Nouvelles découvertes d’inscriptions runiques à Novgorod : petit bilan des recherches

Сinq nouvelles inscriptions scandinaves du XIIe et du XIVe siècle gravées sur des objets en bois et en os ont été mises au jour lors des fouilles archéologiques à Veliki Novgorod en 2022 (voir ici ; avec des interprétations erronées). Cependant, ce n’est qu’en 2023 que les chercheurs ont réussi à les analyser et à publier une lecture préliminaire en replaçant les inscriptions dans leur contexte archéologique.

Inscriptions runiques, cyrilliques et glagolitiques sur os et bois trouvées à Novgorod médiévale : 1 – inscription runique, premier quart du XIe siècle, parcelle « И », chantier Nerevski, 1958; 2 – inscription runique, premier quart du XIe siècle, parcelle « И », chantier Nerevski, 1956; 3 – inscriptions cyrilliques et glagolitiques, 1050-1090, parcelle « Ж », chantier Troïtski, 2013; 4 – inscription cyrillique, 1275-1320, Troïtski-XVI, 2020; 5 – inscription runique n° 1, 1160 – 1170, chantier Saint Jean, 2022; 6 – inscription runique n° 4, 1160 – 1170, chantier Saint Jean, 2022; 7 – inscription runique n° 2, première moitié du XIVe siècle, chantier Saint Jean, 2022; 8 – inscription runique n° 3, 1160 – 1170, chantier Saint Jean, 2022 (sans échelle); 9 – inscription runique n° 5, 1160 – 1170, chantier Saint Jean, 2022. Création graphique par S. Botcharova (1, 2 – photos de S. Toropov; 3, 4 – photos de V. Sinhkh; 5-9 – selon Gaidukov, Melnikova 2023)

Ce n’est pas la première découverte d’inscriptions runiques à Novgorod. En 1956 une première inscription a été trouvée sur la parcelle « И » du chantier Nerevski, sur la rive droite du fleuve Volkhov au nord du kremlin, dans les couches stratigraphiques datées du premier quart du XIe siècle. Elle a été gravée sur une côte de Bos taurus (bœuf ou vache) et son contenu n’est pas clair. Elle comporte 35 caractères disposés en deux lignes et demie ainsi qu’une figure géométrique en forme de deux triangles symétriques reliés par leurs sommets (fig. 1). Une partie des signes peut être reconnue de manière certaine comme des runes appartenant au futhark récents, caractéristiques de cette époque. Même si l’hypothèse de des runes turques ou vieux slaves (sic !) est douteuse, Elena Mel’nikova n’a pas osé inclure cette inscription dans la deuxième édition des runes scandinaves de l’Europe orientale. Cependant en 1958, sur la même parcelle dans des couches de la même période, on a mis au jour une deuxième inscription sur un fragment du cubitus gauche d’un Sus domesticus (porc), inscription qui présente onze dernières runes de futhark récent (les cinq premières runes n’ont pas été conservées) (fig. 2). Il convient d’ajouter que sur cette parcelle, située au carrefour de rues médiévales, d’autres objets scandinaves ont été découverts dans des couches d’occupation précédentes : une idole de tradition nordique en bois, des pesons en terre cuite pour métier à tisser vertical, etc.

Cette tradition des inscriptions sur ossements d’animaux à Novgorod, certainement d’origine scandinave, aurait pu résulter d’une acculturation et influencer l’apparition des inscriptions en vieux slave sur os. En 2013 sur la parcelle « Ж » du chantier Troïtski, dans les couches datées des années 1050-1090, un fragment d’os pelvien de petit bétail a été mis au jour sur la face duquel sont repérées au moins sept inscriptions cyrilliques illisibles contenant jusqu’à quatre lettres chacune. Au revers se trouve une inscription glagolitique également illisible (fig. 3). Ajoutons que dans les mêmes couches a été retrouvé un ensemble d’objets scandinaves, vraisemblablement originaires de l’île de Gotland. Une inscription cyrillique sur un os à caractère magique ou folklorique associée aux rituels de noce (une invitation au mariage de la part de la fiancée « La martre a dit à zibeline… ») a été retrouvée en 2020 au chantier Troïtski-XVI dans les couches des années 1275-1320.

