Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux – 1 Des mots pour le dire ? / Cultural transfers in Norman Medieval Worlds 1 Which words to say?

English version

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux –  1 Des mots pour le dire ?

 Journée d’étude, Caen, 20 novembre 2015

(resp. P. Bauduin, Centre Michel de Boüard-CRAHAM)

L’étude des transferts culturels se heurte à des questions de terminologie qui ne relèvent pas uniquement de la sémantique, mais soulèvent des interrogations quant au contenu et à la délimitation du champ d’étude. Un bon exemple est l’usage du concept d’ « acculturation », dont les oscillations autorisent une acception large, donnée par les anthropologues, et d’autres plus étroitement connotées en termes de domination, que celle-ci soit clairement exprimée ou qu’elle prenne les formes, en apparence moins violentes, d’un soft power1 : la nécessité d’ « apprivoiser en histoire la notion d’acculturation » a été rappelée pour étudier la situation des Grecs d’Italie méridionale sous la domination normande2. La diffusion du terme « diaspora » a été maintes fois soulignée, au point de susciter une histoire du mot3. Pour les phénomènes de migration dans le monde grec antique, le mot a pu être préféré à « colonisation », jugé trop connoté ou réducteur, tandis qu’il est entré depuis peu, mais de manière insistante, dans le champ des études vikings4 ou concernant l’expansion normande des XIe-XIIe siècles.

L’éventail conceptuel s’est trouvé élargi avec la mise en avant des phénomènes de « métissage culturel » ou d’ « hybridation »5, dont l’usage est répandu depuis longtemps dans le domaine des études vikings, notamment dans le domaine linguistique et plus récemment pour les artefacts et les pratiques culturelles6. Dans bien des cas, l’une des difficultés est de déterminer les éléments propres aux cultures en contact et les différents niveaux d’interactions entre elles. La démarche amène le plus souvent à positionner le débat en termes d’identité, d’ethnicité ou encore d’affichage identitaire, là encore des concepts qui font l’objet d’intenses discussions depuis un demi-siècle et dont il convient d’analyser la pertinence au regard des transferts culturels. Ces débats terminologiques ne sont pas une simple affaire de mots : elles dessinent aussi des frontières épistémologiques entre des écoles historiographiques et soulignent la plus ou moins grande perméabilité aux problématiques et aux méthodes des sciences sociales ou des courants influencés par les cultural studies, voire, pour certains sujets, aux colonial studies ou aux postcolonial studies7. L’approche par les transferts culturels ou le métissage, enfin, n’est pas exempte de critiques, en ce qu’elle a été suspectée d’offrir une image harmonieuse de situations de conflit ou de confrontation, dans un contexte global de réaction, particulièrement dans le domaine de l’histoire sociale, à certaines orientations de la New Cultural History.

La terminologie soulève également des questions quant à approche des sources et de la manière de les questionner. Pour identifier un transfert, il faut d’abord connaître la nature de l’objet (au sens large, matériel ou immatériel) sur lequel il porte (ex. qu’est-ce qu’un objet archéologique ? un emprunt textuel ? un échange de savoirs ? la réception de valeurs ou de croyances?) et le regard qui a pu être porté sur lui (= ce qu’on a voulu lui faire dire et ce que l’on peut en dire). Il est nécessaire ainsi de jauger de la pertinence et des limites à interroger l’objet en termes de transferts culturels.

Aujourd’hui, l’historien, et plus généralement les spécialistes des sciences sociales se trouvent démunis devant une forme d’inflation terminologique (« acculturation », « métissage culturel », « hybridation », « créolisation », « bricolage », « middle ground », « third space », « réception », « adoption », « appropriation », « accommodation », « rejet », « adaptation », « traduction », « imitation », « emprunt », « diffusion », « marqueurs d’identité », « affichage identitaire »…), issus de champs disciplinaires différents, recouvrant différentes acceptions qui divergent elles-mêmes souvent selon des contextes. Le but de cette rencontre n’est pas de proposer des définitions nouvelles et encore moins de déterminer un « bon usage » des termes ou expressions. Il s’agit d’abord – à partir d’exemples concrets – de préciser l’historiographie et la contextualisation des concepts utilisés, l’acception que chacun donne à cette terminologie, la pertinence qu’il lui accorde (ou non), les difficultés qu’il rencontre à l’employer, l’importance relative (jusqu’à son rejet) qu’il lui confère dans sa démarche scientifique : en un mot on se placera ici sur le plan des pratiques, pour tenter de dégager un état des lieux, des convergences et des divergences. Les exemples seront pris dans les mondes normands médiévaux, mais ne se limiteront pas à cet horizon afin de permettre une ouverture méthodologique aussi large que possible.

Les communications présentées seront courtes (20 mn) et ne feront pas l’objet d’une publication dans un volume spécifique, mais seront recueillies sur un site dédié. Il est en revanche envisagé de publier un article en commun qui reprendra les principales conclusions de la rencontre.

Les propositions de communication sont à envoyer pour le 1er mars 2015 à l’adresse suivante : pierre.bauduin@unicaen.fr

[1] D. Bates, The Normans and Empire, Oxford, 2013.

[2] A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine (IXe-XIVe siècle). Une acculturation en douceur, Rome, 2009.

