiplié. Mais on pourra aussi envisager les contraintes : dans quelle mesure l’adoption des outils numériques impose-t-elle aux chercheurs d’adapter leurs méthodes de recherche, voire de renoncer à certaines pratiques ? Les outils permettent-il de décrire la source dans toutes ses facettes et de rendre compte de sa complexité ?

Le cadre de l’enquête inclut différentes spécialités en lien avec les divers types de données ou de sources : philologie, paléographie, codicologie, descriptions et catalogages d’inventaires et d’imprimés anciens, numismatique, sigillographie, archéologie, iconographie, prosopographie etc. La confrontation avec des expériences réalisées hors de France est encouragée, de même que pourront être envisagées des comparaisons avec des projets ne concernant pas directement les mondes normands.

Les articles seront publiés dans la revue Tabularia. Les normes de publication sont détaillées dans la rubrique « recommandations aux auteurs » :

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/recommandations.html

Colloque « La Normandie existe-t-elle ? »

Colloque La Normandie existe-t-elle ? du 22 au 25 novembre 2017 aux Archives départementales, Maison de l’histoire de la Manche

Les Archives départementales, Maison de l’histoire de la Manche, et la Société d’histoire et d’archéologie de la Manche organisent, du 22 au 25 novembre, un colloque intitulé La Normandie existe-t-elle ?

Aux yeux des étrangers ou horzains, la Normandie est une maison à colombage entourée de pommiers en fleurs avec des vaches dont le lait crémeux produit des beurres et fromages renommés. L’image traditionnelle est présente à tous.

L’objet du colloque est de confronter cette image mythique avec la réalité historique et contemporaine.

Les axes de réflexion seront les suivants :

  • Histoire politique et institutionnelle
  • Peuplement et populations
  • Traces archéologiques
  • Langue et littérature
  • Droit normand
  • Structures et pratiques religieuses
  • Activités agricoles et industrielles
  • Images et historiographie de la Normandie

Plus d’informations

Continuity and Conquest – Memory and Social Practice in the Anglo-Saxon and Anglo-Norman Realms

INTERNATIONAL MEDIEVAL CONGRESS 2018

Call for Papers

Conquests are traditionally seen as some of the great turning points of history: paradigm shifts in which one regime is swept away by another, after which the course of history is forever altered for both subject and conquering peoples. However, conquests are frequently defined as much by their continuities as their changes. Memory plays a key role both in legitimisation and in resisting conquest, but also in the reconciliation and acceptance of new regimes. This role of memory is also frequent!y precipitated by, and reflected in, change and continuity in social practices, across diverse social strata and ethnie identities. For example, it is evident in political, legal, and religious practices, but also in wider social trends such as marriage and naming practices. Moreover, changing memories of conquest can be detected in their presentation in narrative sources, with differing perceptions of the past being articulated to rationalise, decry, or legitimise the present.

These sessions will cover the role of social practices in the memory of conquest in the Anglo-Saxon and Anglo-Norman worlds. We hope to challenge the problematic historiographically-embedded divides caused by traditional periodisation by examining the eleventh to thirteenth centuries as a whole. The sessions will explore the effects of conquest and both the continuity and change in social practices and processes of memorialisation which occurred in their wake. The three sessions will begin in the eleventh century (r016 and ro66), then cover the later effects of conquest in the twelfth century, before ending with the Joss of Normand y in the early-thirteenth century (1204).

Proposed papers should be 20 minutes in length, on topics including (but not limited to):

  • Formation and re-formation of ethnie and social identities.
  • Appropriation (and forgetting) of the pre-conquest past.
  • Change and continuity in religious, legal, and political practices.
  • Differing perceptions of the past among differing social strata.
  • Assimilation/acculturation of conquered and conquerors.

Continuity And Conquest PDF

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

5-7 octobre 2017, Caen, Auditorium du Château de Caen

(resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller)

https://transferts2017.sciencesconf.org/

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands aux frontières de la Chrétienté, dans le monde scandinave, en Europe orientale et en Méditerranée. Il s’agira aussi de réfléchir à l’organisation possible de nos connaissances, en évaluant la pertinence de cadres d’analyse proposés selon les catégories d’objets (matériels et immatériels), leur capacité ou l’aptitude à subir des transformations ou leur mobilité. Le colloque examinera également le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert.

Actualité de la recherche sur les mondes normands médiévaux : quelques ouvrages et outils récents | 22 mars 2017

22 mars 2017, Université de Caen Normandie,
SH028 (« salle des thèses ») et hall de la MRSH, 14-17 h.

David Bates (University of East Anglia) : William the Conqueror, New Haven et Londres, Yale University Press, 2016.

Edoardo d’Angelo (Université Suor Orsola Benincasa, Naples) et Lucilia Spetia (Università de L’Aquila)  : Tra Normanni e Plantageneti : al bivio di una cultura complessa. Atti del II Seminario internazionale di studio (L’Aquila, 2-3 dicembre 2015), a cura di L. Core, A. Forgione e L. Spetia, Spolia Journal of Medieval Studies, Numero speciale 2016.

