Vikings et Normands du milieu du IXe siècle à 1066

La question du concours 2023 de l’ENS de Lyon portant sur « Vikings et Normands du milieu du IXe siècle à 1066  (évolution politique et sociale, culture et religion, expansion) » invite à quelques remarques générales dont la diffusion, d’abord prévue sur le site web des Annales de Normandie, a été relayée sur le site twitter de cette revue. Nous les publions ici légèrement modifiées par quelques ajouts bibliographiques.

« Vikings et Normands » renvoient à des réalités que l’historiographie, particulièrement française, rassemblent, mais qui méritent d’être distinguées. Suivant un usage des chroniqueurs médiévaux, il est habituel d’associer les vikings (un mot rarement employé à l’époque considérée, et jamais dans les sources franques) aux Normands (bien attestés en revanche pour qualifier les « Hommes du Nord »). Les « invasions normandes » (Normanneneinfälle en allemand) sont une expression traditionnellement employée par une historiographie ancienne pour désigner le mouvement viking, qu’on ne peut en réalité limiter au seul aspect prédateur. L’anglais distingue les Norsemen des Normans et the Norman Conquest désigne l’expédition menée par Guillaume de Normandie en 1066. Le viking (víkingr , pl. víkingar)  désignent ceux des Scandinaves (et plus tard d’autres régions) qui se livrent à une activité, la víking (au féminin), exercée loin de chez eux dans le but de s’enrichir par différents moyens. Les Scandinaves ne sont pas tous des vikings et les vikings (qu’il ne faut  pas considérer comme un peuple) ne sont pas tous des Scandinaves. Les Normands qualifient d’abord  les hommes du Nord puis, à partir du Xe siècle les habitants de la Normandie, voire seulement ceux qui vivent sous l’autorité des princes normands (même si le sens premier du mot ne s’est pas encore totalement perdu).

Un des risques est de considérer l’expansion normande vers l’Italie et l’Angleterre, à partir du XIe siècle, comme un prolongement du mouvement viking, alors que les deux phénomènes ne répondent pas nécessairement aux mêmes logiques. Quand Guillaume le Bâtard envahit l’Angleterre en 1066, cela fait longtemps que les Normands sont intégrés à la civilisation de l’Europe chrétienne dont ils partagent les croyances, les valeurs et les modes de vie. La Normandie est une principauté territoriale du royaume de France qui fonctionne essentiellement sur la base d’institutions héritées du monde franc et ses habitants parlent français. Sur la Tapisserie de Bayeux, les navires sont indiscutablement proches des modèles vikings, mais le texte latin qui accompagne la broderie décrit un affrontement entre Franci et Angli

La chronologie est originale, notamment pour le début de la période envisagée. Elle n’invite pas à approfondir les débuts du phénomène viking – qui doivent cependant être connus dans leurs grandes lignes –, mais capte celui-ci au milieu du IXe siècle, alors que les activités vikings ont déjà pris une ampleur considérable. C’est le moment des premiers hivernages attestés dans le royaume franc et en Angleterre, alors que les premiers ports fortifiés, ou  longphuirt, sont déjà apparus en Irlande et qu’une implantation durable a probablement débuté sur les archipels écossais. A l’Est de l’Europe, les Rhos (Rous) sont attestés pour la première fois en 839 par les sources écrites (Annales de Saint-Bertin) et le Récit des temps passé (compilé au début du XIIe siècle) place en 862 l’arrivée de Riourik et de ses frères suite à l’ « appel aux Varègues ». L’autre borne chronologique, 1066, a été souvent utilisée comme repère pour la fin de la période viking, qui s’inscrit en fait dans une évolution sur le long terme des sociétés scandinaves. Harald le Sévère, roi de Norvège, est défait et tué à Stamford Bridge (25 septembre), au terme d’une carrière de viking qu’il l’avait emmené jusqu’en Russie et dans la garde varangienne des empereurs byzantins. Son vainqueur, Harold Godwinson, issu d’une famille anglo-danoise, subit peu après le même sort face à Guillaume de Normandie à Hastings (14 octobre). Repère commode, 1066 ne doit pas pour autant être interprété comme la fin du monde viking, s’il demeure une date capitale de l’histoire anglaise et marque les débuts de 150 ans d’une histoire commune de part et d’autre de la Manche, son importance a également été nuancée (D. Bates, « 1066 : does the date still matter ? », Historical Research, 2005). La chronologie n’invite pas à s’appesantir sur la conquête de l’Angleterre par les Normands, en revanche les développements de la principauté normande jusqu’à cette date s’inscrivent pleinement dans le sujet.

Dans ces conditions, un des thèmes fédérateurs de la question pourrait être de suivre les évolutions des populations et des sociétés scandinaves, ainsi que des espaces où se sont installés les vikings (principalement en Occident) en gardant à l’esprit la Normandie comme point de comparaison principal. C’est probablement le sens qu’il faut donner à « évolution politique et sociale, culture et religion, expansion ». Le libellé ne comprend pas explicitement l’économie, mais celle-ci ne peut évidemment pas être déconnectée de l’évolution politique et sociale, ni de l’expansion : la recherche de richesses, sous toutes ses formes (prédation, pillage, tribut, commerce où figurent en bonne place les esclaves) a été une des motivations premières des vikings, dont on rappellera que l’appellation dérive directement de cette activité. L’évolution politique et sociale amène à faire ressortir quelques traits majeurs : une importance accrue des échanges, dont une manifestation est l’essor d’emporia bordant les mers septentrionales ; des sociétés hiérarchisées dominées par des élites guerrières qui entrent en compétition pour les richesses, la domination territoriale, le contrôle des itinéraires et le pouvoir ; l’affirmation de centres de pouvoir d’où émergent, d’abord au Danemark, puis plus tard en Norvège et en Suède, des monarchies scandinaves. Les vikings s’implantent dans des espaces et des sociétés différents, selon des modalités qui sont elles-mêmes variables : il en va de même des relations avec les populations locales, lorsqu’on peut les entrevoir, et des formes d’organisation politiques et sociales qui s’établissent dans ce que l’on appelle désormais la « diaspora viking ». Le cas de la Normandie est ici particulièrement symptomatique : seule fondation politique durable des vikings en Occident, ses princes optent pour une intégration dans le monde franc dont les Normands adoptent l’essentiel des structures politiques, des croyances et du genre de vie tout en conservant une identité spécifique qui revendique fièrement des origines nordiques (et aussi troyenne)… mais conserve bien peu de traits culturels scandinaves. La période viking est aussi un temps de brassage de populations, d’idées, et d’influences culturelles et religieuses dont la principale manifestation fut l’essor du christianisme sur les terres conquises par les vikings (dont certaines étaient déjà chrétiennes) et en Scandinavie. Si le rôle des missionnaire (ex. Anschaire au début de la période) et des rois (qu’on ne saurait réduire au seul saint Olaf) a souvent été mis en avant, d’autres processus complexes de négociation culturelle sont intervenus. Au vu de ce qui précède, il est évident qu’ « expansion » ne peut être considéré qu’en des termes militaires, mais dans ses multiples facettes : la violence n’est pas la forme de contact exclusive, et inversement il serait tout aussi déplacé d’envisager les vikings et les Normands seulement dans une perspective irénique.

                                   

Il n’est pas lieu ici de faire une présentation des sources : rappelons qu’elles sont diverses (textes, données archéologiques, linguistiques, toponymiques…) et qu’elles varient d’un espace à l’autre. Il existe peu de recueils documentaires consacrés aux vikings et aux Normands, les plus complets sont en anglais,  citons par exemple :

D’Haenens, Albert, Les invasions normandes, une catastrophe ? Paris, Flammarion, (Questions d’histoire), 1970 (une série de textes en fin de volume).

The Viking Age. A Reader, Angus A. Somerville et Russell A McDonald (éd.), Toronto, University of Toronto Press, 2010.

Documents de l’Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1972.

Van Houts, Elisabeth. M. C., The Normans in Europe, Manchester, Manchester University Press, 2000.

Parmi les très nombreux ouvrages consacrés à la Tapisserie de Bayeux :

Bouet, Pierre et Neveux, François,  La Tapisserie de Bayeux, Rennes, Éd. Ouest France, 2015.

