Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 3/3 : Les étapes d’écriture

ill.: Paris, BnF, lat. 12884

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie                                                                                            CRAHAM (UMR 6273)

L’examen de la tradition de la « chronique du Bec » puis de son témoin médiéval, le ms. Reg. Lat. 499 du Vatican, a notamment conduit à formuler l’hypothèse que le texte que nous appelons ainsi est en fait le résultat d’une compilation de plusieurs écrits antérieurs. Une étude du texte lui-même permet d’aller plus loin et de formuler quelques hypothèses sur les étapes d’écriture. Ce travail est en cours et sera mené de façon plus approfondie dans le cadre de la réédition et traduction de la chronique que je suis en train de préparer. Aussi cet article n’examinera-t-il pas l’ensemble de celle-ci : l’objectif est de montrer, en se fondant surtout sur les éléments concernant les XIIe-XIIIe siècles, qu’une telle étude permet de proposer des hypothèses assez solides sur les phases d’écriture et, plus généralement, sur l’intérêt (ou le désintérêt) des moines du Bec pour l’écriture de l’histoire au fil des derniers siècles du Moyen Âge.

De façon assez évidente, les vingt entrées qui correspondent aux années 1149-1199 constituent une première phase d’écriture. Assez courtes, prenant souvent les allures d’annales, ces entrées courent sur les folios 166-168 du ms. Reg. Lat. 499. Leur auteur s’inspire essentiellement de la chronique de Robert de Torigni, de plusieurs façons :

  • En reprenant des passages de celle-ci, comme pour la mort de Bernard, abbé du Mont Saint-Michel, en 1149 (The chronography…, I, p. 154 ; Chronique du Bec…, p. 13) ou le pèlerinage de Louis VII sur la tombe de Thomas Becket en 1179 (The chronography…, I, p. 346-348 ; Chronique du Bec…, p. 23).
  • En reprenant le texte, mais en ajoutant une information complémentaire, comme au sujet de la mort de Thibaud, archevêque de Cantorbéry en 1161, dont le texte de la chronique du Bec ajoute qu’il a été abbé de cette abbaye (The chronography…, I, p. 230 ; Chronique du Bec…, p. 18).
  • En réduisant et rassemblant des éléments donnés à plusieurs endroits par Robert de Torigni, comme dans les passages concernant le retour de Thomas Becket en Angleterre, sa mort et sa canonisation (The chronography…, I, p. 286-290 ; Chronique du Bec…, p. 20).

Puis, à partir de 1161, il ajoute des éléments qui ne figurent pas dans le texte de Robert de Torigni, comme le début de la construction de la nouvelle église du Bec (1161), la mort des abbés Osberne (1187) et Roger II (1194) ou la confirmation par Philippe Auguste des privilèges du prieuré de Saint-Nicaise de Meulan (1195). Au total, au-delà de ce qui concerne l’abbaye elle-même, l’auteur montre un intérêt pour plusieurs événements concernant l’histoire anglo-normande (morts de Mathilde l’Emperesse et de Gilbert de Clare, affaire Becket…), avec une volonté de réinfuser dans ces événements des éléments les liant au Bec, comme le fait que Mathilde y fut enterrée, ce que Robert de Torigni ne précise pas.

Ensuite, la chronique passe directement de 1199 à 1208 : cette rupture, en plein conflit entre Plantagenêts et Capétiens, alors que l’auteur faisait preuve d’un réel intérêt pour l’histoire anglo-normande, montre très certainement la fin de la première phase d’écriture, d’autant plus qu’une unité peut ensuite être mise en avant pour les entrées allant de 1208 à 1281. L’absence de toute mention du rattachement de la Normandie au domaine capétien en 1204, et plus globalement des événements du tournant duXIIe et du XIIIe siècle peut intriguer : elle doit néanmoins être replacée dans le contexte plus large de l’écriture de ces événements dans les chroniques normandes du xiiie siècle, afin de déterminer s’il s’agit là véritablement d’une anomalie (Paquet, en préparation).

