Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Stéphane Lecouteux

Le mérite de la redécouverte du De abbatibus – ou Chronique des abbés du Mont Saint-Michel (dont la partie primitive est due à Robert de Torigni) – revient au Professeur Thomas Bisson : c’est lui qui, le premier, a vu l’intérêt de ce document considéré comme perdu depuis l’« édition princeps » de Philippe Labbe (Novae Bibliothecae manuscriptorum librorum, Paris, t. 1, 1657, p. 350-352). Cette dernière, bien que très imparfaite, a été reproduite à l’identique dans la Patrologia Latina de l’abbé Migne (t. 202, 1855, col. 1325-1328) et a ainsi servi de référence aux historiens pendant plus de trois siècles. Thomas Bisson, professeur à Harvard et spécialiste de la crise du XIIsiècle, a étudié les folios 178r-181v du manuscrit 213 de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches à l’occasion de ses séjours en France. Il s’est fait en quelque sorte « l’ambassadeur » de ce texte auprès de ses collègues de l’université de Caen Normandie qui travaillaient sur l’histoire des origines du Mont Saint-Michel, montrant qu’il contenait des informations capitales sur les abbés de ce monastère. Au terme de ses recherches, Thomas Bisson a publié en 2010 une édition et une traduction anglaise du De abbatibus, précédées d’une importante introduction destinée à fixer les premiers jalons indispensables à la compréhension des différentes phases d’élaboration du texte (Bisson, 2010, p. 163-192).

Le réexamen de l’état du texte recueilli dans le ms. 213, à l’occasion du projet Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel (mise en ligne prévue en mars 2017) et du programme éditorial Ex monasterio sancti Michaelis in periculo maris, révèle cependant l’existence, dans cette copie tardive du XVsiècle, de plusieurs passages corrompus qui rendent la lecture ou la traduction difficiles. Des découvertes récentes, relatives d’une part à la tradition des annales normandes (Lecouteux, 2011 ; Alexander, 2011 ; Lecouteux, 2015, t. 2, annexe n° 7, p. 147-336), d’autre part à l’analyse de la main de l’abbé Robert de Torigni (Pohl, 2014, p. 45-86), invitent à approfondir les résultats présentés par Thomas Bisson. Un groupe de chercheurs de l’université de Caen Normandie (Centre Michel de Boüard – CRAHAM et Office universitaire d’Études normandes) s’est donc constitué à l’initiative de Pierre Bouet, avec l’ambition de donner une édition critique du De abbatibus et d’en approfondir les passages qui résistaient toujours à la compréhension. Durant près de deux années, une dizaine de chercheurs – latinistes et historiens – ont ainsi mis en commun leurs efforts pour tâcher de lever les ambiguïtés et réaliser la première traduction française de l’œuvre : Pierre Bouet, Olivier Desbordes et Stéphane Lecouteux, avec la collaboration de Pierre Bauduin, Marie Bisson, Brigitte Gauvin, Catherine Jacquemard, et Marie-Agnès Lucas-Avenel. Des historiens de l’art, des archéologues et d’autres médiévistes ont également été sollicités : François Caligny-Delahaye, Henri Decaëns, Véronique Gazeau, Christophe Maneuvrier, Florence Margo Schwoebel, François Neveux et François Saint-James. Les nouvelles collations et le travail de traduction ont montré la nécessité de corriger ici et là le texte latin, qui sera donné à lire avec la traduction, richement annotée, et sera accompagné d’un apparat critique ; les deux textes seront indexés. L’ensemble sera précédé d’une étude, visant à analyser en détail les différentes phases d’élaboration de l’œuvre en identifiant les sources utilisées, dans le prolongement du travail de doctorat de Stéphane Lecouteux (Lecouteux, 2005, t. 2, annexe n° 7, p. 285-336). La première partie de la chronique (période 506-1153) est due à l’abbé du Mont Saint-Michel Robert de Torigni (1154-1186). La seconde est une continuation réalisée au XVsiècle par deux moines anonymes (période 1154-apr. 1444).

Grâce à la richesse exceptionnelle des sources conservées provenant de l’abbaye du Mont Saint-Michel, il a été possible de suivre pas à pas les différentes phases du travail de Robert de Torigni, et de pénétrer ainsi dans l’atelier de l’un des plus célèbres chroniqueurs anglo-normands du Moyen Âge. Trois étapes préparatoires furent nécessaires à l’auteur pour réunir les matériaux et produire les outils indispensables à la rédaction du De abbatibus. Robert de Torigni a d’abord établi les successions abbatiales en mettant à jour le catalogue des abbés du Mont Saint-Michel à sa disposition. Il a ensuite fixé les chronologies abbatiales en interpolant les Annales du Mont Saint-Michel copiées en 1116 à partir de différentes sources, dont les Brèves annales mineures du Mont Saint-Michel élaborées peu après 1035. Il s’est enfin servi d’une table de comput provenant de l’abbaye du Bec pour dater et exploiter au mieux la documentation conservée dans les archives, le chartrier et le cartulaire du monastère (rédaction des Annales pascales du Mont Saint-Michel en 1154). Le Catalogue des abbés du Mont Saint-Michel, la version interpolées des Annales du Mont Saint-Michel et les Annales pascales du Mont Saint-Michel forment un ensemble de matériaux et d’outils créés ou complétés par Robert de Torigni en vue, d’une part, de constituer l’ossature et la structure du De abbatibus (définition des bornes temporelles de ses notices abbatiales), d’autre part, d’exploiter au mieux les archives et les livres de son monastère afin d’enrichir chaque notice.