L’œuvre est directement accessible en ligne 

La liste des documents donnés à l’oral la question d’Agrégahttps://www.bayeuxmuseum.com/tion en 2018 et 2019 peut donner une idée de la documentation qui peut servir de support aux épreuves (voir les rapports sont disponibles sur le site du Ministère (devenirenseignant.gouv.fr) et ont été publiés par Historiens-Géographes).

Plusieurs œuvres traduites sont facile d’accès citons par exemple :

Abbon, Le siège de Paris par les Normands, éd. et trad. Henri Waquet, Paris, Les Belles Lettres (« Les classiques de l’Histoire de France au Moyen Age »), 1942.

Adam de Brême,  Histoire des archevêques de Hambourg avec une description des îles du Nord, trad. Jean-Baptiste Brunet-Jailly,  Paris, Gallimard (« L’aube des peuples »),  1998.

Rimbert, Vie de saint Anschaire, trad. Jean-Baptiste Brunet-Jailly, Paris, Editions du Cerf (« Sagesses chrétiennes »), 2011.

Ou pour des domaines plus spécifiques :

Marez, Alain, Anthologie runique, Paris, Les Belles Lettres (« Classiques du Nord »), 2007.

Littérature islandaise médiévale en traduction française, voir : https://isl.hypotheses.org/litterature-islandaise-medievale

 

Les candidats peuvent disposer de plusieurs travaux récemment publiés ou traduits en français, qu’ils compléteront utilement par des ouvrages en langue anglaise. La liste ci-dessous n’a nulle prétention à l’exhaustivité et peut juste être considéré comme une bibliographie d’orientation, actualisée par quelques publications récentes de 2022.

Pour entrer dans le sujet :

Les vikings, une saga européenne, Dossier de la revue L’Histoire, n° 442, décembre 2017.

Les vikings, n° des Dossiers d’archéologie, n° 391, janvier-février 2019.

Les vikings, une histoire mondiale, Numéro hors-série de L’Histoire collection, n° 98, janvier-mars 2023 (à paraître).

Bauduin, Pierre, Les Vikings, Paris, PUF, (QSJ, 1188), 2004 (3e éd. 2018).

Dumézil, Bruno, Joye, Sylvie et C. Mériaux Charles (éd.), Confrontation, échanges et connaissance de l’autre au nord et à l’est de l’Europe : de la fin du VIIe siècle au milieu du XIe siècle. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017 : voir en particulier les chapitres d’Alban Gautier sur « Le phénomène viking » ( p. 99-115) et « La diaspora viking » (p. 347-364)

Haywood, John, Atlas des Vikings, Paris, Autrement, 1996.

Malbos, Lucie, Le monde viking. Portraits de femmes et d’hommes de l’ancienne Scandinavie, Paris, Tallandier, 2022.

Dernièrement paru (novembre 2022) signalons l’ouvrage spécifiquement publié pour la question de concours Lestremau, Arnaud, Septsault, Marie-Luce, Vikings et Normands du milieu du IXe siècle à 1066 (évolution politique et sociale, culture et religion, expansion), Neuilly, Atlande, 2022.

 

Ouvrages de synthèse :

Bauduin, Pierre, Histoire des vikings. Des invasions à la diaspora, Paris, Tallandier, 2019.

Hall, Richard, Exploring the World of the Vikings, Londres, Thames & Hudson, 2007.

Price, Neil, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings,  Penguin Books, 2020 (trad. fr., Les enfants du frêne et de l’orme. Une histoire des Vikings, Paris, Editions du Seuil, 2022).

Roesdahl, Else, The Vikings, 3e éd., Londres, Penguin Books, 2016.

Winroth, Anders, Au temps des Vikings, P. Pignarre (trad. fr.), Paris, La Découverte, 2018.

 

Monde viking, mondes normands

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2011), David Bates et Pierre Bauduin (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2016.

The Viking World, Stefan Brink et Neil Price (éd.), Londres et New York, Routledge, 2008.

Le carnet de recherche Mondes nordiques et normands médiévaux offre une entrée possible à des ressources variées, particulièrement utiles pour suivre l’actualité de la recherche et des publications : https://mnm.hypotheses.org/

dont des catalogues d’exposition utiles

Vikings. Life and legend (catalogue de l’exposition tenue au British Museum du 6 mars au 22 juin 2014), Gareth Williams, Peter Pentz, Matthias Wemhoff, (éd.), Londres, British Museum, 2014.

