Premiers résultats de la fouille programmée d’un nouvel édifice de prestige au château de Caen

Bénédicte Guillot (Centre Michel de Boüard – Craham ; Inrap)

En 1998, la ville de Caen a lancé un programme de conservation et de mise en valeur du château de Caen. Une opération d’archéologie préventive a eu lieu en 2005 à l’emplacement des actuelles « salles du rempart ». Une fouille programmée a été lancée en 2011 afin d’étudier un grand bâtiment mis en évidence en 2005 et se développant au sud des limites de fouille. Elle s’est poursuivie en 2012 et 2013 et s’est terminée en 2014 (fig. 1). La réalisation du rapport final de cette opération est en cours mais une première synthèse peut déjà être proposée.

fig1
Fig. 1 : plan général de l’occupation dans l’angle nord-ouest du château du Caen.

L’édifice tel que l’on peut le restituer est orienté est-ouest, perpendiculairement à l’enceinte qu’il longe étroitement. Il mesure 24 m de long par 13 m de large environ (soit plus de 300 m²), ce qui en fait un des bâtiments les plus imposants du château. Par comparaison, cet édifice est aussi large que l’Échiquier (aula du XIIe siècle), distant d’une quarantaine de mètres vers le nord-est, mais moins long (24 m contre 32 m pour l’Échiquier). L’élévation préservée du pignon occidental, sur laquelle très peu de reprises ont pu être observées, mesure plus de 4,50 m de haut (fig. 2).

Fig. 2 : mur pignon ouest avec les emplacements pour les solives du plancher de l’étage (partie restaurée en 2013) (cliché B. Guillot).

Le mobilier retrouvé dans les niveaux de construction confirme une datation de la fin du XIIe siècle, probablement sous Henri II Plantagenêt. L’hypothèse d’un bâtiment sur deux niveaux est validée, avec un plancher à l’étage et un niveau bas de 90 m² situé à l’ouest, à l’endroit où le terrain naturel possède une pente beaucoup plus forte. Quatre grands plots maçonnés, régulièrement espacés, permettaient de supporter la toiture réalisée majoritairement en ardoises (d’après les vestiges recueillis dans les premiers niveaux de démolition).

Dans l’étage bas, un sol en terre battue, qui recouvre légèrement le ressaut de fondations du pignon ouest, est installé sur d’épais remblais. L’accès à ce niveau se faisait originellement par une porte placée dans l’angle nord-ouest ; une deuxième ouverture sera percée dans l’angle sud-ouest au cours du Moyen Âge.

L’accès au niveau supérieur se fait par la porte principale de l’édifice située au centre du pignon oriental et ouvrant sur la cour du château. La présence, dans le pignon ouest, d’emplacements pour les solives a permis de poser l’hypothèse d’un sol en plancher pour ce niveau, ce qui expliquerait de plus l’absence de niveau de circulation entre le terrain naturel et les premiers remblais issus de la démolition dans la partie est du bâtiment. Une deuxième porte a été mise en évidence dans le mur gouttereau sud.

Des restes d’un enduit de chaux ont été mis en évidence sur le pignon ouest avec, tracées en creux, des lignes permettant d’imiter un appareil de pierres (fig. 3). La datation de cet enduit n’a pu être déterminée et il pourrait s’agir d’un aménagement postérieur à la construction.

fig3
Fig. 3 : détail de l’enduit de chaux sur le pignon ouest avec un faux appareillage gravé (cliché B. Guillot).

Durant l’occupation de l’édifice, un premier aménagement est construit au nord-ouest. Il se compose d’une maçonnerie est-ouest faisant retour vers le nord. Les mesures de sécurité liées à la présence du mur de Cavalier n’ont pas permis d’avoir le plan exact de ce nouvel espace d’environ 8 m² qui enserre une des portes permettant l’accès à l’étage bas. Dans l’angle sud-ouest se trouvait une maçonnerie grossière, réutilisant des pierres taillées (dont deux boulets et une base de pilier). Ce petit espace de moins de 2 m² était destiné à recueillir un dépotoir comprenant, entre autres, des chevilles osseuses de bœuf, plusieurs squelettes de rongeurs en connexion et des coquilles d’œufs.

C’est à cet emplacement, après le percement du mur gouttereau, afin d’installer une seconde ouverture à l’étage bas, que sont construits deux murets qui délimitent un petit espace de moins de 2 m², comprenant un dallage en galets calcaire et un accès vers le reste du bâtiment. La présence d’une auge en pierre dans cet espace renforce son identification comme un réduit pour un petit animal, comme un chenil par exemple (fig. 4).

fig4
Fig. 4 : détail du réduit installé dans l’angle sud-ouest de l’édifice (cliché B. Guillot)

Au XIVe siècle, l’édifice va être enserré dans deux constructions :
– au nord, une première annexe a été étudiée en 2005 ; elle servait de cellier, de cave et peut-être de cuisine à l’étage ;
– au sud, un autre bâtiment s’accole à l’édifice. Il est étroitement lié à l’édifice, comme le montre son plan, très étroit (3,50 m seulement) pour une longueur supérieure à 13 m. Cette disposition n’a pas permis de le dégager entièrement dans le cadre de cette fouille programmée. Ce bâtiment possède une porte à l’est, avec un pavage extérieur en calcaire permettant de guider les eaux de pluie vers l’intérieur du bâtiment (où un caniveau en pierre les emmène vers l’ouest) et les fortifications (fig. 5). Cet aménagement ne devait pas servir seulement à évacuer les eaux de pluie mais également à les recueillir, peut-être dans une citerne, qui se situerait alors plus à l’ouest, hors des limites de fouille.

fig5
Fig. 5 : vue générale du bâtiment contigu (cliché B. Guillot)

Si on ajoute la construction d’une forge imposante plus au nord, le terrain situé dans l’angle nord-ouest de la fortification devient densément occupé au XIVe siècle, sans compter la première mention de la maison du gouverneur, actuel musée de Normandie, situé à peu de distance au sud, qui remonte à la même période.

