Rety-Letouzey Catherine, Écrits et gestion du temporel dans une grande abbaye de femmes anglo-normande : la Sainte-Trinité de Caen (XIe-XIIIe siècle)

Rety-Letouzey Catherine, Écrits et gestion du temporel dans une grande abbaye de femmes anglo-normande : la Sainte-Trinité de Caen (XIe-XIIIe siècle), Thèse de doctorat soutenue  en 2011 (dir. Laurent Feller, Université de Paris I ; David Bates, University of East Anglia)

Résumé/abstract :

Cette thèse étudie les pratiques de gestion adoptées par les religieuses de La Trinité de Caen pour administrer leur vaste temporel anglo-normand durant les deux premiers siècles de l’histoire du monastère. Fondée vers 1059 par Guillaume le Conquérant et Mathilde de Flandres, l’Abbaye-aux-Dames a élaboré un cartulaire-censier (fin du XIIe siècle) et une série d’enquêtes (XIIe-XIIIe siècles) sans équivalent parmi les archives normandes, mais , qui s’insèrent Outre-Manche dans un corpus documentaire plus développé, bien connu et étudié. L’interrogation soulevée par la réalisation de ces documents dans cette abbaye normande constitue le point de départ de l’étude, qui explore la question des rapports entretenus entre compétences scripturaires et administratives, et qui tente de restituer les stratégies de gestion mises en place par les religieuses, et plus particulièrement leurs abbesses, durant les XIe-XIIIe siècles. Replacer cette documentation dans son contexte de production, celui d’une grande abbaye de femmes, dirigée par des abbesses puissantes et pleinement insérées dans l’univers des pratiques culturelles et administratives anglo-normandes, permet de mieux appréhender les enjeux de la réalisation des enquêtes et du cartulaire de l’Abbaye-aux-Dames. Comme tout grand seigneur ecclésiastique de cette époque, les abbesses de Caen témoignent d’une attention pointilleuse pour le respect de leurs prérogatives, mais aussi d’une conscience aiguë des réalités économiques, et d’une grande détermination dans leur démarche de préservation du temporel établi et organisé par la reine Mathilde, qui a souhaité être enterrée dans le chœur de l’église abbatiale.

Compte rendu par Isabelle Theiller sur le forum de Tabularia (08/12/2011)

Soutenance de la thèse de Catherine Letouzey-Réty, Écrit et gestion du temporel dans une grande abbaye de femmes anglo-normande : la Sainte-Trinité de Caen (XIe-XIIIe siècle)

Samedi 19 novembre 2011, Université Paris I–Panthéon-Sorbonne

devant un jury composé de :

– Véronique Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie (présidente)

– Laurent Feller, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (directeur de la thèse)

– Elisabeth van Houts, Emmanuel College, Cambridge

– Dame Janet Nelson, King’s College, Londres

– Mathieu Arnoux, Université Paris VII-Denis Diderot

– Christopher Dyer, Université de Leicester

Véronique Gazeau, présidente du jury, ouvre la soutenance en présentant les membres du jury. Elle précise à l’attention de la candidate et de l’auditoire que la thèse a été menée en cotutelle avec l’université de Londres et que la soutenance se déroulera en langues française et anglaise. Les règles universitaires de la cotutelle interdisent toutefois à David Bates, codirecteur de la thèse, de prendre part au jury. Ce dernier aura cependant le droit de s’exprimer durant la soutenance. Faisant usage de ce droit, David Bates intervient alors, afin d’informer les membres du jury que les règles en usage à Londres ne lui permettent pas d’intervenir avant la fin de la soutenance.

Véronique Gazeau donne alors la parole à Catherine Letouzey afin qu’elle présente son travail au jury. Après les remerciements d’usage à l’attention de ses directeurs de thèse et du jury, Catherine Letouzey-Réty expose la genèse de sa thèse qu’elle inscrit dans la continuité de sa maîtrise sur l’organisation seigneuriale dans les possessions anglaises et normandes de l’abbaye de La Trinité de Caen au XIIe siècle (dir. Monique Bourin, juin 2003). C’est en analysant des séries d’enquêtes réalisées par l’abbaye qu’elle a pris conscience de la nécessité d’explorer, par le biais de l’étude comparée de son temporel situé en Angleterre et en Normandie entre le XIe et le XIVe siècle, la question de la vie économique et sociale de cette grande abbaye de femmes anglo-normande.

