Compte-rendu de journée d’étude « Guerriers du Nord » (Caen, 18 mars 2022)

Le 18 mars 2022 a eu lieu dans l’amphithéâtre de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen la journée d’étude « Guerriers du Nord », organisée par Victor Barabino, Hugo Fresnel, Pierre Bauduin et Alban Gautier dans le cadre des programmes de recherche du Centre Michel de Boüard – CRAHAM. Elle a été précédée d’une conférence donnée au Musée de Normandie par David Brégaint sur « Le roi Olaf, saint et viking ». En interrogeant les représentations du roi Olaf dans la Norvège médiévale, à travers par exemple le retable de la cathédrale de Trondheim, David Brégaint a montré que le personnage conservait une ambivalence, sa sainteté n’oblitérant jamais totalement son passé de guerrier. Cette conférence, donnée devant une centaine de personnes, a rencontré un certain succès auprès de l’auditoire, suscitant de nombreuses questions en fin de séance.

La journée du lendemain s’est déroulée devant une trentaine de personnes, y compris des étudiants de licence, de master et de doctorat, auxquels il faut ajouter une dizaine d’auditeurs qui ont pu suivre la manifestation grâce à un dispositif en ligne. Nous vous proposons ci-dessous les résumés des différentes interventions, à l’exception de celle d’Ellora Benett, qui n’a malheureusement pas pu avoir lieu.

Victor Barabino (CRAHAM, Université de Caen Normandie) : « Guerriers du Nord : les individus combattants dans les études nordiques de 1920 à 2020 »

Cette communication propose un tableau historiographique du sujet de la journée d’étude, les « guerriers du Nord ». Tout d’abord, les totalitarismes du premier XXe siècle ont entraîné une histoire des « guerriers du Nord » à but de propagande nationaliste. Par la suite, l’après-guerre marque un pas de recul vis-à-vis des idéologies totalitaires. Toutefois, une consolidation a lieu, dans le même temps, du côté d’autres stéréotypes issus du romantisme. Ce n’est qu’à partir des années 1990 qu’on observe un renouvellement des archétypes, les études nordiques étant touchées par le mouvement déconstructionniste, né de la théorie critique postmoderne et permettant l’intégration des « guerriers du Nord » dans les questions de genre, ainsi que dans les champs de l’histoire culturelle et de l’histoire des représentations. L’historiographie a ainsi successivement créé, étudié et déconstruit divers mythes concernant ces « guerriers du Nord ».

Sébastien Ginhoux (HISCANT-MA, Université de Lorraine), « L’art de la guerre des populations baltes (Lituaniens, Yatvinges) du XIIIe au XVe siècle : un art ouvert »

Les armées de fantassins légers des peuples baltes, encadrées par les membres plus aguerris et mieux équipés de la druzhina, ont subi diverses influences venues d’Orient et d’Occident. Premièrement, les conflits avec l’Ordre Teutonique et la Pologne ont amené plusieurs évolutions de l’armement. À l’arc, arme traditionnelle des peuples baltes, se substitue de plus en plus l’arbalète. Certaines faiblesses structurelles des armées baltes, en particulier dans le domaine de la poliorcétique, les obligent à adapter leurs tactiques en évitant les batailles rangées. Deuxièmement, l’arrivée de la Horde d’Or modifie aussi l’art de la guerre balte. Les transferts culturels sont visibles dans l’adoption d’armes comme le sabre mais aussi de vêtements comme le caftan. D’un point de vue tactique, l’adoption de la fuite simulée et l’usage de la cavalerie sont perceptibles.

Jean-Louis Parmentier (CRAHAM, Université de Caen Normandie), « Les guerres vikings et leurs homologues irlandais : entre relations belliqueuses, alliances politiques et recherche du profit (IXe-Xe siècles) »

L’intensification des raids en Irlande à partir des années 830, suivie d’installations durables quelques décennies plus tard, amène les rois et l’aristocratie de l’île à devoir composer avec la présence des Scandinaves. Les comportements face à ces incursions sont divers : certains rois irlandais luttent sans relâche, tandis que d’autres optent pour la diplomatie. Enfin, par intérêt politique ou dans le cadre de faides, quelques chefs préfèrent s’adjoindre les services des guerriers vikings pour lutter contre des clans rivaux. Dans un territoire déchiré par les querelles, les « hommes du Nord » savent s’accommoder de cette situation dans une logique de prédation, mais également dans le but de s’assurer des appuis locaux pour le trafic de captifs, par exemple. Si la terminologie demeure difficile à appréhender, il est certain que ces relations militaires entre Irlandais et Scandinaves ont profondément influé sur les rivalités politiques insulaires.

Stephen Lewis (CRAHAM, Université de Caen Normandie), « 854 and all that : Danish exiles, royal pretenders and returning pirates »

Les chefs de la majorité des incursions scandinaves en Occident au IXe siècle étaient des exilés et souvent des membres d’une famille ou d’une lignée royale qui avaient été expulsés de leur terre natale par des parents plus puissants. Ils avaient tendance à utiliser de leur temps en exil pour piller, extorquer et vendre leurs services comme mercenaires, avec l’intention de retourner un jour chez eux avec suffisamment de force pour défier le pouvoir régnant. Cette communication examine l’exemple de la « guerre civile » de 854 au Danemark. Si cet épisode fut sans conteste d’importance, Stephen Lewis l’a replacé dans un cadre chronologique plus large que la seule décennie 850 pour montrer la place qu’eurent d’autres chefs parfois méconnus (comme Rorik ou Sidroc), parfois tenus en estime par les Carolingiens (par exemple Harald Klak) dans la compétition pour le royaume du Danemark. Les conséquences de l’événement sont à nuancer sur certains points mais demeurent réelles en ce qui concerne les entreprises missionnaires au Danemark.

