Trân-Duc Lucile, Maîtrise du culte des saints et enjeux de pouvoir dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen (IXe-XIIIe siècles)

Trân-Duc Lucile, Maîtrise du culte des saints et enjeux de pouvoir dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen (IXe-XIIIe siècles),  thèse soutenue en 2015, (dir. V. Gazeau – co-directeur : C. Lorren, Université de Caen Basse-Normandie).

Résumé/abstract :

Depuis une trentaine d’années, l’hagiologie fait l’objet d’un profond renouvellement historiographique, passant d’une approche purement cultuelle à une approche anthropologique et sociale. L’un des axes les plus féconds à l’heure actuelle consiste à étudier l’instrumentalisation du sacré, indispensable pour étayer, glorifier voire légitimer l’autorité politique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective que l’on a choisi d’examiner, dans le cadre de ce doctorat, la question de la maîtrise du culte des saints dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen aux IXe-XIIIe siècles. En effet, dans un contexte de restauration de la vie religieuse au lendemain des invasions scandinaves, le sanctoral devient un enjeu de pouvoir dont la cathédrale et les grands monastères de la région cherchent à s’assurer la domination. Afin de mener à bien cette recherche, on dispose de nombreuses sources : calendriers liturgiques, vitae et recueils de miracula, inventaires de reliques, etc. Une fois ceux-ci dépouillés, la réflexion s’organisera autour de trois axes principaux. Après avoir démontré que l’apparition des Normands dans la vallée de la basse Seine conduit à une désorganisation réelle du culte des saints, il conviendra de dresser un état du sanctoral reconstitué à la fin de la période, d’en étudier la physionomie et l’évolution des modèles de sainteté en vigueur dans l’espace et la période considérés puis de montrer sous l’effet de quelles logiques il se met en place au lendemain de la fondation de la principauté normande. Cela conduira à s’interroger sur la question des rapports entre sanctoral et restauration monastique, sanctoral et pouvoir territorial (contribution du culte des saints à la formation territoriale et identitaire du duché de Normandie puis à la formation d’un espace anglo-normand et d’un espace Plantagenêt), sanctoral et réforme de l’Eglise, sanctoral et rayonnement des différents établissements du diocèse de Rouen. En d’autres termes, l’étude du culte des saints dépasse très largement le seul cadre de l’histoire religieuse et constitue une porte d’entrée ouvrant sur l’étude des structures et des mentalités au Moyen Âge.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article605]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.