Angela Baranes, La formation d’un paysage chrétien au Danemark viking et médiéval

Ill.: Proposition de reconstitution de l’église en bois d’Hørning (v. 1060) par le Musée Moesgaard

Angela Baranes, La formation d’un paysage chrétien au Danemark viking et médiéval. Logiques spatiales et pratiques sociales (VIIIe-XIIIe siècles), dir. Michel Lauwers (CEPAM, Université Côte d’Azur/CNRS) et Anne Nissen (ArScAn, Université Paris Panthéon-Sorbonne/CNRS)

Résumé du projet

Le paysage religieux du Danemark se transforme à partir du IXe siècle avec les premières constructions d’églises. Espace païen voisin de l’Occident chrétien, le Danemark connaît un processus de christianisation long (VIIIe-XIIe siècles), qui s’opère par le biais d’échanges (phénomène viking, mission, commerce) et accompagne la construction d’un royaume unifié. Les lieux de culte chrétiens apparaissent comme les dispositifs de la conversion religieuse, mais également comme des supports de prestige social pour des élites locales en compétition. L’étude de la monumentalisation chrétienne permet de saisir comment, et dans quelles mesures, la transformation du paysage accompagne, conforte et/ou provoque une mutation religieuse, politique et territoriale. Dans une optique de rupture des bornes disciplinaires (archéologie/histoire) et chronologiques (Protohistoire/Moyen Âge), cette approche de la christianisation, reposant sur les édifices cultuels et leur localisation ainsi que le paysage religieux, a été peu développée, notamment à large échelle. La thèse est aussi l’occasion d’interroger un espace à la marge de l’Europe, hors des terres romanisées, et de tester le modèle spatial valable pour l’Occident médiéval, développé par des historiens et archéologues en France. Il sera alors important de définir les similitudes et divergences des systèmes cultuels, territoriaux et paysagers entre d’une part le Danemark pré-chrétien et chrétien, et d’autre part le Danemark christianisé et le reste de l’Occident. Cette réflexion autour des lieux de culte, des lieux de pouvoir, de la christianisation, des paysages sacrés et des territoires médiévaux ancre ainsi le projet dans un dialogue transnational entre les écoles historiques française, anglo-saxonne et scandinave, et pluridisciplinaire, au croisement de l’histoire, de l’archéologie, de la géographie et de la sociologie.

Le premier chapitre de la thèse est dédié à l’étude de la conversion de l’espace (VIIIe-XIe siècles). À partir de rares dossiers archéologiques (églises, nécropoles, pierres runiques, objets chrétiens), écrits endogènes (pierres runiques) et récits exogènes (missionnaires, de voyageurs), il est question d’identifier les phases, lieux et acteurs de la mise en place des premiers sites chrétiens ainsi que les pratiques qui leur sont associées. Les décalages entre les informations issues des textes et des sources matérielles invitent à questionner la forme des lieux de culte chrétiens primitifs et soulèvent des problèmes d’identification, de conservation et de datation. Je m’interroge également au processus de conversion par son négatif, la « dépaganisation » du paysage, et propose de réévaluer les postulats à son sujet (destruction des maisons de culte, christianisation des sources d’eau, continuité des lieux de culte).

Le second chapitre s’intéresse au processus de monumentalisation, de spatialisation et de territorialisation du culte chrétien, après la conversion (vers 1050-1080) jusqu’à la fixation des territoires paroissiaux et des lois ecclésiastiques au XIIIe siècle. Il se fonde sur l’analyse des manuscrits danois émergents (discours sur/pratiques de l’espace religieux) ainsi qu’un travail d’inventaire et de SIG des lieux de culte au sein de fenêtres d’étude. J’étudie, par le biais d’une approche multi-scalaire, la fabrique de lieux et espaces sacrés (rituels, reliques, polarisation, mobilités, paysage sonore), la construction d’un maillage ecclésiastique hiérarchisée (fixation des limites) et l’intégration de ce nouveau royaume chrétien danois dans le territoire de la Chrétienté (réseaux de pèlerinage, monastiques). 

                       Angela Baranes

Mots clés : Danemark / Christianisation / paysage / analyse spatiale / pratiques et représentations / texte / archéologie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search