Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier : les coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen (xiiie-xvie siècles), dir. L. Jean-Marie, Université de Caen Normandie, CRAHAM

Résumé du projet

Ce sujet de recherche s’inscrit dans le domaine de l’histoire des pratiques de l’écrit à l’époque médiévale ; domaine qui connaît une profonde réévaluation depuis trente ans. Cependant, si la plupart des types de sources relatives aux pouvoirs urbains font l’objet d’attention, ce n’est pas le cas des coutumiers, qui pourtant témoignent des règles régissant la vie d’un espace et de populations sur de longues périodes. Dépourvus de signes d’authentification, les coutumiers sont généralement copiés en plusieurs exemplaires, traduits en langue vernaculaire, amendés dans le temps ; tant leur date d’élaboration, que leurs producteurs et utilisateurs restent le plus souvent inconnus. Ces aspects caractérisent le coutumier de la vicomté de l’eau de Rouen, faisant de ce texte un objet d’étude propice à enrichir la recherche dans ce domaine.

Au travers d’un corpus de près de quinze manuscrits, cette thèse se propose donc de reconstituer l’histoire de ce texte. Les conceptions qui président à l’élaboration d’un tel document constitueront un axe majeur de cette recherche, ainsi que la manière dont le document évolue au fil du temps que ce soit dans la forme (évolution de la structure du texte, introduction d’aides à la lecture par exemple) ou sur le fond (ajouts ou retrait d’informations). Il s’agira en effet de comprendre les rapports qu’entretiennent les contemporains avec ce type d’écrits, la manière dont ils en conçoivent l’élaboration, la valeur, ainsi que l’utilisation et la conservation.

Dans ce cadre, les modalités de construction du texte lui-même feront l’objet d’une attention particulière, afin de déterminer s’il résulte de la compilation de documents préexistants et/ou de règles orales, ou encore si certaines coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen proviennent ou non de l’influence de coutumes appliquées ailleurs. En outre, les différents manuscrits qui nous sont parvenus présentant des différences notables, leur comparaison permettra d’éclairer les habitudes de copie des scripteurs, de même que l’évolution de l’organisation et de l’utilisation du texte.

Une étude approfondie des contextes d’élaboration des manuscrits permettra de plus de déterminer les motifs qui président aux mises par écrit successives ainsi que la valeur accordée à ce type de documents par les contemporains. En effet, le coutumier constitue un outil de référence, qui pourtant reste dénué de valeur juridique, puisque son authenticité n’est attestée par la marque d’aucune autorité ; interrogeant sur la valeur qu’accordent les contemporains aux écrits de cette nature. Cet aspect alimentera d’ailleurs une réflexion plus large concernant l’autorité de l’écrit, ainsi que les procédures de validation ayant cours dans les pays de droit coutumier.

 

                                                                       Laure Cèbe, CRAHAM UMR 6273


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.