Compte-rendu de la soutenance de S. Lewis « Vikings in Aquitaine and their connections, ninth to early eleventh centuries »

Le 10 juin 2021 à l’université de Caen Normandie, Stephen Lewis a soutenu sa thèse intitulée « Vikings in Aquitaine and their connections, ninth to early eleventh centuries » devant un jury composé d’Alban Gautier, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Normandie, président du jury ; Pierre Bauduin, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Normandie (directeur de la thèse) ; Lesley Abrams, Professeur émérite d’histoire médiévale à l’université d’Oxford (rapporteure) ; Isabelle Cartron, Professeur d’histoire et d’archéologie médiévale à l’université de Bordeaux Montaigne (rapporteure) ; Martin Aurell, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Poitiers et Luc Bourgeois, Professeur d’archéologie médiévale à l’université de Caen Normandie.

Le président du jury ouvre la séance à 14h00.

Le candidat, qui s’exprime en anglais, commence par remercier son directeur de thèse, le jury et les membres de son comité de suivi. Il se présente ensuite lui-même : ancien homme d’affaires, son intérêt pour l’histoire remonte à plus de cinquante ans et à ses origines familiales.

Sa recherche s’est donnée deux objectifs. Premièrement, il s’agit d’analyser l’Aquitaine et ses connexions multiples avec le monde viking, qui représentent un « trou noir » de l’historiographie. Deuxièmement, la thèse vise à analyser les activités des hommes du Nord en Aquitaine, notamment en s’interrogeant sur le caractère durable, ou non, de leur implantation dans la région. Le candidat poursuit par une présentation de sa méthodologie. Celle-ci repose sur une « approche spatio-temporelle », fondée avant tout sur l’établissement des faits du point de vue chronologique et géographique. Sa méthodologie comprend également une confrontation des différents points de vue historiographiques sur les hommes du Nord en Aquitaine, y compris la Gascogne.

Le candidat dresse enfin le bilan de sa recherche. Il est parvenu à aboutir à la première synthèse sur la question des vikings en Aquitaine depuis le XIXe siècle. Il a également pu analyser des sources très peu traitées par l’historiographie. Sa thèse propose des études de cas portant sur des chefs vikings auparavant peu connus. Par ailleurs, il s’est attaché à produire une critique exhaustive des positions historiographiques sur la présence des vikings en Gascogne.

P. Bauduin prend ensuite la parole en tant que directeur de thèse. Il rappelle le profil « peu académique » du candidat. Avec un manuscrit de 869 pages et plus de 1500 références, la thèse du candidat, réalisée en trois ans et demi, remplit pleinement les attendus de l’exercice. P. Bauduin mentionne les publications du candidat dans Viking and Medieval Scandinavia, Saga Book of the Society for Northern Research et Northern History. Il souligne sa capacité à échanger directement avec un grand nombre d’historiens. Concernant le sujet, P. Bauduin rappelle qu’il n’existait pas de synthèse sérieuse sur la question. La thèse se divise en seize chapitres qui suivent un plan chronologique. L’établissement rigoureux des faits et leur datation entraînent parfois de longues digressions. La thèse fait utilement la généalogie historiographique du sujet.

P. Bauduin évoque ensuite les passages consacrés à des chefs vikings, comme Hasting, Oskar ou encore Ragenoldus, véritablement sorti de l’ombre par la thèse du candidat. Ces diverses études de cas permettent de montrer la mobilité et les connexions des bandes vikings dans diverses régions interconnectées de l’Occident médiéval. La lecture que fait le candidat de certains passages de Dudon de Saint-Quentin est toutefois moins convaincante. En guise de bilan, il ressort de ce travail qu’on ne peut pas retenir le scénario d’une implantation durable des vikings en Aquitaine. Toutefois, il est possible de définir des périodes d’activité plus ou moins intenses selon les espaces. D’autre part, les connexions établies entre les vikings d’Aquitaine et d’autres régions comme la Bretagne et la Gaule du Nord débouchent sur une histoire « qui traverse les mers ».

Dans sa réponse, le candidat remercie P. Bauduin et souligne, concernant Dudon, qu’il est plus intéressé par le contenu que par le projet d’écriture de cette source. Il estime qu’une étude de la légende d’Hasting mériterait une thèse dédiée.

L. Abrams présente ensuite son rapport de thèse. Le travail établit des connexions entre les communautés vikings qui permettent de nuancer l’idée de bandes armées indépendantes. La thèse prend en compte les projets politiques des vikings et leurs stratégies d’implantation. La rapporteure souligne un problème concernant la terminologie Northmen pour désigner les vikings, qui a le défaut d’exclure les femmes. La thèse amène à s’interroger sur la persistance dans la région d’une Scandinavian way of life et sur le maintien de liens entre l’Aquitaine et les pays scandinaves. Les sépultures scandinaves auraient pu être comparées aux pratiques funéraires locales par exemple. Le candidat aurait également dû proposer en introduction une présentation critique de son corpus primaire. L. Abrams termine en félicitant le candidat pour sa thèse « encyclopédique ». Le travail de S. Lewis permet de déconstruire utilement certains mythes concernant la présence viking en Gascogne notamment.

