Archives de catégorie : Manuscrits et bibliothèques

Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Stéphane Lecouteux

Le mérite de la redécouverte du De abbatibus – ou Chronique des abbés du Mont Saint-Michel (dont la partie primitive est due à Robert de Torigni) – revient au Professeur Thomas Bisson : c’est lui qui, le premier, a vu l’intérêt de ce document considéré comme perdu depuis l’« édition princeps » de Philippe Labbe (Novae Bibliothecae manuscriptorum librorum, Paris, t. 1, 1657, p. 350-352). Cette dernière, bien que très imparfaite, a été reproduite à l’identique dans la Patrologia Latina de l’abbé Migne (t. 202, 1855, col. 1325-1328) et a ainsi servi de référence aux historiens pendant plus de trois siècles. Thomas Bisson, professeur à Harvard et spécialiste de la crise du XIIsiècle, a étudié les folios 178r-181v du manuscrit 213 de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches à l’occasion de ses séjours en France. Il s’est fait en quelque sorte « l’ambassadeur » de ce texte auprès de ses collègues de l’université de Caen Normandie qui travaillaient sur l’histoire des origines du Mont Saint-Michel, montrant qu’il contenait des informations capitales sur les abbés de ce monastère. Au terme de ses recherches, Thomas Bisson a publié en 2010 une édition et une traduction anglaise du De abbatibus, précédées d’une importante introduction destinée à fixer les premiers jalons indispensables à la compréhension des différentes phases d’élaboration du texte (Bisson, 2010, p. 163-192).

Continuer la lecture de Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Ad Petri de Vineis Epistolas critice edendas

Responsables du projet/Project leaders : Edoardo D’Angelo (edoardo.dangelo@unina.it )

 

Établissements principaux/Main institutions : CESN (Centro Europeo di Studi Normanni, Ariano Irpino) ; SISMEL (Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino) ; Letteratura Latina Medievale, Università degli Studi di Napoli Suor Orsola Benincasa – facoltà di Lettere

 

Description :

Il cosiddetto Epistolario di Pier della Vigna costituisce senz’altro uno dei monumenti della letteratura latina medievale. Opera di uno dei personaggi più importanti, non solo in quanto scrittore, ma soprattutto in quanto pensatore ed uomo politico, dell’Europa del sec. XIII, esso rappresenta una fonte inestimabilmente ricca e profonda per la ricostruzione della cultura “sveva” in Italia meridionale.

Ciononostante, la raccolta di lettere che va sotto il suo nome giace ancora, incredibilmente, in uno stato ecdotico che può essere definito senz’ombra di dubbio embrionale: si è fermi, infatti, all’edizione settecentesca dell’Iselius (Petri de Vineis iudicis aulici et cancellarii Frederici II. Imp. Epistolarum … libri VI, (Ed. Johannes Rudolphus Iselius Basileae 1740), basata su un numero irrilevante di testimoni, perlatro non tutti oggi perfettamente identificabili.

L’ampiezza enorme della tradizione manoscritta (oltre 250 codici), e soprattutto la complessità delle problematiche teoriche relative all’impostazione dell’edizione critica hanno finora verosimilmente scoraggiato gli studiosi dall’intraprendere concretamente l’iniziativa.

Il CESN intende dunque portare avanti tale difficile e arduo percorso, a tal fine ha costituito un gruppo di lavoro che sta procedendo all’acquisizione di materiali e bibliografia.

Il lavoro è cominciato partendo dalle lettere contenute in quello che nell’edizione Iselius è il “IV libro”, alla fine del 2011 si prevede la pubblicazione del primo volume; l’opera si svilupperà in sei volumi.

 

[Lien/Link : http://www.unisob.na.it/ateneo/b001_a.htm?vr=2 ]

 

Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Compte rendu de la soutenance de thèse par Jacques Le Maho, Centre Michel de Bouärd – Craham (UMR 6273 CNRS/Unicaen)

Le 23 novembre 2015, à l’université de Caen Basse-Normandie, Stéphane Lecouteux a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp », devant un jury composé de Pierre Bauduin, professeur à l’Université de Caen Basse-Normandie, président du jury ; François Bougard, professeur à l’Université Paris-Ouest-Nanterre (rapporteur) ; Laurent Morelle, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (rapporteur) ; Edoardo D’Angelo, professeur à l’Università degli studi Suor Orsola Benincasa de Naples ; Anne-Marie Turcan-Verkerk, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (co-directrice de la thèse) et Catherine Jacquemard, professeur à l’Université de Caen Basse-Normandie (directrice de la thèse).

