Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp

Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, thèse soutenue en 2015, (dir. C. Jacquemard, Université de Caen Basse-Normandie – co-directeur : A.-M. Turcan-Verkerk, EPHE/IRHT)

Résumé/abstract :

Parvenir à définir le contenu d’une bibliothèque médiévale disséminée à travers l’Europe, c’est tenter de reconstituer intellectuellement la mémoire d’une communauté et un patrimoine culturel aujourd’hui difficilement perceptible, tout en gardant les manuscrits dans leurs lieux de conservation actuels. Mais c’est aussi un moyen efficace pour valoriser et faire connaître, à la fois auprès des spécialistes et du grand public, un patrimoine historique exceptionnel. Le cas de Fécamp est d’autant plus intéressant que ce monastère bénédictin a tenu une place de choix parmi les centres intellectuels et de pouvoir du Moyen Âge : proche du palais ducal et premier établissement normand réformé selon la règle de saint Benoît par Guillaume de Volpiano vers l’an Mil, l’abbaye, pourvue d’un scriptorium très actif, fut le point de départ d’un grand nombre de restaurations monastiques ultérieures en Normandie ; sa grandeur était reconnue bien au-delà des frontières du duché (comme en témoignent par exemple Dudon de Saint-Quentin, Raoul Glaber ou Baudri de Bourgueil), mais aussi hors du continent, puisque les liens artistiques, culturels et intellectuels avec l’Angleterre, avant et après la conquête de 1066, s’avèrent à la fois nombreux et bien attestés.

Nos recherches sur la bibliothèque bénédictine de Fécamp, publiées en 2007 dans la revue Tabularia, ont permis de mettre en évidence l’existence de six phases de dispersion du fonds depuis les Guerres de Religion (seconde moitié du XVIe siècle) jusqu’à la Révolution (fin du XVIIIe siècle). Un travail d’investigation sur les possesseurs de livres fécampois ainsi que sur l’histoire de leurs collections a rendu possible la reconstitution du cheminement de quelques deux cents manuscrits depuis leur bibliothèque monastique de provenance jusqu’à leur lieu de conservation actuel. Comme pour un grand nombre d’autres bibliothèques médiévales, le fonds de l’abbaye de Fécamp se trouve désormais disséminé à travers la France et l’Europe. A ce jour, pas moins de dix bibliothèques publiques et privées ont été identifiées comme possédant des codices provenant de la Trinité. La majeure partie des manuscrits est aujourd’hui conservée en France, dans trois villes (à Rouen, à Paris et à Fécamp), mais dans six établissements distincts. Plusieurs autres bibliothèques européennes possèdent des manuscrits provenant de Fécamp : au Vatican, en Allemagne (à Berlin), en Suisse (à Berne), aux Pays-Bas (à Leyde) et en Angleterre (à Salisbury).

Ce projet de thèse de doctorat sur la bibliothèque de Fécamp a pour objectif de reconstituer le fonds médiéval et le patrimoine intellectuel de cette grande abbaye bénédictine normande. Pour y parvenir, nos travaux s’appuieront prioritairement sur les sources écrites, à commencer par les inventaires anciens et modernes, mais aussi sur l’ensemble des manuscrits médiévaux ayant survécu. Plus largement, tous les documents éclairant l’histoire de la bibliothèque, seront mis à contribution. Outre les recherches approfondies sur la formation, l’enrichissement et la dispersion des fonds manuscrits de cette abbaye, l’étude vise à l’édition d’un corpus de textes relatifs à cette bibliothèque, ainsi qu’à l’établissement d’un catalogue des manuscrits médiévaux conservés (rédaction d’une notice pour chaque manuscrit) et d’une liste de ceux non encore localisés. Grâce à la richesse exceptionnelle des sources subsistantes malgré les dispersions dont elles ont fait l’objet, le cas de la bibliothèque médiévale de Fécamp constitue un champ d’étude privilégié offrant des perspectives de découvertes extrêmement prometteuses : ces recherches devraient en effet permettre d’éclairer différents processus de constitution et de démembrement des fonds livresques d’autres grandes collections monastiques normandes (Mont-Saint-Michel, Jumièges, Saint-Wandrille, Saint-Ouen de Rouen, Bec-Hellouin, Saint-Evroult, Lyre, etc.), pour lesquels nous disposons généralement de moins de sources que pour Fécamp. Nous pouvons espérer l’identification de l’origine et de la provenance de nombreux manuscrits normands conservés dans diverses bibliothèques de France et d’Europe, comme en témoignent déjà plusieurs découvertes obtenues depuis 2007.

