Humbert Benoit, La circulation des biens et des hommes dans la Rus’ ancienne d’après l’historiographie (IXe-XIIe siècle).

Humbert Benoit, La circulation des biens et des hommes dans la Rus’ ancienne et l’impact des Scandinaves sur le développement de la Rus’ d’après l’historiographie (IXe-XIIe siècle). Apport des sources scandinaves et perspectives comparées avec les fondations scandinaves occidentales : Normandie et iles anglo-saxonnes, Thèse de doctorat soutenue en 2015, (dir. Constantin Zuckerman, École Pratique des Hautes Etudes).

Résumé/Abstract :

La pénétration des Scandinaves en Russie, qui s’insère dans ce vaste mouvement d’échanges qui entre les VIIIe et XIIe siècles fait circuler hommes et biens au sein de ces régions, apparaît à bien des égards comme un stimulant économique et politique d’importance dans l’émergence d’organisations politiques et sociales qui aboutirent au développement de centres proto-urbains d’importance et du premier État russe.

L’objectif de cette étude est à ce titre de s’attacher à l’appréhension des modalités de transport de ces Scandinaves qui empruntèrent la voie de l’Est, mais aussi de mesurer la variété et la richesse des contacts qu’ils établirent avec les populations locales, et leurs conséquences sur le développement des structures politiques, économiques et urbaines locales. Nous envisageons pour se faire le croisement de corpus de sources historiographiques russes, byzantines et arabes, mais surtout scandinaves, dont l’exploitation se présente comme une nouvelle manière d’appréhender cette thématique. Lorsque l’occasion se présentera nous nous attacherons à mettre en avant les similitudes qui peuvent exister entre ces différents phénomènes et ceux observés dans les fondations scandinaves occidentales.

La première partie d’une telle étude suppose la reconstitution des différentes voies de transit jalonnant l’espace russe, à travers notamment l’étude des différentes étapes de la pénétration des Scandinaves et de l’exploitation de ces voies qui se superposaient au réseau hydrographique russe. Notre second axe de recherche s’attache au traitement réservé à ces déplacements et itinéraires dans l’historiographie scandinave, afin de mettre en perspective le degré de connaissance des lettrés scandinaves sur ce sujet, et surtout d’envisager la représentation mentale qu’ils se faisaient de ce territoire, et en quoi la manière dont ils décrivent la Rus’ s’affiche à bien des égards comme différente des réalités physiques, historiques et archéologiques. Le troisième axe se propose d’examiner à travers un prisme plus « individuel », les raisons qui poussèrent ces hommes et ces femmes à voyager et ainsi voir ce que les différents témoignages historiographiques nous apprennent sur leurs origines sociales et géographiques, le contexte de ces déplacements, leur familiarité avec cet espace, leurs relations avec les populations locales, mais aussi sur la vision qu’ils avaient de ce monde. Enfin, le dernier pôle de notre étude se focalise sur la navigation russe et sur l’impact que les Scandinaves eurent tant au niveau technologique qu’au niveau de la culture maritime.

[source : http://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article970&lang=fr]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *