Archives de catégorie : Sujets/thèmes / Subjects/themes

Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie
CRAHAM (UMR 6273)

Les travaux sur l’abbaye du Bec ont récemment connu des avancées significatives en France et en Angleterre, en particulier pour les XIe-XIIe siècles. On peut songer, notamment, aux écrits de Jean-Hervé Foulon sur Herluin et les débuts de l’abbaye ou à la journée d’études organisée par Véronique Gazeau et Grégory Combalbert (Université de Caen Normandie, Craham), à l’abbaye même, les 22 et 23 avril 2016 (elle a notamment été l’occasion d’un bilan archéologique fort précieux, présenté par Gilles Deshayes). Ceux-ci seront complétés par plusieurs publications dans les mois qui viennent : ainsi, un Companion to history of Bec sera publié chez Brill ; Stéphane Lecouteux (Craham) proposera bientôt une mise au point sur la bibliothèque médiévale de l’abbaye ; nous travaillons aussi, avec Stéphane Lecouteux, à de nouvelles propositions sur les annales du Bec. Lors de la journée d’études de 2016, j’ai annoncé quelques travaux à venir, menés dans le cadre de ma thèse et en marge de celle-ci, dont je souhaiterais proposer un court bilan d’étape, centré sur la chronique du Bec. Continuer la lecture de Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions

Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Stéphane Lecouteux

Le mérite de la redécouverte du De abbatibus – ou Chronique des abbés du Mont Saint-Michel (dont la partie primitive est due à Robert de Torigni) – revient au Professeur Thomas Bisson : c’est lui qui, le premier, a vu l’intérêt de ce document considéré comme perdu depuis l’« édition princeps » de Philippe Labbe (Novae Bibliothecae manuscriptorum librorum, Paris, t. 1, 1657, p. 350-352). Cette dernière, bien que très imparfaite, a été reproduite à l’identique dans la Patrologia Latina de l’abbé Migne (t. 202, 1855, col. 1325-1328) et a ainsi servi de référence aux historiens pendant plus de trois siècles. Thomas Bisson, professeur à Harvard et spécialiste de la crise du XIIsiècle, a étudié les folios 178r-181v du manuscrit 213 de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches à l’occasion de ses séjours en France. Il s’est fait en quelque sorte « l’ambassadeur » de ce texte auprès de ses collègues de l’université de Caen Normandie qui travaillaient sur l’histoire des origines du Mont Saint-Michel, montrant qu’il contenait des informations capitales sur les abbés de ce monastère. Au terme de ses recherches, Thomas Bisson a publié en 2010 une édition et une traduction anglaise du De abbatibus, précédées d’une importante introduction destinée à fixer les premiers jalons indispensables à la compréhension des différentes phases d’élaboration du texte (Bisson, 2010, p. 163-192).

Continuer la lecture de Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Les emporia comme lieux de transferts culturels aux VIIIe-Xe siècles

Séance du séminaire du Centre Michel de Boüard-CRAHAM, organisé avec le soutien de l’Institut universitaire de France – 24 février 2017

Les emporia, sites commerciaux abritant des activités artisanales, apparaissent aux VIIe et VIIIe siècles sur les rives des mers du Nord, Baltique et Manche, à un moment où le centre de gravité économique se déplace de la Méditerranée vers le Nord. Situés au centre des réseaux d’échanges, ce sont des lieux de rencontre (économique, politique, culturelle), où marchands anglo-saxons, francs, frisons, scandinaves et slaves échangent marchandises et idées, ainsi que des centres de consommation, de production, d’échange, de stockage et de transit.

Le développement de ces centres urbains semble fortement lié à la présence d’un pouvoir royal ou princier. Cependant, il semble que l’initiative soit souvent revenue aux acteurs économiques, marchands principalement, puis que ces élites en aient pris le contrôle dans un second temps. On a pu aussi souligner les différences qui existaient entre ces communautés urbaines et les populations rurales environnantes : en Scandinavie, il est possible qu’elles aient bénéficié d’une législation particulière (attestée ultérieurement en Scandinavie sous le nom de « loi de Birka ») et d’un thing (assemblée, bien attestée pour Birka au IXe siècle). Des formes d’organisation communes étaient nécessaires pour l’entretien des rues, des installations portuaires ou commerciales. Il apparaît enfin que ces emporia ont développé des modes de vie et des formes d’identité – visible par exemple au travers d’activités ou d’un type de consommation particuliers – qui les distinguent des espaces alentours.