Les quinze entrées des années 1208 à 1281 occupent les folios 168-172 du manuscrit du Vatican. Comme pour la période précédente, elles débutent par une date et la succession des abbatiats rythme le récit. Cependant, les entrées sont dans l’ensemble plus longues et, surtout, l’intérêt de leur auteur est différent. Les éléments concernant l’histoire de l’Angleterre disparaissent (malgré l’indication de la translation des reliques de saint Thomas Becket en 1220), tandis que le roi de France est davantage présent — le règne de Louis IX est même utilisé comme un élément de datation pour l’année 1250 (« Anno domini M°CC°L° […] regnante Ludovico illustrissimo rege Francorum, tunc in terra Hierosolymitana peregrinante, Blancha matre ejusdem Ludovici regnum Francorum strenue gubernante », Chronique du Bec…, p. 31). Cet auteur accorde aussi une attention beaucoup plus grande à l’histoire interne du Bec ; les travaux et reconstructions que connait l’abbaye occupent notamment une large place, notamment sous les abbés Richard de Saint-Léger (1211-1223) et Pierre de la Cambe (1272-1281).

Contrairement à l’étape précédente, on peut proposer un nom pour l’auteur de l’essentiel de cette phase du XIIIe siècle, celui de Guillaume de Bougeville, prieur du Bec, mort en 1275. Trois éléments vont dans ce sens. Le premier est que l’on sait que celui-ci a écrit une chronique du Bec, certes perdue, mais utilisée par du Cange, qui indique dans l’index auteurs de son Glossarium mediae et infimae latinitatis : « Guillelmus de Bougevilla, Neustrius, Beccensis Monach. Chronicon perduxit ab an. 1000 ad 1280 ». Une nouvelle interruption de l’écriture en 1275, année de la mort de Guillaume Bougeville renforce l’hypothèse. Enfin, il est le seul prieur ou presque dont l’accession au priorat et la mort sont indiquées dans la chronique (son prédécesseur, Jean du Plessis, est également mentionné, mais cela sert surtout à introduire les éléments concernant Guillaume). Si l’on accepte cette hypothèse, il faut certainement faire, déjà, de Guillaume de Bougeville à la fois un auteur et un compilateur : il est très probable que le manuscrit évoqué par Du Cange associait les annales du Bec pour les XIe-XIIe siècles et les continuations du prieur au XIIIe siècle, fondées certainement sur son observation – il a très certainement vécu l’incendie de 1273 et les débuts de la reconstruction –, sur une consultation de la documentation du Bec et sur les témoignages de ses frères.

Les années 1281-1327, qui correspondent notamment à l’abbatiat d’Ymer de Saint-Hymer (1281-1304), important à plus d’un point dans l’histoire du Bec, méritent une attention particulière. La lecture des deux éditions de la chronique, celle d’Adolphe-André Porée et celle de Luc d’Achery, dévoile en effet une anomalie. Dans la première, on passe directement de 1281 à 1304 (mort d’Ymer et élection de Gilbert de Saint-Étienne) puis de 1304 à 1327 (mort de Gilbert), avec un court arrêt en 1323 pour mentionner une donation de Gilbert à l’abbaye pour la célébration de son anniversaire. Dans la seconde, on trouve en revanche des entrées en 1282 et 1285, dont une sur un chapitre général de l’ordre du Bec, ainsi que des éléments sur le gouvernement d’Ymer. Ces entrées dans l’édition de D’Achery ne résistent cependant pas à une lecture attentive : gêné par ce blanc dans l’histoire de l’abbaye, l’éditeur l’a, à l’évidence, complété avec ce qu’il avait sous la main. Une comparaison entre le texte d’une charte d’Ymer de 1304 et les entrées ajoutées dans la chronique le montre ; je ne retiens ici qu’un seul exemple (d’autres figurent dans Paquet, à paraître), où je souligne les passages communs :

  • Texte édité par d’Achery : « excommunicavit omnes conspiratores et compilatores malorum, et omnes inobedientes et qui imponunt sociis suis falsa crimina et omnes qui procurant per saeculares personas de loco ad locum contra obedientiam, et omnes qui procurant per saeculares personas habere prioratum vel officium quodcumque, et qui procurant per se vel per alios ut non possint aut non debeant a prioratu vel officio removeri».
  • Charte d’Ymer : «excommunicamus in his scriptis omnes priores et monachos nostri ordinis praesentes et futuros conspiratores et compilatores malorum contra quouscumque abbatem aut priores vel monachos ordinis Beccensis. Item, omnes inodebientes. Item, omnes qui sociis suis falsa crimina imponunt. Item, omnes qui procurant vel faciunt procurari per seculares personas ut habeant prioratum vel officium quodcumque. Item, omnes qui procurant vel faciunt procurari per se vel per alios quocumque modo ut non possint et non debeant a prioratu vel officio sibi commisso removeri » (BnF, ms. lat. 12884, fol. 434v).

