Usages et circulations du sceau dans les mondes normands médiévaux (XIe-XIIIe s.) : autour de quelques développements récents

Ill : Bulle de Bohémond Ier de Hauteville [1085-1111], Archives départementales du Calvados, 166 J/1 (cliché de l’auteur)

Guilhem Dorandeu
École française de Rome – LaMOP (UMR 8589)

Depuis la fin du XXe siècle, la discipline sigillographique connaît une véritable renaissance. Cette dernière se manifeste par la multiplication des expositions et des éditions de corpus sigillaires régionaux, par la recrudescence des publications et des rencontres scientifiques concernant les sceaux, par l’essor des analyses archéométriques pratiquées sur les empreintes ou encore par le développement des travaux portant sur les matrices. Plusieurs bases de données récemment mises en ligne facilitent en outre l’accès à de grandes séries de sceaux ; en France, la plus ambitieuse d’entre elles est représentée par SIGILLA, ouverte au public depuis 2014. Cette émulation académique, qui concerne surtout l’étude des sceaux médiévaux, est avant tout perceptible en Europe et aux États-Unis. Son versant occidental peut être précisément appréhendé grâce à la « Bibliographie de la sigillographie française », publiée chaque décennie par Jean-Luc Chassel dans la Revue française d’héraldique et de sigillographie. Une synthèse des dernières recherches menées sur les sceaux byzantins a par ailleurs été établie en 2022 par Jean-Claude Cheynet.

À bien des égards, les mondes normands médiévaux sont concernés par les plus importants renouvellements historiographiques de la sigillographie médiévale. Le fait tient d’abord au tropisme des chercheurs britanniques et français pour les empreintes produites autour des deux rives de la Manche. Ce matériel est ainsi largement examiné dans trois ouvrages collectifs récemment publiés au Pays de Galles [McEwan et New 2012 ; Schofield 2015 ; Schofield, New, Johns et McEwan 2016]. Il constitue logiquement le cœur des actes du grand colloque organisé à Cerisy sur les sceaux émis autour du monde anglo-normand, qui viennent de sortir [Maneuvrier, Chassel et Blanc-Riehl 2022]. Les résultats de la journée d’études tenue en 2021 à Dumbarton Oaks, où sont intervenus plusieurs chercheurs intéressés par la même documentation, devraient enfin paraître sous peu grâce à Brigitte Miriam Bedos-Rezak, Eric McGeer et Jonathan Shea. Il faut encore ajouter que les institutions muséales sont parties prenantes de cette dynamique : le British Museum, qui conserve une des collections les plus significatives de matrices sigillaires médiévales, a ainsi édité deux ouvrages faisant la part belle aux sources normandes [Adams, Cherry et Robinson 2008 ; Cherry, Berenbeim et de Beer 2018], tandis qu’une grande exposition sigillographique s’est tenue concomitamment au Musée départemental des Antiquités de Rouen, aux Archives départementales de Seine-Maritime et à l’Abbaye de Jumièges [Bloche, Dorion-Peyronnet et Maroteaux 2015]. Jusqu’ici toutefois, les sceaux produits dans le monde méditerranéen par des individus d’origine normande n’ont jamais fait l’objet de telles attentions, bien que deux petites rétrospectives sigillographiques aient été organisées autour de quelques empreintes conservées depuis les XIe et XIIe siècles à Bari [Ruotolo et Cioffari 2002] et Cava de’ Tirreni [Carleo 2007].

Quoi qu’il en soit, ces différentes publications ont permis de revenir sur le rôle prépondérant des élites des différents mondes normands médiévaux dans le développement de plusieurs grands phénomènes sigillographiques. Ce court billet ne permet évidemment pas de dresser un panorama exhaustif de ces progrès, mais a vocation à présenter les plus importants et prometteurs d’entre eux.

Le premier a trait à l’essor de la pratique sigillaire chez les laïcs, en dehors du cercle des seuls souverains. On sait en effet que l’usage des empreintes sigillographiques est, dans l’Occident du Moyen Âge, restreint à un petit nombre de monarques et de puissants ecclésiastiques jusqu’au milieu du XIe siècle. Or, il semble que le premier grand laïc à avoir rompu cette situation de monopole soit le duc de Normandie Guillaume le Conquérant, au plus tard au moment même de sa montée sur le trône d’Angleterre [Schöntag 2019]. Le sceau de cire que ce personnage adopte en 1066 comporte en effet un avers ducal, où le sigillant est qualifié de « protecteur des Normands » et est représenté à cheval, tenant une lance munie d’un gonfanon. Ce type iconographique constitue une innovation. Le revers, quant à lui, figure Guillaume trônant en tant que « roi des Anglais », selon une formule inspirée des empreintes d’Édouard le Confesseur († 1066). Le modèle équestre inventé par Guillaume est ensuite vite repris et diffusé par la haute aristocratie normande, aussi bien en France et en Angleterre que dans le monde méditerranéen [Nieus 2016 ; Cheynet 2022]. Il deviendra ultérieurement une des images les plus courantes de la sigillographie occidentale médiévale. Le rythme et les schémas de son expansion entre Manche et Méditerranée révèlent que les membres des diverses élites normandes des XIe et XIIe siècles entretiennent des liens étroits, favorisant la circulation de modèles partagés de légitimation du pouvoir.

L’historiographie la plus récente est aussi longuement revenue sur la diffusion de formes sigillaires spécifiques au sein des mondes normands médiévaux, telle celle du sceau à intaille. L’intérêt pour le sujet n’est pas nouveau : en 1877, Germain Demay avait déjà publié un petit livre consacré aux empreintes de ce type conservées dans les archives françaises, produites à partir de gemmes taillées antiques. Dans l’Occident médiéval, les sceaux à intailles sont d’abord manipulés en petit nombre par les souverains carolingiens et par d’importants prélats, avant d’être massivement utilisés par les élites du monde anglo-normand à partir de la seconde moitié du XIIe siècle. Cette expansion significative, dont les causes n’ont pas encore été expliquées de façon satisfaisante, a fait l’objet de plusieurs articles parus dans les ouvrages collectifs cités antérieurement [auxquels il convient d’ajouter la contribution rédigée par Bloche 2018]. Dans ma thèse de doctorat [Dorandeu 2023], j’ai montré que l’essor de l’emploi des intailles de part et d’autre de la Manche au Moyen Âge central est précédé, dès la seconde moitié du XIe siècle, par un très fort engouement des Normands d’Italie pour les mêmes objets. Ce phénomène, favorisé par la disponibilité des pierres taillées antiques dans la région, est certainement lié à la valorisation des vertus prophylactiques et de la connotation impériale des intailles. Des exemples précis permettent en outre de démontrer que plusieurs sigillants ayant utilisé des gemmes gravées dans le Mezzogiorno maintenaient des liens familiaux, épistolaires ou diplomatiques étroits avec leur parentèle fixée en Normandie et dans les îles britanniques, susceptibles d’avoir appuyé la diffusion des pierres antiques vers le nord de l’Occident. D’autres modèles iconographiques, étudiés à nouveaux frais depuis quelques années, permettent de conforter ces propositions : c’est notamment le cas des types équestres et héraldiques [Nieus 2016].

Il reste cependant beaucoup à faire pour identifier et mesurer les circulations humaines, textuelles et matérielles liant les différents mondes normands médiévaux et ayant pu favoriser les échanges sigillaires entre Manche et Méditerranée. La tâche est d’autant plus complexe que bien des corpus sigillographiques conservés dans ces régions restent inédits ou très mal connus. La Normandie a la chance d’avoir tôt bénéficié de l’attention de Germain Demay, qui a établi un catalogue et réalisé des moulages sur ses fonds d’empreintes à la fin du XIXe siècle. De tels instruments de recherche synoptique n’existent pas encore pour l’Angleterre, bien que les sceaux du British Museum soient édités depuis longtemps [de Gray Birch 1887-1900] et qu’un manuel de sigillographie anglaise ait été publié à la fin du XXe siècle [Harvey et McGuinness 1996]. Pire, les sceaux normands de l’Italie méridionale et du Levant ne peuvent aujourd’hui être appréhendés qu’à partir des travaux fort anciens et incomplets d’Arthur Engel (1882) ou de Gustave Schlumberger, Ferdinand Chalandon et Adrien Blanchet (1943). On sait, pourtant, que des sceaux ont bien circulé entre ces différents espaces, comme le montre la découverte récente dans le Calvados d’une bulle de Bohémond Ier de Hauteville, possessionné en Pouille et à Antioche [Dorandeu 2021]. On voit également clairement des pratiques sigillographiques précises se développer simultanément dans les chancelleries royales françaises et anglaises dès le XIIe siècle, à l’image de l’usage de la cire de couleur verte pour le scellement des actes à valeur perpétuelle [Baudin 2018], qui suggèrent l’existence de liens entre les différents milieux administratifs des mondes normands médiévaux. Il faut donc souhaiter que les entreprises d’inventorisation et d’édition des séries sigillaires normandes médiévales, prélude nécessaire à la réalisation d’études historiques plus amples, se poursuivent. L’enjeu est crucial : les sceaux apportent effectivement des informations à la fois nouvelles et complémentaires aux sources narratives ou diplomatiques normandes, déjà bien connues. Ils permettent de documenter des phénomènes intéressant l’ensemble de l’histoire du Moyen Âge, à l’image des évolutions des représentations et des performances du pouvoir, ou de la construction des rationalités et des pratiques administratives des dominants.

Bibliographie sélective

Noël Adams, John Cherry et James Robinson, Good Impressions: Image and Authority in Medieval Seals, Londres, British Museum Press, 2008 [British Museum Research Publication, 168].

Arnaud Baudin, « Phillipp. R. Schofield (éd.), Seals and their context in the Middle Ages », Revue française d’héraldique et de sigillographie – Chronique bibliographique, 2018/1, 5 p.

Michaël Bloche, Caroline Dorion-Peyronnet et Vincent Maroteaux, Empreintes du passé. 6000 ans de sceaux, Rouen, Point de vues, 2015.

Michaël Bloche, « Les réemplois d’intailles antiques en sceaux et contre-sceaux dans le diocèse de Rouen et plus largement en Normandie au Moyen Âge », dans Pierre Bauduin, Grégory Combalbert, Adrien Dubois, Bernard Garnier, Christophe Maneuvrier, Sur les pas de Lanfranc, du Bec à Caen. Recueil d’études en hommage à Véronique Gazeau, Caen, Annales de Normandie, 2018, p. 535-545 [Cahier des Annales de Normandie, 37].

Carmine Carleo, Sigillo & sigilli. Mostra fotografica e documentaria sui sigilli conservati nell’Archivio Cavense, Cava dei Tirreni, Badia di Cava, 2007.

John Cherry, Jessica Berenbeim et Lloyd de Beer, Seals and Status: The Power of Objects, Londres, The British Museum, 2018 [Research Publication, 213].

Jean-Claude Cheynet, « L’usage des sceaux à Byzance d’après ceux des Francs au service de l’Empire », dans Christophe Maneuvrier, Jean-Luc Chassel et Clément Blanc-Riehl, Apposer sa marque : le sceau et son usage autour de l’espace anglo-normand, Paris, Le Léopard d’Or, 2022, p. 177-191.

Guilhem Dorandeu, « Une bulle de Bohémond Ier de Hauteville provenant de Juaye-Mondaye (Calvados) », Annales de Normandie, 71, 2021, p. 91-101.

Guilhem Dorandeu, Écrire et sceller la domination normande du Mezzogiorno (XIe-XIIe s.), thèse de doctorat en histoire dirigée par Laurent Feller et Annliese Nef, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2023, 2 vols.

Walter de Gray Birch, Catalogue of seals in the Department of Manuscripts in the British Museum, Londres, Trustees of the British Museum, 1887-1900.

Paul D. A. Harvey et Andrew McGuinness, A Guide to British Medieval Seals, Londres, The British Library, 1996.

Christophe Maneuvrier, Jean-Luc Chassel et Clément Blanc-Riehl, Apposer sa marque : le sceau et son usage autour de l’espace anglo-normand, Paris, Le Léopard d’Or, 2022.

John McEwan et Elizabeth A. New, Seliau yn eu Cyd-destun : Cymru a’r Mers yn yr Oesoedd Canol. Seals in Context: Medieval Wales and the Welsh Marches, Aberystwyth, Prifysgol Aberystwyth-Aberystwyth University, 2012.

Jean-François Nieus, « Early Aristocratic Seals: An Anglo-Norman Success Story », Anglo-Norman Studies, XXXVIII, 2016, p. 97-124.

Giuseppe Ruotolo et Gerardo Cioffari, I sigilli della Basilica di San Nicola di Bari. Periodo bizantino normanno e svevo, Vicence, Accademia Italiana di Studi Numismatici, 2002 [I quaderni dell’Accademia, 10].

Phillipp R. Schofield, Seals and their Context in the Middle Ages, Oxford-Philadelphie, Oxbow Books, 2015.

Phillipp R. Schofield, Elizabeth A. New, Susan M. Johns, John McEwan, Seals and Society. Medieval Wales, the Welsh Marches and Their English Border Region, Cardiff, University of Wales Press, 2016.

Wilfried Schöntag, « Das Reitersiegel König Wilhelms I. von England als Patronus Normannorum. Entstehung und Ausstrahlung eines neuen Symbols für Rang und Macht », Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde, 65, 2019, p. 63-134.



Citer ce billet
Rédaction (2023, 24 octobre). Usages et circulations du sceau dans les mondes normands médiévaux (XIe-XIIIe s.) : autour de quelques développements récents. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rj0m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search