Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Compte-rendu de la soutenance de thèse de Simon Lebouteiller.

Simon Lebouteiller, Faire la paix dans la Scandinavie médiévale.
Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle)

Compte-rendu de la soutenance de thèse par Tobias Boestad (Université Paris-Sorbonne)

Le vendredi 21 octobre 2016, Simon Lebouteiller a soutenu, dans le nouvel amphithéâtre MRSH de l’Université de Caen Normandie, sa thèse de doctorat intitulée « Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) ».

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Pierre Bauduin, et la codirection de Jean-Marie Maillefer. Elle a été soutenue devant un jury composé de :

  • Sverre Bagge, professeur émérite à l’Université de Bergen, rapporteur ;
  • Pierre Bauduin, professeur à l’Université de Caen Normandie, directeur de thèse ;
  • Geneviève Bührer-Thierry, professeure à l’Université Panthéon-Sorbonne, présidente du jury ;
  • François Emion, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne, examinateur ;
  • Jean-Marie Maillefer, professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne, codirecteur de thèse ;
  • Jean-Marie Moeglin, professeur à l’Université Paris-Sorbonne et directeur de recherches à l’EPHE, rapporteur.

Geneviève Bührer-Thierry, présidente du jury, a ouvert la séance à 14 heures, et donné la parole à Simon Lebouteiller.

Le candidat commence par remercier le jury pour sa présence et pour l’intérêt porté à son travail. Après avoir relaté la genèse de son projet de thèse et son choix de la réaliser sous la double direction des professeurs Pierre Bauduin et Jean-Marie Maillefer, il revient sur le sujet qu’il a choisi. L’imagerie populaire autour du « Viking » ne laisse que peu de place à la paix, ignorant souvent que l’expansion scandinave, du VIIIe au XIe siècle, a également été l’occasion de rencontres, d’échanges et de transferts culturels entre les populations. Les conflits eux-mêmes ne peuvent être réduits à de simples actes de violence. Leur étude ne devrait donc pas se borner à la détermination de leurs conséquences destructrices, mais également prendre en compte leur dimension constructive.

Simon Lebouteiller présente alors brièvement les sources sur lesquelles il a travaillé. Il insiste sur leur nombre, leur variété, et rappelle les problèmes de méthode que pose leur utilisation. Il estime toutefois que l’approche méthodologique qu’il a choisie lui a permis de contourner ces difficultés, en confrontant des textes de nature et d’origine différentes, et en les plaçant dans une perspective européenne. C’est aussi le sens de son choix d’étudier une période longue, afin de s’interroger sur les répercussions que les transformations subies par les sociétés scandinaves ont pu avoir sur les modes de pacification.

La thèse de Simon Lebouteiller se structure autour de cinq chapitres, dont le premier présente l’historiographie, les sources et la méthode employée. Le deuxième se concentre sur la place des formes de pacification dans l’imaginaire et la littérature scandinave des XIIe et XIIIe siècles. Suivent deux chapitres consacrés à l’organisation concrète des processus de pacification : le premier s’intéresse à la préparation de la paix (prises de contact et négociations) ; le second aux accords eux-mêmes et aux rites consacrant la réconciliation des adversaires. Enfin, un dernier chapitre synthétise les points précédemment étudiés au regard des autres sociétés européennes de l’époque.

Les principales conclusions que le candidat entend soumettre au débat historiographique sont les suivantes : les usages diplomatiques scandinaves présentent des ressemblances significatives avec celles de leurs interlocuteurs européens ; les différences (telles que la forme du serment, l’usage plus restreint de l’écrit) ont généralement pu être surmontées par le pragmatisme des négociateurs ; les rituels qui accompagnent l’accord de paix ont souvent une grande utilité communicationnelle et mettent en scène le nouvel ordre établi.

Le candidat reconnaît à son travail plusieurs limites. Il regrette l’inévitable sous-représentation de la Suède, où l’écriture s’est développée très tardivement, par rapport aux autres pays scandinaves. Il souligne à nouveau les difficultés méthodologiques que pose la reconstitution de pratiques et d’événements anciens à partir de sources des XIIe et XIIIe siècles. Néanmoins, le nouvel éclairage donné sur les processus d’affirmation des monarchies scandinaves et sur l’adaptation des élites scandinaves aux différents milieux où elles ont séjourné lui paraissent offrir d’encourageantes perspectives d’approfondissement.

 

La présidente du jury donne ensuite la parole à Pierre Bauduin, qui commence par remercier Simon Lebouteiller pour ces années de travail sous sa direction, mais aussi pour l’ensemble de son activité au sein des départements d’Histoire et d’Études nordiques de l’Université de Caen Normandie, et pour son implication dans la vie du centre Michel de Boüard. Il souligne la qualité de l’écriture de son élève, la rareté des coquilles et son souci de ne jamais perdre le lecteur. Il rappelle aussi l’étendue des compétences linguistiques mobilisées pour cette thèse, dont l’imposante bibliographie comprend des ouvrages en langues scandinaves, française, anglaise, allemande, voire russe.

