Compte-rendu de la soutenance de V. Barabino « Des guerriers d’Odin aux chevaliers du Christ … »

Compte-rendu de la soutenance de V. Barabino « Des guerriers d’Odin aux chevaliers du Christ  : la relation combattant/divinité dans la diaspora scandinave médiévale au prisme de la christianisation, IXe-XIVe siècle »

 

Le 2 décembre 2023, dans l’amphithéâtre de la MRSH à l’université de Caen Normandie, Victor Barabino a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Des guerriers d’Odin aux chevaliers du Christ : la relation combattant/divinité dans la diaspora scandinave médiévale au prisme de la christianisation, IXe-XIVe siècle » devant un jury composé de Pierre Bauduin, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Normandie (président du jury, examinateur) ; Alban Gautier, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Normandie (co-directeur de la thèse) ; Ryan Lavelle, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Winchester (co-directeur) ; Geneviève Bührer-Thierry, Professeure d’histoire médiévale à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne (rapporteure) ; David Brégaint, Professeur d’histoire médiévale à la Norwegian University of Science and Technology de Trondheim  (rapporteur) et Corinne Péneau, Maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris-Est Créteil (UPEC).

En qualité de président, P. Bauduin a ouvert la soutenance à 14h, en présentant le sujet de thèse ainsi que les co-directeurs. Il a ensuite donné la parole au candidat.

Après avoir remercié ses directeurs, le jury, l’unité de recherche ainsi que l’école doctorale, V. Barabino a exposé son sujet et sa méthode de recherche ainsi que ses résultats, tout en revenant sur sa formation. Il a rappelé qu’il a ressenti un « appel du Nord » à l’occasion de son Master recherche à l’ENS de Lyon et qu’il s’est initié en tant qu’autodidacte aux langues scandinaves, anciennes comme modernes.

Sa recherche s’intéresse aux relations entre les guerriers – à la fois des individus dont l’existence est attestée, et des personnages fictifs – et les divinités – païennes et chrétiennes. Du point de vue chronologique, l’étude s’étend de 878 à 1397, c’est-à-dire du baptême de Guthrum/Æthelstan à l’union de Kalmar ; en termes géographiques, elle inclut toute la diaspora scandinave. La documentation primaire comprend des textes vernaculaires comme des poèmes scaldiques, des textes narratifs ou normatifs ainsi que des sources latines, par exemple des annales ou la littérature hagiographique. Une place est par ailleurs accordée à l’iconographie et à l’archéologie, ce qui confère à cette thèse de doctorat une dimension interdisciplinaire. Du point de vue méthodologique, V. Barabino a mobilisé des approches diplomatiques, statistiques, archéologiques ou encore linguistiques, bien qu’il ait souligné certaines limites sur ce point, en particulier son impossibilité de dépouiller la documentation arabe. Le candidat a achevé sa présentation en évoquant son souhait de se tourner vers les humanités numériques à l’avenir.

A. Gautier a ensuite été invité à prendre la parole et a souhaité faire part de son émotion, le candidat étant le premier doctorant qu’il (co-)dirige à soutenir sa thèse. Il a souligné le travail systématique et rigoureux de V. Barabino, ainsi que ses qualités d’esprit de synthèse, de hauteur de vue et d’ouverture. Il est aussi revenu sur certains questionnements qui ont émaillés le parcours du candidat, comme le fait d’inclure le XIVe siècle dans l’étude. Enfin, il a mentionné les activités du candidat à côté de sa thèse : son service d’enseignement au sein de l’université de Caen-Normandie puis son contrat ATER à l’université de Rennes II, ses rédactions de notes de lectures, sa participation à des colloques et journées d’études ainsi que la co-organisation d’une journée d’étude.

Après avoir remercié A. Gautier, V. Barabino a précisé qu’inclure le XIVe siècle dans son étude était utile afin de pouvoir étudier des sagas des temps passés et des sagas de chevaliers, moins exploitées par les historiens en raison de leur « nature fuyante ».

À son tour, R. Lavelle s’est exprimé sur le travail de recherche du candidat, attirant l’attention sur sa dimension interdisciplinaire, sur le fait qu’aucune période n’a été délaissée et que le propos est très compréhensif. Il a tout de même souhaité interroger V. Barabino sur le plan de sa thèse et s’est montré très intéressé par les projets présentés par le candidat au sujet des humanités numériques.

Dans sa réponse, le V. Barabino a remercié R. Lavelle et est ensuite revenu sur le choix du plan de son travail, qui a été à l’origine de multiples échanges entre lui et ses deux co-directeurs.

G. Bührer-Thierry, en qualité de rapportrice, a quant à elle insisté sur le fait que le sujet était particulièrement difficile mais que V. Barabino avait relevé ce défi, mettant l’accent sur plusieurs qualités comme l’expression claire (même si les graphies scandinaves peuvent dérouter un lecteur non accoutumé) et critiquant favorablement le chapitre consacré aux divinités féminines. Après quelques remarques sur l’anthropologie historique – auxquelles le candidat a répondu en proposant de plutôt parler d’« histoire anthropologique » – elle a aussi questionné le plan de la thèse : pourquoi ouvrir le texte avec le XIe siècle et saint Olaf, pour aborder dans le chapitre suivant la dynastie de Jelling, antérieure chronologiquement ? V. Barabino a expliqué que sa logique entend « partir du bas » et « progresser vers le haut », c’est-à-dire des guerriers vers la royauté et l’idéologie, en gardant la mort comme sujet final de la thèse. Enfin, le personnage féminin de la croix de Gosforth a été l’objet d’une discussion entre G. Bührer-Thierry et le candidat, la première rappelant que plusieurs lectures sont possibles et le second expliquant que les nombreuses hypothèses existantes pouvaient désorienter, de là son choix de ne pas trancher ou en proposer de nouvelles dans son travail. V. Barabino a terminé en remerciant G. Bührer-Thierry pour ses remarques tout en indiquant qu’il souhaitait approfondir ses recherches au sujet de l’iconographie.

