Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, résumé de la thèse de M. Bloche

Résumé de la thèse Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp :

étude et édition critique, 928/929 – 1190 ; postérité du fonds

 

(Image de fond de titre : Acte de Richard II pour Fécamp, 30 mai 1006, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, 1 NUM 316 (1), recto. Collection Musée du Palais Bénédictine, Fécamp, Inv. 1/1 (Engel 2). Scripta n° 264).

 

Thèse de doctorat soutenue par Michaël Bloche le 10 décembre 2019, Université de Caen Normandie, devant un jury composé de Véronique Gazeau (dir.), Pierre Bauduin (co-dir.), Nicholas Vincent (rapporteur), Benoît-Michel Tock (rapporteur), Laurent Morelle, Olivier Guyotjeannin et Elisabeth Lalou (présidente), 3 vol. (i – 478 p. – ; ii – 700 p. – ; iii – 348 p.).

 

Introduction

Richard Ier, duc de Normandie, fonda à Fécamp, en 990, une collégiale, vite transformée en abbaye bénédictine en 1001 par son fils Richard II. Fécamp était alors l’une des capitales du duché, et l’abbaye, dans l’enceinte du palais, fut longtemps une nécropole ducale. Richement doté, le monastère devint une des abbayes bénédictines les plus importantes du duché et même au-delà. Pionnier dans le domaine de l’écrit, son scriptorium produisit les plus anciennes annales, le plus ancien nécrologe, le plus ancien livre du chapitre et l’un des plus anciens cartulaires connus en Normandie. C’est pourquoi il a dès le xviie siècle attiré l’attention d’immenses historiens et érudits tels que Jean Mabillon et Étienne Baluze, ou plus récemment Charles H. Haskins, Jean-François Lemarignier ou Lucien Musset.

Cette thèse en édite le chartrier, à savoir les actes présents dans les archives du monastère, de sa fondation à 1190, date d’élection de l’abbé Raoul d’Argences (1190-1219), ainsi que les archives de ses prieurés : en Normandie Saint-Gabriel (Calvados), Saint-Martin-du-Bosc (Calvados), Saint-Gervais de Rouen et Notre-Dame-du-Bourg-Baudoin à Fécamp ; en Île-de-France, Saint-Georges de Mantes, Nogent-lès-Vierges et Villers-Saint-Paul, Évecquemont et La Roche-Guyon ; en Angleterre Cogges. Les actes des abbayes filles (Saint-Taurin d’Évreux, Notre-Dame de Bernay, Sainte-Berthe de Blangy-sur-Thérouanne), trop nombreux, ne sont pas inclus dans l’édition. Cela n’exclut pas la présence dans le corpus d’actes les concernant. Cette thèse, outre la partie dédiée à l’édition (t. II), est une étude du fonds d’archives de la Trinité et de son histoire davantage qu’une étude des actes du chartrier, bien qu’ils soient analysés, parfois longuement, un par un dans le tome II, et que des focus sur certains actes et sur les cartulaires figurent dans le tome I.

Ce travail prend la suite d’une thèse de l’École des chartes soutenue en 2012. Ses principaux apports par rapport  à cette dernière sont : une partie importante sur la postérité du fonds sous l’angle de l’histoire des collections, l’étude plus approfondie des cartulaires, des études d’actes ou dossiers d’actes remarquables, l’intégration du cartulaire-bullaire du xviie siècle retrouvé en 2012 au Palais Bénédictine et de nouveaux actes, l’approfondissement des datations et dissertations critiques sur l’authenticité des actes, l’ajout d’un index nominum. Il se compose de trois volumes : étude, édition (cœur de la thèse)  et annexes.

 

I – Étude

 

Après une présentation du contexte de la présente thèse ainsi que de l’écrit au monastère et de l’histoire de ce dernier, le premier tome se concentre sur l’étude du chartrier et de son histoire. Il présente les cartulaires de la Trinité, les caractéristiques de certains actes et leur intérêt pour l’historien, le parcours du chartrier jusqu’à nos jours, une étude diplomatique des actes des abbés et du convent et des études d’actes (dont un acte avec objet de tradition, un autre peut-être souscrit par Richard II conservé en copie figurée ou pseudo-original à Manchester, et certains actes importants pour l’abbaye « fille » Notre-Dame de Bernay).