Le candidat a lu et assimilé les travaux relatifs aux Peace studies, particulièrement développés en Scandinavie, et en propose une bonne synthèse pour la période étudiée, mettant en lumière la place importante qu’ont occupé les formes de pacification et les rituels de paix dans l’évolution des sociétés scandinaves. L’étude des phénomènes de réception (notamment en ce qui concerne les textes de saint Augustin) et des relations entre imaginaire et réalité historique (à propos, par exemple, des boucliers de paix) l’a conduit à rassembler et mettre en perspective des documents nombreux, de nature, de langue et d’origine variées. Beaucoup de ces documents ont été traduits personnellement par Simon Lebouteiller, qui a su, pour les aborder, allier les compétences de l’historien, du linguiste et du littéraire – car « le littéraire n’est jamais bien loin dans ce travail », comme le manifestent ses pertinentes analyses de la texture et du style des sources écrites.

Le directeur de recherche revient ensuite sur la structure du travail, qui porte selon lui une « démonstration solidement argumentée », et analyse de manière détaillée un ensemble très varié de pratiques. Le tout prend en compte les nombreux apports importants de l’historiographie de ces trente dernières années, laquelle a observé que les Scandinaves ont joué dans leur processus d’intégration à l’Europe un rôle plus actif qu’on ne le croyait jusqu’alors.

Pour toutes ces raisons, Pierre Bauduin dit espérer la publication de ce travail important, qui fera date.

Simon Lebouteiller répond brièvement en remerciant Pierre Bauduin pour ses commentaires et sa collaboration. L’observation sur la place du littéraire dans l’histoire de la Scandinavie médiévale lui semble très juste, puisqu’on le trouve presque partout, y compris dans des textes où on ne l’attendrait pas : il cite la Loi du Västergötland. C’est la raison pour laquelle la pluridisciplinarité lui paraît essentielle à l’étude de ces sociétés.

La parole est ensuite donnée au codirecteur, Jean-Marie Maillefer, qui évoque les nombreuses entrevues constructives qu’il a eues avec le candidat. Il juge tout à fait importante la thèse qui en est le résultat, et dont le sérieux se reflète dans une bibliographie très à jour et une manière très pédagogique d’identifier les problèmes et d’y répondre. Il rappelle que la complexité des processus de pacification a longtemps été méconnue et négligée, y compris dans l’historiographie scandinave, tant on a privilégié les aspects guerriers chez les « Vikings ». Il aurait cependant souhaité qu’une plus grande place soit accordée aux ressources sur Internet ainsi qu’aux traductions existantes des sources utilisées. Par ailleurs, bien que les traductions proposées par Simon Lebouteiller soient dans l’ensemble de bonne qualité, quelques inexactitudes sont à déplorer, dont le codirecteur relativise toutefois l’importance.

Jean-Marie Maillefer liste ensuite un certain nombre de points qui, à son sens, auraient mérité d’être développés. Intéressé par l’analyse étymologique des termes liés à la paix, il interroge le candidat sur le vocabulaire de la guerre. Il ressort de l’échange suscité par cette question que, s’il existe plusieurs termes évoquant le combat, le plus naturel pour désigner la guerre est ófriðr – « absence de paix ». Tous deux s’accordent à dire que cette idée de paix comme état normal bat en brèche l’image très guerrière que l’on a des sociétés scandinaves anciennes.

Jean-Marie Maillefer cite un passage de la Kjalnesinga saga dans lequel deux personnages se prennent les mains après s’être réconciliés, et demande au candidat si ce geste ne pourrait pas être rapproché du rituel de l’immixtio manuum. Simon Lebouteiller répond que ce rituel, empreint de symbolique vassalique, lui semble bien plus sophistiqué que les poignées de main régulièrement mentionnées pour sceller un accord privé tel qu’une transaction commerciale ou un mariage.

Jean-Marie Maillefer s’interroge également sur la pertinence de la distinction entre rois scandinaves et chefs islandais, cette thèse semblant accorder à ces derniers une importance moindre. La question de savoir si ces phénomènes sont équivalents à ceux qu’on observe en Scandinavie continentale ne lui paraît pas avoir été tranchée. Le candidat admet que la place de l’Islande dans son travail est problématique : s’il était impossible d’en faire totalement abstraction, cette société avait développé des institutions politiques originales, sans aristocratie comparable à celles des autres royaumes scandinaves, si bien que les techniques de pacification elles-mêmes s’en différenciaient de manière significative. Pour cette raison, elle mériterait certainement un traitement à part.