Ce préambule posé, elle poursuit sa présentation en évoquant son parcours archivistique et les difficultés rencontrées pour reconstituer un corpus documentaire dispersé de part et d’autre de la Manche. Bien que complexe, cette étape s’est, selon elle, avérée indispensable pour mettre en évidence les stratégies administratives de l’abbaye du XIe au XIVe siècle et notamment pour comprendre en quoi le cartulaire de la fin du XIIe siècle et les enquêtes diligentées par La Trinité de Caen contribuaient à la gestion concrète de ses possessions. Ce travail de collecte lui a notamment permis de constater qu’à la différence d’autres abbayes normandes, le fonds de La Trinité recelait un grand nombre de documents « anglais » : particularité qui atteste, selon elle, la gestion centralisatrice voulue jusqu’au milieu du XIIIe siècle par les abbesses placées à la tête de l’abbaye.

Toute la difficulté de la thèse consistait ensuite à dépasser ce constat et à expliquer pourquoi La Trinité de Caen avait fait le choix de la centralisation, là où d’autres établissements normands positionnés de part et d’autre de la Manche avaient fait celui d’une gestion par prieurés. C’est grâce à une étude paléographique et codicologique minutieuse, que la candidate a mis en évidence les préoccupations et stratégies administratives des abbesses chargées de la gestion du temporel, ainsi que le rôle déterminant qui fut le leur dans ce domaine. Ce dernier point lui a alors permis de contrer la vision pessimiste de l’historiographie, qui minimisait les compétences des femmes en matière de gestion et minimisait leurs capacités d’accès à l’univers de la literacy. Forte de ce constat, elle a alors étendu son sujet d’analyse à tous les témoignages de la culture de l’écrit des moniales et des abbesses de l’abbaye. Ainsi, bien que partant d’une approche d’histoire économique et sociale que Catherine Letouzey-Réty qualifie de « pure », sa thèse a naturellement pris une dimension d’histoire culturelle. Selon la candidate, cette double approche, complémentaire, lui a permis de recentrer sa problématique initiale et de proposer à son jury une thèse traitant de la question des rapports entre écrit et gestion du temporel entre le XIe et le XIIIe siècle. Elle y présente des abbesses rationnelles, éduquées et capables de mobiliser une culture savante pour organiser de manière cohérente l’espace économique de leur temporel dont elles rendent compte par écrit. Mais, elle rappelle également qu’il convient dans cette analyse de ne pas perdre de vue qu’il s’agit d’un monastère spécifique, de fondation royale et d’un certain niveau social. Dans ce contexte, il apparait alors que l’attention portée par les abbesses à la bonne gestion de leur temporel relève également du respect et de l’attachement à l’œuvre de la reine Mathilde, leur fondatrice. En cela, la candidate estime que l’étude de ce monastère doit aussi s’insérer dans le modèle interprétatif des grands monastères royaux.

Catherine Letouzey-Réty nuance et complète ensuite certaines idées développées dans sa thèse, jugeant par exemple qu’une étude plus fine du personnel de gestion de l’abbaye et du rôle de chacun à l’échelle locale, ainsi qu’une comparaison avec les autres monastères féminins du duché de Normandie apporteraient sans doute beaucoup à son étude. Sans transition, elle prend alors la parole en anglais afin de proposer une analyse plus fine de son corpus documentaire. L’étude du cartulaire de l’abbaye dressé au XIIe siècle à la demande de l’abbesse Jeanne est alors au cœur de son propos. Catherine Letouzey-Réty constate tout d’abord les similitudes que présente le cartulaire avec ceux de Bury Saint Edmunds, Ely, Glastonbury et Evesham et précise le rôle joué par l’abbesse dans sa réalisation. Elle souligne ensuite le fait qu’il doit à la fois être regardé comme un outil administratif et comme un outil de mémoire. Elle insiste sur ce dernier point, en évoquant le lien qu’il tisse entre le présent et le passé puisqu’il rappelle la fondation royale de l’abbaye et qu’il sert, compte tenu du haut niveau social des abbesses, de mémoire pour la branche féminine de la famille royale. Catherine Letouzey-Réty poursuit son argumentaire en signalant que cette dimension mémorielle explique aussi sans doute la modernité de cet outil administratif qui se présente à la fois comme un héritage de pratiques issues d’abbayes carolingiennes, ottoniennes et anglo-saxonnes et comme le témoin d’une production écrite anglo-normande « à la mode » à cette époque. Elle en tient pour preuve que le moindre changement intervenant dans les modalités de gestion administrative (et notamment le retour du faire-valoir direct en Angleterre à partir de la fin du XIIe siècle) est immédiatement répercuté par l’abbaye, ce qui s’explique certes par le haut niveau d’éducation des abbesses, mais aussi par la volonté de perpétuer le mieux possible l’héritage de la reine Mathilde, qui a richement doté l’abbaye afin d’assurer sa pérennité. La candidate conclut sa présentation en soulignant que leur volonté de maintenir une bonne gestion ne doit pas seulement être comprise comme une nécessité économique, mais aussi comme un outil de préservation de leur identité.

