Tous les articles par Alban Gautier

Alban Gautier est maître de conférences en histoire médiévale à l'Université du Littoral Côte d'Opale. Ses travaux portent sur l'histoire des îles Britanniques et de l'Europe du Nord dans le haut Moyen Âge.

Publication récente : The Viking Way

Vient de paraître une seconde édition, entièrement révisée et augmentée, de l’important livre de Neil Price, The Viking Way. Magic and Mind in Late Iron Age Scandinavia (Oxford-Philadelphie, Oxbow Books, 2019, xxxiv-398 p.). Cet ouvrage, dont la première édition était parue en 2002, a marqué un jalon important dans l’étude des formes de la vie religieuse et des pratiques de magie et de sorcellerie dans la Scandinavie de l’époque viking. L’auteur, qui s’est appuyé tout autant sur les données archéologiques que sur les sources écrites, a en particulier mis en lumière l’importance des contacts et des transferts entre Scandinaves et populations finno-ougriennes de l’intérieur et du nord de la péninsule. Cette seconde édition inclut plus de 150 figures, plus de 40 pages de bibliographie et un index analytique très complet.

Une nouvelle traduction française du Livre des Islandais

Christophe Bord, spécialiste de langue et littérature scandinaves médiévales à l’Université de Toulouse, vient de faire paraître une nouvelle édition entièrement revue, corrigée et augmentée de son manuel d’initiation au scandinave médiéval. On y trouve à nouveau les éléments qui faisaient la qualité de la première édition, parue en 2004 : une présentation de l’histoire de la langue et de ses différentes variantes (en particulier les variétés orientales du norrois, souvent négligées par les manuels qui se concentrent sur les runes et sur le vieil islandais) ; une description de la grammaire illustrée par des exemples nombreux ; un choix de textes traduits et commentés.

À cela s’ajoute une contribution qui ne manquera pas d’intéresser tous les francophones qui s’intéressent aux mondes normands. Cette réédition contient en effet une traduction française complète et annotée du Livre des Islandais (Íslendingabók), composé aux environs de 1130 par le prêtre Ari Þorgilsson, dit Ari fróði (c’est-à-dire « le Savant »). Dans ce bref récit (vingt-cinq pages dans la traduction de Christophe Bord), l’auteur du XIIe siècle prétendait rapporter les conditions de la colonisation de l’Islande, la mise en place de plusieurs institutions (les « quartiers », l’Althing, le calendrier, etc.) et les premiers développements de l’Église islandaise (l’adoption du christianisme et l’histoire des premiers évêques de Skálholt). Cette œuvre, la plus ancienne composition historique réalisée par un Islandais dans sa propre langue, est donc d’une importance majeure pour la compréhension de l’histoire de l’île. À notre connaissance, elle n’avait pas fait l’objet d’une traduction française depuis celle (aujourd’hui bien vieillie) de Félix Wagner, parue à Bruxelles en 1898.

Christophe Bord, Initiation à l’étude de la langue des Vikings (scandinave médiéval), Paris, L’Harmattan, 2018 (la traduction du Livre des Islandais constitue la 6e partie du livre, p. 207-235).

Alban Gautier, Université de Caen Normandie / CRAHAM UMR 6273

Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Alban Gautier

Université du Littoral-Côte d’Opale ; HLLI – EA 4030


L’expression « phénomène anglo-scandinave » fait référence à la présence du IXe au XIe siècle en Angleterre d’individus et de populations que divers éléments, dans la documentation écrite ou dans l’analyse des données archéologiques, permettent de rattacher à la Scandinavie. Deux ouvrages récents (Kopár 2012 ; McLeod 2014), mais aussi un article de Lesley Abrams (Abrams 2012) reconsidèrent cette « question anglo-scandinave », en cherchant à comprendre comment les migrants et les sociétés qui les ont accueillis ont été concrètement amenés à voir évoluer leurs appartenances telles qu’elles existaient avant la rencontre entre ces populations d’origines différentes… ou au contraire à les conserver, voire à les durcir. Pour rendre compte de ces changements, les auteurs utilisent des termes que l’on peut dire « processuels » (en cela qu’ils cherchent à nommer des processus) : des mots en –ation, a priori transparents, comme integration, accommodation, acculturation, assimilation, hybridation ou Christianization. Or l’apparente transparence de ces termes fait en réalité courir au lecteur francophone le risque du contresens.

Continuer la lecture de Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise