Leroux Nicolas, L’anthropisation médiévale des rives de la Seine entre Rouen et le Havre et ses conséquences économiques

Leroux Nicolas, L’anthropisation médiévale des rives de la Seine entre Rouen et le Havre et ses conséquences économiques, Thèse de doctorat soutenue en 2012 (dir. A.-M. Flambard Héricher, Université de Rouen)

Résumé/abstract :

Étymologiquement, l’anthropisation est l’effet de l’action humaine sur les milieux naturels. On voit l’ambiguïté de cette définition : l’homme serait-il exclu d’un milieu qui ne serait naturel qu’en son absence ? Cependant, pour donner un sens opérationnel à la notion d’anthropisation, il faut remarquer que ce concept s’est imposé à partir du moment où un bilan s’est avéré nécessaire, l’aspect négatif des actions humaines apparaît en filigrane, puis en surimpression sur leur aspect positif, envisagé jusque-là exclusivement en toute bonne conscience civilisatrice. Alors, circonscrite, l’anthropisation est la conséquence des actions humaines conduisant à un appauvrissement, une dégradation, voire une destruction des écosystèmes parfois à la création d’autres plus ou moins artificiels. L’impact humain sur l’environnement conduit à quelques remarques économiques sur la basse vallée de la Seine du VIIe au XVIe siècle. Lutter contre les divagations du fleuve, exploiter les matières premières, les ressources souterraines de cette vallée, profiter des richesses de la Seine et essayer d’établir des passages permettant les échanges entre les deux rives opposées tentent de répondre à l’intérêt que l’Homme a porté au milieu naturel entre les invasions normandes et le début du XVIe siècle. Plusieurs groupes humains s’intéressèrent à cette artère séquanienne ; les grands seigneurs (barons, comtes et rois) et les ecclésiastiques voulaient laisser leur empreinte dans cette grande vallée fluviale entre Rouen et le Havre. L’Histoire, celle que l’on écrit avec un grand H, laisse des traces dans la terre, nous propulsant quelquefois plusieurs siècles en arrière. L’Histoire ne peut s’effacer, parce qu’elle appartient à notre héritage et conditionnant notre présent et tout le futur, insaisissable.

Source : http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=1325


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.