Aude Painchault, Les châteaux normands dans l’œuvre d’Orderic Vital et leurs traces archéologiques

Aude Painchault, Les châteaux normands dans l’œuvre d’Orderic Vital et leurs traces archéologiques

Compte rendu de la soutenance de thèse par Micaël Allainguillaume,  Adrien Dubois et Jean-Baptiste Vincent

Le mardi 13 janvier 2015, à l’Université de Rouen, Aude Painchault a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Les châteaux normands dans l’œuvre d’Orderic Vital et leurs traces archéologiques », devant un jury composé de Gérard Giuliato, professeur d’histoire et d’archéologie médiévale, université de Lorraine, président du jury ; David Bates, professeur d’histoire médiévale, East Anglia University, rapporteur ; Philippe Racinet, professeur d’histoire et d’archéologie médiévale, université de Picardie, Jules Verne, rapporteur ; Véronique Gazeau, professeur d’histoire médiévale, université de Caen Basse-Normandie et Anne-Marie Flambard Héricher, professeur émérite d’histoire et d’archéologie médiévale, université de Rouen, directrice de la thèse.

 Le président du jury ouvre la soutenance à 14h00.

La candidate remercie le jury d’avoir bien voulu évaluer son travail. Elle présente ensuite sa thèse composée de trois volumes (le premier composé d’une synthèse de 476 pages ; les deux autres – 640 pages – consacrés aux monographies des sites étudiés ).

Aude Painchault procède à un bilan historiographique sur la castellologie, secteur de recherche dynamique depuis les années 1950, ce dont témoigne notamment le colloque de Caen de 1980 qui a marqué une étape essentielle dans la définition du château et dans la mise en œuvre d’une typologie distinguant les mottes, les enceintes, les constructions en terre, en pierre ou en bois. Les chercheurs ont également été attentifs à comprendre les fonctions des châteaux, moyens et symboles de contrôle et de développement administratif, politique, militaire et économique d’un territoire, ainsi que cadres de vie. La candidate fait le constat qu’à la différence des sources de la pratique souvent jugées plus objectives, les sources littéraires ont été négligées par les chercheurs, malgré des études motivantes comme celle d’André Debord qui a pu montrer en étudiant la chronique d’Adémar de Chabannes que la réalité du terrain correspondait parfois à des termes précis utilisés par le chroniqueur. C’est dans une démarche comparable qu’Aude Painchault a fait le choix d’axer ses travaux sur l’œuvre d’Orderic Vital, l’Historia Ecclesiastica, qui présente l’avantage d’être à la fois riche et bien étudiée, notamment par les travaux de Marjorie Chibnall. Outre sa traduction en anglais bien connue, cette dernière a en particulier publié un article intitulé « Orderic Vitalis on castles » dans lequel elle présentait le moine de Saint-Évroult comme un spécialiste des châteaux au sens large, lieux de résidence des élites, sans toutefois que le chroniqueur soit un spécialiste de l’architecture : l’utilisation de termes variés pour désigner les châteaux restait, d’après l’analyse de Marjorie Chibnall, le résultat d’un travail littéraire et non d’une classification. En poursuivant cette réflexion, Aude Painchault s’est demandé si cette analyse générale était applicable dans le cadre plus restreint de ce que le chroniqueur connaissait le mieux, raison pour laquelle sa recherche a porté sur la Normandie ducale entre 1118 et 1141, c’est-à-dire sur l’espace et le temps dans lesquels a vécu Orderic Vital.

