L’archéologie de mots : les documents médiévaux sur écorce de bouleau en Europe orientale dans le contexte de la culture matérielle

Lettre sur écorce de bouleau n° 538 découverte à Novgorod, deuxième moitié du XIVe siècle chantier Dmitrievski (quartier Nerevski).

L’archéologie d’Europe orientale présente aux chercheurs une combinaison unique de culture matérielle et de culture écrite. Il s’agit de textes sur écorce de bouleau découverts comme objets archéologiques des XIe-XVe siècles. Dans l’histoire humaine, et pas uniquement en Europe de l’Est, l’écorce de bouleau et le bois étaient utilisés pour fabriquer des objets de la vie quotidienne mais aussi pour l’écriture.  

Cependant, le corpus de textes sur écorce de bouleau provenant des sites archéologiques d’Europe orientale diffère considérablement de l’écriture des autres traditions. Premièrement, сontrairement aux manuscrits bouddhistes gandhariens et aux textes sanscrits qui appartiennent à une « haute culture », les documents slaves représentent la vie quotidienne de la population locale dans toutes ses manifestations et sa diversité, à tous les niveaux culturels. Deuxièmement, contrairement à d’autres textes gravés ou écrits sur bois ou écorce, qui ne proviennent pas toujours de contextes archéologiques bien définis ou forment des archives déposées ailleurs (p. ex., les tablettes romaines de Vindolanda, les inscriptions runiques de Bryggen à Bergen en Norvège, les papyrus), les documents sur écorce de bouleau en Europe orientale proviennent dans la majorité des cas d’assemblages archéologiques clos avec des références stratigraphiques précises et des dates dendrochronologique étroites. Ces textes font eux-mêmes partie intégrante et inséparable d’assemblages d’objets matériels du passé, qui comprennent des vestiges de structures résidentielles et de la vie quotidienne, y compris de marqueurs sociaux.

Cependant, dès ses origines, l’étude de documents sur écorce de bouleau a donné lieu à des tentatives d’arracher ces textes aux contextes archéologiques pour établir une nouvelle discipline historique, la « béréstologie » (rus. bérésta, « écorce de bouleau »), comparée à la papyrologie. Aujourd’hui la discussion et la rivalité entre les archéologues et les philologues se poursuit. Ce sont ces derniers qui s’intéressent davantage à l’étude des documents sur écorce de bouleau, qui leurs fournissent des éléments sur l’histoire de la dialectologie, de la linguistique, de l’orthographe et de la phonétique, tandis que les archéologues utilisent en général ces documents à titre illustratif.

Un autre thème de discussion est la datation des documents fouillés. Les archéologues s’appuient sur une datation stratigraphique basée sur les résultats de l’analyse dendrochronologique des structures en bois provenant d’une séquence de couches d’occupation qui indiquent la date de l’ensemble des découvertes archéologiques. Les philologues préfèrent la datation non stratigraphique, basée sur une chronologie spéculative des changements dans le style de lettres spécifiques. Cette approche leur permet de dater les documents plus tard ou plus tôt que la date stratigraphique. Théoriquement, cette situation est possible si les couches archéologiques ont été perturbées dans le passé par l’activité humaine (mobilier intrusif) et des objets résiduels ont été déposés dans des assemblages archéologiques postérieurs. Cependant, chaque cas individuel nécessite une preuve, basée sur une étude approfondie des rapports et des journaux.

Actuellement, plus de 1 260 documents sur écorce de bouleau ont été trouvés en Europe orientale, principalement à Veliky Novgorod (1 157 en décembre 2022), suivi de Staraya Roussa, région de Novgorod (54), Torzhok, région de Tver (19), Smolensk (16), Pskov (8), Tver (5) Moscou (4). Trois documents ont été trouvés à Zvenyhorod en Ukraine, région de Lviv, et 3 documents en Biélorussie (Mstislavl et Vitebsk).