Continuer la lecture de Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Reconstructing the Earliest Illustrated Chronicle from the Medieval Latin West

Responsables du projet/Project leaders : Benjamin Pohl (benjamin.pohl@bristol.ac.uk)

Établissements principaux/Main institutions : University of Cambridge

Projet en cours/Project in progress

Description :

My project will be the first to identify and analyse the evidence for an illuminated exemplar for London, British Library, MS Cotton Nero D viii. MS Cotton Nero D viii is an English manuscript produced during the second half of the twelfth century, perhaps at St. John’s Abbey, Colchester. The manuscript’s context of transmission before the later Middle Ages has so far remained largely unexplored. The implications of my analysis of the material features of MS Cotton Nero D viii, especially remnants of illustrative matter from its exemplar, would be transformative in informing our present knowledge about the manuscript’s use and prospective readership, as well as of medieval Latin manuscript culture in general. Indeed, to date, both MS Cotton Nero D viii and other Latin historical manuscripts from the period c.1000-1150 have been considered as lacking illustrative content beyond the level of decorated initials and litterae notabiliores. However, as my preliminary investigation of MS Cotton Nero D viii demonstrated, this manuscript almost certainly derives from an illustrated copy of Dudo of St. Quentin’s Historia Normannorum. Indeed, the research I propose here will establish that MS Cotton Nero D viii can also be related, via a shared exemplar, to another Norman manuscript (Rouen, Bibliothèque Municipale, MS 1173/Y11) which, albeit considered unillustrated by previous scholars, I was able to conclusively show contained traces of figurative illuminations in the form of pen line drawings (see my article B. Pohl, ‘Poems, Pictures and Purpose: New Perspectives on the Manuscripts of Dudo of St. Quentin’s Historia Normannorum’, Scriptorium 67 (2013), 229-58).

Continuer la lecture de Reconstructing the Earliest Illustrated Chronicle from the Medieval Latin West

Lavender Philip Thomas, Whatever Happened to Illuga saga Gríðarfóstra ? Origin, Transmission and Reception of a Fornaldarsaga

Lavender Philip Thomas, Whatever Happened to Illuga saga Gríðarfóstra ? Origin, Transmission and Reception of a Fornaldarsaga, Thèse de doctorat soutenue en 2015, (Université de Copenhague)

Résumé/abstract :

Never heard of Illuga saga Gríðarfóstra? You’re not alone. Alongside the canon of world literary treasures there lies a shady world of forgotten and abandoned texts. The focus of my doctoral research has been the revindication of one such work, not simply because humanities research revels in the excavation of recondite relics of yesteryear, but also because behind every currently unpopular work there can lie a prehistory of untold entertainment and edification. Illuga saga Gríðarfóstra tells the story of a viking hero and his encounter with a lewd and troublesome trollwoman in the far north. It is found in 37 manuscript witnesses, but also in a number of other literary and textual formats. The relationships between these various formats – a passage from Saxo Grammaticus’ Gesta Danorum, Faroese ballads, Swedish ‘Stormaktstiden’ academic interventions and post-medieval Icelandic rímur – will be adumbrated and their production contexts analyzed in an attempt to account for how past audiences interacted with this quirky saga. The result hopefully provides a partial blueprint for the salvaging of similar literary flotsam and jetsam.