Après que Catherine Letouzey-Réty a remercié le jury pour son attention, la présidente donne la parole à Laurent Feller, codirecteur de la thèse qui exprime tout d’abord le plaisir qu’il a de voir cette thèse achevée. Respectant la tradition, il présente la candidate et le cheminement qui l’a amené à diriger cette thèse en cotutelle avec l’Angleterre et à proposer à Catherine Letouzey-Réty un sujet portant sur la gestion d’un patrimoine situé sur deux rives de la Manche. Le travail remarquable mené par la candidate, tant dans sa forme que dans son contenu, atteste selon lui la réussite de cette collaboration avec David Bates, codirecteur de la thèse. Il s’agit d’une entreprise complexe qui a obligé la candidate à un important travail bibliographique portant sur les champs de l’histoire de la Normandie, de l’Angleterre et de l’histoire culturelle française et anglaise, ainsi qu’à des recherches difficiles dans des fonds anglais et français, non classés, ayant subi les affronts du temps et de chercheurs indélicats. Ce travail de dépouillement offre au lecteur de belles analyses quantifiées et illustrées de tableaux et de graphes. Selon Laurent Feller, vient s’ajouter à cela un véritable problème historiographique et intellectuel : celui de la question du genre qui se pose au Moyen Âge dès que l’on veut comprendre comment des femmes gèrent leur institution, leur patrimoine et restent autonomes dans une société dominée par des hommes. Laurent Feller souligne l’importance de cette question qui nécessite de saisir les rapports qu’entretiennent ces religieuses avec la monarchie et l’aristocratie. Ces liens participent, selon lui, au gouvernement des hommes et à la protection de l’abbaye et de son patrimoine. Il rappelle également la nécessité de considérer le fait que l’abbaye de La Trinité de Caen a été fondée durant la réforme grégorienne, qu’elle est soumise à la règle de saint Benoit et qu’elle ne peut être envisagée comme une abbaye privée royale bénéficiant à ce titre de passe-droits. Or dans ce contexte, il faut selon lui s’interroger sur la façon dont les religieuses gèrent leur temporel et sur la manière dont elles communiquent avec l’autre rive. Prenant pour exemple l’abbaye masculine de Saint-Étienne de Caen, abbaye « sœur » de La Trinité de Caen, il souligne alors les différences notoires de pratiques gestionnaires mises en œuvre par les abbesses et les abbés afin de conserver leurs possessions spoliées par les donateurs. Il constate notamment que les hommes se lancent dans une politique d’achat qui impose de négocier avec l’aristocratie tandis que les femmes font appel à des procédures inquisitoriales relevant de la justice. Il estime ainsi que les femmes préfèrent le conflit alors que les hommes transigent, ce qui atteste une vraie maîtrise des rouages de la justice royale. Sur ce dernier point le directeur de thèse déplore toutefois que la candidate n’ait pas poussé l’analyse plus loin, et poursuit en évoquant les compétences et savoir-faire, semblables à ceux des hommes, dont Catherine Letouzey-Réty a su chercher la trace dans les moindres documents laissés par les abbesses (sépultures, monuments architecturaux commandités par elles, écrits de la pratique, écrits littéraires).

Laurent Feller s’intéresse ensuite aux chapitres consacrés à la gestion du domaine abbatial que la candidate a choisi de traiter en suivant la chronologie des abbatiats. Elle y dresse de beaux portraits d’abbesses, faisant état de leurs capacités de gestionnaire, de leur savoir-faire, de leur politique économique. Il regrette cependant que le choix de présentation rendre difficile l’inscription des abbatiats dans la conjoncture économique générale voire dans celle propre au monastère, mais reconnait que l’analyse économique, fine, éclaire judicieusement les intentions organisatrices et centralisatrices des abbesses. Sur ce point, il souligne notamment les mécanismes de centralisation et de transfert de revenus anglais vers la Normandie à la fin du XIe siècle, ainsi que la prise en compte des variations et du change monétaires mis en évidence par Catherine Letouzey-Réty. Laurent Feller, tout en déplorant que l’analyse laisse délibérément de côté tout ce qui relève de la consommation et de la production, apprécie que toutes les dimensions de la gestion domaniale offertes par la documentation aient été explorées par la candidate puisqu’elle évoque également les questions des rentes, des investissements ou encore du crédit. Avant de laisser la parole à Catherine Letouzey-Réty, Laurent Feller tient à rappeler qu’elle est l’auteur d’une étude originale de l’action gestionnaire d’un établissement religieux qui exerce son autorité tout en étant lui-même en situation de dominé parce qu’accueillant des femmes. Il conclut en saluant cette étude d’une grande sureté, neuve dans ses approches et dans ses méthodes.