[3] S. Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot Diaspora, Paris, 2011.

[4] J. Jesch, « Myth and Cultural Memory in the Viking Diaspora », Viking and Medieval Scandinavia, 4, 2008, p. 221-226; L. Abrams, « Diaspora and Identity in the Viking Age », Early Medieval Europe, 20, 1, février 2012, p. 17-38.

[5] P. Burke, Cultural hybridity, Cambridge, 2009.

[6] D. Griffith, Vikings of the Irish Sea. Conflict and Assimilation AD790-1050, Stroud, 2010.

[7] F. Svanberg, Decolonizing the Viking age, 1, Stockholm, 2003.

Cultural transfers in Norman Medieval Worlds – 1 Which words to say?

 Conference, Caen, 20 th November 2015 (org. P. Bauduin)

The study of these cultural transfers is confronted by questions of terminology which do not come uniquely from the semantic, but raise questions concerning the content and the limits of the field of study. A good example is the use of the concept of “acculturation”, for which the fluctuations authorise a wider acceptability, given by anthropologists, and others more narrowly connotated in terms of domination, that these are clearly expressed or take the forms, in appearance less violent, of a “soft power”1: the necessity “to tame in history the notion of acculturation” has recently been reminded to us following the study of the situation of the Greeks in southern Italy under Norman domination2. The spread of the term “diaspora” has been underlined time and again, to such an extent that it needs to create a history of the word3. Used to refer to the migration phenomenon in the ancient Greek World, the word was preferred to “colonisation”, judged far too connotated or reducing, whereas it has entered only recently, but in an insistent manner, into the field of Viking studies4 or concerning the Norman expansion of the XIth-XIIth centuries.

The conceptual range has been enlarged with the emphasis placed on the phenomenon of “cultural mixing” or “hybridization”[5], for which since a long time the use has spread into the sphere of Viking studies, notably in the linguistic domain and more recently for artefacts and cultural practices6. In many cases, one of the difficulties is to determine the elements that are particular to the cultures in contact and the different levels of interaction between them. The approach obliges us very often to position the debate in terms of identity, ethnicity or even to display identity, even there the concepts have been subject to intense discussions since half a century and by which one should analyse the pertinence with regards to cultural exchanges. These debates on terminology are not a simple affair of words : they outline also the epistemological frontiers between historiographical schools and underline the large or less large permeability of the questions and the methods of social sciences or the different schools influenced by “cultural studies”, even, for certain subjects, of “colonial studies” or of “postcolonial studies”7.The approach by cultural exchanges or mixing, finally, is not exempt from critics as far as it has been suspected of offering an harmonious image of conflict situations or of confrontation, in a global context of reaction, particularly in the domain of social history, to certain orientations of the New Cultural History.

Terminology also raises questions as to how to approach sources and how to interrogate them. To identify a transfer, one must first understand the nature of the object (in the broad sense, material or immaterial) to which it refers (ex: is it an archaeological artefact? a textual loan? exchange of knowledge? or reception of values or beliefs?) and the impression that was made of he or her (= what we want him to say and what we want can say). It is also necessary to measure the relevance and limits when questioning the artefact in terms of cultural transfer.

Today, the historian, and more generally social scientists are helpless when confronted by the inflation of terminology (« acculturation », « cultural hybridization », « hybridization », « creolization », « cultural bricolage », « middle ground », « third space », « reception », « adoption », « ownership », « accommodation », « rejection », « adaptation », « translation », « imitation », « loan », « diffusion », « identity markers », « identity display » etc….), from different disciplines, covering different meanings which often differ themselves depending on the context. The purpose of this meeting is not to propose new definitions, much less determine a « good use » of words or phrases. The aim – using concrete examples – is to clarify the historiographical and contextualization of concepts used, the sense that everyone accords to this terminology, the accepted relevance (or not), difficulties encountered in use, the relative importance (up to refusal) that each of us grants in his scientific approach: in practical terms we will attempt to assess convergences and divergences. Examples will be taken from the medieval Norman worlds, but will not be limited to this horizon to allow the widest possible methodological approach.

Communications will be short (20 minutes) and will not be published in a specific volume, but will be collected on a dedicated website. However, it is planned to publish a collective paper that will outline the principal conclusions of the meeting.

Proposals for papers should be sent by the 1st March 2015 to the following address: pierre.bauduin@unicaen.fr

[1] D. Bates, The Normans and Empire, Oxford, 2013.

[2] A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine (IXe-XIVe siècle). Une acculturation en douceur, Rome, 2009.

[3] S. Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot Diaspora, Paris, 2011.

[4] J. Jesch, « Myth and Cultural Memory in the Viking Diaspora », Viking and Medieval Scandinavia, 4, 2008, p. 221-226; L. Abrams, « Diaspora and Identity in the Viking Age », Early Medieval Europe, 20, 1, février 2012, p. 17-38.

[5] P. Burke, Cultural hybridity, Cambridge, 2009.

[6] D. Griffith, Vikings of the Irish Sea. Conflict and Assimilation AD790-1050, Stroud, 2010.

[7] F. Svanberg, Decolonizing the Viking age, 1, Stockholm, 2003.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.