La lecture de la partie de l’Historia Ecclesiastica consacrée à cet espace et à ces lieux a permis à Aude Painchault de relever 144 mentions associant un nom de lieu à un terme révélant une fortification. Ainsi, 80 sites ont pu être recensés, désignés par 21 mots différents. Parmi ces 80 sites, 37 ont complètement disparu. Des 43 autres, 23 ont été réoccupés et transformés et 20 ont été abandonnés après leur première utilisation. Aude Painchault a cependant fait le choix de traiter, dans son corpus, l’ensemble des sites identifiés sur le terrain (au nombre de 75), de manière à comprendre le vocabulaire utilisé par le moine de Saint-Évroult même lorsque aucun vestige n’est aujourd’hui conservé. Le corpus ainsi constitué est organisé en notices qui proposent pour chaque site un bilan documentaire, appuyé le plus souvent sur un relevé topographique – une partie d’entre eux provenant du PCR « Les fortifications de terre médiévales de Haute-Normandie » de l’université de Rouen, constitué sous la direction d’Anne-Marie Flambard Héricher. Cette méthode non destructive a permis à la candidate d’interpréter des sites peu connus en un temps conforme aux exigences du doctorat. Elle a ainsi pu montrer l’utilisation par le chroniqueur de termes correspondant aux spécificités de chaque site (objet pendant la soutenance des observations des membres du jury, rapportées ci-dessous). Aude Painchault propose par conséquent de nuancer les observations de Marjorie Chibnall quant aux écrits d’Orderic Vital concernant les châteaux : le moine de Saint-Évroult, bien informé, constitue une source utile à l’appréhension du paysage castral de la Normandie ducale.

À l’invitation du président du jury, Anne-Marie Flambard Héricher, directrice de la thèse, prend la parole et dit toute sa satisfaction de voir aboutir le travail que la candidate a entrepris. Elle retrace ensuite brièvement son parcours universitaire, passant par un master consacré à l’étude historique et archéologique de la Butte au Diable à Maulevrier Sainte-Gertrude (Seine-Maritime), un master professionnel sur la céramique du Château Ganne (Calvados) et une formation de terrain sur le chantier-école du Château Ganne. Aude Painchault a aussi participé activement au projet collectif de recherche (PCR) sur les fortifications de terre qui a regroupé un noyau d’étudiants de 2004 à 2011 pour documenter des fortifications de terre mal connues ou menacées. Enfin, Aude Painchault a également tout au long de son doctorat exercé une activité salariée sur plusieurs chantiers ou en post-fouille.

Anne-Marie Flambard Héricher rappelle que le travail de thèse d’Aude Painchault s’organise en deux parties bien distinctes. Un travail sur le texte et le vocabulaire d’une part et un travail de terrain d’autre part. Elle souligne la qualité générale de la présentation des trois volumes avec des illustrations placées au fil du texte ainsi que la qualité de l’écriture, malgré de petites maladresses.

Anne-Marie Flambard Héricher évoque tout d’abord ce qui a permis à la candidate de construire sa réflexion, c’est-à-dire l’ensemble des notices qui constituent le corpus. 75 sites classés par noms de commune y sont localisés sur une carte générale d’excellente qualité graphique et présentés à l’aide de fiches méthodiques. Un plan de situation réalisé à partir du cadastre ancien donne de bonnes indications sur la position du château au sein de l’ensemble de l’espace bâti. Au total, 24 châteaux parmi les 75 étudiés ont été relevés dans le cadre du PCR sur les fortifications de terre. Les plans respectent les normes élaborées dans le cadre du PCR et sont d’excellente qualité tout comme les photographies qui illustrent le propos. Les commentaires relatifs à chaque site sont répartis sous plusieurs rubriques : une partie géographique pour la localisation dans le paysage actuel (carte IGN au 1/25000), une partie historique et une partie topographie qui décrit les vestiges visibles et les interprète, enfin une bibliographie spécifique à chaque fiche.

La première des quatre parties du volume de synthèse consiste en une présentation de la méthode de travail de la candidate pour sélectionner des sites à retenir parmi ceux cités par Orderic Vital. La production d’autres chroniqueurs est aussi examinée (Guillaume de Jumièges, Guillaume de Poitiers, Robert de Torigni), ainsi que des sources de la pratique (cartulaires, comptabilités, actes ducaux et royaux), le tout est présenté clairement dans des tableaux récapitulatifs.

La deuxième partie traite du contexte dans lequel Orderic Vital rédige son œuvre et permet de comprendre pourquoi on constate, sur la carte des châteaux mentionnés par le moine, des « vides », le long de la côte et dans l’ouest de la Normandie (l’actuel département de la Manche). Ces vides trahissent en effet à la fois les réseaux d’information du chroniqueur et la géographie des conflits.

