L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204)

(ill. Livre noir de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, BM, Y 41 (1406), fol. 12v)

Résumé de la thèse de Vangone (Laura), L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204). Établissement d’un corpus raisonné de textes et analyse littéraire et historique. Thèse de doctorat d’histoire médiévale soutenue à l’Université de Caen Normandie le 5 décembre 2019 en cotutelle avec l’Université de Naples Suor Orsola Benincasa, dir. Pierre Bauduin et Edoardo D’Angelo.

 

La production hagiographique écrite pendant la période ducale en Normandie (911-1204) n’a jamais fait l’objet d’une étude complète et ponctuelle. Des études qui traitent de tel ou tel aspect de ce domaine (d’un texte, d’un auteur, de la production d’un monastère ou d’un diocèse) existent mais, avant la réalisation de cette thèse, on n’avait pas de données statistiques précises sur les caractéristiques, même simplement quantitatives, de cette production : sa division par siècles, les rapports entre les textes d’écrivains connus et les textes rédigés par des auteurs anonymes, la distribution entre le nombre des saints antiques ou médiévaux, les typologies hagiographiques (vitae, passiones, miracula, translationes), les « typologies de sainteté » (évêque, abbé, laïc, femme, etc.). Cette situation, préjudiciable à la critique des textes, est due tout d’abord à la difficulté du traitement des textes hagiographiques sur le plan de l’histoire de la littérature : trop d’auteurs restent anonymes, beaucoup de textes ne sont pas datés et leur lieu de production demeure incertain. Ainsi, si l’hagiographie est une source essentielle de l’histoire normande, les conditions de sa production et de sa diffusion n’ont pas été étudiées de manière globale, ni donné lieu à la constitution d’outils de recherche.

Cette thèse a essayé de combler cette lacune, à la fois en créant un Repertorium (avec une base de données « chrono-géo-hagiographique », permettant une cartographie de la production normande médiévale) des textes hagiographiques rédigés pendant la période 911-1204, et en ouvrant la réflexion critique et historique sur ce corpus. Il s’est agi ainsi de rechercher et de comprendre les foyers de production hagiographiques ; de montrer les relations entre les textes, les auteurs, les bibliothèques, les établissements où ces documents ont été produits ; de comprendre le travail des auteurs (recherche et usage des sources, choix littéraires) ; d’expliquer les motifs (religieux, pastoraux, liturgiques, mais aussi politiques et économiques) qui sont à la base de l’écriture hagiographique médiévale.

À cette fin, le programme de recherche s’est articulé autour de quatre axes principaux :

 

