Le lancement du projet Pax Normanna (2022-2026)

1/ Présentation générale

Pax Normanna est un des programmes de recherche structurant de l’École française de Rome pour le quinquennal 2022-2026. Le projet est co-porté par le Centre Michel de Boüard CRAHAM (UMR 6273) et le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA EA 1163 de Nantes)  par Pierre Bauduin et Annick Peters-Custot. Il réunit plusieurs partenaires : outre l’École française de Rome, le CRAHAM et le CRHIA, il rassemble l’Università della Calabria (Cosenza), le Centro Europeo di Studi Normanni (Ariano Irpino), la Maison française d’Oxford, la Maison de la recherche en Sciences humaines de l’Université de Caen Normandie. Y sont également associés de manière plus ponctuelle l’Equipex Biblissima +, St Peter’s College Oxford, le Musée de Normandie et les Reiss-Engelhorn-Museen de Mannheim  .

Le programme Pax Normanna envisage une analyse comparée des phénomènes de transition et d’accommodation liés aux conquêtes « normandes » dans les territoires bordant les mers septentrionales et la Méditerranée. La démarche s’appuiera d’une part sur des concepts déployés pour d’autres périodes (ex. la « pacification ») et d’autre part sur l’étude  des premières générations des conquérants à l’aide d’outils numériques élaborés en vue de recherches prosopographiques.

Le programme s’attachera notamment à examiner la transition entre l’état de guerre qui accompagne souvent une conquête territoriale et l’état de paix censé favoriser l’émergence d’une nouvelle construction politique. Ce moment, ou ce processus, est de moins en moins pensé comme un fossé qui séparerait les opérations guerrières d’un côté, de l’établissement d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Souvent perçues comme deux états antinomiques, la guerre et la paix laissent peu de place, dans la pensée historique (du moins pour les siècles médiévaux), à l’examen des situations intermédiaires où les relations entre les groupes ne sont pas déterminées, qu’elles soient ou non hostiles. Le passage de la conquête à la construction politique ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus en deux temps faisant se succéder la guerre à la paix, cela d’autant plus que se rencontrent des situations bien différentes, comme on peut le voir pour les différentes implantations des vikings, ou encore lorsque l’on compare les conquêtes normandes de l’Angleterre ou de l’Italie.  C’est cet aspect avait été l’un des axes de réflexion lors de la Journée d’étude du 1er mars 2019 tenue à Caen sur « Bâtir un Etat « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix »).

Cet « entre-deux », pour qualifier des situations de passage ou de transition, pose un ensemble de questions (sur l’exercice de la violence et les différentes logiques à l’œuvre, militaires, socio-politiques, économiques, territoriales, juridiques) que le colloque organisé à Cerisy-la-Salle et de Caen  (5-9 octobre 2022) voudrait contribuer à résoudre dans une approche comparatiste entre des situations très différentes dans le monde viking, en Normandie, sur les îles Britanniques et en Méditerranée. Ces questionnements amèneront à s’interroger sur la pertinence de parler de stratégies de « pacification » et de discuter l’usage – dans un contexte médiéval – de la notion de pacification par un croisement historiographique avec d’autres périodes, en prenant soin de s’extraire de tout anachronisme, ou en assumant cet anachronisme méthodologique.

 

2/ « Pacification » et « premières générations de la conquête »

Il ne s’agira pas ici de définir ou jauger de la pertinence de ces notions puisque c’est au terme de Pax Normanna qu’il sera possible de l’évaluer, mais de dégager quelques caractéristiques, les difficultés que ces termes ou expressions soulèvent mais aussi les perspectives éventuelles qu’ils ouvrent en termes heuristiques.

La « pacification », au sens strict, désigne  une action qui vise au rétablissement de la paix. Il concerne d’abord l’apaisement des différends entre particuliers puis se charge d’autre sens à partir du XVe siècle, comme le rétablissement de la paix publique, avec parfois l’idée de faire cesser un trouble, une révolte. Au XVIe siècle le terme est utilisé pour des édits dit « de pacification » destinés à mettre fin aux troubles issus des Guerres de Religion. Le mot se charge d’un tout autre sens à partir de la seconde moitié du XIXe siècle dans le contexte de la formation des Empires coloniaux puis des luttes de décolonisation. La pacification est également théorisée, devient l’objet d’une – voire même de plusieurs – « doctrine(s) » de pacification. L’objectif de cette politique est parfois résumé par un slogan bien connu, « la conquête des cœurs et des esprits », ou son équivalent anglais Winning hearts and minds. La pacification  comporte deux volets complémentaires et contradictoires. D’une part elle implique une situation d’établissement ou de rétablissement de l’ordre, avec l’idée réprimer ou de réduire l’adversaire, qui implique un usage de la force. D’autre part elle implique une idée d’apaisement, de conciliation, voire de réconciliation, afin d’instaurer ou de restaurer la confiance, avec pour objectif final d’obtenir le consentement ou au moins la sujétion des populations soumises. Le terme de « pacification » est donc d’un emploi pour le moins délicat, à la fois car il expose à des anachronismes mais aussi en raison de sa très forte connotation et de ses résonnances idéologiques. Il n’est pas question de l’employer sans précautions, mais il est possible de réfléchir sur les éclairages qui pourraient être apportés sur les processus à l’œuvre dans les mondes normands  en utilisant cette notion.