Fréquentés par des voyageurs, des marchands, des missionnaires, des envoyés ; ces emporia ont été des lieux d’échanges culturels (et pas seulement économiques). Des lieux où se manifestent et s’expriment des interactions entre les cultures. De ce point de vue ils apparaissent comme des points d’observation privilégiés pour aborder les processus de réception, d’adaptation, de transformation des objets matériels et immatériels (idées, religion, pratiques…), ainsi que les acteurs qui interviennent lors de ces processus.

Accéder aux conférences :

Lucie Malbos (Université d’Evry-Val d’Essonne, IDHES, Lamop), Pratiques alimentaires et transferts culturels dans les emporia d ’Europe du Nord-Ouest (VIIIe-Xe siècle) : l’émergence d’une identité «urbaine» ?

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4509

Sarah Croix (Université d’Aarhus), Entre Nord et Sud : mobilité, identités et modes de vie à Ribe aux VIIIe-Xe siècles

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4508

 

Mise en ligne de la base Scripta

Scripta est l’acronyme de Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication des Textes Anciens. Il s’agit d’une base de données des chartes normandes des Xe-XIIIe siècles. Scripta est, avec la revue électronique Tabularia et le projet E-Cartae, l’une des réalisations opérées dans le programme « sources textuelles et production documentaire dans la Normandie médiévale », développé au Centre Michel de Boüard-Craham. Cette édition en ligne de la base est la première version accessible au public (http://www.unicaen.fr/scripta/). La base compte environ 8500 actes, pour l’essentiel issus d’éditions anciennes, permettant l’accès au plus vaste corpus de chartes normandes jamais réuni. L’accès aux données de Scripta pour cette partie du corpus ne dispense pas d’un recours aux éditions elles-mêmes, ou aux actes conservés dans les archives et les bibliothèques, pour repérer la tradition et les variantes de la plupart des documents. La base s’élargira avec d’autres corpus, issus d’éditions récentes, et également d’actes inédits directement encodés en XML-TEI et accompagnés de l’apparat critique nécessaire à leur édition. La base publiée en février 2017 est donc la première version d’un outil qui continuera à évoluer à l’avenir.

Historique du projet et aspects techniques

Le projet Scripta est né en 2004 avec l’objectif de publier en ligne des documents relatifs à la Normandie médiévale, actes et chartes anciennes, manuscrits ou édités, mais dont l’extrême dispersion nécessitait de les regrouper dans un outil unique.

La première version de la base a été réalisée en PHP MySQL et était consultable en ligne sur accès réservé. L’évolution du projet depuis 2010 a profité du développement, aux Presses universitaires de Caen, des outils d’édition en XML-TEI élaborés au sein du pôle du Document numérique de la MRSH de Caen. Un autre projet, E-Cartae, en relation avec Scripta, a pour l’objet l’édition en ligne des actes des évêques d’Évreux, réalisé par Grégory Combalbert (Centre Michel de Boüard-Craham). D’autres projets du Craham utilisent également les outils d’édition XML-TEI développés à la MRSH : Ichtya, (encodage TEI et mise en ligne de traités encyclopédiques médiévaux sur les poissons) et Nummus (catalogue XML-EAD de découvertes monétaires issues de fouilles archéologiques).

La base MySQL a donc été exportée en XML-TEI, pour être mise en ligne, dans la version actuelle, via le logiciel Pleade, utilisé dans de nombreux projets numériques de la MRSH et du Craham (notamment Nummus). Le corpus d’actes de Scripta en TEI est converti en XML-EAD pour sa mise en ligne. L’étape suivante sera de publier une deuxième version, enrichie de nouveaux actes, de nouvelles images numériques (ex. provenant du Musée bénédictine de Fécamp), de nouveaux index, de Scripta en XML-TEI avec un nouvel outil de mise en ligne de corpus XML en cours de développement au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen.