[Source : http://humanities.ku.dk/calendar/2015/january/illuga_saga/]

Triquet Ismérie, Les manuscrits enluminés de la Grande Chronique de Normandie aux XIVe et XVe siècles

Triquet Ismérie, Les manuscrits enluminés de la Grande Chronique de Normandie aux XIVe et XVe siècles, Thèse de doctorat soutenue en 2014, (dir. B. Boerner, D. Hüe, Université de Rennes 2)

Résumé/abstract :

A la fin du Moyen Age l’historiographie normande connaît un nouvel essor par la rédaction dans la seconde moitié du XIVe siècle de la Grande Chronique de Normandie. Le texte relate l’histoire du duché de Normandie et du monde anglo-Normand entre 911 et 1204. En 911 le chef viking Rollon recevait du roi de France Charles le Simple le territoire de Neustrie contre promesse de défendre ses frontières et de se convertir au catholicisme. Les Normands feront croître leur territoire au-Delà des limites de la Manche, initiant ainsi une nouvelle dynastie royale en Angleterre. La Normandie sera rattachée en 1204 à la couronne française de Philippe Auguste. Tardivement mis en image au XVe siècle, le texte sera illustré de scènes typologiques, traditionnellement utilisées dans les chroniques médiévales. Puis, se développerons des images plus complexes et narratives. Le but étant toujours la mise en exergue de la dynastie anglo-Normande. Produits durant ou juste après la guerre de Cent Ans, les manuscrits s’inscrivent dans un contexte tout à fait singulier. L’histoire normande sera utilisée à des fins politiques pour servir les prétentions des belligérants ou pour éduquer le lectorat médiéval. Largement diffusée dans le nord de la France l’illustration des manuscrits a permis la mise en place d’une tradition iconographique relative à la dynastie anglo-Normande dans trois grands centres artistiques : la Normandie, Paris et les Flandres. Enfin, le texte sera remanié et continué afin de poursuivre l’histoire normande jusqu’aux temps présents de la production. La Grande Chronique de Normandie a survécu à l’apparition de l’imprimerie tout en perdant toutefois sa récente tradition iconographique.

In the late Middle Ages, the writing of the GCN gave to the norman historiography a new growth in the second half of the 14th century. The text dealt with the history of the duchy of Normandy and the anglo-Norman world from 911 to 1204. In 911, the Viking chief Rollo received the territory of Neustrie from Charles the Simple, king of France, in exchange of the promise to defend the border and to become catholic. The Normans increased there territory over the Channel, thus they started a new dynasty in England. The Normandy has been attached to the french crown under the reign of Philippe Auguste. At a late stage, the text of the GCN has been illuminated with typologic scenes, traditionally used in medieval chronicles. Moreover, images became more and more complicated and narrative as well, whose purpose was still the highlighting of the anglo-Norman dynasty. The context of the making of the manuscripts is very specific in so far as they have been made during or shortly after the One Hundred Year War. The norman history will be used for the political interest of the belligerents as well as to educate the medieval readership. Widely spread in Northern France, the illuminated manuscripts permitted the settlement of an iconographic tradition related to the anglo-Norman dynasty in three great artistic centres : the Normandy, Paris and Flanders. Finally, the text has been changed and increased in order to go on the norman history till now. The GCN managed to go through the period of printing, therefore it lost its new iconography recently gained.

[Source : http://www.theses.fr/2014REN20032]

Des « Varègues » sur écorce de bouleau ?

Alexander Musin, Institut pour l’Histoire de la Culture Matérielle, Académie des Sciences de Russie, Saint-Pétersbourg

La campagne de fouilles réalisée à Novgorod la Grande (Russie) en 2015 a apporté quatre documents sur écorce de bouleau des XIIIe-XIVe siècles dont l’un mentionne le mot « varègue ». Le Récit des Temps Passés, la première Chronique russe, identifie généralement sous ce terme, des Scandinaves et, surtout pour les XIe-XIIe siècles, des Suédois. Le document trouvé dans les couches du XIIIe siècle a reçu le numéro 1064 dans la collection de cette série documentaire issue des fouilles de Novgorod, qui comptait, à la fin de la campagne de 2015, 1067 documents sur écorce de bouleau. Il a été rédigé en vieux slavon comme tous les textes de ce genre. À la suite d’une liste de dettes mal conservée figure une liste de sept noms avec parfois des surnoms à l’accusatif, parmi lesquels OSIPE VAREGE, c’est-à-dire « Joseph Varègue ».

Continuer la lecture de Des « Varègues » sur écorce de bouleau ?

