Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle)

Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle), (dir. V. Gazeau, université de Caen Normandie)

En cours depuis 2015/In preparation since 2015

Résumé/Abstract :

En 1204, la Normandie est rattachée par Philippe Auguste (1190-1223) au domaine royal capétien, c’est-à-dire aux espaces du royaume de France dont le roi est le souverain direct, car, depuis 911, la Normandie était bien dans les frontières du royaume. Pendant trois siècles, la Normandie a joui d’une autonomie qui touchait, il est vrai, à l’indépendance car elle était une pièce centrale dans l’empire anglo-normand. Cette situation a attiré l’œil des historiens depuis longtemps : il peut sembler plus glorieux de faire l’histoire d’une principauté indépendante ! Or, la Normandie d’après 1204 mérite au moins autant notre attention car elle pose deux questions centrales qui n’ont que peu été traitées par les historiens sur le long terme : comment intégrer au domaine royal une principauté aussi puissante en 1204 ? Comment les Normands gèrent-ils le changement de maître et ses conséquences ? C’est que la Normandie des XIIIe-XVe siècles offre la possibilité d’une étude d’histoire à la fois nationale et régionale : une étude de la place que les Normands se construisent, ou que l’on construit pour eux, dans le cadre d’un État capétien qui s’affirme de plus en plus jusqu’à la fin de la guerre de Cent Ans. Le clergé normand du Moyen Âge, pour sa part, a toujours attiré l’œil des historiens : c’est que la région a vu se développer quelques (très) grandes abbayes médiévales (Le Mont Saint-Michel, Le Bec, Jumièges, Savigny, Fécamp, etc.) qui sont devenues de véritables lieux de pouvoir. Mais les études concernant les abbayes prennent trop rarement en charge l’ensemble du clergé et, souvent, elles s’arrêtent en 1204. Entre 1204 et la guerre de Cent Ans, alors que les abbayes bénédictines et cisterciennes conservent un rôle central dans la vie de la principauté, monastères et abbés tombent dans un trou noir historiographique ; et la guerre de Cent Ans n’a permis de ne les en sortir que sous l’angle des dommages subis ou presque, sans s’intéresser au vécu de la guerre et aux conséquences dans les monastères, alors que les sources trahissent bien des évolutions. Une prosopographie fomera le corps de la thèse et permettra notamment d’étudier la politique royale de Philippe Auguste et ses successeurs jusqu’au XVe siècle ; la politiques des abbés lors des changements de pouvoir ; les conséquences de l’annexion sur l’organisation des abbayes ; les structures de l’Église normande ; les différences en fonction des espaces ; la question des identités normandes, françaises et anglaises dans le cadre de la naissance d’une province.

[Source : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1004]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.