Ces différences quantitatives s’expliquent par les caractéristiques des couches d’occupation et leur capacité à préserver les matériaux organiques. Dans la plupart des cas, le texte était gravé sur la surface intérieure de l’écorce avec un stylet en métal ou en os et non écrit à l’encre. Cela a permis aux documents de se conserver dans les couches archéologiques anaérobies des villes médiévales. Un autre facteur est la superficie du site archéologique fouillé et l’activité de recherche. Cependant, une raison tout aussi importante déterminant l’intensité de la correspondance était les fonctions administratives et politiques de la localité, ainsi que les particularités de la vie sociale.

Malheureusement, il faut admettre que l’archéologie moderne manque d’une méthodologie avancée pour transformer les documents sur écorce de bouleau en une source archéologique. L’information apportée par ces textes et les noms mentionnés sont principalement utilisés pour attribuer des parcelles fouillées à des propriétaires ou à des résidents particuliers et pour clarifier leurs caractéristiques sociales. Parfois, les noms mentionnés dans les documents sur écorce de bouleau de Novgorod peuvent être identifiés à des personnages historiques mentionnés dans les chroniques. Cela permet d’établir leur lieu de résidence et la culture matérielle de leur vie quotidienne. Cette opportunité concerne avant tout l’aristocratie urbaine et le clergé.

Parallèlement, les textes et le vocabulaire des documents sur écorce de bouleau sont non seulement étroitement liés à la vie quotidienne des parcelles urbaines où ils ont été trouvés et au statut social de leurs propriétaires comme des marqueurs culturels et sociaux, mais ils permettent également d’établir une corrélation entre le contenu des documents et la culture matérielle des habitants. Les sujets et le contenu des documents sur écorce de bouleau sont divers et différents. On peut observer leur évolution dans le temps. La plupart des textes sont des lettres et des notes privées (listes de dettes, recouvrements de créances, documents liés au commerce, consignes ménagères), des pétitions collectives de paysans aux seigneurs féodaux (surtout aux XIVe-XVe siècles) ou même des messages d’amour. Certains textes contiennent un langage obscène. On connait des ébauches d’actes officiels ou les actes eux-mêmes : testaments, reçus, actes de vente, archives judiciaires, etc. Les textes témoignent de la position élevée des femmes dans la société médiévale d’Europe orientale, qui pouvaient envoyer des commandes aux membres de leur familles et participer de manière autonome à des opérations monétaires. Les textes liturgiques et ecclésiastiques (hymnes, prières, listes de commémorations, sermons, commandes d’icônes) sont relativement rares, mais particulièrement intéressants ; on note encore la présence d’alphabets et des dossiers scolaires. L’analyse des documents en alphabet cyrillique permet d’avancer une hypothèse sur l’attitude sacrée pour des symboles et sur le processus d’écriture. Cependant, après avoir été écrits, les textes ont perdu leur signification.

Cette documentation a été présentée lors d’une conférence prononcée à l’université de Caen Normandie le 11 avril 2023 dans le cadre d’un atelier de Master d’Histoire médiévale.  Il a été démontré l’importance de documents sur écorce de bouleau pour l’étude de la culture matérielle et de la société médiévales à partir d’exemples précis, dans le contexte des caractéristiques générales du corpus de ces textes et de l’archéologie de Novgorod. En plus des documents de Novgorod, une attention particulière a été accordée aux découvertes de Zvenyhorod ainsi qu’à un autre monument unique de l’écriture médiévale ukrainienne – un document sur une plaque de plomb de Polonne, région de Khmelnytsky, découvert en 2021. Cette dernière a été analysée dans le contexte d’autres documents sur plomb d’Europe de l’Est et en lien éventuel avec la tradition antique. Des parallèles entre l’écriture sur écorce de bouleau et d’autres formes d’écriture étudiées archéologiquement – p. ex., les graffitis sur les murs des églises orthodoxes – ont été également considérés.