  1. Nous avons en premier lieu présenté l’histoire de la province ecclésiastique de Rouen et sa transformation sous les Normands. Dans un deuxième temps nous avons considéré les structures culturelles du duché de Normandie et leur évolution. Leur compréhension, aidée par le classement des centres culturels sur la base de leur orientation religieuse (monastique, séculière) était nécessaire dans le but d’analyser ces centres où la littérature hagiographique a été rédigée : scriptoria, bibliothèques, écoles. Cet aspect a représenté le fondement de la recherche.
  2. Le Repertorium textuum hagiographicorum in ducatu Normannorum conscriptorum (ReTeHNor) représente le coeur de la thèse. Il s’est basé sur un outil très connu comme la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) ainsi que sur son complément, la Bibliotheca Hagiographica Latina manuscripta (BHLms). La structure du Répertoire a favorisé sa transposition sous forme électronique. La base de données qui a été créée est conçue pour être enrichie même après la fin de la thèse et grâce à la contribution d’autres chercheurs. L’outil s’appuie, sur le plan technique, sur une structure numérique en EAD (Encoded Archival Description), qui est largement utilisée pour la description de fonds d’archives ou de bibliothèques. Bien entendu, l’établissement et la structure du Répertoire a eu besoin d’une explication de la méthode et de ses objectifs. Nous avons ainsi défini les bornes géographiques et chronologiques de la recherche et établi la structure des fiches qui constituent le Repertorium. Chaque fiche est organisée comme une espèce de « notice d’autorité », structurée de manière synthétique, riche de données objectives de nature historico-littéraire et philologique, et faite de façon à ce qu’elle puisse être aisément partagée avec d’autres outils numériques. Toutes les fiches ont reçu un identifiant BHN (acronyme parlant de Bibliotheca Hagiographica Normanniae) et comprennent les champs suivants : la référence au numéro du texte dans la BHL ; le nom du saint en latin et la datation traditionnelle de sa vie ; le modèle de sainteté du personnage hagiographique tel qu’il est exprimé par le texte de référence ; la typologie de la pièce hagiographique narrative (Vita, Passio, Miracula, Translatio, etc.) ; l’incipit et l’explicit ; l’aspect formel du texte (prose, vers, prosimètre) ; l’auteur ; le commanditaire ; la datation ; le lieu de rédaction ; la liste des éditions imprimées du texte ; la liste de tous les témoins manuscrits connus du texte ; le résumé critique. En outre, utiliser le modèle de la BHL devrait signifier en théorie que chaque item de la BHN correspond à un item de la BHL. En réalité, puisque la BHL – outil élaboré à la fin du XIXe siècle – déroge dans de nombreux cas au principe « un texte / un identifiant alphanumérique », cette correspondance ne se réalise pas toujours : en entrant davantage dans le détail des dossiers, la BHN propose une lecture philologiquement rigoureuse et mise à jour de ces mêmes dossiers, en parvenant, dans plusieurs cas, à fusionner plusieurs items donnés comme distincts par la BHL, ou, inversement, à reconnaître comme unités textuelles distinctes ce que la BHL a répertorié comme un texte unique (c’est le cas du recensement de rédactions différentes de la même légende dans une liste de manuscrits).
  3. À partir des fiches, nous avons ensuite dû évaluer les données qu’on pouvait en tirer, nous en avons interprété les éléments, nous les avons expliqués, posés dans leur contexte, croisés. Autrement dit, une présentation raisonnée et discursive (mais accompagné de tableaux, graphiques et cartes) des données du ReTeHNor a été réalisée. Rappelons tout ce que nous ne savions pas avant la construction du Repertorium : le nombre exact de textes écrits dans le duché pendant la période donné ; les saints traités ; les textes datables ; la tradition manuscrite ; la qualité des éditions imprimées (plusieurs textes demeurent encore aujourd’hui totalement inédits, ou ont été édités très anciennement [notamment au XVIIe siècle pour une partie du corpus des Acta Sanctorum]) ; les textes anonymes et les textes d’auteur; la typologie précise des « modèles de sainteté » ; les typologies hagiographiques employées ; la distribution quantitative de la production hagiographique entre les différents foyers culturels (où écrit-on, combien et quoi?). L’analyse des données nous a ainsi permis de connaître la situation précise de l’hagiographie normande, les pourcentages et les rapports entre les œuvres d’auteur et les œuvres anonymes ; de connaître en détail le statut éditorial des textes; la situation exacte et les pourcentages des typologies de récits hagiographiques (Vies, Passiones, translations, miracles, etc.); la situation des « modèles hagiographiques » (moines, prêtres, évêques, abbés, rois, laïcs, femmes, autres); la distribution « géographique » (par foyer culturel) des textes; le rapport sur le plan quantitatif entre les textes « primaires » et leurs réécritures.
  4. Ces données ont évidemment aussi été analysées à un niveau historique. Nous avons donc pris soin de dévoiler les différentes raisons qui peuvent être à la base de l’écriture hagiographique, en entrant dans les questions de la politique à la fois laïque et ecclésiastique de le Normandie ducale. Le phénomène de la réécriture hagiographique s’est révélé très important en ce sens. Il a été approché sous deux différents plans d’investigation : nous avons qualifié le premier plan de « vertical » car il suit la trace « du saint » à travers les différents textes traitant de ce dernier (dossiers hagiographiques), et donc des différents auteurs et de leurs buts et motivations. Nous nous sommes ici intéressés à l’écriture sur les saints comme un témoignage du développement socio-politique de la sainteté (en d’autres termes, il s’est agi de réaliser une analyse des contenus de la [ré]écriture). Nous avons nommé le deuxième plan de « horizontal » car il suit la trace « des textes » afin de connaître les échanges entre les hagiographes (et donc entre les intellectuels et les foyers de culture), les techniques d’écriture hagiographique, les structures, les topoï, les citations, les sources (en d’autres termes, il s’est agi de mettre l’accent sur les formes de la [ré]écriture). Cette évaluation historique nous a donc sans doute permis d’apprécier les structures culturelles du duché sous un autre angle, comme mentionné dans la partie initiale de cette présentation.