Ce sujet de recherche se place au cœur des préoccupations actuelles en sciences humaines et sociales sur la transmission de la culture médiévale en Occident : il s’intéresse à la circulation des manuscrits et des textes médiévaux du Moyen Âge à la fin de l’ancien Régime ; il concerne donc à la fois l’histoire des textes, l’histoire des bibliothèques, l’histoire de la culture et l’histoire des institutions religieuses. Ce projet s’inscrit dans une démarche et des perspectives analogues à celles des travaux publiés dans la collection Documents, Études et Répertoires, série Histoire des bibliothèques médiévales. Il est complémentaire et interagit fortement avec les recherches en cours sur la bibliothèque du Mont-Saint-Michel (projet MRSH / CRAHAM / Université de Caen), ainsi qu’avec l’étude et l’édition critique du chartrier de l’abbaye de Fécamp (thèse de Michael Bloche).

Pour mener à bien ce projet, il est primordial de s’appuyer sur les expériences acquises à la fois à Caen et à l’IRHT, ainsi que sur les nombreux outils existants dans ces établissements. Une collaboration étroite avec les personnes travaillant à la cellule « document numérique » de la MRSH et des Presses universitaires de Caen est indispensable afin de convenir et de respecter diverses normes (normes d’édition internationales, données retenues pour la description des manuscrits et la rédaction de leur notice, etc.). L’usage d’outils mis au point par Pierre-Yves Buard et son équipe, s’appuyant sur l’encodage XML (eXtensible Markup Language) et permettant de répondre aux besoins du chercheur tout en répondant aux impératifs de l’éditeur grâce à la TEI (Text Encoding Initiative), s’avère un atout majeur pour le projet : la conception de documents structurés, pérennes, archivables (conservation à long terme) et indépendants des logiciels utilisés (séparation du fond et de la forme afin de s’affranchir des contraintes informatiques) permettront de garantir la diffusion et la valorisation des résultats atteints au terme de ces trois années de recherche. La possibilité d’éditer ces travaux sur différents supports, en versions électroniques et version papier, à partir d’un seul flux de production offre une souplesse très appréciable et de multiples avantages.

Les principaux objectifs du projet :

Réunion d’un corpus de documents intéressant l’histoire de la bibliothèque (catalogues, inventaires, lettres, etc.). Cela comprend notamment la réédition des deux catalogues médiévaux (XIe et XIIe s.) et des extraits des inventaires du Trésor (XIVe et XVIIIe s.), l’édition des deux listes encore inédites des manuscrits d’Antoine de Mareste d’Alge passés chez Colbert en 1677 puis dans la bibliothèque du Roi, et l’édition de l’inventaire de dom Abraham Feray (qui sera mis en lien avec les copies partielles de ce même inventaire réalisées par dom Le Maître et Bernard de Montfaucon).

Étude détaillée des processus d’accroissement (internes et externes) et de dispersion des fonds manuscrits de la bibliothèque (approfondissement de l’étude publiée en 2007).

Description précise des caractéristiques des manuscrits issus du scriptorium de Fécamp (aspects codicologiques et paléographiques), afin de faciliter leur identification.

Reconstitution de la bibliothèque médiévale et du patrimoine intellectuel de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, fondée sur l’établissement d’un catalogue précis de ses manuscrits aujourd’hui disséminés dans les fonds de diverses bibliothèques publiques et privées : une notice sera établie pour chaque manuscrit médiéval ayant survécu ; une liste des manuscrits perdus non encore localisés sera également constituée.

Exploration systématique des différentes pistes de dispersion mises en lumière afin de compléter la liste des manuscrits provenant de la bibliothèque de Fécamp.

Établissement d’une liste des œuvres connues à Fécamp (classement par auteurs et par titres), afin de mieux cerner la culture et les centres d’intérêt de la communauté monastique fécampoise au fil des siècles (tentative de reconstitution de la mémoire de cette communauté).

Étude des voies de transmission des textes, d’une part entre grandes bibliothèques normandes, d’autre part avec les établissements extérieurs à la Normandie (une attention particulière sera portée aux liens étroits unissant Fécamp aux abbayes du Mont-Saint-Michel et de Saint-Bénigne de Dijon, ainsi qu’aux échanges avec l’Angleterre dès avant 1066).

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article586]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.