David Bates et Pierre Bauduin (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : 911-2011 : penser les mondes normands médiévaux, Actes du colloque international de Caen et Cerisy-la-Salle, 29 septembre-2 octobre 2011, David Bates et Pierre Bauduin (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2016.

Véronique Gazeau (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : La Normandie, terre de tradition juridiques, G. Davy et Y. Mausen (dir.), Cahiers historiques des Annales de droit, n° 2, [Mont-Saint-Aignan], Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Marie-Agnès Lucas-Avenel (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : présentation de la version numérique de l’édition sur double support de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère, Robert Guiscard, Lucas-Avenel Marie-Agnès (éd. et trad.), Caen, Presses universitaires de Caen (Fontes et Paginae), 2016 : https://www.unicaen.fr/puc/sources/malaterra/

Pierre Bauduin et Thierry Buquet (CNRS, CRAHAM) : présentation du nouveau site de SCRIPTA (Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication des Textes Anciens) : http://www.unicaen.fr/scripta/

La présentation sera suivie d’une table ronde sur les recherches concernant les mondes normands médiévaux aujourd’hui.

Une table de presse sera organisée à l’occasion de cette manifestation.

Cette manifestation est organisée avec le soutien du Centre Michel de Boüard-CRAHAM et de l’Institut universitaire de France, et la participation des Presses universitaires de Caen

Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Stéphane Lecouteux

Le mérite de la redécouverte du De abbatibus – ou Chronique des abbés du Mont Saint-Michel (dont la partie primitive est due à Robert de Torigni) – revient au Professeur Thomas Bisson : c’est lui qui, le premier, a vu l’intérêt de ce document considéré comme perdu depuis l’« édition princeps » de Philippe Labbe (Novae Bibliothecae manuscriptorum librorum, Paris, t. 1, 1657, p. 350-352). Cette dernière, bien que très imparfaite, a été reproduite à l’identique dans la Patrologia Latina de l’abbé Migne (t. 202, 1855, col. 1325-1328) et a ainsi servi de référence aux historiens pendant plus de trois siècles. Thomas Bisson, professeur à Harvard et spécialiste de la crise du XIIsiècle, a étudié les folios 178r-181v du manuscrit 213 de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches à l’occasion de ses séjours en France. Il s’est fait en quelque sorte « l’ambassadeur » de ce texte auprès de ses collègues de l’université de Caen Normandie qui travaillaient sur l’histoire des origines du Mont Saint-Michel, montrant qu’il contenait des informations capitales sur les abbés de ce monastère. Au terme de ses recherches, Thomas Bisson a publié en 2010 une édition et une traduction anglaise du De abbatibus, précédées d’une importante introduction destinée à fixer les premiers jalons indispensables à la compréhension des différentes phases d’élaboration du texte (Bisson, 2010, p. 163-192).

Continuer la lecture de Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Les emporia comme lieux de transferts culturels aux VIIIe-Xe siècles

Séance du séminaire du Centre Michel de Boüard-CRAHAM, organisé avec le soutien de l’Institut universitaire de France – 24 février 2017

Les emporia, sites commerciaux abritant des activités artisanales, apparaissent aux VIIe et VIIIe siècles sur les rives des mers du Nord, Baltique et Manche, à un moment où le centre de gravité économique se déplace de la Méditerranée vers le Nord. Situés au centre des réseaux d’échanges, ce sont des lieux de rencontre (économique, politique, culturelle), où marchands anglo-saxons, francs, frisons, scandinaves et slaves échangent marchandises et idées, ainsi que des centres de consommation, de production, d’échange, de stockage et de transit.

Le développement de ces centres urbains semble fortement lié à la présence d’un pouvoir royal ou princier. Cependant, il semble que l’initiative soit souvent revenue aux acteurs économiques, marchands principalement, puis que ces élites en aient pris le contrôle dans un second temps. On a pu aussi souligner les différences qui existaient entre ces communautés urbaines et les populations rurales environnantes : en Scandinavie, il est possible qu’elles aient bénéficié d’une législation particulière (attestée ultérieurement en Scandinavie sous le nom de « loi de Birka ») et d’un thing (assemblée, bien attestée pour Birka au IXe siècle). Des formes d’organisation communes étaient nécessaires pour l’entretien des rues, des installations portuaires ou commerciales. Il apparaît enfin que ces emporia ont développé des modes de vie et des formes d’identité – visible par exemple au travers d’activités ou d’un type de consommation particuliers – qui les distinguent des espaces alentours.

Fréquentés par des voyageurs, des marchands, des missionnaires, des envoyés ; ces emporia ont été des lieux d’échanges culturels (et pas seulement économiques). Des lieux où se manifestent et s’expriment des interactions entre les cultures. De ce point de vue ils apparaissent comme des points d’observation privilégiés pour aborder les processus de réception, d’adaptation, de transformation des objets matériels et immatériels (idées, religion, pratiques…), ainsi que les acteurs qui interviennent lors de ces processus.