Catherine Letouzey-Réty axe l’essentiel de ses réponses sur ses choix méthodologiques. En matière de traitement archivistique, elle estime devoir ses décisions à Nicholas Vincent et à son étude à paraître sur le parcours et l’histoire des documents d’archives normands depuis le XVIIIe siècle. Elle tient également à préciser que l’analyse qu’elle a menée sur les sépultures des abbesses résulte d’échanges avec Katharina Holderegger Rossier qui travaille en histoire de l’art sur les sépultures des abbesses de Caen du Moyen Âge à l’époque moderne. Elle défend enfin la présentation chronologique des portraits d’abbesses par une volonté de centrer son argumentaire sur les acteurs plutôt que sur une périodisation économique plus classique. Elle revendique ce choix délibéré.

Elisabeth van Houts prend ensuite la parole en langue anglaise. Elle souligne comme les membres du jury qui l’ont précédée le caractère original de cette thèse qui étudie pour la première fois la gestion d’un temporel abbatial de part et d’autre de la Manche. L’autre apport essentiel de la thèse est, selon elle, sans conteste, l’étude de l’impact de la literacy sur les pratiques gestionnaires de l’abbaye. Elle souligne également le fait que la thèse va à l’encontre des idées défendues notamment par Lucien Musset, selon lequel les choix opérés par les sœurs étaient calqués sur ceux de l’abbaye Saint-Étienne de Caen. Les choix différenciés qu’elles opèrent, attestent leur indépendance d’action et de pensée.

Afin de mettre en évidence les caractères essentiels de la thèse, Elisabeth van Houts présente alors le travail de Catherine Letouzey-Réty en suivant le plan choisi par la candidate. La première partie présente les archives laissées par les religieuses et notamment les deux cartulaires originaux qui ont survécu aux désordres archivistiques du XIXe siècle. Elles permettent selon Elisabeth van Houts de saisir l’ensemble des éléments patrimoniaux gérés par les abbesses de part et d’autre de la Manche et ce, dès la fondation de l’abbaye. Cette première partie ouvre alors logiquement la seconde qui explore la manière dont les religieuses recourent à l’écrit. Le travail de Catherine Letouzey-Réty explore le rôle et l’usage de l’écrit dans l’abbaye et démontre que les religieuses et abbesses disposent d’une importante culture littéraire et du chiffre. L’argumentaire proposé par la candidate prend en considération les symboles matériels du pouvoir des abbesses comme les œuvres littéraires et écrits produits par l’abbaye et démontre la place importante que tient l’écrit dans leurs pratiques gestionnaires. La troisième partie présente quant à elle les religieuses en action et propose une étude chronologique des abbatiats. Elle présente ainsi les phases successives de la construction de l’abbaye et fait la preuve des liens étroits qui unissent les abbesses à la famille royale/ducale et à l’aristocratie normande et anglaise. Cette partie de la thèse, très intéressante, montre des femmes qui savent se faire entendre, sans l’aide des hommes, au plus haut niveau de la hiérarchie anglo-normande et défendre leurs intérêts. Le travail méticuleux de Catherine Letouzey-Réty présente ici, selon Elisabeth van Houts, une image lucide et très bien construite de la gestion de l’abbaye de part et d’autre de la Manche. La dernière partie offre une analyse diplomatique précise et une dissection méticuleuse du contenu du cartulaire (BnF lat. 5650) de la fin du XIIe siècle. Elisabeth van Houts estime que cette étude, contenant ce qu’il faut de graphiques, d’images et de cartes, démontre de manière convaincante l’inutilité du recours aux moines de Saint-Étienne dans la gestion de l’abbaye. Pour Elisabeth van Houts, il s’agit au total d’une thèse bien construite proposant une analyse extrêmement détaillée, d’une très grande valeur pour l’histoire des abbayes anglo-normandes.

Cette présentation achevée, Elisabeth van Houts propose à la candidate d’engager un dialogue sur quatre points de la thèse. Le premier concerne la provenance de l’argent nécessaire à la fondation de l’abbaye de La Trinité par Mathilde qu’elle estime pouvoir être issue de la dot flamande de la reine. Le second traite des contacts que Cécile, fille de Guillaume et Mathilde, aurait entretenus avec la Flandre et dont Catherine Letouzey-Réty émet l’hypothèse suite à l’envoi du rouleau mortuaire de l’abbesse Mathilde à Gand. Le troisième porte sur la concordance entre le profil idéal d’une abbesse suggéré par Abélard (groupe social élevé, expérience dans la gestion d’un foyer) et celui des deux premières abbesses de La Trinité. Le dernier, concerne sur une confusion entre deux abbesses de Sainte-Marie de Winchester et de Wilton et la possibilité d’identifier une nièce de l’abbesse Mathilde à l’aide du Domesday Book. Catherine Letouzey-Réty souligne l’intérêt de ces questions pour lesquelles les sources comme la bibliographie n’apportent malheureusement que peu de réponses. Elle précise toutefois que, selon Lucien Musset l’argent nécessaire à la fondation de l’abbaye provient du duc lui-même et que certaines moniales de la première génération ont été mariées avant de rejoindre l’abbaye.