La numérisation des documents des archives du Palais Bénédictine à Fécamp

Michael Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Les Archives départementales de la Seine-Maritime numérisent depuis plusieurs mois les chartes et autres documents intéressants l’abbaye de Fécamp et l’histoire de la Normandie conservées au Palais Bénédictine de Fécamp.

Ce projet est réalisé dans le cadre d’une coopération entre les Archives départementales de la Seine-Maritime, le Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273) et la société Bacardi-France, détentrice des fonds du Palais Bénédictine. Une convention réunissant les différents partenaires (2014) a établi les modalités de cette collaboration et de la réalisation du projet, en prévoyant à terme d’utiliser librement et gratuitement, à des fins non commerciales, les images numérisées à des fins de consultation, ou pour la réalisation de publications, bases de données et outils de travail. L’opération a reçu le soutien du Consortium CoSME (COnsortium Sources MEdiévales (http://cosme.hypotheses.org/) rattaché au TGIR Huma-Num du CNRS.

Continuer la lecture de La numérisation des documents des archives du Palais Bénédictine à Fécamp

Programme Ex monasterio Montis Sancti Michaelis : textes, matériaux et instruments pour une histoire de la bibliothèque du Mont Saint-Michel

Le programme Ex monasterio Montis Sancti Michaelis a été construit autour de la collection de manuscrits et d’imprimés en provenance de l’abbaye du Mont Saint-Michel conservée à Avranches. Il vise la mise en place d’un dispositif d’édition numérique, hébergé sur les serveurs de l’université de Caen, Basse-Normandie, qui réunira et mettra à la disposition des chercheurs et du public les documents utiles à l’histoire de la bibliothèque du Mont Saint-Michel.

Continuer la lecture de Programme Ex monasterio Montis Sancti Michaelis : textes, matériaux et instruments pour une histoire de la bibliothèque du Mont Saint-Michel

La tradition textuelle du Compendium philosophie : une illustration des échanges culturels dans le monde monastique et scolaire anglais

La tradition textuelle du Compendium philosophie : 
une illustration des échanges culturels 
dans le monde monastique et scolaire anglais

The textual tradition of the Compendium philosophie : 
an illustration of cultural exchanges 
in the English monastic and school world

Emmanuelle KUHRY

Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, UPR 841, Paris
emmanuelle.kuhry@irht.cnrs.fr

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier12&file=04kuhry.xml

Résumé :
Le texte de la Compilatio de libris naturalibus Aristotelis ou Compendium philosophie nous est transmis aujourd’hui par 37 manuscrits connus, dont sept sont conservés sur le sol anglais. Parmi ces sept, trois sont les témoins d’une version du texte que nous qualifions d’« anglaise », car elle se trouve exclusivement de main anglaise et dans des témoins conservés en Angleterre. Cet article entend étudier les rapports de cette version anglaise avec les autres versions du texte, au nombre de trois, ainsi que l’apport de l’un de ses témoins pour la connaissance des pratiques de lecture et d’annotation.

Mots-clés : encyclopédies médiévales, tradition manuscrite, Compendium philosophie, Angleterre, marginalia

Abstract:
We know the text of the Compilatio de libris naturalibus Aristotelis or Compendium philosophie through 37 manuscript witnesses, of which seven belong to English libraries. Three of the seven bear a version of the text which is to be called “English” because it is found only in English manuscripts and of English hand. In this article, we will study the links between this English version and the three other versions of the text, as well as the enlightment brought by one of the witnesses of this version for the knowledge of reading and annotation practices.

Keywords: medieval encyclopedias, manuscript tradition, Compendium philosophie, England, marginalia

Lire la suite

66 Manuscripts from the Arnamagnæan Collection

2015, 248 pp., hb
159 illustrations
ISBN 978-87-635-4264-7

http://www.mtp.hum.ku.dk/details.asp?eln=203654

This volume commemorates the three-hundred-fiftieth anniversary of the birth of the Icelandic scholar and antiquarian Árni Magnússon, who served as secretary of the Royal Archives and professor of Danish antiquities at the University of Copenhagen, in addition to building the most important collection of early Scandinavian manuscripts in existence.