Le fait d’avoir pour source un ensemble de fichiers XML-TEI permettra, le cas échéant, de réaliser la publication multisupport de corpus d’actes, tout en permettant d’envisager une pérennité des données numériques.

Contenu de la base et moteur de recherche

Scripta propose la consultation d’actes dans leur langue originale (majoritairement le latin), sans traduction. Chaque notice présente un ensemble de métadonnées analytiques : genre (diplomatique) et type (juridique) d’acte, lieu d’émission, auteur (nom, fonction, institution), bénéficiaire (nom, fonction, institution), date, lieu de conservation, bibliographie, authenticité, langue, tableau de la tradition (liste des éditions et le cas échéant, des témoins manuscrits) et dissertation critique (éléments sur la datation, la source de l’information, renvoi bibliographique, etc.). Le contenu du document est présenté par l’analyse (regeste ou résumé de l’acte) et le texte intégral du document. Le cas échéant, l’acte peut être accompagné de reproductions numériques du manuscrit original, ou par un lien vers une ressource en ligne (par exemple, sur gallica.bnf.fr). Pour les chartes originales antérieures à 1121, un lien renvoie à son enregistrement dans la base des originaux de l’Artem hébergée sur le portail Telma (http://www.cn-telma.fr/originaux/).

Un moteur de recherche avancée permet d’effectuer et de croiser des requêtes sur les champs suivants : numéro d’acte, genre et type d’acte, lieu d’émission, auteur (et sa fonction), bénéficiaire (et sa fonction), date ; ainsi que sur la bibliographie (auteur et titre). Le moteur de recherche simplifiée permet de faire une requête sur le contenu des actes (recherche plein texte, avec opérateurs booléens et troncatures), mais aussi sur tous les champs descripteurs d’un document.

Il est possible d’effectuer une recherche en sélectionnant des entrées d’index classées alphabétiquement, sur les champs genre et type d’acte, authenticité, lieux d’émission, auteurs/disposants (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions), bénéficiaires (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions) ; et sur les champs auteurs et titres de la bibliographie. En revanche, il n’est pas encore possible d’accéder à l’indexation de tous les noms de personnes et de lieux contenus dans chaque acte, qui est prévue dans les développements ultérieurs du projet.

Enfin, un outil permet d’exporter une notice ou un ensemble de notices au format PDF. Un porte-documents (sans authentification) permet d’isoler des actes le temps de la session utilisateur).

Chaque acte est référencé par un numéro qui reste pérenne et reçoit une adresse. Il est donc possible de citer un acte de Scripta dans des travaux de recherche et d’y renvoyer. Le mode de citation est affiché en fin de page pour chaque document.

Une version en anglais de l’interface est également disponible : http://www.unicaen.fr/scripta/?locale=en

Partenaires du projet

Depuis son lancement, le projet Scripta a été soutenu ou associé à plusieurs programmes : appels d’offres MRSH Caen, ACI « Les chartes comme instrument de pouvoir dans les sociétés médiévales », projets ANR Espachar et Charcis. Il est soutenu par le Pôle du document numérique de la MRSH et par le consortium COSME du TGIR Huma-Num, et il bénéficie d’un soutien de l’Institut universitaire de France. (voir liste détaillée des partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html)

L’équipe du projet

Responsable scientifique du projet Scripta, Pierre Bauduin a été directeur du Craham de 2008 à 2016. Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen, il est membre senior de l’institut universitaire de France. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de la Normandie et l’intégration des Scandinaves dans le monde franc, les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux et les sources écrites (historiographie et documentation diplomatique).

L’ancienne interface sous MySQL a été réalisée (2004-2005) par dans le cadre d’un DESS par Benoît Trohel alors encadré Stéphane Brossard (Université de Caen Normandie).