À l’invitation de Véronique Gazeau, Dame Janet Nelson prend à son tour la parole. La soutenance se poursuit en anglais. Elle salue elle aussi une thèse qui croise histoire du monachisme, des femmes, de la gestion économique, de la culture matérielle, de la littérature et du monde anglo-normand. Cette pluridisciplinarité permet à Catherine Letouzey-Réty de produire une thèse importante contribuant à la connaissance du Moyen Âge central.

Dame Janet Nelson poursuit en reprenant elle aussi pas à pas le plan de la thèse choisi par la candidate. Elle souligne la rigueur de la présentation de la thèse tant du point de vue de la composition du corpus documentaire, de la problématique, que de la question du genre envisagée comme une clé de lecture des caractères originaux de la literacy féminine. Dame Janet Nelson estime ainsi que l’analyse de Catherine Letouzey-Réty donne toute sa valeur à la fondation de la reine Mathilde et au modèle de gestion qu’elle a mis en place. Un monastère doté lors de sa fondation sur ses propres deniers mais qui, pour perdurer, avait aussi besoin d’autres donateurs. Selon Dame Janet Nelson, Mathilde savait que les donateurs ne donnaient que si le monastère faisait la preuve de compétences religieuses et d’une gestion irréprochable. Or, la thèse de Catherine Letouzey-Réty fait la démonstration que La Trinité de Caen offre ces garanties matérielles et spirituelles aux donateurs.

Dame Janet Nelson évoque ensuite la première partie de la thèse relative à la présentation des sources. Elle précise la manière dont la candidate démontre leur caractère exceptionnel à l’aide de trois éléments : l’importance des relations transmanche au XIIIe siècle alors même que les investissements économiques et sociaux décroissent en Angleterre, le démantèlement partiel du fonds au cours du XIXe siècle, la manière dont les religieuses envisagent leurs biens situés en Angleterre. Catherine Letouzey-Réty pose ainsi sa propre chronologie notant que les reines anglaises du XIVe siècle ont offert des protections spéciales à La Trinité et que l’abbaye conserve des intérêts anglais jusqu’au début du XVe siècle. Selon Dame Janet Nelson, cette découverte est fondamentale parce qu’elle permet de mesurer la résilience de la mémoire institutionnelle dans la longue durée. Janet Nelson poursuit en saluant la beauté du titre « la crosse et la plume » qui ouvre le chapitre relatif à la culture littéraire des abbesses et moniales de La Trinité de Caen. Elle souligne la grande qualité de l’analyse documentaire, qui aborde les multiples facettes de cette culture, touchant aussi bien à la littérature en langue latine qu’en langue vernaculaire, par exemple. Ces compétences ont permis aux abbesses et moniales d’agir avec assurance au sein de l’élite de la société anglo-normande. La troisième partie constitue aux yeux de Dame Janet Nelson le cœur de la thèse. Elle décrit les abbesses dans leur rôle de gestionnaire, d’administratrices économiques. Dame Janet Nelson salue alors le travail de Catherine Letouzey-Réty qui a recherché la moindre trace de ces activités dans des documents difficiles des XIe-XIIIe siècles. Elle y décrit des femmes égales aux hommes, d’un haut niveau social, compétentes pour défendre leurs droits et biens et pour mettre en œuvre une gestion centralisée de l’écrit. Dame Janet Nelson rappelle que la candidate est allée jusqu’à chercher des preuves dans leurs programmes architecturaux et qu’elle les présente avec force minutie, détails et arguments. Ce niveau d’expertise se perpétue également dans la dernière partie consacrée à l’analyse du cartulaire du XIIe siècle et des inventaires de La Trinité de Caen ainsi qu’aux questionnements sur le conservatisme des religieuses en termes de scripturalité.