La thèse de Simon Lebouteiller n’en reste pas moins originale et très satisfaisante aux yeux de Jean-Marie Maillefer, ne serait-ce qu’en raison de l’étendue des compétences linguistiques qu’elle a mobilisées.

Sverre Bagge, rapporteur, prend ensuite la parole. Il remercie Pierre Bauduin pour l’invitation, puis félicite Simon Lebouteiller pour cette thèse qu’il juge très intéressante.

L’échange se poursuit en anglais. Il porte notamment sur le rapport aux sources, et particulièrement aux sagas. Sverre Bagge se demande si le récit de l’Ynglinga saga concernant le sacrifice de de Hákon le Bon pour établir « la paix et la fertilité » constitue vraiment un témoignage pertinent du caractère sacré de la royauté germanique ancienne. Pour lui, la description détaillée sur laquelle s’appuie Simon Lebouteiller a été montée de toutes pièces par Snorri Sturluson. Le rapporteur reproche aussi au candidat quelques présentations trop détaillées de sources dont l’apport documentaire lui paraît faible. En revanche, il se dit satisfait de l’utilisation inventive et intéressante de textes souvent négligés par les historiens.

Sverre Bagge rappelle enfin le plaisir qu’il a eu à participer à cette soutenance, et se dit très impressionné par le travail fourni par Simon Lebouteiller.

Après une pause d’un quart d’heure, la présidente du jury ouvre la deuxième partie de la séance en donnant la parole à François Emion, examinateur, qui remarque que le candidat a su maîtriser un sujet ambitieux couvrant une période longue. Cependant, outre quelques rares coquilles, lourdeurs et autres maladresses, il souligne que l’orthographe des noms aurait pu être normalisée de manière plus rigoureuse.

L’examinateur loue la prudence du candidat face aux sources. Il le met cependant en garde contre la classification des sagas (royales ou légendaires), qui demeure une invention tardive et ne rend pas compte de la diversité des textes. Dans sa réponse, Simon Lebouteiller reconnaît le caractère restrictif de ce classement, mais souligne que celui-ci s’avère nécessaire pour organiser ses sources nombreuses. Il rappelle de plus qu’il s’est efforcé d’illustrer la variété des textes dans un même groupe, notamment à travers l’exemple de l’Ynglinga saga.

Comme Jean-Marie Maillefer, François Emion regrette que l’Islande n’ait pu avoir dans cette thèse la place qu’elle méritait. Les lois scandinaves, qui constituent un mode de pacification à part entière, auraient pu faire l’objet, elles aussi, de développements plus amples où l’épisode de la conversion de l’Islande, qui s’accompagne de la mise en place d’une loi commune aux anciens camps des païens et des chrétiens, aurait pu trouver sa place. L’examinateur relève aussi que la troisième tentative pour attacher le loup Fenrir se déroule, dans l’Edda en prose de Snorri Sturluson, sur une île : cela aurait pu constituer un exemple intéressant pour l’analyse des lieux dans lesquels les accords étaient conclus. Le candidat répond qu’il n’a pas souhaité approfondir la signification des rencontres diplomatiques sur les îles ou le long des cours d’eau, ce thème s’écartant de son sujet initial. Il envisage toutefois de poursuivre ses recherches sur ce point.

Enfin, François Emion souligne que certains termes auraient mérité un examen plus approfondi, comme trygðir (trêve) et vargr (être maléfique, exclu). Il insiste aussi sur l’ancienneté manifeste des formules de serment intitulées Tryggðamál et Griðamál, qui ont pu être composées à l’époque païenne. Simon Lebouteiller répond que ces formules doivent avant tout être replacées dans le contexte chrétien dans lequel elles évoluent, car ces termes figurent dans des manuscrits tardifs et mentionnent des églises, la communauté chrétienne ou Dieu.

Malgré ces critiques, François Emion tient à souligner la grande qualité de cette thèse, d’une lecture agréable.

La parole est ensuite donnée à Jean-Marie Moeglin, rapporteur, lequel remercie Pierre Bauduin pour son invitation, et fait part à son tour du plaisir qu’il a eu à lire cette thèse. Il fait l’éloge de la prudence du candidat et du soin avec lequel il étaye son raisonnement.  Impressionné par l’ampleur de la bibliographie et la quantité de sources étudiées, il salue l’effort de traduction de textes rédigés dans de nombreuses langues différentes. Il relève toutefois quelques imprécisions dans les traductions latines.

