Appel à communication pour une journée d’études dans le cadre du millénaire de la ville de Caen

En 2025, Caen célèbre son millénaire. Les Annales de Normandie, revue d’études régionales
fondée en 1951, proposent à cette occasion en 2025 une journée d’études consacrées à
l’histoire de la ville dont les communications seront ensuite l’objet d’une publication dans une
livraison dédiée. Un conseil scientifique étudiera les propositions qui devront parvenir à
l’adresse suivante : annalesdenormandie@gmail.com avant le 1er octobre 2023. La proposition
comportera le titre de la communication, un résumé d’environ 1500 signes et le nom de la
chercheuse ou du chercheur. Ces propositions doivent correspondre à des recherches
nouvelles, incluant possiblement une dimension historiographique.

Expression, représentation et réception de pouvoirs dans la ville de Caen


1025 est la date de la première mention de Caen dans les sources écrites conservées. Ce n’est
pas la naissance ni la fondation d’une agglomération. Sur le site le peuplement est déjà présent
depuis des siècles. Reste que cette date a été choisie par la municipalité caennaise pour
célébrer une forme millénaire et qu’il apparaît intéressant de s’interroger sur ce qu’est Caen
sur le temps long à la lumière de recherches récentes. Au XIe siècle, Caen est déjà une ville si
l’on considère simplement, à la suite des géographes, que ce qui définit l’urbain relève de la
densité et diversité de la population et des fonctions. En effet, à Caen dans la décennie 1020
existent, à tout le moins, un bourg, des églises, des vignes, des prés, des moulins, un marché,
un tonlieu et un port.


Le présent appel à communication s’inscrit donc dans le champ de l’histoire urbaine et la ville
est entendue non comme un cadre mais bien un objet d’étude. Afin d’orienter la réflexion et
de faciliter la mise en correspondance des communications, la définition d’une thématique
s’est avérée indispensable si l’on voulait évoquer Caen sur le temps long. Un thème fédérateur
a émergé : celui de l’expression, de la représentation et de la réception de pouvoirs de la Ville
et dans la ville.


Il s’agit de pouvoirs et non des pouvoirs impliquant ainsi la prise en compte des champs hors
de la sphère strictement politique qui elle-même a une définition qui varie au cours du temps
et qui inclut l’Église pour les périodes anciennes. Le sujet est entendu comme une
interrogation sur la capacité des autorités qui gouvernent la ville à établir et exprimer un
pouvoir. Son exercice peut être celui d’une autorité extérieure et être délégué. On pense
notamment au pouvoir ducal puis royal – et à la construction de la souveraineté – et ensuite
au pouvoir républicain, et ce sous toutes leurs formes, mais aussi aux périodes de conflit lors
desquelles une autorité étrangère est établie. En retour, dans chacun de ces cas, l’attitude de
la population peut être à examiner sachant que l’exercice de pouvoirs peut également être le
fait des habitants eux-mêmes. Le sujet se conçoit aussi hors du champ strictement politique
comme une étude de mécanismes sociaux et économiques qui peuvent conduire à une forme
de domination. La notion de la représentation de pouvoirs peut conduire à étudier leur
inscription dans l’espace, éphémère ou durable. Enfin, le sujet croise la question de la capitale
: en quoi Caen a-t-elle été ou pas une capitale à l’échelle de la Normandie ?



Citer ce billet
Rédaction (2023, 17 mai). Appel à communication pour une journée d’études dans le cadre du millénaire de la ville de Caen. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rj07

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search