Avril Charles, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe siècle au Concile de Trente

Avril Charles, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe siècle au Concile de Trente, (dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie)

En cours depuis 2010 /In preparation since 2010

Résumé/abstract :

L’objet de la recherche est d’aborder la question de la liturgie mariale normande, constatant l’absence de travaux jusqu’alors sur cette problématique historique. Les sources liturgiques sont peu connues de l’historiographie normande. Utilisée pour leurs apports iconographiques ou musicologiques, cette documentation est rarement considérée pour son usage premier : le culte liturgique. Un premier intérêt, au-delà du culte marial, de ces travaux sera d’établir une critique de ces sources dans une perspective liturgique notamment dans leur usage.

Le cadre chronologique choisi se situe entre deux périodes « fastes » pour l’histoire du culte liturgique normand. Le XIe siècle, est le siècle de la refondation de la chrétienté normande grâce aux réformateurs comme Guillaume de Volpiano. C’est un temps de forte activité liturgique notamment par la création de pièces liturgiques, mais aussi par l’établissement de coutumes et la publication de véritables manuels de liturgie à destination du clergé diocésain dont celui de l’évêque Jean d’Avranches, qui devient archevêque de Rouen, est le plus célèbre. Le Concile de Trente, comme chaque concile, connaît une période le précédant, de vive réflexion théologique et de tentatives de réformes liturgiques. Ce concile publie, sous l’autorité de Pie V, un nouveau missel, un nouveau bréviaire et un nouveau calendrier. Les deux bornes chronologiques sont bien connues. Mais que se passe-t-il en Normandie pendant cette période ? Nous n’en savons rien, c’est ce que ce travail cherche à établir.

Une meilleure connaissance de la liturgie mariale contribue à l’approfondissement de nombreux autres champs de l’histoire en particulier, de l’histoire de l’Église. En effet, le livre d’Heures, source considérable pour la piété des laïcs, tire son origine de la liturgie. Mes travaux s’inscrivent pleinement dans les réflexions actuelles qui participent au renouvellement de l’historiographie religieuse normande.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article544]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.