Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle)

Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle), (dir. Veronique Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2013/In preparation since 2013

Résumé/abstract :

L’ouest de la Normandie fait souvent figure de parent pauvre dans l’historiographie de la Normandie médiévale. Les seigneurs, laïcs et ecclésiastiques, influents de l’ouest de la Normandie sont mal connus. Leurs installations, souvent initiées par le pouvoir royal, et leurs motivations politiques, personnelles ou religieuses, ainsi que leurs relations n’ont pas été étudiés. Commencer l’étude dans les années 1040 permet d’étudier les transformations politiques engagées par le duc de Normandie, Guillaume, dans l’ouest de la Normandie, tant du point de vue religieux (évêques et fondations d’abbaye) que du point de vue féodal (réorganisation de la hiérarchie seigneuriale). Les rois d’Angleterre, duc de Normandie continuent jusque 1204 d’influer sur cette zone, certes avec des développements et des fluctuations selon les rois : Henri Ier, ancien comte du Cotentin reste toujours proche de cette région, alors que Jean sans terre, pourtant ancien comte de Mortain, n’a pas entretenu de lien particulier. À partir de 1137-1138, les seigneurs s’affirment et mènent des stratégies personnelles aux dépens des princes. Un second tournant débute dans les années 1193-1195. A partir de 1204, la conquête capétienne marque une nouvelle évolution dans les rapports entre le souverain et les détenteurs de pouvoirs locaux. Mais éloignée de la frontière anglo-française, c’est surtout à partir des années 1248-1254, que l’influence royale se fait sentir, notamment avec l’affirmation du pouvoir des représentants du roi, les baillis, qui encadrent progressivement les privilèges des seigneurs laïcs comme ecclésiastiques. Le règne de Philippe III (1270-1285) finit d’intégrer complètement l’ouest de la Normandie dans le domaine royal français, même si dans les textes la différence entre Normannia et Francia est toujours présente. L’ouest de la Normandie, expression volontairement imprécise, correspond toutefois à un espace cohérent. L’aristocratie qui domine cet espace met en place des stratégies matrimoniales au cœur de cette zone, on parle parfois d’aristocratie « bajocasso-cotentinaise ». Le comte de Mortain, comme d’autres seigneurs, est le bienfaiteur d’abbayes tant dans le Cotentin, dans le Bessin que dans l’Avranchin. Au XIIIe siècle, cette cohérence est renforcée par la création du bailliage du Cotentin qui englobe le diocèse de Coutances, d’Avranches, et d’une partie de celui de Bayeux. Les îles anglo-normandes sont comprises dans cette étude, puisque l’archidiaconé des îles dépend de l’évêché de Coutances, et les abbayes normandes y sont fortement implantées. L’historiographie normande a peu traité ces espaces, surtout dans une réflexion sur la volonté des princes d’y affirmer leur présence et leur pouvoir, et sur celles des aristocrates de s’affranchir de l’autorité de ces derniers. Pourtant pour répondre à ces interrogations les sources sont nombreuses, les 21 abbayes couvrant notre espace, ont presque toutes laissées de nombreux actes de la pratique, pour la plupart inédit, qui éclairent les réseaux de pouvoirs. A côté de ces milliers de chartes, les autres sources diplomatiques (actes des ducs de Normandie, des rois de France), les sources littéraires, mais aussi la sigillographie et l’archéologie permettent de discuter ce que l’on sait aujourd’hui de l’intégration d’un territoire à un royaume, et aussi de mieux appréhender la vision que les seigneurs avaient de leur pouvoir, et que les princes avaient de ces territoires.

[source : http://www.theses.fr/s116672]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.