Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 2/3 : Le manuscrit du Vatican

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie                                                                                            CRAHAM (UMR 6273)

Ce texte fait suite à un premier article ; certains éléments donnés dans celui-ci ne sont pas explicités ici.

 

Le manuscrit Reg. Lat. 499 de la bibliothèque apostolique du Vatican est le seul témoin médiéval de la « chronique du Bec ». Son état actuel ne saurait néanmoins être représentatif de son état médiéval. La reliure a été refaite à une date inconnue, probablement avant l’acquisition du manuscrit par Paul Pétau ou au moment de celle-ci, puisque la mention d’appartenance à cette collection ne figure qu’au folio 1. Une étude du manuscrit n’en demeure pas moins possible, d’autant plus qu’elle n’a jamais été menée. Adolphe-André Porée édite la copie (non exhaustive) de ce manuscrit par André du Chesne et n’a pas consulté le manuscrit du Vatican, rendant de fait cohérent un ensemble qui ne l’était peut-être pas tant (Porée 1883) ; Léopold Delisle l’a brièvement décrit dans un article, mais il n’en donne que le contenu ou presque (Delisle 1876). Le but de ce billet est de proposer quelques pistes de recherche associant le contenu du manuscrit et des observations codicologiques, afin de montrer la pertinence d’une nouvelle lecture de ce manuscrit – pistes qui seront développées dans un article à paraître (Paquet, à paraître) et dans le cadre d’un projet de republication et de traduction de la « chronique du Bec ».

Ces réflexions semblent d’autant plus nécessaires que la « chronique du Bec » demeure un texte aux contours assez évanescents, dont par exemple on ne connaît pas le début. Elle commence en effet ainsi : « Huic sancto viro successit dominus Rogerius, prior… », évoquant la succession de l’abbé Létard, mort en 1149 (Gazeau 2007, vol. 2, p. 19-21). Une lecture attentive du texte montre aussi que plusieurs phases d’écriture peuvent être identifiées (Paquet 2018, vol. 1, p. 295-299 ; Paquet, à paraître). Un des enjeux de l’étude du manuscrit Reg. Lat. 499 est de savoir si son organisation est différente de celle du ou des manuscrit(s) médiévaux, et donc de comprendre dans quel ensemble la chronique du Bec s’insérait au Moyen Age.

Mise à part une version abrégée des chroniques de Jean Castel († 1476) qui couvre les six premiers folios, le manuscrit Reg. Lat 499 ne comprend que des documents relatifs au Bec : les noms des moines du Bec du xie siècle à 1468 (fol. 8-16), les noms des membres de la societas du Bec (fol. 24-29v), la vie d’Herluin (fol. 33-48) suivie de trois épitaphes de ce dernier fol. 48-v), la vie de Lanfranc (fol. 48v-71) suivie de vers composés par celui-ci (fol. 71-v), une lettre de Guillaume, abbé de Cormeilles à Guillaume, abbé du Bec (fol. 71v-73), la vie de saint Anselme (fol. 73-122) suivie d’un poème sur ses miracles (fol. 122v-124v) et de deux épitaphes de celui-ci (fol. 124v-133v), la vie de l’abbé Guillaume (fol. 125v-133v) et trois épitaphes le concernant (fol. 133v-134), la vie de l’abbé Boson (fol. 134v-140) et quatre épitaphes de celui-ci (fol. 140v-141), une version abrégée de la vie de l’abbé Thibaut (fol. 141-142) puis de celle de l’abbé Létard (fol. 142-143), le récit d’une vision d’un moine du Bec (fol. 143-v), des écrits de Pierre de Dives (fol. 143v-151v), le récit d’un miracle en faveur de Guillaume Crespin (fol. 152-157) suivi d’une épitaphe de ce dernier (fol. 157-v), l’histoire de trois dames qui se retirèrent au Bec du temps d’Anselme (fol. 157v-158), un poème de Pierre d’Eu (fol. 158-159v), le récit du miracle de la guérison de Turold d’Envermeu (fol. 161-162v) et, enfin, la « chronique du Bec » (fol. 166-187v).

À cette cohérence sur le fond répond, à première vue, une cohérence dans la forme. L’ensemble du manuscrit (en parchemin, à l’exception de 5 folios vierges initiaux en papier) est très homogène. L’écriture est de la fin du xve siècle et, semble-t-il, due à une main principale ; le texte est presque toujours organisé en une seule colonne (exception faite, notamment des listes du début), et le décor est dans l’ensemble modeste et limité à quelques initiales, dont certaines sont décorées à la feuille d’or, exclusivement dans la première partie du manuscrit (un N fol. 8, un Q fol. 33, un Q fol. 49, un Q fol. 73v). Leur style rappelle beaucoup celui d’initiales présentes dans une table de cartulaire de la fin du xve siècle toujours conservée à l’abbaye (non cotée). D’autres majuscules sont régulièrement modestement décorées au fil du texte, en rouge, bleu ou jaune.