Jean-Marie Moeglin passe en revue les différents chapitres de la thèse. Il regrette un défaut d’unité thématique dans le deuxième. S’il en voit l’objectif et l’intérêt, il doute de la possibilité de reconnaître des mentalités dans des sources dont la forme s’inscrit dans des traditions littéraires et est définie par des normes. Simon Lebouteiller, répond qu’il a longuement hésité sur la structure de son deuxième chapitre, mais en défend malgré tout la cohérence. Il soutient qu’on y trouve « un cheminement » qui, en partant de l’étymologie, amène à réfléchir à l’usage des termes dans les sources. Au-delà des normes qu’elles s’imposent, ces sources donnent bien le point de vue de l’auteur. S’il reconnaît la difficulté de reconstruire les mentalités à partir de sources traduisant d’abord les représentations de leurs auteurs, il ajoute qu’on peut au moins espérer en apprécier ainsi une part infime.

Jean-Marie Moeglin juge en revanche excellente l’argumentation du troisième chapitre, qui examine les procédures préparant le rétablissement de la paix et fait ainsi apparaître la « protohistoire de la diplomatie ».

Le rapporteur souligne que le concept de rex iustus n’est pas nécessairement lié à la paix. Il déplore aussi que l’étude de la réception de ce concept en Scandinavie se soit concentrée sur saint Augustin, négligeant des auteurs comme le Pseudo-Cyprien et Isidore de Séville. Simon Lebouteiller répond que le caractère guerrier peut-être complémentaire de sa capacité à faire la paix, dans la mesure où une guerre juste est aussi le moyen par lequel l’ordre est rétabli.

Jean-Marie Moeglin s’étonne de la discrétion des négociations secrètes et des gestes de proximité physique et d’amicitia (embrassades, baisers…) dans les sagas. Le candidat répond que ces éléments apparaissent très peu dans les sources, même s’ils ont très probablement existé.

Jean-Marie Moeglin assure que ses observations ne remettent en cause ni le propos, ni les nombreux apports de l’excellente thèse de Simon Lebouteiller, laquelle comble véritablement une lacune de notre connaissance du monde scandinave de la haute époque.

La présidente du jury, Geneviève Bührer-Thierry, est la dernière à s’exprimer. Elle remercie Pierre Bauduin pour son invitation à faire soutenir une belle thèse qu’elle a lue avec un grand intérêt. Elle se dit à son tour impressionnée par le nombre de langues, anciennes ou modernes, maîtrisées par le candidat.

Tout en saluant, elle aussi, la prudence de ce dernier vis-à-vis des sources, Geneviève Bührer-Thierry estime qu’elle est parfois excessive. Elle précise que cette remarque est surtout formelle, et qu’il lui suffirait souvent de « quitter sa posture de modestie » et de mieux mettre en valeur ses acquis dans la conclusion de chaque partie.

La présidente du jury donne au candidat quelques recommandations formelles en vue d’une publication. La première est d’abréger les notes de bas de page ; la seconde est de couper la section méthodologique du premier chapitre, qui lui semble superflue. Inversement, la méthode de l’analyse linguistique proposée dans le deuxième chapitre gagnerait à être clarifiée.

Geneviève Bührer-Thierry s’interroge sur la possibilité de restituer la forme originelle du mythe de la guerre entre les Ases et les Vanes. Elle souligne aussi que la forte continuité que le candidat a observée dans les pratiques diplomatiques ne doit pas masquer une réelle évolution du rôle du roi dans l’établissement de la paix, notamment de l’âge païen à l’âge chrétien. Puis la présidente du jury indique quelques points qui pourraient être développés. Elle invite le candidat à mettre en perspective ses réflexions sur le roi de paix avec celles de Joël Cornette sur le « roi de guerre » moderne. Elle demande si le traitement des cadavres, décrit dans la Sverris saga, s’insère dans le processus de pacification et si le dépouillement des corps après une bataille figure dans les textes. Simon Lebouteiller explique que la Sverris saga est la seule saga royale à mettre autant en avant le soin aux défunts, dont la restitution y apparaît comme un moyen pour Sverrir de rétablir l’ordre et obtenir la grâce de Dieu. Il ajoute que le dépouillement de cadavres, moyen de faire du butin et de rétribuer les guerriers, est beaucoup plus fréquemment attesté.

Enfin, Geneviève Bührer-Thierry estime que la conclusion générale de cette thèse offre une très bonne synthèse de ses apports. La démonstration de la constance des pratiques de pacification scandinaves du VIIIe au XIIIe siècle lui paraît « absolument salutaire », puisqu’elle « aboutit à décoloniser les Vikings, et à les réintégrer dans l’ordre de l’histoire européenne ».

L’assistance est alors invitée à se retirer.

Après avoir délibéré, le jury, présidé par Geneviève Bührer-Thierry, a décerné à Simon Lebouteiller le doctorat de l’Université de Caen Normandie, en le félicitant à l’unanimité pour la qualité de sa thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.