Hugo Fresnel (CRAHAM, Université de Caen Normandie), « Petites guerres en famille : guerres et violences intrafamiliales dans le duché de Normandie »

Cette contribution pose la question, encore peu étudiée, du guerrier en tant que parent et de son expérience combattante spécifique, pour reprendre un concept de Stéphane Audouin-Rouzeau : comment peut-on et doit-on faire la guerre à ses proches ? L’étude des pratiques modératrices de la violence de guerre ainsi que des rares exemples de transgression permettront de dégager quelques points importants. Le premier consiste en la volonté de chaque partie d’éviter au maximum de se retrouver face à face avec son parent dans le combat et de porter directement la main sur lui. Le deuxième se caractérise par l’absence en règle générale de mise à mort et de mutilation du parent vaincu après la bataille. Cela n’empêche pas d’autres formes de punitions particulièrement handicapantes comme l’exil ou encore l’emprisonnement. Si cela semble bien traduire une faible acceptabilité de la violence intrafamiliale durant la bataille, il faut adopter une position nuancée : le contexte (le révolté n’est pas jugé comme le duc), les rapports de force, les méfaits commis par un parent sont autant d’éléments qui peuvent permettre le recours à la violence intrafamiliale en période de guerre.

Valentine Royaux (Mondes germaniques et nord-européens, Université de Strasbourg), « La guerrière du Nord, stéréotype vidéoludique : l’évolution du personnage de Zoya la Voleuse dans Trine »

En analysant l’évolution du personnage de Zoya dans la série Trine, un jeu ne représentant pas les vikings mais créé par des Nordiques, l’attention a été portée à la fois sur l’évolution en termes de normes de genre et en termes de valeurs que l’héroïne incarnait. C’est une représentation de la figure du guerrier venant du Nord qui s’avère être quelque peu originale, dans la mesure où il s’agit d’une protagoniste féminine, mais également et surtout d’une voleuse éloignée de la stature du héros guerroyant courageusement. Toutefois, et l’évolution est très nette dans le quatrième opus, elle devient de plus en plus l’incarnation d’une guerrière qui assume sa dimension belliqueuse, beaucoup plus que ses deux acolytes masculins. Cette évolution se fait conjointement avec celle de son apparence. De moins en moins sexualisée, ce personnage traduit les modifications de l’image des guerriers et guerrières dans le monde du jeu vidéo.

Lise Vigier (ERLIS, Université de Caen Normandie), « Entre guitares saturées et nyckelharpas : représentations des guerriers du nord dans les musiques metal et neofolk de 2010 à aujourd’hui »

Depuis plus de 30 ans, la musique heavy metal nordique est un vecteur important de la culture et de l’histoire nordiques. Cette communication actualise l’état de la recherche sur la « mise en scène » des guerriers nordiques dans le metal nordique en analysant les productions réalisées entre 2010 et 2021. Le metal et le neofolk sont analysés pour leurs tendances politiques potentiellement extrêmes (nationalisme, fanatisme religieux, idéologies discriminatoires). Cependant, une certaine autodérision est mise en scène à travers les clichés d’un guerrier incapable de penser correctement ou encore les traits d’humour portant sur la consommation excessive d’alcool. Cette évolution se retrouve aussi dans les normes de genre. Bien que les guerriers du Nord soient couramment utilisés pour mettre en scène la masculinité hégémonique, nous pouvons observer une augmentation constante des représentations de femmes guerrières. Il demeure toutefois que les valeurs incarnées par ces musiques, souvent associées à une certaine spiritualité, demeurent celles de courage, de détermination, de fraternité, de loyauté et d’émancipation.

Ryan Lavelle (University of Winchester), « Les guerriers septentrionaux, leurs batailles et leurs limites : la guerre et la genèse des frontières ouest saxonnes entre le VIe et le IXe siècle »

Cette intervention aborde la structuration de la partie sud de l’Angleterre, dont on trouve le récit dans la Chronique anglo-saxonne, avec parfois des précisions sur les batailles elles-mêmes et sur les actes des guerriers qui y ont participé. La guerre participe à légitimer les nouveaux chefs du Wessex, processus de légitimation qui est également visible dans la manière dont la Chronique relate ces épisodes guerriers. Potentiellement accompagnés d’un ealdorman, les rois du Wessex imposent leur domination sur la frontière prise à la fois dans son sens physique et comme une construction mentale. En s’intéressant à la fois à la terminologie et à la répartition géographique des batailles lors des différents règnes, cette communication propose de voir un processus de construction de la frontière sur le long terme. L’exemple de la partie ouest du royaume du Wessex, face à la Cornouailles et aux peuples brittoniques, est ainsi particulièrement révélateur de ce processus.

 

Une publication des actes de la journée est prévue dans la revue Médiévales à l’horizon 2023-2024.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hugo Fresnel (8 avril 2022). Compte-rendu de journée d’étude « Guerriers du Nord » (Caen, 18 mars 2022). Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rizd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search