Compte rendu – Colloque « Conquérir, soumettre, gouverner : théories et pratiques de la “pacification” dans les mondes normands » (Cerisy-la-Salle, 5-9 octobre 2022)

Château de Caen, vue aérienne de la salle de l’Échiquier et du donjon (image : Airkapture)

Le colloque « Conquérir, soumettre, gouverner : théories et pratiques de la “pacification” dans les mondes normands (monde viking, Normandie, Royaume d’Angleterre, Italie méridionale et Sicile, IXe-XIIe siècle) » (resp. Pierre Bauduin, Unicaen, CRAHAM ; Annick Peters-Custot, Nantes Université, CRHIA ; Simon Lebouteiller, Unicaen, ERLIS), s’est déroulé au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle et à Caen du 5 au 9 octobre 2022. Il s’inscrit dans le projet Pax Normanna, un des programmes de recherche structurants de l’École française de Rome pour le quinquennal 2022-2026.

Cette manifestation a réuni près d’une vingtaine de chercheurs venus du Royaume-Uni, d’Italie, de France et (virtuellement) des États-Unis pour débattre du passage d’un état de guerre inhérent à une conquête territoriale à un état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique. Depuis peu, un important renouvellement historiographique propose des relectures fortes de ces temps de transition, les « mondes normands » offrant un terrain d’étude particulièrement propice à ces réflexions. Les configurations de l’expansion normande ont toutefois été diversifiées et fournissent différents cas de figure qui ne sont pas assimilables à un modèle unique. Un exemple pertinent est donné par les différentes expériences vikings à l’ouest et à l’est de l’Europe, dont les travaux récents soulignent la variété, selon les contextes et les sociétés rencontrées. Aussi, les recherches sur la Normandie, fondées sur l’archéologie et les études de paysage, montrent combien la dévastation et le dépeuplement des campagnes normandes au moment où Rollon s’installe à Rouen relèvent vraisemblablement d’un mythe historiographique créé par Dudon de Saint-Quentin dans son Historia Normannorum, pour servir l’histoire de la jeune dynastie normande.

En revanche, la conquête normande de l’Angleterre se singularise par son extrême violence, avec, en quelques années, l’anéantissement quasi complet de l’ancienne élite anglo-saxonne et son remplacement par des hommes venus du continent. L’emprise territoriale des nouveaux venus se fit sentir par l’édification de nombreux châteaux, la reconstruction, dans des dimensions jusque-là inconnues, de la plupart des églises importantes du pays. Toutefois les conquérants ont très rapidement utilisé un soft power, souvent à dessein de justifier la conquête, légitimer le nouveau régime mis en place, et afficher sa continuité avec le régime antérieur.

Dans un autre registre, la conquête « normande » du Mezzogiorno, plus anarchique et plus lente, apparaît comme un processus assimilable à une infiltration, une imprégnation impliquant plusieurs générations successives et mêlant à la fois guerre de conquête, lutte défensive, compétition entre les conquérants et construction politique. L’ensemble joue de l’affrontement comme des alliances, des politiques matrimoniales, et de la coopération de certaines populations locales et de leur intégration dans les rouages administratifs et militaires créés ou adoptés par les nouvelles familles au pouvoir. Quelques décennies après la fin de la conquête de la Sicile, le roi Roger II lance une nouvelle opération en Tunisie, dans une logique partagée entre expansion impérialiste et « colonialisme » économique. Là encore est vite élaborée une relation spécifique avec les populations locales, arabophones et musulmanes (comme l’étaient celles de la Sicile), qui repose en particulier sur la délégation de fragments de l’autorité publique à leurs élites.

Ce colloque visait ainsi à approfondir les réflexions autour de ces situations intermédiaires en posant un ensemble de questions sur l’exercice de la violence et les différentes logiques à l’œuvre dans ces processus (militaires, socio-politiques, économiques, territoriales, juridiques). Une approche comparative a également été favorisée en ouvrant ces réflexions à d’autres périodes historiques. La table ronde conclusive avait ainsi été confiée à des spécialistes de l’Antiquité et de l’histoire contemporaine. En outre, l’un des objectifs de cette manifestation était de débattre sur la notion de « pacification », fortement connotée par une historiographie contemporaine concentrée sur les processus de conquête coloniale et de maintien de la paix en contexte décolonial ou contre-insurrectionnel, et sur la licéité de son emploi pour la période médiévale, dans des cadres très diversifiés (en Normandie, mais aussi de la Scandinavie à l’Ifrîqiya, et des îles Britanniques à la Rous ancienne).