La troisième partie porte sur la terminologie. Il s’agit de comprendre si le chroniqueur utilise un vocabulaire précis et adapté. L’étude confirme une concordance entre l’utilisation de certains termes (par Orderic Vital ainsi que par d’autres chroniqueurs) et les réalités de terrain. Ainsi castrum évoque un espace fortifié large qui comprend différents éléments du château, mais pas la ville elle-même.

La quatrième partie est la partie archéologique, visant à confronter le vocabulaire utilisé aux observations de terrain. Pour chaque site, un croquis rappelle les éléments constitutifs du château. Un autre graphique (page 68) met en évidence la chronologie des types de châteaux mis en œuvre. Si le XIe siècle apparaît en effet comme le siècle de la transition entre les enceintes et les mottes, on constate que l’intérêt du chroniqueur se focalise au XIIe siècle sur les châteaux ducaux. La comparaison topographique des 35 enceintes identifiées permet de les classer en fonction de la nature des talus pour étudier le vocabulaire utilisé par Orderic Vital.  Les termes castrummunitiocastellum et oppidum dominent pour les enceintes ; arx et turris sont également utilisés, mais seulement lorsque les enceintes sont maçonnées. Les mottes, moins nombreuses (16 sites), sont désignées par les termes castrummunitiocastellum ou oppidum, sans que l’on puisse distinguer les mottes maçonnées des autres. Les termes arx et turris ne sont pas employés pour désigner les mottes.

Anne-Marie Flambard Héricher conclut en soulignant que l’entreprise périlleuse que la candidate a tentée est une réussite. Elle précise cependant que l’étude externe qui a été effectuée ne donne pas toutes les solutions : des fouilles pourraient permettre d’avancer sur la question. Dans cette démonstration pertinente et claire, Aude Painchault a dévoilé des choix de vocabulaire liés à la nature de la forteresse. Anne-Marie Flambard Héricher félicite la candidate et souhaite très vivement que ce travail soit publié rapidement.

Aude Painchault répond aux remarques d’Anne-Marie Flambard Héricher concernant la manière dont elle a condensé les informations, parfois de manière excessive, ce qu’elle envisage de corriger.

Philippe Racinet est le deuxième membre du jury à s’exprimer.

En préambule, Philippe Racinet souligne l’énorme travail dont est issue cette thèse : le corpus constitue à lui seul une solide référence pour les études à venir (il regrette cependant que chaque notice ne contienne pas un résumé des mentions relatives au site dans le texte d’Orderic Vital). Il manifeste également, avant de revenir sur chacune des parties du travail, le plaisir qu’il a eu à lire cette thèse bien écrite et dont la mise en pages soignée facilite encore la lecture. Aude Painchault a bien montré l’utilisation d’un vocabulaire spécifique par Orderic Vital : si le mot castrum ne se distingue pas de castellum, une hiérarchie terminologique se dégage de l’étude. L’oppidum désigne la ville, en opposition au château ; castrumcastellum et munitio constituent l’espace le plus fortifié tandis qu’arx et turris correspondent à des espaces particuliers du castrum. En revanche, le chroniqueur ne semble pas se soucier de la topographie.

Philippe Racinet engage enfin la conversation avec la candidate, en s’appuyant en particulier sur la lecture de Guillaume le Breton, sur la signification des termes arx et turris et sur l’éventuelle utilisation du terme castrum pour désigner un camp provisoire. En continuant ses interrogations, issues de ses propres expériences, il se demande si Aude Painchault a été confrontée aux termes castrum désignant un lieu de siège, celui de munitio pouvant selon lui être employé pour un regroupement de forteresses, ou encore vallum, rencontré dans les textes de Guillaume le Breton et identifié comme un ensemble de palissades en avant des fossés. Sur ces questions, Aude Painchault mentionne le fait que munitio est présent dans l’œuvre d’Orderic Vital et une seule occurrence signifierait un regroupement de fortifications, tout comme le terme castrum employé pour un camp provisoire en référence au siège de Gasny par le roi de France. Toutefois elle constate l’absence du terme vallum. Philippe Racinet conclut que l’objectif  ambitieux poursuivi par ce doctorat a été atteint.