 

Les « premières générations que la conquête » forment un thème qui prolonge une première série de recherches menées dans le projet RIN « Normonde » (2017-2019) dont l’un des volets avait été l’élaboration de thesauri (notices d’autorité) sur les personnes et les lieux aujourd’hui accessible sur un site dédié réalisé en collaboration avec le Pôle du document numérique de la MRSH de Caen. Pax Normanna contribuera à enrichir ces référentiels (en parallèle avec les actions menées dans Biblissima +) mais ce ne sera pas l’objet principal de ce volet du projet. Partant d’une masse critique de données conséquente (à défaut d’être exhaustive), l’idée est d’orienter la réflexion sur quelques thèmes qui seront abordés lors des différentes journées d’études du projet.

Une première série de réflexions consistera à pointer la pertinence mais aussi les difficultés à parler « des premières générations de la conquête » : c’est le cas par exemple des différences dans les rythmes, les échelles, la chronologie, les processus et les acteurs de la conquête selon les situations examinées (Angleterre, pays de Galles, Irlande, Italie méridionale et Sicile, États francs d’Orient …), ou encore la pertinence (ou non) de parler de « génération » alors que l’établissement de la domination normande est un phénomène qui a pu s’étaler sur des périodes ou des phases qui ont été différentes selon les cas. Comment peut-on caractériser ces « conquérants » aux différents stades de la mainmise sur le territoire placé sous la domination des Normands : soldats d’une force armée emmenée par un prince à l’occasion d’une guerre publique ; pèlerins (armés ou non) ; mercenaires ; chefs de bandes qui se muent petit à petit en force politique reconnue par les acteurs locaux du jeu politique ou qui s’imposent à ces derniers pour obtenir des concessions politiques et territoriales. Il s’agira aussi d’affiner un questionnement sur l’horizon des partants. Ce questionnement se décline selon différentes perspectives dont l’éclairage tirera profit des sciences sociales et nécessitera une analyse des dynamiques à l’œuvre et des effets push and pull (= qui poussent au départ et qui incitent à venir). Dans un premier temps (Oxford 2023) la réflexion sera orientée sur les « partants », sans encore mettre la focale sur les « nouveaux venus » (mais il s’agit souvent des mêmes personnages) qu’éclaireront les rencontres ultérieures. D’autres volets de l’enquête permettront d’examiner d’autres sujets, par exemple pour mettre en avant les réseaux de relations, les interactions entre les différentes parties des mondes normands lorsque qu’il est possible de déceler. 

 

3/Les actions prévues dans le cadre de ce projet sont :

La tenue d’un colloque organisé à Cerisy-la-Salle et de Caen du 5 au 9 octobre 2022 (« Conquérir, soumettre, gouverner. Théories et pratiques de la”pacification” dans les mondes normands » (resp.  P. Bauduin, A. Peters-Custot, S. Lebouteiller).

L’organisation de trois journées d’études, prévues à Oxford (2023), Cosenza (2024) et Ariano Irpino (2025).

La mise en place éventuelle d’un atelier de jeunes chercheurs (Caen, 2024), axé sur des questions de méthodologie et d’épistémologie, et des séances de séminaire dans l’une ou l’autres des institutions partenaires, afin à approfondir les questionnements abordés lors des rencontres énumérées ci-dessus.

Enfin, une table ronde conclusive du projet (Rome, 2026) esquissera une synthèse des questionnements abordés par le programme.

Le projet s’appuiera sur les outils mis en place lors des projets Vexicaen et Normonde à l’aide d’outils développé à la MRSH de Caen et en s’adossant sur le projet Biblissima +. Il contribuera à les enrichir et surtout à en exploiter les résultats.

La valorisation du projet prendra deux formes principales. La première consistera, outre la publication des actes du colloque de Cerisy, en l’édition de sous forme de billets de carnet de recherche, des communications présentées lors des  journées d’études, dont une forme plus ample pourra être publiée dans des revues papier ou électroniques (Tabularia, Reti medievali). La  préparation d’un ouvrage de synthèse à partir des chapitres issus journées d’études et de la table ronde conclusive est aussi envisagée dans un numéro spécial de revue (MEFRM) ou dans un ouvrage collectif. Enfin des actions seront plus spécifiquement tourbées vers le grand public (collaboration, dans le cadre d’expositions, avec des musées, REM Mannheim, Musée de Normandie), participation à des Fêtes de la Science).



Citer ce billet
pierrebauduin (2022, 29 août). Le lancement du projet Pax Normanna (2022-2026). Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rizp

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Matthew Bennett dit :

    This looks like a very interesting programme of research. Please contact me if you think that I could usefully contribute in some way.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search