Le colloque était organisé en séquences destinées à délimiter ces questionnements. Après une introduction posant les problématiques et les cadres conceptuels de la rencontre, une première contribution a discuté la pertinence et les limites de la « pacification » pour la période viking. Plusieurs travaux ont ensuite porté sur les mécanismes ou stratégies visant à prévenir et à réfréner la violence, sur la normalisation de cette dernière dans un contexte guerrier, sur la notion de guerre juste et son usage à des fins de légitimation d’un nouveau pouvoir, ou encore sur l’exil et l’importance accordée au contrôle des exilés dans différents traités. D’autres interventions ont porté sur les hommes et les réseaux à partir d’exemples tirés de situations de conquête dans les îles Britanniques, tant du fait des vikings (ex. par Cnut le Grand), que des Anglo-Saxons (pour la conquête du Danelaw au Xe siècle, ou encore à la suite de 1066, en voyant l’attitude d’hommes ralliés au nouveau régime) et des Normands (envisagés au travers du prisme du groupe des hommes d’Odon, évêque de Bayeux, demi-frère de Guillaume le Conquérant, dont les structures, les implantations et les rôles ont été examinés à partir de modèles informatiques). D’autres sessions intitulées « soumission et cohabitation » et « institutions et territoires » ont également permis d’élargir les débats par des comparaisons (à partir de l’exemple de l’Ifrîqiya) centrées sur les règles de conquête, les rébellions, les systèmes juridiques et politiques, les formes de royauté, les logiques de contrôle militaire ou économique, les modalités de la cohabitation (par exemple, entre Normands et Lombards, envisagés ici sous l’angle de la propriété foncière, des intermariages, de la place ou du rôle dans l’administration des possessions normandes en Italie), ou même les logiques de l’essor des cadres seigneuriaux et féodaux en Italie méridionale. Cette série a été close par un retour sur la conquête philippienne de la Normandie et les différents instruments (coercitifs, mais aussi ceux destinés à permettre l’acceptation du nouveau régime) qui expliquent, au bout du compte, succès du rattachement du duché au domaine capétien au cours du XIIIe siècle. Il fallait pour terminer s’interroger sur les représentations de la conquête qui ont fourni la matière à une dernière séance, d’une part autour de la tapisserie de Bayeux, objet d’interprétations innombrables, dont on peut se demander si le programme iconographique ne s’inspire pas d’une volonté de réconciliation entre Anglais et Normands, et d’autre part du discours de légitimation de la conquête qui s’exprime à travers les actes écrits et la sigillographie des princes de Capoue. Une longue table ronde (1h30), animée de discussions très enrichissantes, a clôturé le colloque en centrant son propos sur les théories, techniques et pratiques de pacification et en envisageant également cette dernière comme une réalité discursive, puis comme un outil historiographique.

Une des journées (le 7 octobre) s’est tenue « hors les murs » et s’est déroulée à l’Auditorium du Château de Caen, mis à la disposition du colloque par la Mairie de Caen. Cette journée a été inaugurée par Monsieur Joël Bruneau, maire de Caen, avec la complicité de Jean-Marie Levesque, directeur du Musée de Normandie. Le colloque s’est ouvert au grand public l’après-midi du 7 octobre où était proposée une conférence sur le Château de Caen, suivie d’une visite du site – y compris dans des parties habituellement fermées au public – et d’une présentation des aménagements projetés.

Au total, les organisateurs peuvent se réjouir de la qualité des communications et de la tenue des débats dans un colloque où la quarantaine de participants (intervenants et public confondus), tout en profitant une nouvelle fois du cadre exceptionnel du château de Cerisy-la-Salle, ont pu prendre le temps de discuter et d’explorer la problématique qui leur était soumise et que cette rencontre n’a nullement épuisée : si la proposition initiale – l’opportunité de débattre de la pacification des temps médiévaux en partant des expériences normandes – semble validée, il sera nécessaire d’explorer plus en avant les questionnements dans des manifestations ultérieures qui figureront au programme du projet Pax Normanna. Une des communications (A. Nef, « Les Hauteville et la pacification de la Sicile et de l’Ifrîqiya ») est maintenant disponible sur la forge numérique de la MRSH de Caen et les actes colloque seront soumis à l’École française de Rome en vue d’une publication.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search