 

Les sources

Les actes originaux du corpus sont principalement conservés aux Archives de la Seine-Maritime (68%) dans le fonds de l’abbaye (sous-série 7 H), le reste étant surtout conservé au Palais Bénédictine (26%), et quelques actes du prieuré Saint-Gabriel aux Archives du Calvados et en Angleterre. Quelques chirographes sont conservés en double original aux Archives nationales et aux Archives du Maine-et-Loire. Pour la période antérieure à 1121, la moitié des originaux (près d’une douzaine) sont au Palais Bénédictine, institution atypique à la fois musée et distillerie fondée en 1863. Notons que si l’on ajoute, aux 40 mètres linéaires (ml) de 7 H, les archives de la Trinité au Palais Bénédictine, les fonds des prieurés, des hautes justices et de l’officialité de l’abbaye, près de 110 ml d’archives de la Trinité sont conservés, ce qui fait du chartrier de Fécamp l’un des trois plus importants en Normandie. Les copies, abondantes, sont principalement conservées, outre les cartulaires, à la Bibliothèque nationale de France.

Au-delà de l’édition proprement dite, l’analyse de l’histoire des collections n’aurait pas été possible sans de nombreux dépouillements, dans les fonds de l’abbaye mais aussi les séries F (papiers d’érudits), G (archevêché), L (période révolutionnaire), Q (biens nationaux), T (archives des Archives) des Archives de la Seine-Maritime, ainsi que dans les « cartons normands » de l’Institut, le fonds Armand Bénet de la Bibliothèque municipale d’Évreux, et surtout les archives de la Société Bénédictine.

 

Histoire du fonds du Moyen Âge à nos jours

Le chartrier de Fécamp est étudié sous l’angle de l’histoire de sa conservation, de son exploitation et de son traitement. Il subit plusieurs pertes importantes au Moyen Âge lors d’un naufrage, probablement lors d’incendies, mais aussi pendant des conflits, et souffre de mauvaises conditions de conservation.

Après la dispersion de la communauté en 1790, l’essentiel du chartrier est transféré à Montivilliers, où il continue d’être utilisé régulièrement jusqu’à la fin de l’Empire, avant son entrée tardive et laborieuse aux Archives départementales en 1816. Charles de Beaurepaire, directeur des Archives, lutte pour récupérer les membra disjecta du fonds tout au long de la seconde moitié du xixe siècle.

Une partie du chartrier échappe toutefois à ses efforts : les actes acquis par le Palais Bénédictine en 1901, malgré des tentatives d’achat par la Bibliothèque nationale et les Archives départementales. La thèse nous apprend que le vendeur en était Charles Maurice Lefebvre, notable né en 1861, propriétaire du château du Raimbourg à Montivilliers, dont les ancêtres furent administrateurs du district et maires de la ville à l’époque où le chartrier y était en dépôt.

Il est possible que l’un des motifs de l’achat des actes de la Trinité par le Palais ait été la nécessité d’accréditer l’impression de continuité entre l’abbaye bénédictine et la Bénédictine, mais aussi d’asseoir la légitimité de l’entreprise et de disposer d’arguments dans les débats judiciaires pour légitimer l’appellation de la liqueur. Quoi qu’il en soit, des chartes sont très vite exposées au Palais.

 

Les cartulaires

Les différents cartulaires du monastère sont étudiés, et tout particulièrement le Livre rouge, cartulaire perdu de la fin du xie ou du tout début du xiie siècle, dont le contenu est partiellement reconstitué en Annexes. Ce manuscrit connu principalement par des copies du xviiie siècle est la source unique de la tradition d’une vingtaine d’actes du xie siècle. D’autres cartulaires furent réalisés au Moyen Âge : un probablement au milieu du xiiie siècle, qui débute par 5 actes suspects (cartulaire A), et un autre probablement à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle (cartulaire B), ainsi qu’un cartulaire-obituaire de la pitancerie (seconde moitié du xiiie siècle). Le Livre rouge et les cartulaires A et B contiennent les transcriptions de la moitié des actes du corpus édité. S’y ajoute, redécouvert en 2012 au Palais Bénédictine, un cartulaire-bullaire du second quart du xviie siècle.

 

Les actes suspects

À l’étude des actes suspects, trois phases probables de forgeries sont identifiées : de probables remaniements, si ce n’est des créations ex-nihilo (qui resteraient à être prouvées), de chartes ducales et royales dans le dernier tiers du xie siècle ou au tout début du xiie siècle autour de l’exemption, de l’immunité et de la franchise des coutumes épiscopales ; de probables forgeries d’actes de Guillaume le Conquérant et Henri II Plantagenêt à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle ; une dernière phase à la fin du xiiie siècle et au xive siècle. Ces phases et ces actes doivent encore être approfondis.

 

Diplomatique abbatiale

À partir d’un corpus intégrant l’abbatiat de Raoul d’Argences (1190-1219), composé de 88 actes et 5 lettres de gouvernement et affaires, est menée l’analyse diplomatique (caractères internes et externes) des actes des abbés et du convent. L’étude de toutes les parties du formulaire montre une relative liberté des rédacteurs d’actes au xie siècle, pour aller vers une codification accrue du formulaire sous Henri de Sully et surtout Raoul d’Argences, et une emprise croissante du moule épistolaire, processus peu surprenant d’homogénéisation des actes à la fin du xiie siècle. Pour ce qui concerne les sceaux, dont les plus vieilles empreintes conservées datent d’Henri de Sully, ils sont étudiés dans le contexte plus large de l’apparition du sceau monastique en Normandie et au-delà.

 

II – Édition critique

 

Bien que l’acte de fondation de la collégiale soit daté de 990, le terminus a quo est déterminé par le testament d’Adélaïde rattachant Romainmôtier à Cluny (928-929), dont une copie était conservée dans le chartrier de la Trinité probablement dès le xie siècle, et le terminus ad quem par le début de l’abbatiat de Raoul d’Argences en 1190.

Le corpus de l’édition, hors Annexes, compte 308 entrées, dont 224 actes pour lesquels le texte nous est parvenu (parmi lesquels 86 en original) et 84 deperdita mais aussi actions juridiques ayant probablement donné lieu à des actes, trouvés grâce au dépouillement systématique des inventaires de titres, chroniques, annales, factums, histoires imprimées ou manuscrites de l’abbaye, histoires de la Normandie ecclésiastique, notes d’érudits, actes édités dans la thèse et actes postérieurs, ainsi que de la table des matières commentée (77 feuillets) de l’histoire de l’abbaye de Fécamp, perdue, de Mareste d’Alge. La notion de chartrier est donc entendue au sens large. Les principes d’édition détaillent longuement la constitution du corpus et les difficultés rencontrées (datation des nombreux actes sans mention de millésime, critique diplomatique des actes suspects, etc.).

Annexes comprises, 93 actes inédits (jamais transcrits ou édités intégralement dans une publication imprimée ou électronique) sont édités, dont 16 pour le xie siècle, et 35 qui nous sont parvenus en original. Hormis ces 93 inédits, nombre d’actes ne bénéficiaient par ailleurs, autrefois, que d’une transcription sans apparat critique. De même, la plupart des deperdita étaient inconnus auparavant.

Parmi les belles découvertes de cette thèse, peuvent être signalés par exemple un acte original d’Hairicus, chevalier de Mantes la Jolie (1085), l’acte de rattachement de l’abbaye Notre-Dame de Bernay à Fécamp (copie du xie siècle sans doute), jadis connu seulement par des copies modernes, une bulle de Pascal II (copie partielle du xviie siècle), une bulle originale d’Alexandre III ou encore quelques actes royaux originaux (dont un, inédit, de Louis VII). Le pays de Caux ainsi que les environs d’Argences et le Bessin sont surreprésentés, mais on trouve aussi de nombreux actes sur l’Angleterre, où la Trinité était bien dotée, ou encore sur l’Île-de-France, notamment le Vexin français.

 

III – Annexes

 

Dans le dernier tome figurent les faux avérés confectionnés après 1190 et les mentions d’actes n’ayant sans doute jamais existé, les lettres de gouvernement et affaires, les actes jadis attribués à tort à la période étudiée, deux « notices » à caractères plus narratif que diplomatique (dont l’Appendice de Saint-Gabriel, jadis étudié et édité par Lucien Musset dans ses « Notules fécampoises », et pour lequel est proposée une édition revue et augmentée), la reconstitution partielle du Livre rouge, celle du personnel monastique d’après les mentions dans les actes, diverses statistiques, des tables (auteurs d’actes, deperdita, chirographes, sceaux, actes concernant les prieurés et abbayes « filles ») et un index nominum (de près de 120 pages). Enfin, un DVD présente les clichés de tous les actes originaux et pseudo-originaux du corpus, annexes comprises, ainsi que des copies quasi-contemporaines, des minutes ou brouillons et des feuillets de manuscrits des xie et xiie siècles renfermant des copies d’actes parvenus jusqu’à nous par des voies non diplomatiques.

 

 

Conclusion

La partie proprement historique de la thèse est surtout consacrée à l’histoire du chartrier jusqu’à la période contemporaine, davantage qu’à l’histoire des pratiques diplomatiques et archivistiques au sein du scriptorium de la Trinité durant la période ducale, même si de nombreux aspects des actes de cette époque sont étudiés.

Ce travail met à disposition des chercheurs un important corpus d’actes d’une richesse incroyable pour l’histoire normande et anglo-normande voire au-delà, qu’elle soit religieuse, sociale ou bien économique et foncière, mais aussi pour les études diplomatiques et sigillographiques, toponymiques et anthroponymiques, etc. Entre autres, le corpus étudié apporte un éclairage nouveau sur l’histoire de la constitution du réseau des prieurés et abbayes dépendant de la Trinité.

Les photographies numériques en haute définition de tous les originaux de ce corpus conservés aux Archives de la Seine-Maritime et au Palais Bénédictine sont désormais accessibles à tous sur le site Internet des Archives de la Seine-Maritime et pour partie dans la base des actes normands SCRIPTA du CRAHAM de l’Université de Caen Normandie.

 

Michaël Bloche

Archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine

Docteur en histoire

CRAHAM-Université de Caen Normandie

michael.bloche@hotmail.fr

 

Ce résumé, dans ses grandes lignes, doit par ailleurs être publié dans Bulletin du CERCOR, n° 44, Université de Saint-Étienne, 2020, p. 68-73 (Centre européen de recherche sur les communautés et ordres religieux), à paraître.

 

English abstract

The muniments of the abbey of Holy Trinity, Fécamp : study and critical edition, 928/929-1190 ; fate of the archives.

 

The abbey of Holy Trinity is, during the ducal period, one of the most prominent Norman Benedictine abbeys. This thesis studies and publishes its muniments as well as the archives of its priories up until 1190 and Raoul of Argences’ (1190-1219) appointment as abbot. The corpus of the critical edition (vol. ii), beside the annexes (vol. iii : proved forgeries, letters of administration, statistics, etc.), includes 308 entries, including 224 charters whose text has survived and 84 deperdita  and legal actions that may have resulted in charters. The muniments are mainly kept at the Archives départementales de la Seine-Maritime, but the Palais Bénédictine in Fécamp keeps many charters as well, notably from the 11th century. Volume I studies their history, up to the present day, by investigating their fate during the Middle Ages and the early modern period, their partial dispersion during the French Revolution and the 19th century and, among other aspects, the acquisition of part of them by the Palais  Bénédictine. The monastery’s cartularies are looked into, especially the Red Book, a late 11th or early 12th century lost cartulary, which is reconstituted in the annexes. A section is dedicated to the diplomatic of the abbots’ and the abbey’s charters : internal (common forms) and external (especially the seals) features. Another section is devoted to the forgeries, and, lastly, some case studies tackle the subject of the charters with traditional symbolic objects attached and some charters from the muniments for the abbey of Our Lady of Bernay, “daughter” of Fécamp.

 

Un compte-rendu de soutenance par Thierry Buquet est disponible dans les Echos du CRAHAM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.