Jocelyn Coulon, Exils et exilés : pratiques, trajectoires et discours de l’exil dans les mondes nordiques et normands médiévaux

Jocelyn Coulon, Exils et exilés : pratiques, trajectoires et discours de l’exil dans les mondes nordiques et normands médiévaux (IXe-XIIe siècles), dir. Pierre Bauduin, Université de Caen Normandie, CRAHAM (UMR 6273)

Résumé du projet de thèse

L’exil est envisagé pour cette thèse comme un ensemble de déplacements contraints, imposés par autrui ou par la nécessité, voire comme un choix personnel, vers un ailleurs plus ou moins éloigné spatialement et/ou culturellement, à partir d’un territoire d’origine. Cette diversité de motifs sous-entend une variété des formes d’exil. En outre, ce type d’état implique un sentiment d’éloignement ainsi qu’un ensemble d’enjeux sociaux spécifiques (langue, insertion dans des réseaux, identité). L’ambition de ce travail est donc d’analyser les phénomènes politiques et sociaux révélés par l’exil, celui-ci étant un facteur de mobilité dont on mesure encore mal les impacts réels dans les sociétés anciennes étudiées. Le travail sera appuyé sur un volet quantitatif en créant une base de données d’exilés, au sein de l’espace des mondes nordiques et normands médiévaux entre le IXe et le XIIe siècle.

Les bornes de l’étude se trouvent justifiées à travers les dynamiques socio-politiques rencontrées dans les espaces investigués. La période des IXe-XIIe siècles correspond en effet à la construction des autorités politiques au sein des mondes nordiques (construction des royaumes, mutations des élites, christianisation) et des mondes normands (duché de Normandie, conquêtes britannique et italienne), mais aussi à d’importants mouvements migratoires de populations (ainsi, les incursions et « diasporas » scandinaves). Cette étude a d’une part pour cadre géographique les « mondes normands », expression qui désigne à la fois le territoire normand du duché, mais également les zones d’expansions et de conquêtes normandes des XIe-XIIe siècles comme l’Angleterre ou encore l’Italie méridionale et la Sicile. L’autre pan géographique de cette recherche, « les mondes nordiques médiévaux », englobe la majeure partie des zones territoriales actuelles des pays scandinaves que sont le Danemark, la Norvège et la Suède, mais également une partie des aires d’implantation (durables ou passagères) scandinaves lors de la période choisie comme l’Islande, l’Irlande, la Grande-Bretagne ou encore l’Europe orientale. L’un des enjeux de ce travail consiste à comparer ces espaces politiques (qui partagent des caractéristiques communes, notamment culturelles, mais aussi des disparités via leurs évolutions respectives) dans leurs pratiques et discours sur l’exil, en les comparant avec les trajectoires effectives d’un corpus prosopographique d’exilés. Ceci dans le but de mieux comprendre les modalités politiques, juridiques, sociales et culturelles de l’exil (plus ou moins temporaire), et donc de confronter représentations et réalités à propos de cet état.

L’étude des pratiques de l’exil et du bannissement (une des modalités de l’exil, la mise hors-la-loi suite à une décision juridique) au sein des sociétés médiévales nordiques et normandes rejoint dans un premier temps les champs de l’histoire politique et juridique. Des enjeux de sémantique du bannissement se posent immédiatement au sein des sources à analyser. Cette question n’est pas nouvelle, et interroge au sujet de l’origine de la pratique, mais surtout de l’appellation de la procédure juridique du bannissement dans les sociétés étudiées. Le vocable employé peut ainsi relever de transferts culturels lexicaux (pour la Normandie : ullac/ulage). Outre ces enjeux concernant l’origine de l’exil et des transferts/emprunts culturels liés, cette recherche entend questionner les pratiques politiques et juridiques du pouvoir, l’exil étant envisagé à la fois comme une forme de « clémence » (la mort est évitée) et de punition sévère (confiscation des biens, éloignement lointain, qui dure dans le temps, etc.), de violence (symbolique), dans une volonté de règlement des conflits de la part du prince. Dans quelle mesure l’exil participe-t-il donc à construire l’autorité et la légitimité du pouvoir ? Existe-t-il une forme d’exil proprement « normande » et/ou scandinave ? En cela, l’inscription de ce travail dans une approche comparatiste entre plusieurs espaces est une belle occasion d’affiner notre compréhension du rôle du bannissement dans la construction de l’autorité princière dans un temps d’affirmation du pouvoir ducal normand et de construction politique des royaumes scandinaves. En outre, l’exil peut-il être vu comme une manière de définir en creux un territoire politique pour l’autorité à l’origine de la peine ? Cette question trouvera sûrement des réponses dans la cartographie des mobilités des exilés.