Avant d’interroger directement la candidate, Dame Janet Nelson réitère ses félicitations et salue de nouveau une thèse d’un haut niveau d’analyse et d’imagination, soutenue par de rares compétences paléographiques et codicologiques et par de grandes connaissances historiographiques et linguistiques. S’engage alors un dialogue entre les deux femmes autour de quatre questions. La première porte sur les connaissances que nous avons sur la manière de compter des religieuses et de leurs agents. La seconde porte sur le genre et notamment le surnom d’un homme mentionné dans le Domesday Book : Roger Deus-saluet-dominas et sur la nature des relations qu’il aurait entretenues avec l’abbaye. La troisième porte sur le De Gestis Caroli Magni de Turpin conservé par les religieuses et sur l’intérêt des religieuses pour sur la chevalerie. Elle ouvre alors la question des rapports que les religieuses auraient pu entretenir avec l’extérieur. La dernière question est selon Dame Janet Nelson un prétexte à spéculer sur le monachisme féminin. Elle traite de la liberté de circulation de ses femmes enfermées dans un enclos et dans une ville et des interactions qu’elles avaient avec leur environnement urbain et avec la vie ecclésiastique caennaise. Catherine Letouzey-Réty remercie Dame Janet Nelson pour ses questions, qu’elle s’est posée durant sa thèse mais pour lesquelles elle n’a malheureusement que peu de réponses. Concernant Roger Dieu-sauve-les-femmes la candidate rappelle que l’édition du texte suggère des relations de voisinage. Catherine Letouzey précise par ailleurs que les religieuses avaient bien des rapports avec l’extérieur surtout lors de déplacements et que ceux-ci étaient effectués avec une suite. Ils étaient également l’occasion de former la moniale qui succèderait à l’abbesse en fonction.

Après une interruption de quelques minutes, Véronique Gazeau ouvre de la seconde partie de la soutenance en donnant la parole à Mathieu Arnoux. Il félicite Catherine Letouzey-Réty pour avoir produit une thèse capable de répondre à la question : que faire avec les archives de La Trinité de Caen ? Il souligne aussi qu’il s’agit d’une thèse bien écrite, originale dans sa forme et dotée d’un plan par emboitement, alternant récits et traitements thématiques, d’une grande rigueur. Prenant un ton plus personnel, Mathieu Arnoux remercie également la candidate d’avoir scellé, le temps de cette thèse, ses retrouvailles avec le cartulaire (ms lat. 5650) de la Bibliothèque nationale. Profitant de cette évocation, il souligne la qualité de l’analyse documentaire menée par la candidate qui relève selon lui d’une démarche archéologique puisque le texte, l’écriture ou encore la reliure sont considérés comme des sources d’informations à part entière. Selon lui, en partant de cette étude codicologique et en lui adjoignant l’hypothèse selon laquelle l’abbaye aux Dames (comme aux Hommes) fonctionne comme un modèle idéal de monastère créant à ce titre ses propres valeurs et critères, la candidate a modelé l’ensemble de sa réflexion. En utilisant cette démarche Catherine Letouzey a selon Mathieu Arnoux créé son propre monument, objet d’une thèse discutable, soutenable et d’une vraie valeur heuristique. Afin d’appuyer son propos, il souligne à quel point cette thèse ébranle quelques certitudes et notamment celles de la difficulté d’une gestion à distance. Or l’abbaye de La Trinité est parfaitement gérée. La réponse apportée par Catherine Letouzey, qui reconstruit en quelque sorte la gestion abbatiale de l’intérieur et répond ainsi à la question « comment fait-on pour obéir à des gens que l’on ne voit jamais ? », est selon lui tout à fait convaincante. Elle y démontre notamment que les sources écrites sont des instruments de gestion qui ont fait leurs preuves sur les deux rives de la Manche dans la très longue durée.

Mathieu Arnoux conserve ensuite la parole afin de demander quelques précisions à la candidate et de lui suggérer de nuancer quelques éléments de sa démonstration. Ceux-ci portent essentiellement sur la dimension exceptionnelle des documents conservés par La Trinité de Caen. Il conviendrait selon lui de s’emparer de cette idée d’exceptionnalité et de faire la part des choses entre les documents exceptionnels et ceux qui relèvent du quotidien. Il suggère par exemple à Catherine Letouzey-Réty d’ouvrir la réflexion à la Haute-Normandie et de prendre en considération d’autres établissements religieux normands, tels que La Trinité de Fécamp et l’abbaye Saint-Amand de Rouen. Conservant ce point de vue comparatiste, Mathieu Arnoux questionne ensuite la candidate sur le bilinguisme, qui selon lui ne doit pas nécessairement être envisagé comme un fait inhabituel dans l’espace anglo-normand, mais plutôt comme une obligation. Il suggère alors à Catherine Letouzey-Réty de considérer les chartes en langue vernaculaire produites par l’abbaye de Fécamp au XIIIe siècle. Il estime ainsi que certains processus rédactionnels pourraient être mis en évidence. À ce propos Mathieu Arnoux interroge également la candidate sur la présence dans les fonds de chartes coram parrochia qui selon lui témoignent d’une externalisation de l’écriture dans les paroisses. Leur présence signifiant que les religieuses délèguent la rédaction de leurs chartes. Il convient toutefois du fait que le fonds caennais ne contient que peu de chartes du XIIIe siècle. Après quelques remarques sur le rôle joué par les religieuses dans la diffusion du système des fermes au sein de leur temporel, Mathieu Arnoux laisse la parole à la candidate afin qu’elle lui réponde.