The book presents descriptions of sixty-six manuscripts from the collection, one for each year of Magnússon’s life, complemented by high-quality color photographs, a comprehensive introduction to Magnússon’s life, and a chapter on book production in the medieval period.

Published in collaboration with the Arnamagnæan Institute at the Department of Nordic Research, Copenhagen and the Árni Magnússon Institute for Icelandic Studies, Reykjavík.

M.J. Driscoll is senior lecturer in Old Norse philology at the University of Copenhagen and head of the Arnamagnæan Institute.

Svanhildur Óskarsdóttir is head of the Manuscript Department at the Árni Magnússon Institute for Icelandic Studies in Reykjavík, Iceland.

History Books in the Anglo-Norman World Conference

22-23 May 2015
Trinity College Dublin

Call for Papers

Amongst the key sources for medieval history are the manuscripts in which medieval writers recorded their views of the past. These documents provide historians with more information than simply their textual content. The layout, decoration, script and annotations often provide insights into why a work was copied and how it was used. The twelfth century saw a boom in historical writing dealing with the recent past and stretching back to the biblical narrative. New chronicles and annals were produced, together with accounts of the histories of particular peoples, nations and places. This two-day conference will bring together scholars working on Anglo-Norman history books from a range of disciplinary perspectives to discuss the many ways in which these books can be read. The focus will be on works produced in areas controlled by the king of England between c.1066 and c.1300.

Topics covered might include, but are not limited to:

– The creation, circulation and reception of manuscripts containing material about history
– The organisation, layout and combination of texts within manuscripts dealing with history
– The use of decoration in historical manuscripts
– The contexts in which historical manuscripts were used and preserved
– The role of manuscripts in determining historical records and shaping attitudes to the past

Abstracts of no more that 300 words for papers of 20 minutes should be sent to Laura Cleaver at cleaverl@tcd.ie by the 12th September 2014.
This conference is organised as part of the ‘History Books in the Anglo-Norman World’ research project, which is funded by a Marie Curie Actions Grant (2011-15).

Reading Augustine’s Confessions in Normandy in the 11th and 12th Centuries

Lire Les Confessions de saint Augustin en Normandie aux XIe et XIIe siècles

Lauren MANCIA (Department of History, Brooklyn College, New York)

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier12&file=03mancia.xml

Abstract:
Scholars such as Pierre Courcelle have observed an intensification in interest in Augustine’s Confessionsin medieval Europe after the 11th century. This intensification was manifested in Normandy in two ways: first, in the early 11th century, Abbot John of Fécamp drew extensively from Augustine’s Confessions in his own Confessio Theologica; and second, book lists and extant manuscripts from the Norman monastic world show a marked increase in the number of copies of Confessions in Normandy by end of the 12th century. This article offers, for the first time, both an analysis of how John of Fécamp used Augustine’s work in his own Confessio and an interpretation of the manuscript evidence for the diffusion ofConfessions in Normandy. This study hopes to demonstrate how an analysis of contemporary intellectual interpretations of texts in Normandy can be used alongside paleographical examination of surviving copies to uncover both the ways in which and the reasons for which books circulated among the monastic houses.

Keywords: John of Fécamp, Confessions, St. Augustine of Hippo, monastic manuscript culture, monastic contemplation, 11th-century, 12th-century, Confessio Theologica, monasticism, Paris, BnF, ms lat. 1916

Continuer la lecture de Reading Augustine’s Confessions in Normandy in the 11th and 12th Centuries

Écrire à l’ombre des cathédrales

Écrire à l’ombre des cathédrales

Pratiques de l’écrit en milieu cathédral (espace anglo-normand et France de l’Ouest – XIe-XIIIe siècle)