Cette thèse entend également s’inscrire dans les champs de l’histoire sociale, à travers l’étude des réseaux et des mobilités, à la fois spatiales et sociales, des individus exilés. Afin de mieux saisir les caractéristiques de cette réalité politique, juridique, et sociale, l’enquête entend proposer de constituer une base de données prosopographique regroupant les exilés des mondes nordiques et normands médiévaux (les espaces étudiés étant envisagés à la fois comme territoires de départ et territoires d’accueil) rencontrés au fil des sources étudiées. Aucune base de données de cette ampleur n’a encore été entreprise pour la thématique étudiée. L’ensemble du corpus sera analysé selon une grille commune. Ces notices prosopographiques seront encodées en langage XML-TEI (via XMLMind XMLEditor), au sein de l’outil e-Personae développé par le CRAHAM et le Pôle Document Numérique de la MRSH de l’Université de Caen. E-Personae propose des outils de modélisations, permettant par exemple la réalisation de schémas réticulaires donnant l’occasion de faire émerger des liens ou des facteurs d’explication dissimulés. L’utilisation de cet outil numérique permettra d’effectuer des comparaisons et d’interroger la base de données afin de faire ressortir les points communs et/ou caractères exceptionnels de situations d’exilés. Une situation d’exil peut-elle être, par exemple, une forme d’opportunité d’enrichir ses réseaux d’amitiés et d’alliances ? L’outil e-Personae permettra de schématiser les éventuels réseaux de soutiens constitués à l’occasion des mobilités exiliques, enjeu important dans le cas des élites pour notre sujet d’étude. Plus largement, on pourra tenter de déceler le rôle qu’a pu jouer l’exil dans les mouvements plus globaux des conquêtes normandes (britannique, italienne) et des diasporas scandinaves, à travers une mobilité contrainte (du moins initialement, mais qu’en est-il de la destination ?).

Un tel sujet comporte enfin un aspect culturel, questionnant l’histoire des représentations touchant à l’exil et aux exilés. Si ces thématiques ont plus souvent été abordées (notamment au sein des sources littéraires médiévales), cette thèse entend alimenter ces champs de recherche par le biais d’une approche plus globale du phénomène de l’exil à travers ses pratiques avérées (corpus prosopographique d’exilés, via e-Personae) et ses représentations. Ainsi, l’enjeu est de confronter discours juridiques et littéraires (codes de lois et textes normatifs, œuvres narratives et historiographiques) avec les parcours effectifs d’exilés. Ainsi, l’exilé est-il vraiment seul ? Dans quelle mesure est-ce un topos littéraire ? Existe-t-il une figure spécifique de l’exilé normand et/ou nordique ? L’exil rejoint enfin le thème des récits d’origines, de mise en récit du passé (réel ou fantasmé) d’un groupe social. Dans quelle mesure l’exil a-t-il donc pu participer à fonder une identité dans des récits d’ethnogenèse médiévaux ? Cet aspect de la recherche exilique au sein des espaces normands et nordiques médiévaux entre les IXe et XIIe siècles pose également la question des transferts culturels concernant les représentations des origines et du passé d’un groupe ethnique.

Afin de réaliser cette enquête sur les pratiques, itinéraires et discours de l’exil au sein des mondes nordiques et normands médiévaux, un riche ensemble de sources textuelles sont à disposition. Il conviendra d’attacher une importance non négligeable aux sources juridiques, comme les codes de lois et autres actes de la pratique issus du pouvoir princier. Par ailleurs, les actes des institutions ecclésiastiques et actes d’évêques pourront également être sollicités. Les éléments de codification juridique, deuxième élément du corpus de sources, concernent davantage les XIIe-XIIIe siècles, notamment les mondes nordiques. Enfin, les œuvres narratives issues des mondes nordiques et normands du Moyen Âge fourniront le troisième corpus de sources pour l’étude de l’exil et des exilés. L’exil est un thème très présent dans plusieurs de ces récits, notamment historiographiques ; citons pour les mondes nordiques par exemple les récits de Saxo Grammaticus, Snorri Sturluson et les différentes sagas royales. Pour les mondes normands, Dudon de Saint-Quentin, Guillaume de Jumièges, Orderic Vital, Geoffroi Malaterra et Aimé du Mont-Cassin seront par exemple sollicités.

En définitive, étudier les exilés dans les mondes nordiques et normands médiévaux, en plus de s’inscrire dans un cadre plus large de réflexions communes autour de cet espace-temps au sein du CRAHAM, aidera à la compréhension des mécanismes politiques et sociaux de l’exclusion d’un espace et d’une communauté, ainsi qu’à l’appréciation des écarts entre discours (juridiques, politiques, littéraires) de l’exil et itinéraires avérés d’individus exilés, grâce à une base de données inédite.

Légende illustration du cartouche :

Dans la Saga de Njáll le Brûlé (rédigée au XIIIe siècle), au chapitre 75, Gunnar Hámundarson doit s’exiler d’Islande pendant trois ans suite au règlement d’un conflit au Þing. Toutefois, sur le point de partir, il regarde en arrière vers son domaine Hlíðarendi et dit : « La colline est magnifique » (« Fögur er hlíðin »). Il décide alors de ne pas partir.

Illustration d’Andreas Bloch, tirée de l’ouvrage norvégien de Nordahl Rolfsen, Vore Fædres Liv : Karakterer og Skildringer fra Sagatiden, Kristiania, Stenersen, 1898 (domaine public).



Citer ce billet
Rédaction (2023, 22 décembre). Jocelyn Coulon, Exils et exilés : pratiques, trajectoires et discours de l’exil dans les mondes nordiques et normands médiévaux. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veig

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search