Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord

Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord (VII-XIIe s.), dir. Alban Gautier, Université de Caen Normandie, CRAHAM UMR 6273.

Résumé du projet

Le VIIe siècle est marqué par une intensification des échanges et des migrations dans les mers du nord. Des côtes de l’Islande jusqu’aux rives baltes, en passant par les îles Britanniques, s’opèrent des interactions sociales variées entre peuples par le biais du commerce, de l’évangélisation, de la guerre. Le phénomène viking, entre autres, s’insère dans ce prisme.

Le sujet de cette thèse, au regard de ces nombreux contacts, invite à prendre en compte les dimensions relationnelles entre individus et leurs motivations à agir de façon plus ou moins clémente, non seulement avec ceux qu’ils considèrent comme relevant du même groupe social, ethnique et religieux qu’eux, mais aussi avec ceux qu’ils estiment ne pas en faire partie : soit à titre d’adversaires, soit en qualité de peuple conquis et soumis ou soit en tant que pratiquants de culte distinct. Les conséquences sont régulièrement la mise à mort, la réduction en esclavage, la négociation par le biais d’otages et de rançons.

C’est sur ce dernier point que repose l’intégralité de ce travail de recherche démarré en 2018, car il s’agit, en effet, de comprendre ce qu’est une rançon, ses acteurs et ses mécanismes dans les sociétés des VIIe-XIIe siècles. Quatre points motivent l’analyse de cette période. Tout d’abord, l’effacement progressif de l’héritage antique en Europe occidentale qui amène l’historien à s’interroger sur l’existence ou non d’un legs juridique et sur l’implication des pouvoirs publics dans l’encadrement des rançons. Puis, l’établissement progressif d’États institutionnalisés s’ingérant de façon durable dans le règlement des conflits et dans le paiement des rançons. Ensuite, l’essor des missions évangélisatrices dans le nord de l’Europe et la volonté de racheter la vie des prisonniers qui deviendra progressivement une institution, car l’Eglise, en cette fin du XIIe siècle, s’organise au même titre que les pouvoirs laïcs avec la création des premiers ordres rédempteurs, tels que les Trinitaires et les Mercédaires. Enfin, le souci d’apporter un éclairage sur les lacunes historiographiques, puisque, de manière générale, la majorité des travaux traitent ce thème à partir du XIe siècle.

En plus d’y analyser les faits, le corpus, qui est constitué de sources narratives, juridiques, épistolaires, et hagiographiques, ainsi que de quelques sources littéraires, se propose également de critiquer le discours des auteurs médiévaux et de juger la pertinence des informations fournies sur les acteurs de la rançon, sur leurs pratiques et sur le prix fixé pour le rachat. La valeur des biens et des personnes est, en effet, un point crucial à prendre en considération et l’analyse des œuvres de fiction permet en outre de s’interroger sur l’importance ou non de cette pratique dans les représentations médiévales.

Pour finir, l’objet de ce travail est aussi une tentative de reconstitution anthropologique des agissements et des comportements entre individus. Il s’agira de déterminer si le recours à la rançon amoindrit les actes violents et les mises à mort, d’observer si cette pratique est commune à tous les groupes sociaux et d’établir si la cupidité et la prédation animent la volonté des Hommes à recourir à cette pratique.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.