Deux ans après, lors de travaux archéologiques au chantier Saint-Jean sur la rive droite du Volkhov, à proximité immédiate du Marché de Novgorod, dans le quartier où se trouvait probablement le Peterhof (curia sancti Petri), le comptoir des marchands scandinaves puis hanséatiques, un assemblage d’inscriptions runiques des XIIe-XIVe siècles a été mis au jour. Ce comptoir avec l’église Saint-Olaf, ensuite rebaptisée Saint-Pierre, a peut-être été fondé à Novgorod dès la fin du XIe siècle. Le deuxième comptoir, le Gotenhof (curia gotensium), est apparu dans la ville un peu plus tard, à la fin du XIIe siècle, sur le même côté du Marché, un peu plus au sud.

Quatre inscriptions ont été retrouvées dans des contextes archéologiques différents datés par l’analyse dendrochronologique des années 1160-1170. Un objet en bois en forme d’épée miniature, pouvant servir de jouet pour enfant, porte un prénom hæiluatr (Hæil(h)vatr) (n°1) (fig. 5), deux fragments d’os contiennent le premier groupe des runes de futhark récent partiellement cassé (n° 3) (fig. 8) et quelques runes individuelles (n° 4) (fig. 6) ; un objet endommagé d’une matière non identifiée (sic !) porte aussi des runes individuelles (n° 5) (fig. 9). Sur l’objet plat en bois daté par la stratigraphie de la première moitié du XIVe siècle (n° 2) (fig. 7) les runes ba sont gravées, très vraisemblament les runes initiales d’un prénom (Ba[ggi], Ba[lli], Ba[rðr] ou similaire). On peut remarquer que l’anthroponyme, utilisé dans les inscriptions, est caractéristique principalement de l’île de Gotland. Les découvertes d’inscriptions runiques dans ce chantier s’accompagnent d’un certain nombre d’objets daté par la stratigraphie, mais pas nécessairement scandinaves.

Aujourd’hui, on peut observer deux particularités du fonctionnement et de la répartition topographique de l’écriture scandinave runique à Novgorod et en Europe de l’Est en général. Aux Xe et XIe siècles, il est impossible d’identifier des concentrations significatives d’inscriptions runiques sur les parcelles de Novgorod. Comme les objets d’origine nordique, elles sont dispersées dans toute la ville. Cela indique que les Scandinaves se sont installés assez librement dans le tissu urbain aux côtés d’autres groupes ethniques et sociaux. À la fin du XIIe siècle, la situation a changé. Très peu d’objets d’origine scandinave datés de cette période ont été mis au jour à Novgorod. Cependant, les inscriptions runiques de cette époque sont concentrées strictement dans le quartier où le droit urbain a établi le lieu de résidence des personnes originaires de l’Europe occidentale et septentrionale. Cette concentration indique clairement la présence des Scandinaves dans ce quartier, ce qui confirme l’évolution de la composante scandinave dans la structure de la communauté urbaine.

Dans le même temps, on ne peut s’empêcher de remarquer que la tradition archaïque de l’écriture runique sur bois et os, caractéristique des Scandinaves, a continué d’exister dans un environnement dominé par l’écriture slave cyrillique sur écorce de bouleau. Les Scandinaves, avec leur écriture runique, comme groupe en général, ne se sont pas adaptés aux matériaux et aux moyens d’écriture locaux, contrairement aux autres Européens : des documents rares sur écorce de bouleau, écrits en vieux bas allemand ou vieux saxon (n° 753) et en latin (n° 488), sont connus néanmoins à Novgorod aux XIe et XIVe siècles. Cela indique l’attachement des Scandinaves vivant à l’Est aux moyens d’écriture qui existaient à cette époque en Scandinavie même, par exemple à Bergen (Norvège), où on a mis au jour des « archives » d’inscriptions sur des tiges de bois des XIe-XIVe siècles, principalement des XIIIe-XIVe siècles. En même temps, cela témoigne des contacts constants et solides entre Novgorod et la Scandinavie aux XIIe-XIVe siècles, qui ont alimenté la tradition d’écriture runique sur des objets. Peut-être que dans d’autres régions de l’Europe de l’Est ou dans des autres conditions les Scandinaves sont rapidement passés au cyrillique (par exemple Far’man / Farmadr qui a laissé un graffito sur le mur de la cathédrale Sainte Sophie), y compris sur écorce de bouleau comme le suggère le document n° 526 mentionnant Asgut/Asgautr, qui vivait très probablement sur les rives de la rivière Lovat’. Ces Scandinaves pouvaient aussi simplement imiter l’écriture runique, comme en témoigne la découverte récente d’une amulette métallique datée des Xe-XIe siècles à Riurikovo Goroditsche avec des runes qui sont difficiles à interpréter.