Catherine Letouzey-Réty réfute tout d’abord avec humour l’idée d’avoir mené une thèse volontairement bas-normande et convient de la nécessité de comparer l’abbaye de La Trinité à d’autres abbayes du duché. Elle évoque, notamment la question des instruments de gestion et du rôle des hommes, rapidement envisagé par Mathieu Arnoux à propos du contrôle opéré constamment par l’archevêque de Rouen sur l’abbaye de Saint-Amand. Concernant les actes coram parrochia, Catherine Letouzey-Réty rappelle qu’elle a noté leur apparition sous l’abbatiat d’Isabelle de Crèvecoeur mais qu’elle n’a pas particulièrement mené d’étude sur cette question précise dans sa thèse. Elle convient qu’une telle recherche mériterait d’être engagée.

Après quelques échanges érudits sur le cartulaire de la Bibliothèque nationale, Véronique Gazeau passe la parole à Christopher Dyer qui s’adresse à la candidate en anglais. Il la félicite pour cette thèse d’une belle présentation rédactionnelle, claire et élégante, et richement illustrée. Il s’agit selon lui d’une thèse bien argumentée qui étudie les deux premiers siècles qui ont suivi la fondation de l’abbaye de La Trinité de Caen du point de vue de son temporel situé de part et d’autre de la Manche. L’intérêt de ce travail repose sur le choix de la candidate d’interroger les rapports qu’entretiennent écrit, exercice du pouvoir et gestion d’un temporel abbatial. Pour cela la candidate utilise de nombreuses sources, explorant minutieusement tous les aspects de leur contexte de production, et les interroge tant du point de vue de leur utilisation que de l’évolution de cet usage au cours de la période étudiée.

Christopher Dyer poursuit en présentant la partie de la thèse qui traite du rapport qu’entretiennent la culture littéraire et la gestion matérielle de l’abbaye de La Trinité du XIe au XIIIe siècle. En mettant l’accent sur la culture littéraire des moniales, il estime que la candidate nous prouve que ces éléments contribuent efficacement à l’administration du couvent. Le choix de suivre un plan chronologique, par abbatiat, montre également les actions individuelles de certaines abbesses dans le domaine littéraire ainsi que la prise en compte d’une certaine culture du livre dans la gestion du temporel abbatial. La dimension sociale des abbesses est aussi considérée par Catherine Letouzey-Réty, qui démontre que les premières abbesses profitent de leurs liens avec la famille ducale pour gouverner le monastère tandis qu’il appartient à leurs successeurs de défendre les intérêts de l’abbaye. On observe ainsi des religieuses tour à tour décisionnaires ou procédurières et faisant preuve d’innovation. Christopher Dyer souligne notamment l’introduction dès le début du XIIe siècle, d’une série d’enquêtes générales portant sur le domaine de l’abbaye, en Angleterre puis en Normandie où l’introduction des cartulaires est tardif. Poursuivant sur les cartulaires, Christopher Dyer évoque le dernier chapitre de la thèse qui propose une talentueuse analyse du cartulaire de l’abbaye de La Trinité. Celle-ci, tout comme le reste de la thèse, dévoile les nombreuses compétences paléographiques et codicologiques de la candidate. Christopher Dyer conclut cette présentation en évoquant les qualités intellectuelles de cette thèse, qui repose sur le grand nombre de pistes explorées, sur la qualité d’analyse des sources, sur les beaux échanges opérés entre architecture et culture littéraire ainsi que sur la riche bibliographie proposée par Catherine Letouzey. Il s’agit d’une belle contribution à l’histoire des relations complexes qui unissent l’Angleterre et la Normandie.

Pour terminer, il propose à Catherine Letouzey un échange sur quelques éléments de sa thèse et notamment sur les éventuels indices de la gestion interne de l’abbaye et de la présence ou non d’obédiencières en son sein ; sur les rapports que les religieuses entretenaient avec l’abbesse et sur leur participation, même consultative, dans la prise de décision ; ainsi que sur la manière dont les religieuses dépensaient les revenus de l’abbaye. Catherine Letouzey souligne que les documents ne lui permettent que difficilement de répondre à ces questions relatives à la vie courante, aux dépenses et à la consommation. Les seuls indices dont elle dispose lui sont rapportés par les visites effectuées par l’archevêque Eudes Rigaud au XIIIe siècle ou encore par les quelques conflits qui ont ponctué la vie de l’abbaye. Elle évoque notamment l’élection contestée de l’abbesse Béatrice de Chambernon en 1264.