Tamiko Fujimoto, docteure en histoire médiévale, est membre associée au Craham et travaille depuis de nombreuses années à l’enrichissement de la base de données (encodage des actes, indexation, bibliographie). Elle a été secondée par Clémentine Berthelot en 2014-2015, qui a assuré un travail de normalisation des entrées de la base.

Thierry Buquet, ingénieur de recherche au Craham, a assuré le suivi du projet depuis 2015 pour finaliser la mise en ligne.

Enfin, Anne Goloubkoff, ingénieure au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen, a assuré toutes les opérations informatiques et éditoriales nécessaires à la mise en ligne (conversions XML TEI EAD, intégration dans Pleade, gestion du site, nettoyage de données, insertion des images…). De manière plus générale, le projet a bénéficié de la réflexion croisée des chercheurs du Craham et des ingénieurs du pôle numérique de la MRSH.

Cette dynamique collective sera poursuivie, et il est possible aux lecteurs d’y contribuer en signalant les corrections qui leur sembleront pertinentes en cliquant sur l’onglet contact en haut de page.

Un outil pour la recherche

La base Scripta a été conçue comme un outil de recherche pour mettre à disposition un corpus de textes nécessaires aux études historiques et philologiques, qu’il s’agisse de documenter une institution, un établissement religieux, un personnage ou une famille, un groupe social, une série d’actes par genre, auteur ou bénéficiaire. Elle offre ainsi un ensemble d’actes de la pratique pour soutenir des recherches très différentes sur les institutions et les faits sociaux de la période médiévale, y compris sur des aspects inattendus (voir épilogue). Elle fournit également un ensemble de métadonnées nécessaires à l’édition ou à l’étude des actes, permettant de renvoyer à d’autres corpus (ex. actes originaux antérieurs à 1121, Chartae Galliae, CBMA, English Episcopal Acta…) et d’apporter les éléments pour une datation. On rappellera ici que beaucoup d’actes normands antérieurs à la première décennie du XIIIe siècle ne sont pas datés et nécessitent, pour autoriser une datation, souvent approximative, de croiser les informations. La documentation réunie dans Scripta intéresse également les recherches menées dans d’autres pays européens, et en premier lieu l’Angleterre et le monde anglo-normand et plantagenêt, qui partagent entre 1066 et 1204 les mêmes souverains, une partie de leurs élites laïques et ecclésiastiques, ainsi que nombre de caractéristiques institutionnelles et documentaires qu’il convient de préciser : de ce point de vue, on peut escompter que les développements futurs des outils d’indexation associés à la base permettront d’explorer de manière plus précise les relations établies de part et d’autre de la Manche ainsi que les études prosopographiques. Scripta est également un outil qui participe aux questionnements actuels sur les sources documentaires, qui se déclinent de multiples manières du genre diplomatique au contenu juridique des actes et aux formules employées dans les actes. Le développement de bases de données consacrées aux chartes permet de donner une dimension spatiale ou territoriale à l’étude des actes, en autorisant une comparaison des corpus régionaux et, au-delà, de prendre en compte l’évolution de ces pratiques diplomatiques, et d’en étudier les facteurs comme la circulation des documents et des modèles. Pour terminer ce tour d’horizon rapide, Scripta est également un outil de valorisation des recherches, notamment concernant la constitution de corpus (ex. actes d’évêques, chartes cisterciennes) en cours de réalisation.

Épilogue : l’un des plus anciens documents connus sur la pêche à la baleine en Pays basque

La charte 315 de Scripta (https://www.unicaen.fr/scripta/acte/3145), datée du 6 septembre 1199, est une donation du roi d’Angleterre Jean sans Terre à Vital de Villa. Il s’agit de l’échange d’une rente anciennement accordée par le roi Richard sur le droit de sécher du poisson dans les îles de Guernesey et de Jersey, contre la somme de 50 livres d’Anjou à prélever sur deux baleines prises dans le port de Biarritz, à condition que ces baleines valent par an plus de 50 livres, et que l’excédent soit reversé au roi.

