Publication des fouilles du fort d’Alizay-Igoville

Vincent Carpentier, Cyril Marcigny (éd.), Pont-de-l’Arche et le fort d’Alizay-Igoville (Eure). Les fortifications de la Seine normande, de l’âge viking à la guerre de Cent Ans, Caen, Presses universitaires de Caen (coll. « Publications du CRAHAM »), 2023.

 

Présentation éditeur

En 2010-2011, l’Inrap a mené des fouilles préventives sur une trentaine d’hectares en berge de Seine, à Alizay et Igoville, face à Pont-de-l’Arche (Eure). La longue séquence d’occupation inaugurée à la Préhistoire se conclut à l’époque carolingienne (862) par la construction d’un pont fortifié interdisant aux Vikings la remontée vers Paris. En 2010, la fouille de l’une des fortifications gardant les têtes de ce pont, sur un peu plus de 4 hectares, a permis de prolonger les recherches antérieures de l’archéologue britannique Brian Dearden. Le rempart formant l’angle nord-est de ce castrum quadrangulaire comprend, dans son dernier état, trois fossés talutés, larges de 15 à 20 mètres pour 4 à 5 mètres de profondeur. Le plus ancien talus, daté du IXe siècle, intègre un poutrage de chêne qui l’apparente au murus gallicus et trouve divers parallèles dans la poliorcétique du haut Moyen Âge. Le comblement des fossés a livré un abondant mobilier, essentiellement métallique, dont la chronologie renvoie aux occupations successives de la forteresse dans la seconde moitié du IXe siècle, aux XIIe-XIIIe puis aux XIVe-XVe siècles. Au second Moyen Âge se rapporte notamment une exceptionnelle série de méreaux, en lien avec le chantier du pont fortifié. À l’intérieur de l’enceinte ont été mis au jour de grands fours culinaires, des fosses et quelques bâtiments sur poteaux du IXe siècle. S’y ajoutent deux petits groupes funéraires formés d’une majorité de locaux, femmes et enfants, avec quelques jeunes hommes d’origine extérieure, vraisemblablement des colons militaires (haistaldi) évoqués par les textes. Tous présentent une usure squelettique compatible avec l’hypothèse d’une population modeste affectée au chantier. Ces données de fouille se prolongent par l’étude des fortifications médiévales et modernes de Pont-de-l’Arche, et notamment celles du temps de Philippe Auguste. L’ensemble restitue ainsi l’histoire de la mise en défense de la Seine depuis les grands raids vikings jusqu’aux Temps modernes.

Accéder au sommaire



Citer ce billet
Rédaction (2023, 8 mai). Publication des fouilles du fort d’Alizay-Igoville. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rj06

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search