Les premières générations de la conquête – 2 : s’établir

Les premières générations de la conquête – 2 : s’établir

Journées d’étude au Centro Europeo di Studi Normanni (Ariano Irpino) 18-19 octobre 2024

Cette troisième rencontre du programme Pax Normanna[1] s’inscrit dans le prolongement de la Journée d’étude organisée à Oxford les 22-23 septembre 2023, et qui était consacrée à « ceux qui partent »[2]. Elle envisagera plus spécifiquement les interrogations liées à l’établissement des conquérants, en confrontant les différentes situations rencontrées dans les mondes normands en Normandie, en Grande-Bretagne et en Irlande, en Italie méridionale et en Sicile, en Ifrîqiya et en Terre Sainte. Elle renvoie donc aussi au colloque inaugural de Pax Normanna qui s’est tenu à Cerisy-la-Salle en octobre 2022 sur la thématique de la « pacification »[3].

Si ces questions ont été largement abordées par l’historiographie consacrée à l’expansion des Normands, nous souhaitons orienter les discussions autour de quelques thématiques permettant de mieux faire ressortir les modalités et étapes de l’établissement des premières générations de conquérants. Il s’agira en particulier de s’interroger sur :

  • La question du biais documentaire : l’établissement des nouveaux venus est-il l’objet d’un discours unilatéral des conquérants ? Inversement comment percevoir la voix des populations conquises, qu’elles soient dominées ou qu’elles rallient le nouveau pouvoir ? Y a-t-il un biais de source qui doive être dépassé par une méthodologie ad hoc ? Quels sont les moyens de connaître les divers types et possibilités de réaction des populations locales, leur appréciation de la dynamique d’implantation en cours, les éventuels discours de résistance, de contestation et d’accommodement et les relations entre tel ou tel type de discours et le décor socio-politique de l’écriture de la source ? On pense par exemple à l’analyse comparée, par Markus Krumm, des récits de Falcon de Bénévent et d’Alexandre de Telese sur la conquête normande de l’Italie du Sud, en fonction du contexte socio-politique présidant à ces discours.
  • La circulation des savoirs que les nouveaux venus construisent sur les régions de conquête y compris durant leur implantation pérenne, et la circulation de ces savoirs, avec les populations indigènes.
  • L’acquisition de nouvelles terres, droits ou fonctions, en essayant de discerner les rythmes et les modalités de ces acquisitions. Celle-ci peuvent varier selon les conditions de la conquête ou, à l’occasion, selon les accords qui ont été conclus entre les autorités locales et les conquérants. Il faut aussi considérer la compétition entre les différents acteurs des concessions de titres (comtaux, ducaux) qui firent émerger de nouvelles entités politiques ou installer les nouveaux venus comme gouvernants d’anciennes entités.
  • Les logiques de contrôle de l’espace : constructions castrales, occupation d’équipements fortifiés préexistants, glacis frontaliers, implantation d’établissements religieux, et les enjeux de domination symbolique et matériels de l’espace y compris par des objets tels que les sceaux, les chartes, les inventaires fonciers, la cadastration, etc.
  • La mobilité sociale et géographique permise par l’implantation des conquérants, à examiner sous l’angle des opportunités offertes par la conquête et les façons dont les nouveaux venus s’en sont saisis.
  • Les migrations intervenues après la conquête et dans la foulée de celle-ci. Les enjeux démographiques qui conduisent à l’appel à de nouvelles vagues migratoires.
  • Les rivalités et coopérations, ou pour reprendre un néologisme, la « coopétition » qui a pu s’établir entre les conquérants eux-mêmes ou avec les élites locales (ce qui inclut aussi les stratégies d’alliances matrimoniales, les concessions de titres – et par qui – et des systèmes de répartition des biens).
  • Les conditions juridiques dans lesquelles s’établissent les nouveaux venus. Jouissent-ils par exemple d’une protection particulière sanctionnée par la loi (on songe par exemple au murdrum) ? Quel est le régime juridique suivi en cas de litige entre les Normands et les populations locales, ou la nature des arrangements qui sont trouvés ? Y a-t-il innovation juridique suite à l’établissement durable des nouveaux venus ?
  • Les réseaux qui se mettent en place ou se juxtaposent à d’autres, soient qu’ils aient été en partie importés, soient qu’ils intègrent des éléments autochtones.
  • De manière plus générale, les relations avec les populations allogènes (du rejet à une coopération et aux diverses formes d’alliances) et l’opportunité ou non de l’usage de notions telles que l’accommodement, la construction étatique et la fabrique du consensus pour définir ces processus. Cela inclut la confiscation des terres et leur répartition entre les conquérants et/ou entre eux et les locaux ; les mesures d’éloignement – exils, otages – la collaboration sélective, la marge de manœuvre laissée aux populations locales, etc. ).
  • Les solidarités qui se développent ou se transforment dans le contexte d’une implantation nouvelle, soient qu’elles préexistent à la conquête, soient qu’elle se nouèrent lors de celle-ci ou dans les conditions qui en sont issues.
  • Les rapports entretenus avec les pouvoirs centraux ou locaux, civils ou ecclésiastiques, que les conquérants contribuent à mettre en place, et qu’à l’occasion ils contestent et que souvent ils régulent, ce qui est une condition d’une domination durable.
  • L’introduction ou non de cadres socio-politiques ou économiques inconnus dans les régions d’accueil (la féodalité en Italie du Sud et en Sicile, par exemple) et l’adaptation des populations locales à ces nouvelles infrastructures du pouvoir politique et économique.
  • Le maintien ou non des liens avec les régions de départ : la dynamique d’insertion des conquérants est-elle (au moins en partie) soutenue par des relations avec la « région-mère » ?

La liste n’est pas exhaustive. Comme lors de la première rencontre les cas de figure inédits, ou méconnus parce que moins bien documentés ou n’ayant pas jusque-là suscité de monographie seront les bienvenus. La démarche alliera des enquêtes portant sur des individus des groupes particuliers, des monuments ou des sites archéologiques permettant d’appréhender la variété ou la complexité des processus à l’œuvre. Il s’agira également de poursuivre et de compléter l’enquête permettant de jauger une approche en termes de « génération(s) de la conquête ».

Les interventions (30 min) seront présentées en français, en italien ou en anglais. Les propositions de communication sont attendues au plus tard pour le 1er juin 2024 avec un résumé (ou au moins les grandes lignes du sujet abordé). Elles seront à retourner à l’une des adresses suivantes :

Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr

Luigi Russo : luigi.russo@unier.it


[1] Sur ce programme de recherche, voir : https://mnm.hypotheses.org/5368 et https://www.efrome.it/p/pax-normanna

[2] Le résumé des interventions est disponible à l’adresse suivante : https://www.mfo.ac.uk/sitefiles/e-abracts-oxford-pax-normanna.pdf

[3] Un compte rendu de ce colloque est disponible à l’adresse suivante : https://mnm.hypotheses.org/5516



Citer ce billet
Rédaction (2024, 13 février). Les premières générations de la conquête – 2 : s’établir. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtmo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search