Après une courte pause, le président donne la parole à David Bates. Ce dernier félicite Aude Painchault d’avoir su mener une telle étude pluridisciplinaire, qui lui a beaucoup appris et l’a amené à s’interroger, réflexion qu’il souhaite poursuivre avec la candidate. Il remarque notamment à quel point la tranquillité de la vie bénédictine semble n’avoir jamais existé : Orderic Vital a dû recevoir des visites permanentes ! David Bates engage ainsi Aude Painchault à se pencher sur la personnalité d’Orderic Vital, sur ses qualités d’historien, en particulier concernant les châteaux. David Bates soumet ainsi à la réflexion de la candidate une phrase tirée de l’œuvre du moine, affirmant que les châteaux n’étaient pas connus en Angleterre avant l’arrivée des Normands en 1066. David Bates invite par conséquent Aude Painchault à réfléchir sur la possibilité qu’il y aurait de poursuivre son étude avec des exemples anglais. Il encourage également la candidate à prendre davantage en compte Guillaume de Poitiers, à qui Orderic Vital semble avoir beaucoup emprunté (tandis que Robert de Torigni écrit quelques décennies après le moine de Saint-Évroult). Il lui conseille enfin de se livrer à une réflexion sur la symbolique des espaces d’un château, à l’instar des travaux de Leonie Hicks. Une conversation s’engage ensuite entre David Bates et Aude Painchault sur la manière dont Henri Ier a poursuivi la politique de frontière de son père. Le dialogue continue sur les qualités d’historien d’Orderic Vital. Enfin, David Bates conclut en remerciant la candidate pour ses réponses et en manifestant la nécessité de la publication de ces travaux.

Gérard Giuliato donne ensuite la parole à Véronique Gazeau, qui indique avoir été impressionnée par la réussite de la candidate à traiter le sujet envisagé. Si elle avait envisagé jusqu’à présent l’œuvre d’Orderic Vital sous l’angle religieux, il ne lui serait jamais venu à l’idée de la traiter sous l’angle castellologique, sujet singulier qui donne des résultats fort intéressants. Véronique Gazeau insiste par ailleurs sur l’important volume du corpus étudié. Les fiches constituées pour chaque site sont très bien conçues, malgré quelques erreurs. Véronique Gazeau revient sur le contexte dans lequel Orderic Vital a composé son Historia. La commande initiale passée à Orderic Vital par Roger du Sap, abbé de Saint-Évroult, consistait à écrire une histoire du monastère. Or, si l’Historia ecclesiastica est bien une histoire de Saint-Évroult, le chroniqueur a largement dépassé la commande. Sa connaissance du vocabulaire lié aux châteaux attire ainsi l’attention et Véronique Gazeau suggère à la candidate de se pencher sur la bibliothèque de Saint-Évroult, afin de voir si le chroniqueur a pu utiliser des ouvrages d’histoire. Véronique Gazeau a été très intéressée par l’absence de château dans l’ouest de la Normandie, qu’elle met en parallèle des maigres connaissances d’Orderic Vital sur les abbés de ce même secteur. L’hypothèse d’Aude Painchault, qui associe ce « vide » à une absence de conflits et non à un manque de connaissances, doit par conséquent également envisager qu’il soit lié au mode de circulation de l’information et aux échanges intellectuels en Normandie à cette époque. Il reste très surprenant qu’Orderic Vital n’ait pas eu de contact dans l’Ouest de la Normandie, en particulier avec le Mont Saint-Michel. Véronique Gazeau revient sur la question du rôle des prieurés de Saint-Évroult dans le réseau d’information du moine et suggère qu’il pourrait être mieux connu en étudiant les cartulaires de Saint-Évroult, tâche titanesque qui ne pouvait pas être envisagée dans le cadre de ce doctorat. Elle encourage également la candidate à exploiter les travaux de James Bickford Smith, Judith Green, Marc Hagger ou encore David Crouch. Elle engage enfin la conversation avec la candidate sur la manière dont pourrait être envisagée la traduction des termes castellologiques utilisés par le chroniqueur.