Ce document prouve donc que l’on capturait régulièrement des baleines en Pays basque au XIIe siècle, et que ces prises généraient des sommes importantes, sur lesquelles le roi d’Angleterre (régnant à l’époque sur la Gascogne et sur la Normandie) pouvait lever des taxes. Il s’agit là d’un des plus anciens documents écrits attestant la chasse à la baleine à Biarritz. À travers cet exemple atypique, on perçoit toute la richesse de la base Scripta et sa grande variété d’informations historiques, parfois bien éloignées des rivages de la Normandie.

Liens

Consulter la base Scripta : https://www.unicaen.fr/scripta/

Mode d’emploi de la base : https://www.unicaen.fr/scripta/pages/aide.html
Partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html

Illustration :

Caen, Archives départementales du Calvados, H 912.

https://www.unicaen.fr/scripta/acte/1814

Guillaume, évêque de Coutances, confirme qu’à l’occasion de la dédicace de l’abbaye Notre-Dame d’Aunay, Guillaume du Hommet, connétable du roi, a donné en dot à cette abbaye toute sa terre de Langrune.

[Les Échos du Craham] Compte rendu de la soutenance du dossier d’HDR de Laurence Jean-Marie, “La Normandie, les villes et la mer (XIIe-début du XIVe siècle)”

l-jean-marie-minVendredi 9 décembre 2016, Université de Caen Normandie

Devant une assistance nombreuse, Élodie Lecuppre-Desjardins, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lille III et présidente du jury, introduit la séance.

Laurence Jean-Marie entreprend d’abord de rendre compte rapidement de l’ensemble des principaux éléments de son dossier d’HDR, qui témoignent d’un parcours long.

Le dossier s’intitule « La Normandie, les villes et la mer (XIIe-début du XIVe siècle) ». Conformément aux exigences habituelles, il comprend trois éléments : un mémoire de synthèse (ego-histoire : « Un parcours d’enseignant-chercheur en histoire »), un recueil de publications témoignant de l’orientation des recherches de la candidate depuis 10 ans (« Entre Normandie et Angleterre : élites urbaines, ports et gens de mer »), et un mémoire inédit sur « Le prince, la Normandie et la mer (milieu du XIIe siècle-1204) ».

Lire la suite sur Les Échos du Craham

Post-Doctoral research fellowship attached to the project « Using the Past in the Past. Viking Age Scandinavia as a Renaissance? »

University of Oslo, Department of Archaeology, Conservation and History

A post-doctoral Research Fellowship (SKO 1352) in the project « Using the Past in the Past. Viking Age Scandinavia as a Renaissance? » is available at the Department of Archaeology, Conservation and History (IAKH), University of Oslo.

The project explores how and why the past was used in Viking Age Scandinavia, the 9th to mid-11th century AD: how past monuments and artefacts were recycled materially and referentially in this period; the different strategies of constructing places for commemoration; and the choice of objects to be preserved through the centuries to enhance new interpretational frames of utilizing the past in the past. This was a central, active element in the mentality and world-view, and took shape in political and social processes in diverging scales and forms.

Continuer la lecture de Post-Doctoral research fellowship attached to the project « Using the Past in the Past. Viking Age Scandinavia as a Renaissance? »