Dans le détail, cependant, d’autres éléments montrent que ce manuscrit est composite. Deux foliotations, d’abord, existent ; la plus récente couvre l’ensemble du manuscrit, tandis qu’une autre, plus ancienne, commence au folio 32 (qui est numéroté 1). Ce folio est le premier d’un cahier (le cinquième quaternion du manuscrit) et ouvre sur un prologue aux vies des premiers abbés du Bec, attribué à Miles Crespin (il a été publié par plusieurs auteurs, par exemple par J. A. Giles dans les œuvres de Lanfranc : Giles 1844, vol. 1, p. 260-261). Ce prologue prend place, par ailleurs, après sept folios et demi vierges (fol. 16v-23v), mais réglés, qui suivent les noms des membres de la societas du Bec. Un dernier élément va dans le même sens : au début du septième quaternion (fol. 47-54) figure une numérotation de cahier, un C. Les folios ayant été coupés lors de la nouvelle reliure, les numéros des cahiers précédents ont certainement disparu pendant cette opération. Il n’en demeure pas moins que si l’on numérote A et B les cinquième et sixième quaternions (fol. 32-39 et 40-47), le folio 32 devient bien à nouveau un folio 1, montrant bien que les vies des premiers abbés du Bec formaient un ensemble à part avant d’être rassemblés avec d’autres documents dans le ms. Reg. Lat. 499.

Au total, l’analyse codicologique montre que plusieurs ensembles doivent être distingués. On peut en identifier quatre principaux :

  • La chronique de Jean Castel ; d’une main différente du reste du manuscrit, elle est concentrée dans le premier quaternion et devait appartenir à un autre manuscrit à l’origine.
  • Les deux listes des fol. 8-29v, qui occupent trois quaternions (fol. 8-15, 16-23 et 24-31).
  • Les vies des premiers abbés du Bec et les textes qui leurs sont liés (épitaphes, miracles…), qui courent sur dix-sept quaternions, dont certains sont numérotés, et qui correspondent aux actuels fol. 32-165, les folios 163-165v étant vierges. Dans cette partie, les éléments se suivent de façon continue, les textes s’enchaînant régulièrement au sein du même cahier, voire du même folio.
  • La « chronique du Bec », qui occupe deux quaternions et un ternion (fol. 166-173, 174-181 et 182-187), suivie d’un dernier ternion vierge.

La place de la chronique dans l’ensemble n’est pas aisée à établir et les indices sont parfois contradictoires. La numérotation la plus ancienne continue après les vies des abbés et intègre la chronique du Bec, prouvant que ces deux éléments ont été assemblés avant d’être reliés dans le manuscrit devenu Reg. Lat. 499. Cependant, celle-ci ne semble pas contemporaine de l’écriture du manuscrit. Surtout, la présence de quatre folios vierges et le fait que le texte actuel commence au début d’un nouveau cahier, alors que dans le reste du manuscrit les textes s’enchaînent sans rupture, tendent à faire penser que ces deux ensembles ont été conçus séparément. Le plus étonnant réside dans leur enchaînement. Au fol. 162v, a été copiée une partie du premier paragraphe de la chronique, au sujet de l’élection de l’abbé Roger en 1149 (cf. Porée 1883 p. 13), paragraphe repris de la chronique de Robert de Torigni (Bisson 2020, vol. 1, p. 152) ; dans le manuscrit du Vatican, il est interrompu en plein milieu d’une phrase (après les mots « ab eodem coram conventu »). Et c’est bien ce même paragraphe qui ouvre le fol. 166, cette fois avec une initiale décorée. Il faut dire que les premiers mots du texte (« huic sancto viro successit… ») donnent l’impression d’une continuité avec ce qui précède. Le copiste se sera peut-être laissé tromper par le texte qu’il copiait. Il est bien difficile de tirer des déductions certaines de ces éléments. Il semble cependant probable que cette version de la fin du xve siècle est le fruit de la copie d’un manuscrit où la « chronique du Bec » commençait déjà ainsi, c’est-à-dire en particulier sans prologue, contrairement aux autres textes du manuscrit.

Ces premiers éléments tendent à montrer, in fine, que le texte nommé « chronique du Bec » par Porée n’était certainement pas pensé comme un ensemble cohérent dans sa version médiévale et que le texte dont nous disposons compile, de fait, plusieurs écrits antérieurs, avec pour seule organisation la chronologie. Cette copie a-t-elle été faite dans le cadre de l’esprit de « reconstruction » qui s’empare de l’abbaye aux lendemains de la guerre de Cent Ans, afin de disposer d’une « histoire » complète du Bec, réalisée tant bien que mal avec les documents à la disposition des moines de la seconde moitié du xve siècle ? C’est du moins l’hypothèse de travail que l’on peut formuler, et qu’une étude du texte de la chronique, destinée en particulier à identifier des phases d’écriture, devra examiner.

 

Bibliographie

Chronique du Bec et chronique de François Carré, Porée Adolphe-André (éd.), Rouen, Métérie, 1883.

Delisle Léopold, « Notice sur vingt manuscrits du Vatican », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 37, 1876, p. 471-527 (p. 519-527 pour le ms. Reg. Lat. 499).

Gazeau Véronique, Normannia Monastica. Vol. 1 : Princes normands et abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle ; Vol. 2 : Prosopographie des abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle, Caen, Publications du CRAHM, 2007.

Giles John Allen, Beati Lanfranci Archiepiscopi Cantuariensis opera quae supersunt omnia, Oxford, Parker, 1844, 2 vol.

Paquet Fabien, Des crosses et des couronnes. Pouvoirs abbatiaux et pouvoirs royaux dans le diocèse de Rouen (fin du xiie-milieu du xve siècle), thèse de doctorat, université de Caen Normandie, 2018, 2 vol.

Paquet Fabien, « New research areas about the “chronique du Bec” », in History and archaeology of the abbey of Bec in the Middle Ages. Interdisciplinary research, Combalbert Grégory et Gazeau Véronique (dir.), Leiden, Brill, à paraître.

The chronography of Robert of Torigni, Bisson Thomas (éd. et trad. ang.), Oxford, Clarendon Press, 2020, 2 vol.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.