 

Résultats

En conclusion, pour les sept diocèses du duché normand qui ont été pris en examen sur les trois siècles, nous avons mis ensemble un répertoire comprenant 132 unités textuelles et constituant l’objet principal du travail. Cependant, un second répertoire, appelé « Appendice » et composé de 123 fiches, contient les textes qui ont été exclus du premier corpus pour diverses raisons (datation, lieu de rédaction, caractéristiques typologiques) mais qui sert néanmoins à enrichir le cadre de cette recherche.  Cette thèse, première étude d’ensemble de la production hagiographique réalisée dans le duché de Normandie, nous a permis de suggérer des attitudes particulières de chaque foyer par rapport à la production hagiographique : des centres, comme l’abbaye de Saint-Ouen, ont construit un véritable programme hagiographique écrit visant aussi à récupérer les traditions pré-normandes, tandis que d’autres abbayes ne cherchent pas à obtenir leurs anciennes reliques ni à honorer leurs figures fondatrices (Fécamp) ; d’autres encore considèrent comme une tâche importante de s’emparer de reliques mais non de produire des écrits hagiographiques (Jumièges). Nous avons ainsi pu déterminer les principaux foyers hagiographiques normands et en établir une géographie pour la première fois : on peut donc voir le déséquilibre entre la partie orientale du duché avec les centres de la vallée de la Seine et la partie orientale du duché, bien avant la création du duché, ce que nous avons montré en reprenant les traits de la production hagiographique carolingienne de cette partie de la Neustrie. Nous avons pu également identifier des auteurs et des commanditaires, dont beaucoup étaient jusque-là inconnus, discuter des attributions pseudépigraphiques et/ou problématiques (notamment dans le cas de Fulbert) et reprendre à nouveaux frais certains dossiers : quelques-uns de ces dossiers n’avaient jamais été étudiés (Maxime et Vénérand), ou bien l’avaient été sans que le dossier dans son ensemble n’ait fait l’objet d’une présentation claire (Évroul) ou encore l’avaient été – même récemment – mais il nous semblait indispensable, dans ces cas, de proposer de nouvelles hypothèses (Romain). Nous avons vu également que sur les 68 saints qui sont réunis dans notre thèse, et qui ont donc été honorés d’un texte hagiographique, seuls certains d’entre eux ont fait l’objet de plusieurs réécritures : tout d’abord Ouen et Romain, dont les textes qui les concernent illustrent la vivacité de l’opposition entre l’abbaye et la cathédrale de la ville de Rouen ; Anselme d’Aoste, ensuite, dont la figure a suscité un véritable recueil d’anecdotes et de contes qui ont été ensuite mis par écrit ; Évroul et Taurin enfin. Il est clair que les saints qui ont un dossier plus épais sont aussi ceux dont les textes ont été utilisés le plus dans d’autres Vies. Le modèle de sainteté de l’évêque, à côté de celui du moine, est le plus utilisé et le plus réécrit. Nous avons également réalisé une étude inédite de l’hagiographie en vers, qui représente un peu moins de 10 % de la production hagiographique normande conservée. 4 textes inédits ont été transcrits pour la première fois afin de donner au lecteur la possibilité de suivre les chemins de l’intertextualité que nous avons pu repérer au cours de notre apprivoisement de la matière hagiographique de Normandie ducale.

La démarche adoptée nous a donc permis de construire un Répertoire qui, ayant pris inspiration d’autres travaux de cette nature (notamment les Sources Hagiographiques de la Gaule et le recueil Hagiographies) pourrait servir de base à la réalisation de répertoires similaires pour tenter d’ajouter une pièce à la reconstruction de l’histoire littéraire de l’hagiographie, si longtemps pratiquée dans tous les centres de la chrétienté latine.

                                                                                    Laura VANGONE                                                                                                                         (CRAHAM- UMR 6273)

 

 

Ce résumé, dans ses grandes lignes, a été publié dans le Bulletin du CERCOR, n° 44, Université de Saint-Étienne, 2020, p. 55-61 (Centre européen de recherche sur les communautés et ordres religieux), et il doit être publié également dans la Revue Mabillon, vol. 30.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.