From Vikings to Normans in England and Ireland

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

From Vikings to Normans in England and Ireland

David Griffiths

University of Oxford, England, UK


In this short piece, I address the ways in which historians and archaeologists have approached, interpreted and described the Viking and Norman presences in England and Ireland. These are treated as very different phenomena, yet in many ways have similar origins and effects. ‘Vikings’ (a word hardly used in near-contemporary historical sources, which use ‘Northmen’, ‘Gentiles’, Foreigners’) became a feature of English and Irish historical consciousness from the 780s AD, with raids followed by more sustained semi-systematic warfare coupled to settlement and assimilation, and ultimately dynastic rivalry and competing claims on statehood. The latter are exemplified in England by the successful attempt by Svein Forkbeard of Denmark to wrest the crown and make way for his son Cnut’s accession in 1016, and in Ireland by the creation of the kingdom of Dublin and the failed attempts by external powers in the Norse world to invade Ireland in 1014 and by Magnus Barelegs of Norway in 1098/1103. Duke William of Normandy, it will need no reminder to say, invaded southern England in 1066, and over the following 20 years (expensively and often bloodily) established Norman rule over the majority of the country. An important dimension to the Norman invasion is its coincidence with the Northumbrian rebellion against Harold II and the Norwegian invasion led by Harald Hardraði, which narrowly failed at the Battle of Stamford Bridge on 25 September 1066, three days prior to the Norman fleet landing at Pevensey, Sussex. Following William’s success at Hastings, and his assumption of the crown, further unsuccessful Danish campaign was mounted against England in 1069-70. Subsequently in 1169-71, led initially by Norman settlers from West Wales, and representing the king Henry II (also Duke of Normandy and Aquitaine and Count of Anjou), an Anglo-Norman army landed (initially by Irish invitation) in south-eastern Ireland, rapidly effecting a take-over of the towns and then the Irish countryside. Continuer la lecture de From Vikings to Normans in England and Ireland

Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

 Luc Bourgeois

Université de Caen, Craham

La diffusion du jeu d’échecs en Occident

En l’état des connaissances, le jeu d’échecs aurait pris naissance autour du vie siècle dans le sous-continent indien. Il oppose deux armées qui se déplacent dans un espace de soixante-quatre cases. Sa composition reproduit celle des armées indiennes : des éléphants, des cavaliers, des chars et des fantassins ; ces troupes étant dirigées par un roi associé à un conseiller. Le jeu est transmis à la Perse dès le viie siècle et sa progression vers l’ouest suit la foudroyante expansion arabe entre 632 et 732. La proscription des représentations humaines par certains courants de l’Islam va entraîner le développement parallèle de deux types de pièces : des objets figuratifs, relativement faciles à interpréter lors de leur réception en Occident, et des pièces schématisées, qui vont donner lieu aux lectures les plus baroques.

Continuer la lecture de Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

« Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) »

 Simon Lebouteiller a le plaisir de vous inviter à la soutenance de sa thèse :

« Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) »

qui aura lieu le 21 octobre prochain à 14h00 dans l’amphithéâtre de la MRSH (Université de Caen, Campus 1), devant un jury composé de :

· M. Sverre Bagge, professeur, Université de Bergen (rapporteur)
· M. Pierre Bauduin, professeur, Université de Caen Normandie (directeur de thèse)
· Mme Geneviève Bührer-Thierry, professeure, Université Panthéon-Sorbonne (examinateur)
· M. François Émion, maître de conférences, Université Paris-Sorbonne (examinateur)
· M. Jean-Marie Maillefer, professeur, Université Paris-Sorbonne (codirecteur de thèse)
· M. Jean-Marie Moeglin, professeur, Université Paris-Sorbonne ; directeur de recherche, EPHE (rapporteur)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés. Afin de faciliter son organisation, veuillez confirmer votre présence à l’adresse suivante :
simon.lebouteiller@unicaen.fr

capture-decran-2016-10-11-a-10-18-47

Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.): Objects, actors and mediators

 Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.):  Objects, actors and mediators.

5-7 October 2017, Caen, Amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts

 (dir. P. Bauduin et L. Bourgeois)

This conference, which is being organised as part of the programme « Cultural transfers and social links in the Norman medieval world (8th-12th c.) », will consider the objects, agents and conveyors of cultural transfers.

Continuer la lecture de Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.): Objects, actors and mediators

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

5-7 octobre 2017, Caen, Amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts de Caen

(resp. P. Bauduin et L. Bourgeois)

Organisée dans le cadre du programme « Transferts culturels et liens sociaux dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) », cette rencontre sera l’occasion de discuter les objets, acteurs et passeurs des transferts culturels.