Véronique Gazeau conclut en félicitant Aude Painchault à qui une solide méthodologie a permis une enquête de fond qui a apporté des résultats au-delà de ce qu’elle aurait imaginé. Elle note en particulier sa surprise qu’une entreprise archéologique amène notamment à éclairer la culture intellectuelle.  Elle s’associe par conséquent à ses collègues pour encourager Aude Painchault à publier cette recherche.

Gérard Giuliato retrace à son tour la démarche d’Aude Painchault, insistant sur les compétences techniques indispensables à la réalisation d’un tel travail. À son tour, il signale la présentation agréable de l’ensemble et la qualité des dessins. Il interroge la candidate sur la question des bornes des prospections mises en œuvre : Aude Painchault précise que ces bornes sont fixées par les autorisations d’accès accordées ou non par les propriétaires des parcelles. Gérard Giuliato s’interroge également sur l’absence de relevés pour des sites pourtant bien conservés, tout comme le manque d’analyse archéologique du bâti ; Aude Painchault indique que cela est une conséquence de son choix ayant consisté à privilégier les sites peu connus. Gérard Giuliato remarque que des compléments seraient donc nécessaires en vue d’une publication. Le corpus présente un très fort intérêt, où apparaît bien l’originalité de chaque site, de même que les partis pris des constructeurs pour utiliser au mieux la topographie. En effet, Gérard Giuliato constate le faible nombre de tertres entièrement artificiels ; il suggère que les connaissances sur la mise en œuvre des mottes, appuyées sur la représentation de la Tapisserie de Bayeux et sur les observations faites en Flandre, pourraient ainsi être à compléter. Gérard Giuliato souligne également que, malgré l’érosion, la Normandie conserve des sites en terre remarquables par leur lisibilité, qui permet de les intégrer à la typologie européenne. Il engage la conversation avec la candidate sur la valeur défensive de l’enceinte en pierre et sur la perception qu’en ont eue les historiens. Enfin, il conclut que la voie audacieuse choisie par la candidate a été rendue possible du fait de la rigueur de ses analyses et formule le souhait que l’école historique franchisse une nouvelle étape en intégrant les relevés 3D aux études à venir.

Après avoir délibéré, le jury décerne à Aude Painchault le doctorat de l’Université de Rouen, avec la mention très honorable et avec ses félicitations à l’unanimité. Cette décision est saluée par les applaudissements de l’assistance.

Pour citer ce billet : 
Micael Allainguillaume, Adrien Dubois, Jean-Baptiste Vincent, « Aude Painchault, Les châteaux normands dans l’œuvre d’Orderic Vital et leurs traces archéologiques », Thèse de l’Université de Rouen (dir. A.-M. Flambard Héricher), Compte rendu de soutenance du 13 janvier 2015, Mondes normands médiévaux [carnet de recherche],  3 février 2015. [En ligne]
URL : http://mnm.hypotheses.org/1754 (consulté le 4 février 2015)


4 réflexions sur « Aude Painchault, Les châteaux normands dans l’œuvre d’Orderic Vital et leurs traces archéologiques »

  1. Bonjour,

    Est-ce que c’est possible d’obtenir l’adresse électronique de Mme Painchault, s’il vous plait? J’ai un question pour lui et voudrais me pressentir. Si non, peut-etre elle peut me contacter sur l’adresse liée.

    Merci bien,
    Olivia Baskerville
    University of Oxford

  2. Bonjour

    Y a til un moyen d’accéder à cette thèse? Cela nous intéresse pour nos recherches dans notre association locale de recherche et de preservation du patrimoine. Merci par avance.

    Cordialement, Sebastien PERIAUX, President

    1. Bonjour,
      Vous pouvez consulter ma thèse à la bibliothèque des Sciences Humaines de l’Université de Rouen à Mont-Saint-Aignan. En attendant une diffusion plus large, je l’espère, je suis à votre disposition pour toute autre information.

      Cordialement,
      Aude Painchault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.