D. Brégaint a ensuite exposé son rapport. Présentant la thèse comme une « solide somme de travail », il a insisté sur l’autonomie de pensée du candidat, tout en signalant également que le sujet était difficile. Il a invité le doctorant au combat, espérant avoir devant lui un guerrier. L’une des interrogations de D. Brégaint concernait le XIVe siècle, relativement peu abordé dans la thèse selon lui. V. Barabino s’est défendu en rappelant que le XIVe siècle s’est ajouté à un projet déjà vaste, en expliquant qu’il ne voulait pas un « sujet fermé » et qu’il avait privilégié une chronologie large afin d’appréhender au mieux l’histoire scandinave par un aperçu de plusieurs dossiers. En plus de discussions au sujet des lois de la hirð (D. Brégaint ayant rappelé qu’il n’y avait pas qu’une loi norvégienne encadrant la suite armée royale, qu’il existait par exemple la Vederloven au Danemark), les deux interlocuteurs ont échangé au sujet de la sélection du contenu de la thèse. V. Barabino a justifié ses choix en expliquant qu’il souhaitait laisser dans son manuscrit les hypothèses qu’il avait infirmées, afin de témoigner de sa démarche scientifique ainsi qu’en vue de recherches à venir. Après cette joute, D. Brégaint a concédé que le candidat s’était bien défendu.

Après une brève pause, C. Péneau a pris la parole. Elle a commencé par rappeler l’envergure du travail entrepris par V. Barabino, qualifiant la thèse de stimulante bien qu’exigeante pour le lecteur. C. Péneau a ensuite énuméré plusieurs soucis de traduction, avant d’estimer que le candidat aurait gagné à réduire son corpus documentaire ; les contextes étant selon la membre du jury trop peu souvent exposés clairement au sein de cette grande diversité de sources, et menant le propos à ne pas assez prendre en compte les variations spatio-temporelles et sociales. Les remarques ont ensuite porté sur l’absence de la Finlande dans l’étude, puis sur les sources du XIVe siècle, notamment pour la Suède (Erikskrönika, Révélations de sainte Brigitte) ; C. Péneau a conclu en regrettant que l’accent ait été mis, dans le choix des sources, sur la Norvège et l’Islande, et en particulier sur l’œuvre de Snorri Sturluson, au détriment du reste de la production documentaire médiévale scandinave.

Le candidat a commencé par remercier C. Péneau pour ses remarques puis a reconnu que son travail ressemblait un peu à « une collection de cabinet de curiosités », constituée au fil des lectures et recherches, de là peut-être une contextualisation parfois trop effacée et un propos général ou globalisant. Concernant la Finlande, V. Barabino a aussi reconnu ne pas l’avoir intégrée en raison d’un manque de maîtrise de cet espace et de ses spécificités. Le candidat a terminé par admettre qu’il aurait pu davantage utiliser l’Erikskrönika pour sa thèse, même s’il s’était déjà concentré sur des figures comme celle de Sigurd le Pèlerin pour ses recherches.

Enfin, le président du jury a présenté son avis. Il a rappelé que le sujet de la thèse, interrogeant comment le paradigme religieux influence l’univers mental des combattants, était ambitieux sur tous les plans, et que V. Barabino avait relevé le défi. Il a loué le souci de nuances du candidat, notamment dans l’usage des sources témoignant d’une relecture chrétienne du passé polythéiste, ainsi que la qualité des passages portant sur les enjeux de genre. P. Bauduin a toutefois noté quelques maladresses concernant l’usage et l’utilité de l’archéologie (qui ne sert pas seulement à confirmer ou infirmer les textes), puis a posé quelques questions à V. Barabino, notamment à propos de la définition de la « foi » dans le paradigme polythéiste, sur le rapport au péché et à la pénitence des guerriers, ainsi que sur les guerriers « ordinaires » puisque bien des guerriers abordés dans la thèse sortent au final du commun (berserkir, rois, saints, etc.).

V. Barabino a tout d’abord vivement remercié P. Bauduin pour ses remarques. Il a répondu que la foi était ici envisagée comme une « croyance », une « réalité mentale », une « adhésion à une représentation de la sphère divine », tout en reconnaissant qu’un travail d’affinage des conceptions théologiques lui était nécessaire, de même pour la notion de péché. Enfin, le candidat a affirmé avoir tout essayé afin d’approcher ces « guerriers ordinaires », mais que l’absence des sources pose toujours problème : il semblerait ainsi impossible d’approcher une « expérience combattante ».

L’assistance a été invitée à se retirer vers 18h00.

Après avoir délibéré, le jury a invité le candidat à prêter le serment doctoral d’intégrité scientifique. Une fois ceci fait, le jury a décerné à Victor Barabino le doctorat de l’université de Caen Normandie. L’assistance a applaudi à l’annonce de ce résultat.

Jocelyn Coulon et Maxime Delliaux

Université de Caen Normandie, CRAHAM (UMR 3273)



Citer ce billet
Rédaction (2024, 8 janvier). Compte-rendu de la soutenance de V. Barabino « Des guerriers d’Odin aux chevaliers du Christ … ». Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjcb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search