Continuer la lecture de Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

Colloque international – Tapisserie de Bayeux

Colloque international – Tapisserie de Bayeux

L’invention de la Tapisserie de Bayeux : NAISSANCE, COMPOSITION ET STYLE D’UN CHEF-D’OEUVRE MEDIEVAL 

PRÉSENTATION DU COLLOQUE
Le 950e anniversaire de la bataille de Hastings est une excellente occasion pour reconsidérer la lecture de la Tapisserie de Bayeux, non d’un point de vue historique, domaine dans lequel il n’y a sans doute pas beaucoup de nouveauté à attendre, mais d’un point de vue artistique, domaine loin d’avoir été totalement exploré. Le colloque rassemble vingt-trois conférenciers qui viennent d’horizons différents ? historiens des textiles, brodeurs, plasticiens, historiens de l’art, archéologues, latinistes, ingénieurs des laboratoires de recherche des Monuments Historiques et des Musées de France ?, et de pays différents ? France, Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, Canada, États-Unis.

Les interventions de 45 minutes chacune seront toutes données en français.
Le colloque s’adresse à un public mixte d’universitaires et de passionnés de la Tapisserie.
Les séances sont en accès libre, dans la limite des places disponibles.

DU 22 AU 25 SEPTEMBRE 2016
Direction : Cécile Binet, Pierre Bouet, Shirley Ann Brown, Sylvette Lemagnen, François Neveux, Gale Owen-Crocker

Télécharger le programme du colloque : ICI

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2011) publiés sous la direction de David Bates et PierreBauduin.

Collection Symposia.

Issu d’un colloque international tenu à l’occasion du 11e centenaire du traité de Saint-Clair-sur-Epte, ce volume s’intéresse aux débuts du duché de Normandie et aux différents aspects de l’expansion ou de la présence des Normands dans les îles Britanniques et en Méditerranée. Il expose les interprétations données aux conquêtes, explore la formation de réseaux et la construction d’espaces, ainsi que les notions de diaspora et d’identité « normandes ».
La pertinence de l’expression « monde(s) normand(s) » est discutée en soulignant son caractère à la fois singulier et pluriel, sa dimension européenne, sa valeur heuristique, capable de se dégager d’historiographies trop étroitement nationales et de remettre en question certains modèles explicatifs.

2016, 16 x 24, br., 572 p.

ISBN : 978-2-84133-774-3

35 €

https://www.unicaen.fr/puc/html/article9550.html?id_article=1006

Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Alban Gautier

Université du Littoral-Côte d’Opale ; HLLI – EA 4030


L’expression « phénomène anglo-scandinave » fait référence à la présence du IXe au XIe siècle en Angleterre d’individus et de populations que divers éléments, dans la documentation écrite ou dans l’analyse des données archéologiques, permettent de rattacher à la Scandinavie. Deux ouvrages récents (Kopár 2012 ; McLeod 2014), mais aussi un article de Lesley Abrams (Abrams 2012) reconsidèrent cette « question anglo-scandinave », en cherchant à comprendre comment les migrants et les sociétés qui les ont accueillis ont été concrètement amenés à voir évoluer leurs appartenances telles qu’elles existaient avant la rencontre entre ces populations d’origines différentes… ou au contraire à les conserver, voire à les durcir. Pour rendre compte de ces changements, les auteurs utilisent des termes que l’on peut dire « processuels » (en cela qu’ils cherchent à nommer des processus) : des mots en –ation, a priori transparents, comme integration, accommodation, acculturation, assimilation, hybridation ou Christianization. Or l’apparente transparence de ces termes fait en réalité courir au lecteur francophone le risque du contresens.

Continuer la lecture de Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

 Geneviève Bührer-Thierry

(Université de Paris I, Lamop – UMR 8589)


Qu’est-ce que le Middle Ground ?

Le Middle Ground est un concept inventé par un historien américain [White 1991], servant à décrire les relations entre Indiens et Européens dans la région des Grands Lacs à la fin du XVIIe siècle et fondé sur l’importance de la médiation. Pour R. White les histoires de contact culturel sont perverties par une dichotomie entre absorption de l’autre ou résistance à l’autre : ne faut-il pas plutôt concevoir l’identité comme un réseau complexe de relations et d’échanges engageant activement chaque sujet ?

Continuer la lecture de Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?