NORMONDE : un premier bilan (axe « une mondialisation médiévale »)

Dans la perspective d’une programmation RIN Recherche 2017 – ERSI Normandie, un axe « Une mondialisation médiévale  : les Normands » resp. P. Bauduin, Université de Caen, CRAHAM) et A. Peters-Custot (Université de Nantes, CRHIA) a été développé dans le projet NORMONDE « L’Empire en Seine. La Normandie entre colonisation et mondialisation (IXe-XXIe siècle) » (resp. J.-F. Klein, Université du Havre, 2017-2019), financé par la région Normandie.

L’activité de cet axe a pris deux orientations principales concernant l’une les manifestations scientifiques et l’autre les recherches en vue de la constitution d’une prosopographie des mondes normands. S’y ajoute la participation de NORMONDE au projet de traduction du livre de David Bates, William the Conqueror, Yale University Press, 2016, paru sous le titre Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, 2019.

 

1 Manifestations scientifiques

1-1 Le colloque « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux VIIIe-XIIe siècles : objets, acteurs, passeurs » (resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller) s’est déroulé à Caen du 5 au 7 octobre 2017. Il a réuni une vingtaine d’intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6).

Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures. Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

Un compte-rendu du colloque est accessible sur le carnet de recherche « Mondes normands médiévaux » disponible sur Hypothèses. La préparation des actes, sous la direction de P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller,  est en cours en vue d’une publication chez Brepols dans la collection « Cultural Encouters in the Late Antiquity and the Middle Ages » (dir. Y. Hen).

1-2 Une seconde rencontre « Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix » (resp. P. Bauduin, A. Peters-Custot) s’est tenue à Caen le 1er mars 2019. Il s’agissait d’ explorer une thématique commune aux principales « mondialisations » normandes du Moyen Âge, à savoir : la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant à partir de 1066 ; la conquête de l’Italie méridionale et de la Sicile par les Normands au cours du XIe siècle et la construction monarchique qui s’en suivit sous l’égide des Hauteville, en 1130 ; enfin la fondation de la principauté normande d’Antioche après la première croisade, entre 1098 et 1130 aussi. Cette rencontre a réuni, outre les organisateurs, 7 chercheurs venus de Grande Bretagne (2), d’Italie (2) et de France (3). Après une présentation générale de la problématique de la journée (P. Bauduin, A. Peters-Custot), Judith Green, de l’université d’Edimbourg, et Elodie Papin, de l’université d’Angers, ont proposé une double lecture de la construction politique anglo-normande, l’une dans un cadre général, qui a permis de faire remonter à la surface de profondes questions sur la nature de l’État médiéval et celle des communautés politiques, et l’autre dans une approche précise, celle de la marche galloise. Annliese Nef et Guilhem Dorandeu, de l’université de Paris 1, ainsi que Riccardo Berardi, de l’université de Calabre ont évoqué différentes approches de la construction sociale, discursive et féodale du royaume Hauteville de Sicile, en mettant chacun en lumière la nécessité de ne plus penser en fonction du binôme continuité/rupture, et de penser profondément la créativité qui préside à cette construction politique. Enfin, Sergio Ferdinandi a évoqué la construction frontalière de la principauté « normande » d’Antioche au travers de la politique de fortification frontalière, et de l’histoire militaire d’une terre en guerre permanente, ce qui n’empêcha nullement l’émergence d’une construction socio-politique stable. La journée s’est terminée par une conférence grand public de D. Bates donnée à l’occasion de la sortie de la traduction de Guillaume le Conquérant  et organisée en collaboration avec le Musée de Normandie, à l’Auditorium du Château de Caen. En termes de valorisation, il a été proposé à chaque intervenant de participer au projet de publication commun issu de l’ensemble du programme Normonde, avec des textes dans des formes brèves, et en insérant par ailleurs certaines contributions, sous une forme plus longue, au sein de deux dossiers de la revue Tabularia : « Vivre des deux côtés de la Manche » et « Mémoires d’Italie et d’Orient ».

1-3 Enfin, les membres de l’axe 1 ont co-organisé et participé au colloque de restitution finale de Normonde tenu au Havre les 18-20 septembre 2019. Pierre Bauduin et Annick Peters-Custot ont présenté un bilan des actions effectuées dans l’axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XIVe siècle) ». Tamiko Fournier-Fujimoto a communiqué, au nom des deux ingénieurs recrutés pour le projet, sur « Présentation de la base prosopographique « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » » et Victor Rivera Magos a présenté une communication sur La première génération des conquérants normands de l’Italie méridionale (XIe-XIIe siècle). D’autres collègues médiévistes venus de Poitiers (Lucie Malbos), de Caen (Laurence Jean-Marie) et de Paris (Fanny Madeline) ont présenté respectivement des communications sur «réseaux portuaires et sociétés littorales en Europe du Nord-Ouest (VIIe-Xe siècle) », sur les relations entre les ports normands et anglais aux IXe-XIVe siècles, sur  « circulations et construction d’un territoire ducal/royal sous les Plantagenêts ».

Un volume collectif de synthèse tiré des communications de ce colloque et des journées d’études organisées au cours du programme Normande est prévu.

 

2 Études et outils prosopographiques : « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles »

La base « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » a été créée avec pour l’objectif d’établir une prosopographie normande rassemblant les noms des individus qui partent du duché de Normandie pour rejoindre l’Angleterre, l’Italie du Sud et la Sicile. Elle présente les fiches prosopographiques des 1332 personnes au total. Les recherches et la réalisation des fiches ont été menées par deux personnels IGR, Tamiko Fournier-Fujimoto et Victor Rivera Magos, encadrés par les responsables de l’axe 1.

