Des « Varègues » sur écorce de bouleau ?

Alexander Musin, Institut pour l’Histoire de la Culture Matérielle, Académie des Sciences de Russie, Saint-Pétersbourg

La campagne de fouilles réalisée à Novgorod la Grande (Russie) en 2015 a apporté quatre documents sur écorce de bouleau des XIIIe-XIVe siècles dont l’un mentionne le mot « varègue ». Le Récit des Temps Passés, la première Chronique russe, identifie généralement sous ce terme, des Scandinaves et, surtout pour les XIe-XIIe siècles, des Suédois. Le document trouvé dans les couches du XIIIe siècle a reçu le numéro 1064 dans la collection de cette série documentaire issue des fouilles de Novgorod, qui comptait, à la fin de la campagne de 2015, 1067 documents sur écorce de bouleau. Il a été rédigé en vieux slavon comme tous les textes de ce genre. À la suite d’une liste de dettes mal conservée figure une liste de sept noms avec parfois des surnoms à l’accusatif, parmi lesquels OSIPE VAREGE, c’est-à-dire « Joseph Varègue ».

Des noms scandinaves ont été déjà repérés dans ce type de documents qui reflètent la vie quotidienne dans la Russie médiévale (nos 186, 198, 249, 348, 257, 417, 526, 533, 677, 907, 912 etc.). Les sujets liés à cette onomastique ont été abordés par Elena Melnikova, Alexei Chilov, Anton Zimmerling[1] et d’autres. Cependant, les personnages portant ces noms habitaient très souvent, selon les informations fournies par les textes, hors de la ville et c’est la première fois que le mot « varègue » apparaît dans un texte écrit sur écorce. À la fin des années 1990, a été mis au jour à Novgorod un autre document (no 851), partiellement conservé et daté du milieu du XIIe siècle, qui parle d’un groupe de gens désignés par l’adjectif « varègue », (VARYAZ…). Il faut ajouter que les dernières mentions des « Varègues » dans la Chronique de Novgorod apparaissent sous les années 1201 (les Varègues) et 1217 (église varègue et marchandises varègues)[2]. Le document nous offre donc pour le moment la dernière utilisation du mot « varègue » dans le vocabulaire courant non littéraire des habitants de Novgorod.

L’étude préliminaire des documents récement trouvés a été présentée à l’Université de Moscou par le professeur Andrei Zaliznyak le 1er octobre 2015 et la vidéo de sa conférence est accessible sur http://polit.ru/article/2015/10/02/photo_zaliznyak/. Andrei Zaliznyak ne pense pas que le « Joseph » vivant à Novgorod au milieu du XIIIe siècle soit d’origine scandinave et propose de trouver l’explication de son surnom ailleurs. Il souligne en même temps que le mot en vieux slave « varègue » provient directement de vieux scandinave Væringjar et non du mot grec Baraggoi. Un autre point de la discussion concerne l’affirmation que le mot russe « varezka » (une moufle tricotée) renvoie étymologiquement à « un gant varègue ». Il est bien connu que ces homonymes vreza / vereza désignent des filets pour la pêche et tout genre d’objets tricotés ou cannés.

Sur la photo prise par N. Demina A. Zaliznyak explique le document no 1064 portant le mot « varègue »

Citer ce billet / Cite this article: musin, "Des « Varègues » sur écorce de bouleau ?", in Mondes normands médiévaux / Medieval Norman worlds [carnet de recherches], 27 octobre 2015. [en ligne] https://mnm.hypotheses.org/2369.

[1] Melnikova E. A. « Skandinavskie litchnye imena v novgorodskikh berestyanykh gramotakh [= Les noms de personnes scandinaves dans les documents sur écorce de bouleau  de Novgorod] », Slavyanovedenie, no 2, 1999, p.10-15; Shilov A. L., «Etnonimy i neslavyanskie antroponimy berestyanykh gramot [= Les ethnonymes et les anthroponymes non-slaves des documents sur écorce de bouleau ] », Voprosy onomastiki, no 1 (8), 2010, p, 33-54; Tsimmerling A. V., «Skandinavskie imena v berestyanykh gramotakh: fonetika i nefonetika , VI kruglyi stol “Drevnyaya Rus’ i germanskiy mir v istoriko-folologicheskoy perspektivem», Moscou, 13-14.06.2013, https://antonzimmerling.files.wordpress.com/…/vi-th-round-table_az.pdf, consulté le 13 octobre 2015.

[2] Novgorodskaya pervaya letopis starshego i mladshego izvodov [= La 1ère Chronique de Novgorod], A. Nasonov (éd.), Moscou, Akademiya nauk SSSR, 1950, p. 45, 57, 240, 258.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.