Cette insensibilité des Scandinaves à l’écriture sur écorce de bouleau peut être confirmée si on accepte que le document sur écorce de bouleau n° 11 de Smolensk n’est pas runique, comme on le pensait auparavant. Les circonstances de cette découverte restent inconnues et ne sont pas reflétées dans le rapport archéologique des fouilles de 1962. Par conséquent, sa datation au XIIe siècle ne peut être confirmée. La lecture du document a toujours été problématique. Certains chercheurs ont pensé qu’il s’agissait d’un texte runique contenant une information sur l’achat d’un terrain par un certain Scandinave nommé Viskar. L’historiographie sur cette question a déjà émis des doutes quant au fait que les lignes sur écorce étaient des runes. Récemment, sur la base de l’analyse de macrophotographies de ce fragment d’écorce de bouleau, une hypothèse convaincante a été lancée. Selon cette hypothèse les signes qui demeuraient sur un morceau d’écorce étaient des lignes de réglure pour l’application ultérieure du texte slave. Des lignes similaires sont connues sur des documents sur écorce de bouleau provenant de Moscou aux XIVe et XVe siècles. Elles étaient tracées perpendiculairement aux nervures de l’écorce, une caractéristique typique de l’écriture ordinaire moscovite, ce qui la distingue de la pratique de Novgorod. L’exclusion du document n° 11 de Smolensk du corpus runique ne fait que confirmer l’attachement des Scandinaves en Europe de l’Est au matériel d’écriture traditionnel. La tradition d’écriture scandinave avec sa permanence de runes gravées sur des objets en bois ou en os ne s’est pas adaptée aux modes de transmission de la culture écrite du monde byzantin et slave.

Aleksandr Musin
Université de Caen Normandie, Centre Michel de Boüard-CRAHAM

Bibliographie

  • Dorofeeva T., Steblin-Kamenskaya S., « Nouvelle découverte d’un pendentif amulette avec des runes à Goroditche près de Novgorod », Arkheologicheskie vesti, t. 19, 2013, p. 159-175 (russe)
  • Gaidukov P., Melnikova E., « Inscriptions runiques scandinaves provenant des fouilles de la cour allemande à Veliky Novgorod en 2022 (message préliminaire) », Graphosphaera, t. 1, 2023, p. 142–163 (russe) URL : http://writing.igh.ru/index.php?id=2023-3-1-142-163; DOI: 10.32608/2782-5272-2023-3-1-142-163
  • Krenke N., Kainov S., « À propos du document sur écorce de bouleau de Smolensk n°11 avec “écriture runique ” », Rus’ ancienne : questions des études médiévales, no 3 (93), 2023, p. 99-105 (russe); DOI 10.25986/IRI.2023.93.3.009
  • Mel’nikova E., « The Acculturation of Scandinavian in Early Rus’ as Reflected by Language and Literac », dans Vers l’Orient et vers l’Occident : regards croisés sur les dynamiques et les transferts culturels des Vikings à la Rous ancienne, P. Bauduin, A. Musin (dir.), Caen, 2014, p. 363-376
  • Mel’nikova E., Inscriptions runiques scandinaves : nouvelles découvertes et interprétations. Textes, traduction, commentaire, Moscou, 2001 (russe)
  • Musin A., «The Rise of Novgorod Revisited», Slavia Antiqua, t. 59, 2018, p. 171-200 ; https://pressto.amu.edu.pl/index.php/sla/article/view/180944
  • Pereswetoff-Morath S., « Finns det runor pa naverremsan fran Smolensk », Skandinavskaya filologiya, t. 15 (2), 2017, p. 181-192 ;  DOI 10.21638/11701/spbu21.2017.202
  • Rybina E., Les comptoirs étrangers de Novgorod médiévale, Moscou, 1986 (russe)


Citer ce billet
amusin (2024, 11 mars). Nouvelles découvertes d’inscriptions runiques à Novgorod : petit bilan des recherches. Mondes nordiques et normands médiévaux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzyb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search