Accéder aux conférences :

Lucie Malbos (Université d’Evry-Val d’Essonne, IDHES, Lamop), Pratiques alimentaires et transferts culturels dans les emporia d ’Europe du Nord-Ouest (VIIIe-Xe siècle) : l’émergence d’une identité «urbaine» ?

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4509

Sarah Croix (Université d’Aarhus), Entre Nord et Sud : mobilité, identités et modes de vie à Ribe aux VIIIe-Xe siècles

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4508

 

Appel à communication « Beyond migration: interdisciplinary approaches to mobility in early medieval Europe »

A l’occasion de la  prochaine rencontre de l’European Association of Archaeologists (EEA, Maastricht, 30 août- 3 septembre): http://www.eaa2017maastricht.nl/

Une session du thème 4 (« The ‘Third Science Revolution’ in Archaeology ») sera consacrée à « Beyond migration: interdisciplinary approaches to mobility in early medieval Europe »

[Les Échos du Craham] Compte rendu de la soutenance du dossier d’HDR de Laurence Jean-Marie, “La Normandie, les villes et la mer (XIIe-début du XIVe siècle)”

l-jean-marie-minVendredi 9 décembre 2016, Université de Caen Normandie

Devant une assistance nombreuse, Élodie Lecuppre-Desjardins, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lille III et présidente du jury, introduit la séance.

Laurence Jean-Marie entreprend d’abord de rendre compte rapidement de l’ensemble des principaux éléments de son dossier d’HDR, qui témoignent d’un parcours long.

Le dossier s’intitule « La Normandie, les villes et la mer (XIIe-début du XIVe siècle) ». Conformément aux exigences habituelles, il comprend trois éléments : un mémoire de synthèse (ego-histoire : « Un parcours d’enseignant-chercheur en histoire »), un recueil de publications témoignant de l’orientation des recherches de la candidate depuis 10 ans (« Entre Normandie et Angleterre : élites urbaines, ports et gens de mer »), et un mémoire inédit sur « Le prince, la Normandie et la mer (milieu du XIIe siècle-1204) ».

Lire la suite sur Les Échos du Craham

« Les sources des mondes normands à l’heure du numérique » – Appel à communication

Appel à communication
« Les sources des mondes normands à l’heure du numérique »

Call for papers
“Norman Sources in today’s digital world”

Les études médiévales ont profité ces dernières années des campagnes de numérisation de masse menées dans les fonds des bibliothèques. Certaines de ces opérations, conduites aujourd’hui en partenariat avec des chercheurs spécialistes des Mondes normands médiévaux, ont permis de mettre en place des programmes portant sur l’analyse et la valorisation des sources au moyen des outils numériques. En effet, l’essor des humanités numériques s’est accompagné du développement d’outils adaptés à la recherche en Sciences humaines et sociales, dont a bénéficié l’étude des différents types de sources, textuels et archéologiques. Parmi ces outils, l’usage de l’XML, en particulier, selon les recommandations de la TEI ou de l’EAD, a permis des avancées importantes pour la constitution de nouveaux corpus numériques et a donné lieu à une nouvelle réflexion sur les usages et les méthodes de l’édition critique. Continuer la lecture de « Les sources des mondes normands à l’heure du numérique » – Appel à communication

From Vikings to Normans in England and Ireland

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

From Vikings to Normans in England and Ireland

David Griffiths

University of Oxford, England, UK


In this short piece, I address the ways in which historians and archaeologists have approached, interpreted and described the Viking and Norman presences in England and Ireland. These are treated as very different phenomena, yet in many ways have similar origins and effects. ‘Vikings’ (a word hardly used in near-contemporary historical sources, which use ‘Northmen’, ‘Gentiles’, Foreigners’) became a feature of English and Irish historical consciousness from the 780s AD, with raids followed by more sustained semi-systematic warfare coupled to settlement and assimilation, and ultimately dynastic rivalry and competing claims on statehood. The latter are exemplified in England by the successful attempt by Svein Forkbeard of Denmark to wrest the crown and make way for his son Cnut’s accession in 1016, and in Ireland by the creation of the kingdom of Dublin and the failed attempts by external powers in the Norse world to invade Ireland in 1014 and by Magnus Barelegs of Norway in 1098/1103. Duke William of Normandy, it will need no reminder to say, invaded southern England in 1066, and over the following 20 years (expensively and often bloodily) established Norman rule over the majority of the country. An important dimension to the Norman invasion is its coincidence with the Northumbrian rebellion against Harold II and the Norwegian invasion led by Harald Hardraði, which narrowly failed at the Battle of Stamford Bridge on 25 September 1066, three days prior to the Norman fleet landing at Pevensey, Sussex. Following William’s success at Hastings, and his assumption of the crown, further unsuccessful Danish campaign was mounted against England in 1069-70. Subsequently in 1169-71, led initially by Norman settlers from West Wales, and representing the king Henry II (also Duke of Normandy and Aquitaine and Count of Anjou), an Anglo-Norman army landed (initially by Irish invitation) in south-eastern Ireland, rapidly effecting a take-over of the towns and then the Irish countryside. Continuer la lecture de From Vikings to Normans in England and Ireland