À la fin du XVe siècle, l’édifice et le bâtiment contigu sont abandonnés, les maçonneries sont en grande partie récupérées et le terrain commence à être remblayé. Au nord, l’annexe devient un bâtiment indépendant et le cellier est transformé en cuisine avec une grande cheminée. Seule la portion du mur gouttereau utilisée par ce bâtiment est conservée. Afin de le soutenir au sud, des remblais sont apportés, retenus par un mur de terrasse. Dans ce dernier, a été découvert un fragment de statue polychrome représentant un drapé et le départ d’une jambe avec des traces de peintures vert et rouge.

C’est durant la même période que la courtine est reprise et qu’est construit, le long de la courtine, un contre-mur de 4,50 m de large. Ces nouvelles maçonneries comprennent un agglomérat de mortier coquillé et de blocs calcaires, dont certains sont sculptés. Il faut noter en particulier la présence de bandes lombardes, de décors en pointe de diamant, de colonnes et de divers éléments d’encadrements de baies gothiques. Le pignon ouest et une partie du mur gouttereau sud sont intégrés dans ce renforcement de la fortification, d’où leur remarquable conservation.

Dans un deuxième temps, on revient démanteler entièrement le mur gouttereau sud et on apporte de nouveaux remblais afin de niveler le secteur. Enfin, durant la seconde moitié du XVIe siècle-début du XVIIe siècle, une maçonnerie reprend l’ancien tracé du mur gouttereau nord de l’édifice afin de servir de fondations pour le mur du Cavalier servant à tenir les terres de la terrasse d’artillerie.

La fouille a également mis en évidence des occupations des périodes moderne et contemporaine liées à la caserne Lefèbvre. Les plots du bâtiment des douches et de grandes dalles calcaires avec de nombreux graffitis témoignent de la vie de caserne pour les soldats logés au château.

La seconde guerre mondiale est présente sur le terrain par un cratère formé par l’explosion d’une bombe ou d’un obus dans le contre-mur de la fortification (fig. 6). Son comblement a livré, outre des vestiges de l’engin, plus de 120 douilles de 88 mm de DCA, des balles de fusils allemands de 7.92, et quelques grenades (dont une d’origine française juste désamorcée). Parmi le mobilier recueilli se trouvaient également de nombreux fragments de boîtes de conserve provenant de rations militaires et surtout des bouteilles intactes de bières et de vin « made in England » ou « made in Scotland ». La rapidité du comblement est certifiée par la présence d’un squelette d’équidé qui avait encore ses fers. Enfin, du mobilier appartenant aux troupes allemandes était également présent dans le cratère. 

fig6
Fig. 6 : cratère dû à une bombe tombée en 1944 dans le contre-mur renforçant la fortification (cliché B. Labbey).

Une des problématiques de la fouille concernait également l’occupation antérieure à l’édifice. Plusieurs trous de poteaux et fosses, dont une de grande taille, ont été fouillés. L’étude céramique permettra de cerner leur comblement, antérieur ou contemporain de la construction de l’édifice. Dans la partie orientale, aucune occupation antérieure n’a été mise en évidence, si ce n’est l’utilisation comme carrière de pierre avec récupération des plaquettes calcaires à ciel ouvert.

En revanche, au-dessous des remblais de construction, sur l’emprise du futur étage bas, diverses zones rubéfiées, des niveaux de cendre et de charbons de bois étaient préservés sur le terrain naturel aplani. La première occupation du secteur se compose d’un niveau de circulation en graviers et dalles calcaires qui longeaient la courtine sur plus de 7 m de large. Au niveau du sol, une pierre, en position horizontale, peu usée, présentait un graffiti du jeu de la triple enceinte, ce qui donne un rare exemple de jeu en place antérieur à la fin du XIIe siècle (fig. 7).

fig7
Fig. 7 : au premier plan, un graffiti du jeu de la triple enceinte en place ; en arrière-plan, le niveau de circulation le long de la courtine (cliché B. Guillot).

Sur ce niveau de circulation est installée une forge, avec un grand foyer en pavés calcaires (fig. 8) et peut-être un second plus petit. Un protocole de prélèvement a été mis en place et l’étude paléo-métallurgique permettra de préciser le type de forge et les matériaux utilisés.

fig8
Fig. 8 : foyer de forge antérieur à la fin du XIIe siècle (cliché B. Guillot).

Tout au long du XVIe siècle, ce secteur du château est donc peu à peu désaffecté. L’implantation des terrasses d’artillerie, pour répondre aux nouvelles techniques militaires, va changer fondamentalement l’apparence de la forteresse. Pour la première fois depuis le XIIe siècle au moins, l’angle nord-ouest du château va devenir un espace inoccupé. Seule la salle de l’Échiquier, bien que remaniée et servant d’arsenal, témoigne encore des grands édifices en pierre qui composaient le secteur au Moyen Âge.

Mais la construction des Salles du Rempart, et les fouilles qui viennent de s’y dérouler, redonnent à l’angle nord-ouest du château une nouvelle dimension.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.