Les examens philologiques révèlent que le chroniqueur a puisé à des sources abondantes et variées (cf. stemma ci-dessus) : œuvres historiographiques et hagiographiques (Liber de apparitione sancti Michaelis in Monte Gargano, Revelatio ecclesiae sancti Michaelis archangeli in Monte qui dicitur Tumba, Miracula sancti Michaelis, Inventio et miracula sancti Vulfranni, annales montoises et Annales pascales du Bec), documents diplomatiques (archives, chartrier et cartulaire), catalogues d’abbés (Mont Saint-Michel, Jumièges, Saint-Wandrille, Bernay et Cerisy) et sources mémorielles et confraternelles (livre du chapitre, contenant notamment le martyrologe-nécrologe et le nécrologe). Ces types de sources font l’objet de plusieurs projets de recherche au sein du Craham : la documentation diplomatique est par exemple exploitée dans les projets Scripta et E-Cartae ; les sources mémorielles et confraternelles sont au centre du projet de recherche « Memoria & societas » (Lecouteux, 2015, t. 2, annexe n° 6, p. 71-146).

L’enquête confirme l’importance de certains outils et matériaux pour l’élaboration de chroniques et d’œuvres historiographiques : les catalogues de puissants, les annales et les tables pascales furent assurément des instruments précieux, voire incontournables, pour nombre d’historiens et de chroniqueurs médiévaux (Lecouteux, 2011, p. 91-190). Ainsi, les sources et les outils exploités au Mont Saint-Michel par Robert de Torigni pour l’élaboration du De abbatibus sont similaires à ceux qu’il avait utilisés auparavant au Bec (Pohl, 2016, p. 324-372).

Cette enquête permet en outre de reconsidérer les dates de début et de fin d’abbatiat de plusieurs abbés du Mont Saint-Michel et d’aboutir à une chronologie différente de celles qu’ont proposées tour à tour Jean Laporte (Laporte, 1967, p. 269-275), Neithard Bulst (Bulst, 1973, p. 167-172), Katharine Keats-Rohan (Keats-Rohan, 2006, p. 52) et Véronique Gazeau (Gazeau, 2007, t. II, p. 197-225).

Les résultats obtenus grâce à ce projet viennent enrichir les recherches récentes menées sur les annales et les chroniques normandes (cf. travaux évoqués plus haut). Ils ont amené plusieurs chercheurs de l’université de Caen Normandie (Centre Michel de Boüard – CRAHAM et Office universitaire d’Études normandes) à constituer un groupe de travail afin de mener une vaste enquête sur la tradition textuelle des sources historiographiques normandes et anglo-normandes.

Bibliographie :

Alexander, Alison, Annalistic Writing in Normandy, c. 1050-1225, PhD d’histoire médiévale d’Emmanuel College, université de Cambridge, dir. Elisabeth van Houts, Cambridge, 2011 (soutenu le 18 juillet 2011).

Bisson, Thomas, « On the Abbots of Le Mont Saint-Michel. An Edition and Translation », The Haskins Society Journal (Studies in Medieval History), 22, 2010, p. 163-192.

Bulst, Neithard, Untersuchungen zu den Klosterreformen Wilhelms von Dijon (962-1031), Bonn, L. Röhrscheid, 1973 (Pariser historische Studien, 11) (trad. it. : Ricerche sulle riforme monastiche di Guglielmo da Volpiano (962-1031), Foglizzo, Byte&Type, 2014).

Gazeau, Véronique, Normannia monastica (Xe-XIe siècle), Caen, Publications du CRAHM, 2007.

Keats-Rohan, Katharine, The Cartulary of the Abbey of Mont Saint-Michel, Donington, Shaun Tyas, 2006, p. 52.

Lecouteux, Stéphane, Les Annales de Flodoard de Reims (919-966) dans la tradition historiographique du Moyen Âge. Travail de l’annaliste et de l’historien, perception et maîtrise du temps (VIIIe-XIIsiècles), Mémoire de Master 2 de l’EPHE, dir. Anne-Marie Turcan-Verkerk, Paris, 2011 (soutenu le 18 juin 2011).

Lecouteux, Stéphane, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques. L’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp, thèse de doctorat d’histoire médiévale de l’université de Caen Normandie, dir. Catherine Jacquemard et Anne-Marie Turcan-Verkerk, Caen, 2015 (soutenue le 23 novembre 2015).

Laporte, Jean, « Les séries abbatiale et priorale du Mont Saint-Michel », in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, t. I, Histoire et vie monastiques, Paris, P. Lethielleux (Bibliothèque d’histoire et d’archéologie chrétiennes), 1967, p. 267-281.

Pohl, Benjamin, « Abbas qui et scriptor ? The Handwriting of Robert of Torigni and his Scribal Activity as Abbot of Mont Saint-Michel (1154-1186) », Traditio, 69, 2014, p. 45-86.

Pohl, Benjamin, « The ’Bec Liber Vitae’. Robert of Torigni’s sources for Writing the History of the Clare Family at Bec, c. 1128-1154 », Revue bénédictine, t.  126/2, décembre 2016, p. 324-372.

De abbatibus, Avranches, BM, 213, f. 178
De abbatibus, Avranches, BM, 213, f. 178

Une réflexion sur « Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *