Éditer des œuvres latines à l’ère du numérique. Résumé de l’HDR de Marie-Agnès-Lucas-Avenel

Éditer des œuvres latines à l’ère du numérique. Édition critique multisupport de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard (Livres III & IV)

Dossier présenté à l’Université de Caen Normandie, le 6 décembre 2019, pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches, devant le jury composé de Pierre Bauduin (président) Edoardo D’Angelo, Isabelle Draelants (rapporteur), Brigitte Gauvin, Catherine Jacquemard (garant), Annick Peters-Custot (rapporteur), François Ploton-Nicollet (rapporteur), Elisabeth van Houts.

Le dossier d’HDR, « Éditer des œuvres latines à l’heure du numérique », comprenait un inédit intitulé « Édition critique multisupport de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard (Livres III et IV) ». Celui-ci était lui-même composé d’un volume papier (trois fascicules pour l’introduction, le texte latin et l’apparat critique, la traduction annotée, les index et la bibliographie) et d’un site web sous la forme d’un prototype, conçu en partenariat avec le pôle Document numérique de la MRSH de Caen. Le site (dont l’accès est encore restreint) permet d’interroger les quatre livres en latin et français, les notes historiques et philologiques, les fac-similés des manuscrits et des restitutions du texte de chaque témoin. Ce résumé n’évoquera que l’inédit, qui vise à la publication multisupport (papier et numérique) des livres III et IV de Geoffroi Malaterra, aux Presses universitaires de Caen : il s’agira du second volume, complément du premier qui contient les livres I et II (Caen, PUC, 2016 ).

La place occupée par l’œuvre de Geoffroi Malaterra au sein de la production historiographique des conquêtes normandes – qui constitue un ensemble exceptionnel pour les siècles centraux du Moyen Âge par son ampleur, sa diversité, sa qualité littéraire – a suscité tout l’intérêt des historiens et des spécialistes de littérature latine. L’auteur est un moine de l’abbaye Sant’Agata de Catane qui écrit entre 1098 et 1101 une histoire à la gloire de Roger, dernier fils de Tancrède de Hauteville. On connaît Malaterra par son œuvre, préfacée par deux épîtres adressées l’une à son abbé-évêque Anger, l’autre à l’ensemble du clergé de Sicile : il y explique le contexte historique et littéraire qui lui a valu la commande du comte. Peut-être son lieu d’origine – probablement le Nord-Ouest de la France – et son engagement pour l’Église réformatrice ont-ils incité Roger à le choisir pour composer ce récit. L’histoire est composée de quatre livres, dont les deux héros, Robert Guiscard et Roger de Hauteville, assurent l’unité d’action ; l’ordre chronologique est assez bien respecté et marqué par un usage remarquable des millésimes au regard de la production historiographique contemporaine. La progression du récit et la recherche des causes, fondée sur l’exaltation des vertus des héros et la condamnation des vices et de l’impiété des ennemis, s’inscrit dans une tradition littéraire ancienne et alto-médiévale, qui associe étroitement narration et argumentation : il s’agit de rapporter les événements pour éviter qu’on les oublie, mais aussi d’en expliquer l’enchaînement et de démontrer le bien-fondé de la conquête, placée au service du temporel et du spirituel dès le début du livre II. Malaterra témoigne dans les livres III et IV des manifestations de la gratitude de Roger envers Dieu et souligne sa droiture et son sens de la justice, qui lui valent la confiance de tous, y compris du duc et du pape.

L’auteur prend soin de ne jamais lasser le lecteur-auditeur en variant le ton et la forme. Le livre III accorde une grande place à la poésie, au point d’être un véritable prosimètre. Les raisons qui poussent Malaterra à faire alterner la prose et le vers ne se laissent pas clairement discerner, car les thématiques sont des plus diverses et ne sont pas attachées à un type de vers, eux-mêmes tout aussi variables. Cet ensemble poétique alliant factures antique et médiévale témoigne de la technicité de l’auteur et de son haut niveau de formation, mais est aussi un lieu privilégié de l’éloge sous toutes ses facettes et de l’expression des sentiments : indignation suscitée par la simonie de Rome, lamentation après la mort d’Énisand, allégresse après la naissance de Simon, etc. Dans la suite des recherches de Paolo Garbini (Garbini 2015 et 2018), on a reconsidéré la possibilité d’une filiation entre Dudon de Saint-Quentin et Geoffroi Malaterra et le sens du terme poetria, utilisé à plusieurs reprises pour caractériser l’œuvre.

La portée épidictique de l’œuvre n’a pas empêché les historiens de reconnaître que l’Histoire est une source de premier ordre de la conquête de la Sicile et la plus importante de l’histoire familiale des Hauteville. Les exploits de Robert Guiscard et du comte Roger se situent en Italie méridionale entre Rome et Malte, en Afrique du Nord, ainsi que sur la côte dalmate. La prise de Palerme en 1072 par Robert Guiscard et Roger, qui mettait un terme au livre II, constitue un tournant dans la vie du comte. Dès lors, en effet, Roger devient le seul conquérant de l’île, tandis que les préoccupations et l’ambition du duc de Pouille sont ailleurs : contraint de réprimer les rébellions de ses vassaux, soucieux d’asseoir son autorité sur le continent jusqu’à s’emparer de la principauté de Salerne, il brigue bientôt la couronne impériale. Mais sa marche vers Constantinople est interrompue par l’appel de Grégoire VII assiégé dans Rome par Henri IV. Après la mort de Guiscard en 1085, mentionnée à la fin du livre III, le récit s’intéresse à la manière dont Roger achève la conquête de la Sicile, part à l’assaut de Malte et de Gozo et renforce ses positions par la construction de forteresses, tout en apportant son aide à Roger Borsa, héritier contesté du duc, ou même au jeune Richard, prince de Capoue. Malaterra fait le récit des batailles et des sièges, décrit les lieux, les méthodes, parfois les armes, rapporte les alliances, dénonce les trahisons et peint les sentiments ou les motivations des personnages. Entre deux victoires, Roger se préoccupe d’assurer sa lignée : il prend une deuxième puis une troisième épouse, marie ses fils et prend pour gendres Raymond de Toulouse, Conrad, fils d’Henri IV, Coloman, roi de Hongrie. En outre, Malaterra décrit la manière dont Roger s’occupe des affaires ecclésiastiques de la Sicile et entretient des relations « amicales » avec Urbain II, lui apportant son conseil dans ses différends avec Constantinople et obtenant finalement en 1098 le privilège de la légation apostolique, dont le texte clôt le récit.

On ne saurait relever un seul chapitre dans les livres III et IV qui ne soit marqué par la présence de Robert ou de Roger. L’évocation des autres personnages trouve une explication dans la relation qu’ils entretiennent avec les protagonistes, et cet ensemble de 87 personnages dans les livres III et IV (chevaliers, femmes, clercs) constitue une source d’informations très précieuse sur l’entourage des Hauteville et leurs relations avec les rois, empereurs, papes ou évêques. Deux aspects ont surtout suscité l’intérêt de Malaterra dans les livres III et IV, en plus de l’histoire des conflits et des trahisons : la politique familiale et la politique religieuse du Grand Comte. La seconde question a été à l’origine de multiples travaux, qui croisent les informations données par Malaterra avec une documentation assez bien conservée pour la réorganisation des évêchés de Sicile. Le privilège de la légation apostolique apparaît comme le point culminant de l’ascension dans les honneurs de Roger. Quant à la question de la politique familiale, elle permet de vanter le prestige de Roger, mais aussi de montrer son attachement au mariage légal au rebours de Philippe Ier, condamné par l’auteur.