Il revient alors à Véronique Gazeau de prendre la parole afin d’exprimer son avis sur la thèse et de conclure la soutenance. Comme les membres du jury qui l’ont précédée, elle souligne l’excellence du travail produit par la candidate et la félicite pour sa belle entrée dans le cercle de ceux qui connaissent les archives anglaises. Elle rappelle à cette occasion l’héritage laissé par Marjorie Chibnall et Lucien Musset à l’égard desquels tous ceux qui travaillent sur ces thématiques sont redevables. Elle évoque également le caractère essentiel de la publication de cette thèse.

Bien qu’estimant le plan choisi par la candidate quelque peu déséquilibré, Véronique Gazeau souligne la qualité de l’analyse, l’excellente maîtrise des sciences auxiliaires de l’histoire et la manière dont la dernière partie (plus courte) opère comme un véritable « bouquet final d’un feu d’artifice ». Elle appelle toutefois à ne pas se méprendre en soulignant que la thèse est bien plus qu’un travail sur l’écrit et la gestion du temporel de l’abbaye. Il s’agit selon elle aussi d’une véritable étude sur l’aristocratie féminine normande dans laquelle elle a particulièrement apprécié les très belles pages sur les rapports de ces femmes avec la literacy et sur la formation des abbesses.

Reprenant ensuite son rôle de spécialiste des abbés normands, Véronique Gazeau questionne alors la candidate sur certains aspects de la vie des abbesses de La Trinité de Caen. Elle s’interroge notamment sur la formation des abbesses qui selon elle, ont pu bénéficier des enseignements de l’abbaye Notre-Dame du Bec. Elle convient toutefois que la perte des sources oblige à rester dans le champ de l’hypothèse et propose pour pallier cette carence de mener une analyse comparative des compétences de certains abbés en Angleterre et en France en matière de gestion. Pour illustrer son propos, elle considère à titre d’exemple, les compétences gestionnaires d’Henri de Blois, abbé de Glastonbury (à partir de 1126), et celles médiocres de son neveu l’abbé clunisien de Fécamp, Henry de Sully, pourtant inspiré par lui. Ajoutant à cela l’idée que les religieuses de La Trinité aient pu rencontrer Henri de Blois lors de leurs visites en Angleterre, Véronique Gazeau suggère alors à Catherine Letouzey d’envisager que les pratiques de gestion, piètrement appliquées par Henry de Sully, lui aient été transmises par son oncle, qui lui-même les tenaient de ses fréquents contacts avec la Normandie. Elle propose ainsi de poser l’hypothèse que les compétences mises en œuvre par les abbesses seraient d’origine normande et non anglaise. Poursuivant son analyse érudite de la thèse, Véronique Gazeau engage la candidate à réexaminer les déprédations intervenues à la mort de Guillaume le Conquérant qui selon elle, mériteraient une analyse au cas par cas. Elle cite alors le cas des familles Reviers-Vernon qui prouve que la question dépasse le cadre d’une simple spoliation des biens de l’abbaye de La Trinité. Poursuivant sur le plan prosopographique, Véronique Gazeau transmet ensuite quelques éléments à Catherine Letouzey-Réty afin de compléter les informations dont elle dispose sur l’origine géographique des abbesses qui ne sont pas issues de la famille ducale ou royale. S’ensuivent un ensemble de remarques codicologiques et paléographiques, ainsi que de menues corrections qui devront être apportées en vue de la publication que Véronique Gazeau souhaite rapide. Elle conclut son intervention en rappelant le plaisir qu’elle a eu à lire cette thèse et salue une nouvelle fois l’entrée de la candidate dans le milieu des chercheurs anglo-normands. Catherine Letouzey-Réty, invitée à répondre sans attendre, remercie Véronique Gazeau pour l’ensemble des pistes qu’elle lui suggère d’explorer et prend note des remarques formelles qui ont été formulées.

Les débats étant clos et les règles de Londres l’y autorisant, David Bates, codirecteur de la thèse, se lève afin de s’adresser directement à la candidate. Il souligne l’intérêt de cette soutenance rigoureuse, qui a suscité des discussions aussi sérieuses que la thèse. Il remercie également Catherine Letouzey-Réty de lui avoir permis de réaliser l’un de ses rêves en devenant un véritable directeur de thèse « transmanche ». David Bates conclut en soulignant le plaisir qu’il a trouvé à diriger et à lire cette thèse « multidisciplinaire » et invite la candidate à participer au colloque de Battle en 2013. Catherine Letouzey-Réty accepte cette invitation avant de remercier chaleureusement David Bates pour les quelques mots qu’il vient de lui adresser. Le jury se retire alors de la salle pour délibérer.

Après une délibération d’une dizaine de minutes, le jury, unanime, décerne à Catherine Letouzey-Réty le doctorat en histoire de l’université Paris I–Panthéon-Sorbonne et le PhD en Philosophie de l’Université de Londres avec la mention très honorable et toutes ses félicitations.

Réf.: http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/forum/affiche.php?numFile=82


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.