Les Vikings…les Scandinaves et l’Europe 800-1200  (Catalogue de l’exposition, Grand Palais, Paris, 2 avril-12 juillet 1992, Altes Museum, Berlin, 1er sept.-15 nov. 1992, Nationalmuseet, Copenhague, 26 déc. 1992-14 mars 1993), Paris, Association française d’action artistique, 1992.

Les Normands, peuple d’Europe, 1030-1200, Mario d’Onofrio (dir.), Paris, Flammarion, 1994.

Die Normannen. Eine Geschichte von Mobilität, Eroberung und Innovation , Viola Skiba, Nikolas Jaspert, Bernd Schneidmüller et Wilfried Rosendahl (éd.) , Regensburg, Schnell+ Steiner, 2022, 527 p.

 

Sur les point plus précis (en langue française) :

Coviaux, Stéphane, La fin du monde viking, Paris, Passés composés, 2019 (un ouvrage d’abord consacré à la christianisation du monde viking)

Jóhanna Katrín Friðriksdóttir, Les Femmes vikings, des femmes puissantes, Paris, Autrement, 2020.

Malbos, Lucie, Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle), Turnhout, Brepols, 2017.

Renaud, Jean, Les dieux des Vikings, Rennes, Editions Ouest-France, 1996.

 

Par aires géographiques :

Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (25-29 septembre 2002), Pierre Bauduin (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2005.

Les Vikings dans l’Empire franc : impact, héritage, imaginaire, catalogue de l’exposition, Musée des Beaux-Arts de Valenciennes (16 mai-17 septembre 2014) Elisabeth Ridel (dir.), Bayeux, OREP Editions, 2014.

Bauduin, Pierre, Le monde franc et les Vikings, Paris, A Michel (« L’évolution de l’humanité »), 2009.

Hadley, Dawn, The Vikings in England, Settlement, Society and Culture, Manchester, Manchester University Press, 2006.

Holman Katherine, The Northern Conquest. Vikings in Britain and Ireland, Oxford, Signal Books, 2007.

La Russie viking, vers une autre Normandie ? Novgorod et la Russie du Nord, des migrations scandinaves à la fin du Moyen Age, (Caen, Musée de Normandie, 25 juin-31 octobre 2011), Sandrine Berthelot et Alexandre Musin (dir.), Paris, Errance, 2011.

Byock, Jesse, L’Islande des Vikings, Paris, Aubier, 2007.

 

Et plus particulièrement pour la Normandie :

Bates, David, Normandy before 1066, London-New York, Longman, 1982.

Bates, David, Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, 2019.

Bauduin, Pierre, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen (Bibliothèque du pôle universitaire normand), 2004.

Hagger, Mark, Norman Rule in Normandy, 911-1144, Woodbridge, The Boydell Press, 2017.

Neveux, François, La Normandie des ducs aux rois, Rennes, Ouest-France Université, 1998.

Neveux, François, L’Aventure des Normands, VIIIe-XIIIe siècle, Paris, Perrin, 2006.

Sur les débuts de l’expansion normande au XIe siècle, on lira aussi avec profit le livre de Green, Judith A., The Normans. Power, Conquest and Culture in the 11th-Century Europe, New Haven et Londres, Yale University Press, 2022.

 

Nous invitons également les candidats à prendre connaissance, s’ils ne l’ont pas encore fait, à au cadrage proposé sur le site de l’ENS de Lyon :

http://www.ens-lyon.fr/sites/default/files/2022-05/Lettre%20de%20cadrage%20sp%C3%A9cialit%C3%A9%20Histoire.pdf

 

Pierre BAUDUIN, Université de Caen Normandie, CRAHAM UMR 6273

(image du bandeau : Sacramentaire de Robert de Jumèges (v. 1016-1030), Rouen, Bibl. Patrimoniale, ms Y6)



Citer ce billet
pierrebauduin (2022, 5 décembre). Vikings et Normands du milieu du IXe siècle à 1066. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rizv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search