Les travaux de Gianvito Resta publiés en 1964 ont montré que l’édition réalisée par Ernesto Pontieri en 1927-1928 devait être revue suite à la redécouverte du manuscrit Z conservé à la Biblioteca de Catalunya : Geronimo Zurita avait emporté ce manuscrit pour composer l’édition princeps en 1578. L’importance du manuscrit Z est incontestable, car dans la branche β, il est plus fiable que B et devient le témoin le plus sûr pour les derniers chapitres perdus par C, seul témoin de la branche α pour les livres III et IV. L’histoire du texte et les règles qui ont présidé à sa révision et à celle de l’apparat critique avaient été présentées dans le premier volume. Le travail critique a été poursuivi pour les livres III et IV selon les mêmes principes.

Les recherches pour l’inédit se sont inscrites, en outre, dans une réflexion plus large sur l’édition critique multisupport et multimodale des sources anciennes et médiévales, menée à Caen depuis plusieurs années en partenariat avec le Pôle du Document numérique de la MRSH. Cette réflexion se place dans le contexte du développement des humanités numériques et des nouvelles technologies pour l’édition scientifique : celle-ci est un lieu privilégié d’expérimentations et d’échanges pour proposer de nouveaux modèles et de nouveaux outils en libre accès. Pourtant, s’agissant des sources anciennes, le nombre en est encore très limité. Une place a donc été réservée, dans l’introduction de l’inédit, à la réflexion menée pour la réalisation de l’édition critique multisupport de Malaterra, à la présentation du cadre institutionnel qui l’a rendu possible et à celle des outils mis en œuvre pour faciliter la recherche ecdotique. Le but recherché est double : outiller efficacement la recherche en s’appuyant sur des standards internationaux avec le soutien des consortiums, et rendre les résultats mieux compréhensibles et exploitables par le lecteur. La situation difficile que connaissent aujourd’hui les humanités classiques appelle au développement de projets collaboratifs en humanités numériques, qui peuvent susciter de nouvelles vocations et faciliter l’engagement dans ce type de travaux, qui nécessitent des connaissances solides et pluridisciplinaires.

Éléments de bibliographie

Julia Becker, Graf Roger I. von Sizilien. Wegbereiter des normannischen Königreichs, Tübingen, M. Niemeyer (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom ; 117), 2008

Paolo Garbini, « Lo storiografo e il retore, Nota su Goffredo Malaterra e Alberico di Montecassino », Spolia. Journal of medieval studies, 2015, p. 22-34.

Id., « Lo stile della storia in Goffredo Malaterra », in In presenza dell’autore, L’autorappresentazione come evoluzione della storiografia professionale tra basso Medioevo e Umanesimo, Fulvio Delle Donne (dir.), Naples, Federico II University Press (Testi, Antichità, Medioevo e Umanesimo ; 1), 2018, p. 13-34

Salvatore Fodale, Comes et legatus Siciliae. Sul privilegio di Urbano II e la pretesa Apostolica Legazia dei Normanni di Sicilia, Palerme, U. Manfredi, 1970.

Graham A. Loud, The Age of Robert Guiscard : Southern Italy and the Norman Conquest, New York, Longman (The Medieval World), 2000

Jean-Marie Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 179), 1993

Anliese Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, École française de Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; 346)

Annick Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine, IXe-XIVe siècle : une acculturation en douceur, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 420), 2009

Gianvito Resta, « Per il testo di Malaterra e di altre cronache meridionali », in Studi per il CL anno del Liceo ginnasio Tomasso Campanella di Reggio Calabria, Reggio de Calabria, De Franco, 1964, p. 3-60.

Huguette Taviani-Carozzi, La Terreur du monde. Robert Guiscard et la conquête normande en Italie : mythe et histoire, Paris, Fayard, 1996.

Marie-Agnès LUCAS-AVENEL,

Université de Caen Normandie, CRAHAM UMR 6273

Ce billet est publié dans une version très proche dans le Bulletin du CERCOR 2020

Un compte-rendu de la soutenance d’HDR, rédigé par Thierry Buquet, est également disponible dans les Echos du CRAHAM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.