En conclusion, on peut constater que les documents sur écorce de bouleau nous présentent une information sur les différents aspects de la vie médiévale de l’Europe de l’Est. En outre, ils ouvrent pour nous certains moments de la présence scandinave sur cette partie du continent et l’évolution du mot « Varègue » chez Slaves orientaux aux XIIe-XIIIe siècles (voir : Musin A., “Des « Varègues » sur écorce de bouleau ?”, in Mondes nordiques et normands médiévaux [carnet de recherches], 27 octobre 2015. [en ligne] https://mnm.hypotheses.org/2369). L’analyse de textes dans le contexte de leur découverte est capable de les transformer en véritable source historique et archéologique qui permettra étudier le changement des rélations sociales et l’histoire de la culture matérielle de l’Europe de l’Est. Aujourd’hui, alors que la plupart des textes ont été publiés dans l’édition annotée des documents sur écorce de bouleau de Novgorod en douze volumes entre 1953 et 2015, et sont également disponibles en ligne (http://gramoty.ru/birchbark/), cet objectif semble réalisable, bien qu’il est aussi nécessaire de regarder les rapports de fouilles archéologiques. Parallèlement, une telle étude pourrait ouvrir la voie à un projet de traduction française et de publication commentée en France des documents les plus importants.

Aleksandr Musin
Centre Michel de Boüard-CRAHAM

Orientation bibliographique

 

Haavio M., « The Oldest Source of Finnish Mythology : Birchbark Letter No. 292 », Journal of the Folklore Institute, vol. 1, n°1/2, 1964, p. 45–66.

Vodoff W., « Les documents sur écorce de bouleau de Novgorod », Journal des savants, 1966, n°4, p. 193-233.

Faccani R., « Gramoty novgorodiane su corteccia di betulla. I (secoli XI–XII) », Annali di Ca’ Foscari (Rivista della facoltà di lingue e letterature straniere dell’Università di Venezia), t. 26, n°1, Padova, 1987, p. 117–136.

Faccani R., « Gramoty novgorodiane su corteccia di betulla. II (secoli XI–XII) », Annali di Ca’ Foscari, t. 27, n°1–2, Padova, 1988, p. 139–159.

Zaliznjak A. A., Drevnenovgorodskij dialekt, 2-e izdanie, pererabotannoe s učetom materiala nahodok 1995-2003 gg. (Le dialecte ancien de la terre de Novgorod), Moscou, Jazyki slavjanskoj kulʹtury, 2004.

Schaeken J., « The Birchbark Documents in Time and Space–Revisited », dans Epigraphic Literacy and Christian Identity Practical Modes of Written Discourse in the Newly Christian European North 800-1200, dir. K. Zilmer & J. Jesch, Turnhout, Brepols, 2011 (Utrecht Studies in Medieval Literacy 4), p. 201–224.

Janin V. L., Zaliznjak A. A., Gippius A. A., Novgorodskie gramoty na bereste, t. XII: (Iz raskopok 2001–2014 gg.) (Les documents sur écorce de bouleau de Novgorod des fouilles des années 2001-2014, Moscou, Jazyki slavjanskoj kulʹtury, 2015.

Schaeken J., « Comments on birchbark documents found in the twenty-first century », Russian Linguistics, t. 41(52), 2017, p. 123-149.

Schaeken J., Voices on Birchbark. Everyday Communication in Medieval Russia, Leiden, Brill. 2019.

Kollinger K., « Prolegomena to the study of birchbark manuscripts », Archeologia Polski, 2020, vol. 65, pp.189–214.

 

 

Illustration du bandeau : Lettre sur écorce de bouleau n° 538 découverte à Novgorod, deuxième moitié du XIVe siècle chantier Dmitrievski (quartier Nerevski).



Citer ce billet
amusin (2023, 5 juin). L’archéologie de mots : les documents médiévaux sur écorce de bouleau en Europe orientale dans le contexte de la culture matérielle. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rj0a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search