S. Lewis répond en justifiant l’emploi du terme Northmen comme correspondant au terme latin Nortmanni. Il rappelle qu’il n’est pas spécialiste des sources archéologiques et évoque un article en cours de préparation sur la place des bandes armées vikings dans la « guerre civile » de 854 au Danemark, où il compte approfondir l’étude des relations entre les vikings et leurs pays d’origine.

I. Cartron prend ensuite la parole. Elle commence par souligner toutes les qualités de la thèse du candidat et l’intérêt de l’analyse des sources qui a été faite. La restitution des divers scénarios plausibles constitue une approche similaire au travail de l’archéologue : le candidat a su la manier sans tomber dans l’écueil de la certitude, ce qui est appréciable. Par ailleurs, elle regrette que l’utilisation de la cartographie n’ait pas été plus importante. Pour la partie méridionale, région mal traitée par l’historiographie, la thèse de S. Lewis propose un travail très utile. Concernant la forme, I. Cartron attire l’attention du candidat sur les citations souvent trop longues de l’historiographie. Si la critique des thèses de Renée Mussot-Goulard est justifiée, elle doit être, sur la forme, moins caustique.

En revanche, les chapitres 8 et 15 proposent un regard très pertinent sur les sources méridionales. Une étude du peuplement de la Gascogne pourra être mise en relation avec le programme de recherche de F. Boutoulle à Bordeaux. Les évolutions de la mémoire des vikings dans la région restent aussi à explorer, suggérant des pistes à partir de sources espagnoles et archéologiques. Concernant le commerce du sel, I. Cartron suggère de nuancer l’hypothèse selon laquelle ce commerce aurait conditionné l’installation des moines dans la région. I. Cartron termine en félicitant le candidat pour son travail, en particulier pour l’intérêt de sa chronologie.

S. Lewis remercie I. Cartron et répond en évoquant son article de 2016 sur le commerce du sel. Il approuve le fait que les moines se soient installés à Noirmoutier avant tout pour des raisons religieuses. Pour la cartographie, il a cherché à se montrer prudent vis-à-vis de l’usage de cartes à flèches, peu représentatives des mouvements réels des vikings dans la région.

Après une brève pause, M. Aurell prend la parole, en commençant par féliciter le candidat pour sa thèse « excellente et exceptionnelle », proposant une étude d’histoire globale qui met en évidence la mobilité de la diaspora viking et son itinérance plutôt qu’une volonté d’installation durable. Il souligne l’approche presque positiviste du candidat qui construit un outil de travail érudit « d’une grande utilité ». Il l’invite à uniformiser les éditions critiques et signale aussi quelques pistes de réflexion concernant les épées découvertes dans la Charente et le microclimat de Noirmoutier, ainsi que les relations entre Espagne et Suède.

Après avoir remercié M. Aurell, le candidat rappelle sa focalisation sur les sources littéraires et non archéologiques. Il expose son souhait d’étudier les relations d’Alphonse III avec la Suède dans le futur.

L. Bourgeois propose ensuite son évaluation. Le plan chronologique, dans la tradition de l’histoire événementielle, est combiné à une dimension d’histoire connectée plus novatrice. La critique des sources primaires, la délimitation géographique de l’Aquitaine et l’exploitation des cartes peuvent être approfondies. L. Bourgeois reconnaît un effort pour réhabiliter les sources comme la Chronique de Nantes. Il mentionne d’autres salines qui pouvaient être étudiées et discute la chronologie, la typologie et la terminologie des fortifications. Il suggère une localisation du Portus Aquitanicum en Saintonge et non en Poitou et rappelle la nécessité de nuancer la présence viking à Taillebourg.

S. Lewis remercie L. Bourgeois pour ses remarques concernant le Portus Aquitanicum et regrette que des sources comme la Chronique de Nantes n’aient pas encore fait l’objet d’un renouveau critique.

Enfin, le président du jury présente son avis. Il félicite un travail qui comble un vide historiographique. Toutefois, certains préjugés doivent être considérés avec prudence, par exemple concernant les Vestfaldingi. La thèse propose de très bonnes remarques sur la terminologie et les ethnonymes, ainsi qu’une analyse passionnante de la poésie scaldique. L’identification des noms de lieux évoqués par cette poésie doit rester prudente et les chiffres des navires vikings avancés par les sources doivent être remis en question. A. Gautier juge aussi la cartographie trop sommaire. Il encourage chaudement le candidat à publier son travail.

S. Lewis répond brièvement en remerciant A. Gautier pour ses remarques. Il reconnaît la nécessité de rester prudent vis-à-vis des chiffres concernant les flottes vikings mentionnées dans les sources.

L’assistance est invitée à se retirer à 18h00.

Proclamation du résultat de la soutenance de Stephen Lewis, © V. Barabino

Après avoir délibéré, le jury décerne à Stephen Lewis le doctorat de l’université de Caen Normandie et lui présente ses félicitations. L’assistance applaudit à l’annonce de ce résultat.

Victor Barabino et Hugo Fresnel,
Université de Caen, CRAHAM UMR 3273


Une réflexion sur « Compte-rendu de la soutenance de S. Lewis « Vikings in Aquitaine and their connections, ninth to early eleventh centuries » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.