Archives de catégorie : transferts culturels 1

Compte-rendu du colloque « « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs »

Le colloque international « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs » s’est déroulé du 5 au 7 octobre 2017 à l’Auditorium du Château de Caen. Cette rencontre (resp. Pierre Bauduin, Luc Bourgeois et Simon Lebouteiller) était organisée par le Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273) avec le soutien de l’Institut universitaire de France, l’Université de Caen Normandie, le CNRS, l’Office universitaire d’études normandes, la Ville de Caen, la Communauté urbaine Caen la mer et la Région Normandie (projet RIN Normonde). Elle rassemblait 19 intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6). Au total, près de 70 personnes (intervenants compris) ont assisté à ces journées, dont un grand nombre d’étudiants.

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands médiévaux et leurs multiples interfaces avec le monde scandinave, les îles Britanniques, l’Europe orientale et la Méditerranée. Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures.

Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

L’un des faits marquants de la rencontre a été son caractère international très prononcé, qui a permis d’aborder des situations de transferts culturels dans des horizons très différents. Le colloque s’est accompagné d’une conférence publique d’Edoardo D’Angelo, nouveau lauréat du doctorat honoris causa de l’Université de Caen Normandie, et d’une visite de l’Abbaye aux Hommes, suivie d’une réception à l’Hôtel de Ville.

Certaines interventions ont été postées sur la « Forge numérique » de la MRSH de Caen :

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/finder?populate=transferts+culturels+dans+les+mondes+normands+m%C3%A9di%C3%A9vaux

Le fascicule de résumés des communications est accessible à l’adresse suivante : https://transferts2017.sciencesconf.org/

Un projet de publication des actes de la rencontre est envisagé chez Brepols.

From Vikings to Normans in England and Ireland

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

From Vikings to Normans in England and Ireland

David Griffiths

University of Oxford, England, UK


In this short piece, I address the ways in which historians and archaeologists have approached, interpreted and described the Viking and Norman presences in England and Ireland. These are treated as very different phenomena, yet in many ways have similar origins and effects. ‘Vikings’ (a word hardly used in near-contemporary historical sources, which use ‘Northmen’, ‘Gentiles’, Foreigners’) became a feature of English and Irish historical consciousness from the 780s AD, with raids followed by more sustained semi-systematic warfare coupled to settlement and assimilation, and ultimately dynastic rivalry and competing claims on statehood. The latter are exemplified in England by the successful attempt by Svein Forkbeard of Denmark to wrest the crown and make way for his son Cnut’s accession in 1016, and in Ireland by the creation of the kingdom of Dublin and the failed attempts by external powers in the Norse world to invade Ireland in 1014 and by Magnus Barelegs of Norway in 1098/1103. Duke William of Normandy, it will need no reminder to say, invaded southern England in 1066, and over the following 20 years (expensively and often bloodily) established Norman rule over the majority of the country. An important dimension to the Norman invasion is its coincidence with the Northumbrian rebellion against Harold II and the Norwegian invasion led by Harald Hardraði, which narrowly failed at the Battle of Stamford Bridge on 25 September 1066, three days prior to the Norman fleet landing at Pevensey, Sussex. Following William’s success at Hastings, and his assumption of the crown, further unsuccessful Danish campaign was mounted against England in 1069-70. Subsequently in 1169-71, led initially by Norman settlers from West Wales, and representing the king Henry II (also Duke of Normandy and Aquitaine and Count of Anjou), an Anglo-Norman army landed (initially by Irish invitation) in south-eastern Ireland, rapidly effecting a take-over of the towns and then the Irish countryside. Continuer la lecture de From Vikings to Normans in England and Ireland

Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

 Luc Bourgeois

Université de Caen, Craham

La diffusion du jeu d’échecs en Occident

En l’état des connaissances, le jeu d’échecs aurait pris naissance autour du vie siècle dans le sous-continent indien. Il oppose deux armées qui se déplacent dans un espace de soixante-quatre cases. Sa composition reproduit celle des armées indiennes : des éléphants, des cavaliers, des chars et des fantassins ; ces troupes étant dirigées par un roi associé à un conseiller. Le jeu est transmis à la Perse dès le viie siècle et sa progression vers l’ouest suit la foudroyante expansion arabe entre 632 et 732. La proscription des représentations humaines par certains courants de l’Islam va entraîner le développement parallèle de deux types de pièces : des objets figuratifs, relativement faciles à interpréter lors de leur réception en Occident, et des pièces schématisées, qui vont donner lieu aux lectures les plus baroques.

Continuer la lecture de Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Pierre Bauduin, Introduction – Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux : aspects et limites d’un transfert sémantique

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Introduction –  Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux : aspects et limites d’un transfert sémantique

 Pierre Bauduin

Université de Caen Normandie, Craham


Les termes employés pour décrire et théoriser les transferts et transformations culturels se sont multipliés et ont subi des changements de sens. Comme le notait L. Turgeon en 2004, « caractérisé par des mots comme acculturation, transculturation, interculturation, traduction, métissage, créolisation et hybridation, ce lexique a connu des mutations qui ne peuvent s’expliquer que par des contextes sociopolitiques qui leur ont donné naissance et les tensions idéologiques qui agissent sur leur sens » (Turgeon 2004, p. 53). L’usage de cette terminologie ne signifie nullement que les phénomènes qu’elle qualifie n’étaient pas étudiés auparavant : beaucoup l’étaient, mais avec d’autres mots, et des fondements théoriques ou méthodologiques qui pouvaient être différents. Continuer la lecture de Pierre Bauduin, Introduction – Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux : aspects et limites d’un transfert sémantique

Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Alban Gautier

Université du Littoral-Côte d’Opale ; HLLI – EA 4030


L’expression « phénomène anglo-scandinave » fait référence à la présence du IXe au XIe siècle en Angleterre d’individus et de populations que divers éléments, dans la documentation écrite ou dans l’analyse des données archéologiques, permettent de rattacher à la Scandinavie. Deux ouvrages récents (Kopár 2012 ; McLeod 2014), mais aussi un article de Lesley Abrams (Abrams 2012) reconsidèrent cette « question anglo-scandinave », en cherchant à comprendre comment les migrants et les sociétés qui les ont accueillis ont été concrètement amenés à voir évoluer leurs appartenances telles qu’elles existaient avant la rencontre entre ces populations d’origines différentes… ou au contraire à les conserver, voire à les durcir. Pour rendre compte de ces changements, les auteurs utilisent des termes que l’on peut dire « processuels » (en cela qu’ils cherchent à nommer des processus) : des mots en –ation, a priori transparents, comme integration, accommodation, acculturation, assimilation, hybridation ou Christianization. Or l’apparente transparence de ces termes fait en réalité courir au lecteur francophone le risque du contresens.

Continuer la lecture de Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

 Geneviève Bührer-Thierry

(Université de Paris I, Lamop – UMR 8589)


Qu’est-ce que le Middle Ground ?

Le Middle Ground est un concept inventé par un historien américain [White 1991], servant à décrire les relations entre Indiens et Européens dans la région des Grands Lacs à la fin du XVIIe siècle et fondé sur l’importance de la médiation. Pour R. White les histoires de contact culturel sont perverties par une dichotomie entre absorption de l’autre ou résistance à l’autre : ne faut-il pas plutôt concevoir l’identité comme un réseau complexe de relations et d’échanges engageant activement chaque sujet ?

Continuer la lecture de Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?