Bien sûr, on pourrait également émettre l’hypothèse que ces ajouts avaient déjà été effectués dans le manuscrit édité par d’Achery ; la mention en introduction de son édition du fait qu’il a parfois été tenté de compenser les manques de la chronique fait malgré tout pencher la balance vers un acte d’éditeur. Dans tous les cas, cela conduit à nouveau à conseiller aux chercheurs d’éviter de s’appuyer sur la version de D’Achery (reprise dans la Patrologie latine) de la chronique du Bec.

Au total, il semble donc que Guillaume de Bougeville n’a pas eu de successeur et que les entrées concernant les morts et élections des abbés ont été ajoutées ensuite – à une date impossible à déterminer cette fois – pour faire le lien avec la phase d’écriture suivante du texte, qui commence en 1327. Avec cette date, commence une phase que l’on peut, dans un premier temps, faire aller jusqu’en 1446. Le récit est beaucoup plus fourni et accorde une place importante à la guerre de Cent Ans, dont il semble que l’auteur a vécu au moins une partie des événements (notamment au début du XVe siècle, lors de la mise en place de l’occupation anglaise). Une étude minutieuse de cette partie reste à mener pour tenter d’identifier des ruptures. La dernière phase correspond à la période 1446-1476 : le style d’écriture est très différent et largement focalisé sur la personnalité de l’abbé Jean III de la Motte. La chronique s’achève avec la mort de Geoffroi III Benoît, en 1476.

Outre une lecture plus fine à mener des parties de la chronique concernant les années 1327-1476, une autre perspective de recherche se dégage des éléments ici présentés : les années pour lesquelles il n’y a rien ou presque dans la chronique (1281-1327) correspondent à celles où sont écrits deux autres textes, aujourd’hui conservés dans un manuscrit de la British Library (Cotton Domitian A XI), où sont associés notamment des passages narratifs et des copies de chartes destinées à servir de formulaire. Une étude de ce manuscrit sera indispensable pour comprendre les usages de l’histoire au Bec autour de 1300 et plus globalement les liens entre plusieurs types de pratiques documentaires dans ce monastère.

 

Bibliographie

A companion to the abbey of Bec in the central Middle Ages (11th-13th centuries), Gathagan Laura and Pohl Benjamin (dir.), Leiden, Brill, 2018.

Beati Lanfranci opera omnia quae reperiri poterunt, D’Achery Luc (éd.), Paris, Billaine, 1648.

Chronique du Bec et chronique de François Carré, Porée Adolphe-André (éd.), Rouen, Métérie, 1883.

Paquet Fabien, Des crosses et des couronnes. Pouvoirs abbatiaux et pouvoirs royaux dans le diocèse de Rouen (fin du XIIIe-milieu du XVe siècle), thèse de doctorat, université de Caen Normandie, 2018, 2 vol.

Paquet Fabien, « New research areas about the “chronique du Bec” », in History and archaeology of the abbey of Bec in the Middle Ages. Interdisciplinary research, Combalbert Grégory et Gazeau Véronique (dir.), Leiden, Brill, à paraître.

Paquet Fabien, « 1204 dans les annales et chroniques monastiques normandes : un non-événement ? », en préparation.

The chronography of Robert of Torigni, Bisson Thomas (éd. et trad. ang.), Oxford, Clarendon Press, 2020, 2 vol.

Citer ce billet / Cite this article: Fabien Paquet, "Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 3/3 : Les étapes d’écriture", in Mondes nordiques et normands médiévaux [carnet de recherches], 10 février 2022. [en ligne] https://mnm.hypotheses.org/4513.

Fabien Paquet

Je suis doctorant en histoire du Moyen Âge à l'Université de Caen Normandie (CRAHAM, UMR 6273). Ma thèse porte sur les abbés bénédictins normands des XIIIe-XVIe siècles sous un angle politique, et en particulier dans leurs liens avec les pouvoirs royaux français et anglais. Le but est aussi d'étudier, sur le long terme, les conséquences et effets de l'annexion de la Normandie au domaine royal capétien en 1204, ainsi que du retour dans le giron anglais entre 1415 et 1450.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search