Pour réaliser cette base, une liste des individus a d’abord été établie. Cependant, les rythme et déroulement des deux conquêtes normandes, ainsi que les natures des sources qu’on peut disposer, ne sont pas similaires. En conséquence, différentes méthodes ont été adoptées pour obtenir des listes pour l’Angleterre et pour l’Italie du Sud.

La conquête normande de l’Angleterre par Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, réalisée en 1066 provoque un afflux significatif des habitants de la Normandie (et d’autres régions limitrophes) en Angleterre. Environ 20 ans après la conquête, Guillaume, désormais roi le Conquérant, ordonna un grand inventaire du pays conquis et ainsi le Domesday Book fut compilé en 1086. Ce registre mentionne environ 45000 noms des individus de toute l’Angleterre et fournit ainsi une source remarquable pour la prosopographie de l’époque.

D’après le Domesday Book, l’historienne anglaise Katharine S.B. Keats-Rohan a établi un catalogue prosopographique de 2468 personnes et communautés ecclésiastiques possessionnées en Angleterre (Domesday People. A Prosopography of Persons Occuring in English Documents 1066-1166, t. 1, Domesday Book, Woodbridge, 1999). Sur la base du catalogue de Keats-Rohan, une liste de plus de 1200 individus normands ou présumés tels (et d’autres régions continentales comme bretons, flamands, picards etc.) mentionnés dans le Domesday Book a été établie. Y ont été ajoutés quelques cas des personnes qui étaient décédées au moment de la rédaction du Domesday Book.

La conquête de l’Italie du Sud est, en revanche, un processus graduel non planifié déroulant de la fin du Xe siècle au début du XIIe siècle. Certes les sources en est ainsi très variées, mais la recherche de Léon-Robert Ménager (Inventaire des familles normandes et franques emigrées en Italie méridionale et en Sicile (XIe-XIIe siècles), in Roberto il Guiscardo e il suo tempo, Rome, 1975, p. 279-410.) et les travaux d’Errico Cuozzo sur le Catalogus Baronum, registre des services militaires dus par les barons du royaume de Sicile rédigé au XIIe siècle, ont fourni le point de départ pour la recherche.

Cependant, il était difficile de suivre systématiquement l’inventaire de Ménager et le Catalogus baronum, car d’une part les informations données par le catalogue de Ménager risquaient d’être incomplètes, et d’autre part les informations du Catalogus Baronum sont de la deuxième moitié du XIIe siècle. Pour réaliser une prosopographie de la « première génération » de la conquête normande en Italie du Sud, nous avons ainsi choisi d’établir une liste des personnes selon des groupes familiaux et de solliciter les sources historiographiques. Certes cette approche est plus complexe et moins évidente car les documents sur beaucoup de familles restent principalement inédits, mais elle est plus cohérente et permet de produire des informations utiles à l’étude des modalités de la conquête ainsi que de l’organisation du pouvoir et son évolution selon région.

Pour réaliser une base prosopographique d’après ces listes des individus, le projet disposait un outil informatique développé à l’Université de Caen : les Thesauri, outil collaboratif d’indexation de différentes éditions de textes conçu par le pôle Document numérique de la MRSH et le CRAHAM. Il s’agit d’une structure en XML/TEI dévolue aux données d’indexation (conçue par Marie Bisson, CRAHAM/MRSH) pour différentes éditions de textes (écrits documentaire, écrits narratifs, etc). Les Thesauri permettent, non seulement d’indexer des personnes et des lieux, mais aussi d’accumuler des connaissances sur des noms indexés. Nous avons ainsi créé nos fiches (de notice) dans le Thesaurus des noms de personnes. Le Thesaurus de personnes contient plus de 10000 noms indexés (dans le cadre des plusieurs projets de recherches), dont les 1332 fiches sont donc celles que nous avons créés dans le projet « Normonde ». Nos fiches prosopographiques sont ainsi hébergées dans le Thesaurus de personnes, mais chaque fiche porte l’indication du projet « Normonde » et cela permet de regrouper toutes les fiches que nous avons créées dans ce projet et les publier dans un site spécifique dédié.

Pour créer les fiches (notices) prosopographiques, nous avons travaillé d’après les critères suivants :

  • Nom : nom normalisé en français/anglais et en latin avec ses variantes orthographiques et titulaires employées dans les différentes sources
  • Date et lieu de naissance et de décès
  • Carrières
  • Relations familiales
  • Attestations documentaires (dates, lieu, établissement/individu concerné des actes qui mentionnent la personne en question)
  • D’autres informations bibliographiques

Tous les toponymes cités dans la notice de personne seront connectés directement avec la notice de lieux concernée dans le Thesaurus des lieux. Les informations données seront accompagnées de la référence mise en note : chaque référence sera connectée avec d’autres bases de données en ligne (SCRIPTA, PASE, Open Domesday, EXON Domesday, Chartae Galliae etc.) ou avec la bibliothèque de Zotero à l’aide d’un lien hypertexte.

Ainsi notre base prosopographique présente 1332 fiches des individus de la première génération des conquêtes normandes : dont 1239 personnes installées en Angleterre (dont 19 femmes) et 93 personnes installées en Italie méridionale (dont 2 femmes). La base prosopographique « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » permet ainsi de réaliser une recherche des mondes normands médiévaux en profitant des fruits des évolutions numériques des outils de recherches traditionnels. Il s’agit de permettre une étude sur le dynamisme et l’évolution des circulations humaines entre ces différents ensembles des mondes normands. Cette base pourra ainsi ouvrir la voie pour des collaborations plus intensives, plus larges, plus diversifiées et plus efficaces.

Pierre Bauduin (avec la collaboration d’A. Peters-Custot et T. Fujimoto)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.