Reading Augustine’s Confessions in Normandy in the 11th and 12th Centuries

Lire Les Confessions de saint Augustin en Normandie aux XIe et XIIe siècles

Lauren MANCIA (Department of History, Brooklyn College, New York)

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier12&file=03mancia.xml

Abstract:
Scholars such as Pierre Courcelle have observed an intensification in interest in Augustine’s Confessionsin medieval Europe after the 11th century. This intensification was manifested in Normandy in two ways: first, in the early 11th century, Abbot John of Fécamp drew extensively from Augustine’s Confessions in his own Confessio Theologica; and second, book lists and extant manuscripts from the Norman monastic world show a marked increase in the number of copies of Confessions in Normandy by end of the 12th century. This article offers, for the first time, both an analysis of how John of Fécamp used Augustine’s work in his own Confessio and an interpretation of the manuscript evidence for the diffusion ofConfessions in Normandy. This study hopes to demonstrate how an analysis of contemporary intellectual interpretations of texts in Normandy can be used alongside paleographical examination of surviving copies to uncover both the ways in which and the reasons for which books circulated among the monastic houses.

Keywords: John of Fécamp, Confessions, St. Augustine of Hippo, monastic manuscript culture, monastic contemplation, 11th-century, 12th-century, Confessio Theologica, monasticism, Paris, BnF, ms lat. 1916

Résumé :
Des chercheurs, tel Pierre Courcelle, ont observé un regain d’intérêt pour Les Confessions de saint Augustin dans l’Europe médiévale après le XIe siècle. Ce renouvellement d’intérêt est attesté en Normandie de deux manières : d’abord, au début du XIe siècle, l’abbé Jean de Fécamp s’est largement inspiré des Confessions de saint Augustin dans sa propre Confessio Theologica ; ensuite, les listes de bibliothèques et les manuscrits subsistants issus du monde monastique normand attestent une croissance exponentielle du nombre des Confessions dans la Normandie jusqu’à la fin du XIIe siècle. Cet article propose, pour la première fois, une analyse de la façon dont Jean de Fécamp a utilisé le travail d’Augustin dans sa Confessio, et une interprétation des indices que constituent les exemplaires normands desConfessions. Cette étude s’attache à démontrer comment en Normandie, les interprétations intellectuelles des textes par des contemporains peuvent être jointes à l’examen paléographique des manuscrits, pour comprendre la manière dont les livres ont circulé entre les bibliothèques monastiques, et les raisons de cette diffusion.

Mots-clés : Jean de Fécamp, Confessiones, saint Augustin d’Hippone, manuscrits monastiques, contemplation monastique, XIe siècle, XIIe siècle, Confessio Theologica, monachisme, Paris, BnF, ms lat. 1916


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.