Colloque international Cerisy-la-Salle (Manche), 8-12 juin 2016

Responsables : Grégory Combalbert et Chantal Senséby

Ces trente dernières années, les pratiques de l’écrit ont été au cœur des préoccupations des chercheurs. De multiples rencontres scientifiques et de nombreuses publications leur ont été consacrées. L’écrit, particulièrement les actes de la pratique, leur processus de production et de transcription, ont bénéficié d’approches variées, souvent novatrices, toujours stimulantes. Il s’agissait tantôt de mieux cerner un « objet diplomatique » (cartulaire, pancarte, actes pontificaux…), tantôt de déterminer la pluralité de ses fonctions (« actes comme expression du pouvoir », comme instrument d’une construction mémorielle…) ; il s’agissait aussi de comprendre les processus d’élaboration des écrits, le recours à des formulaires, la mise en œuvre de procédés tels que le remploi, l’emprunt… Le propos était encore de saisir la constitution et le fonctionnement des lieux où s’élaborent ces productions (scriptoria d’église cathédrale, de chapitre régulier ou d’abbaye, chancelleries princières ou pontificales), d’observer les professionnels de l’écrit au travail (scribes, notaires…). À côté de l’écrit monastique, qui a fait ces dernières années l’objet de travaux importants et fera très prochainement celui de plusieurs colloques, des études ont été dédiées à l’écrit cathédral, surtout épiscopal, particulièrement dans le Nord de la France actuelle (Arras, Thérouanne, Cambrai). Plusieurs recueils d’actes épiscopaux, plus rarement canoniaux, ont été publiés ou sont sur le point de l’être, tant pour les espaces orientaux (Metz) que septentrionaux (Laon, Arras, Reims, Noyon-Tournai) et occidentaux (Bretagne).

Continuer la lecture de Écrire à l’ombre des cathédrales

Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp

Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, thèse soutenue en 2015, (dir. C. Jacquemard, Université de Caen Basse-Normandie – co-directeur : A.-M. Turcan-Verkerk, EPHE/IRHT)

Résumé/abstract :

Parvenir à définir le contenu d’une bibliothèque médiévale disséminée à travers l’Europe, c’est tenter de reconstituer intellectuellement la mémoire d’une communauté et un patrimoine culturel aujourd’hui difficilement perceptible, tout en gardant les manuscrits dans leurs lieux de conservation actuels. Mais c’est aussi un moyen efficace pour valoriser et faire connaître, à la fois auprès des spécialistes et du grand public, un patrimoine historique exceptionnel. Le cas de Fécamp est d’autant plus intéressant que ce monastère bénédictin a tenu une place de choix parmi les centres intellectuels et de pouvoir du Moyen Âge : proche du palais ducal et premier établissement normand réformé selon la règle de saint Benoît par Guillaume de Volpiano vers l’an Mil, l’abbaye, pourvue d’un scriptorium très actif, fut le point de départ d’un grand nombre de restaurations monastiques ultérieures en Normandie ; sa grandeur était reconnue bien au-delà des frontières du duché (comme en témoignent par exemple Dudon de Saint-Quentin, Raoul Glaber ou Baudri de Bourgueil), mais aussi hors du continent, puisque les liens artistiques, culturels et intellectuels avec l’Angleterre, avant et après la conquête de 1066, s’avèrent à la fois nombreux et bien attestés.

Nos recherches sur la bibliothèque bénédictine de Fécamp, publiées en 2007 dans la revue Tabularia, ont permis de mettre en évidence l’existence de six phases de dispersion du fonds depuis les Guerres de Religion (seconde moitié du XVIe siècle) jusqu’à la Révolution (fin du XVIIIe siècle). Un travail d’investigation sur les possesseurs de livres fécampois ainsi que sur l’histoire de leurs collections a rendu possible la reconstitution du cheminement de quelques deux cents manuscrits depuis leur bibliothèque monastique de provenance jusqu’à leur lieu de conservation actuel. Comme pour un grand nombre d’autres bibliothèques médiévales, le fonds de l’abbaye de Fécamp se trouve désormais disséminé à travers la France et l’Europe. A ce jour, pas moins de dix bibliothèques publiques et privées ont été identifiées comme possédant des codices provenant de la Trinité. La majeure partie des manuscrits est aujourd’hui conservée en France, dans trois villes (à Rouen, à Paris et à Fécamp), mais dans six établissements distincts. Plusieurs autres bibliothèques européennes possèdent des manuscrits provenant de Fécamp : au Vatican, en Allemagne (à Berlin), en Suisse (à Berne), aux Pays-Bas (à Leyde) et en Angleterre (à Salisbury).

Continuer la lecture de Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp