Tous les articles par Craham

Archaeologies of the Norman Conquest

Archaeologies of the Norman Conquest is a new research network examining the cultural, social, and political implications of the Norman Conquest through an explicit focus on archaeology and material culture. Its chief aims are to highlight the new insights and nuanced interpretations that archaeology can bring to this fundamental turning point in British history, and to articulate an inclusive research framework for the 11th and 12th centuries that brings together the scientific, humanistic, academic, professional, and public engagement arms of archaeology. It seeks to raise both academic and public awareness of the important role archaeology has to play in understanding this cultural touchstone.

This network is based around a series of three workshops, focusing on the themes of interpretative agendas, methodologies, and heritage and public impacts. Current research is beginning demonstrate that not only is the Norman Conquest visible in the archaeological record at a wide range of social levels and in many aspects of life, but also that if the right questions are asked of the data, the conclusions we can draw from the archaeology often contradict or add considerable nuance to the story of the Conquest told in the documentary record. By providing a forum for the presentation of innovative scholarship and the discussion of new questions, agendas, and research directions, the network will contribute to re-evaluating the long-standing narratives of the Conquest, its process, and its aftermath.

This project is funded by an AHRC Research Networking grant, led by the universities of York and Nottingham, with partnership from Norwich Castle Museum.

https://www.normanarchaeology.org/

Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Organized by Dr. Anna Kouremenos (Tübingen) and Dr. Fraser McNair (Leeds)

University of Tübingen, 27-28 September 2018

Voyages to and settlement in new lands have always held the greatest interest for those looking to understand the Vikings in academia and pop culture, from studies of the English Danelaw to Led Zeppelin. In recent years, though, scholars have focussed more than ever on concepts of migration, mobility, and diaspora when looking at the Norsemen. The time is ripe for a comparative perspective to be brought to bear on Viking activities from this point of view.

Viking activity, across the period between the late eighth and mid-eleventh centuries, has several well-known aspects. Vikings attacked and burned settlements; they were found as traders everywhere between Limerick and Samarkand; they settled and farmed the land; and individuals such as Rollo of Normandy and Roric of Dorestad took up service with non-Scandinavian rulers. But what made these aspects of Viking mobility distinctive? Magyars in Bavaria, Provençal noblemen in Burgundy, Catalans in the Spanish March, and defectors on the Arab-Byzantine border all share some of these characteristics. By putting Vikings in this wider frame of mobility and migration across earlier medieval Europe, we hope to contribute to debates about what was particularly Viking, and what was more universal. We will focus on four broad topics:

  • Raiding
  • Trading
  • Individual mobility
  • Group mobility

Continuer la lecture de Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Maîtriser le temps et façonner l’histoire. Les historiens normands aux époques médiévale et moderne. Cerisy-la-Salle / Avranches. 25-29 septembre 2019.

Projet porté par Stéphane LECOUTEUX (Ville d’Avranches, CRAHAM) et Fabien PAQUET (Université de Caen Normandie – CRAHAM).

Dix ans après le colloque de Cerisy consacré à l’historiographie médiévale normande et à ses sources antiques, nous proposons de réunir les mêmes institutions (Centre Culturel International de CerisyVille d’Avranches et Université de Caen Normandie [CRAHAM et OUEN]) pour entrer, de façon plus globale, dans les cabinets des annalistes, chroniqueurs et historiens normands des époques médiévale et moderne.

ChateauCerisy_6.jpg

La recherche d’une proximité et d’une intimité avec les auteurs vise à mieux connaître leurs méthodes de travail et ainsi mieux appréhender leurs écrits. Cette démarche est le fruit de travaux récents ou en cours, portés par des chercheurs principalement français, italiens et anglophones. Outre de nouvelles lectures des textes, il s’agira aussi de mettre en avant de récentes découvertes d’écrits historiques restés jusqu’à ce jour inédits.

La perspective du colloque sera large : les textes étant sans cesse repris, recopiés, réécrits, traduits et connus par des traditions postérieures à leur écriture, les confronter sur le long terme est indispensable. On ne traitera pas, en outre, de la seule Normandie mais bien de l’ensemble des lieux d’implantation de Normands (en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée, mais aussi en Afrique et en Amérique), de l’an mil jusqu’au XVIIIe siècle. Sont ainsi compris sous l’appellation large d’« historiens normands » tous les auteurs d’origine normande ou actifs en Normandie qui ont produit des textes à caractère historique. On pourra comparer leurs travaux à ceux d’auteurs extérieurs aux mondes normands mais traitant de ceux-ci.

En cela, ce colloque complètera celui organisé par Pierre Bauduin et Edoardo d’Angelo à Ariano Irpino en 2016, consacré aux historiographies modernes et contemporaines des mondes normands médiévaux. Il abordera également la question des silences de l’historien, thème qui a déjà fait l’objet de deux journées d’études organisées par Catherine Jacquemard et Corinne Jouanno à l’université de Caen Normandie en 2015 et en 2016.

Dans le cadre de ce colloque, qui se tiendra principalement au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle, une exposition de manuscrits contenant des oeuvres d’historiens normands, provenant de différents lieux de conservation d’Europe, sera présentée à Avranches (dans la salle du trésor du Scriptorial, de début juillet à fin septembre 2019, ainsi qu’à la Bibliothèque patrimoniale, durant les jours du colloque) : une séance se tiendra sur place et des communications auront lieu dans la salle du conseil de la mairie d’Avranches.

Bibliotheque_patrimoniale.jpg

Ce colloque pourra enfin être l’occasion d’amorcer un projet d’édition (ou de réédition) papier et/ou numérique d’une collection de sources narratives normandes. Si la réalisation d’une version normande d’un Recueil des historiens des Gaules et de la France semble aujourd’hui aussi complexe que dépassée, nous souhaitons lancer, dans un premier temps, un projet de réédition et de confrontation de l’ensemble des sources annalistiques normandes.

 Comité scientifique

– Edoardo D’ANGELO, Professeur, Universita degli studi Suor Orsola Benincasa (Naples)
– Marie-Agnès Lucas AVENEL, Maître de conférences, Université de Caen Normandie / Craham
– Pierre BAUDUIN, Professeur, Université de Caen Normandie / Craham
– Alexis GRÉLOIS, Maître de conférences, Université de Rouen Normandie / Grhis
– Elisabeth VAN HOUTS, Professeur, Université de Cambridge (Emmanuel College)
– Christophe MANEUVRIER, Maître de conférences, Université de Caen Normandie / Craham / Ouen
– Laurence MATHEY-MAILLE, Professeur, Université du Havre Normandie / Gric
– Annick PETERS-CUSTOT, Professeur, Université de Nantes / Crhia

The 41st Battle Conference on Anglo-Norman Studies 2018

Dates of Event
20th July 2018 – 23rd July 2018
Last Booking Date for this Event
1st July 2018
Places Available
70
https://onlinesales.admin.cam.ac.uk/conferences-and-events/history/battle-conference-on-anglonorman-studies/the-41st-battle-conference-on-anglonorman-studies-2018
Description
The Battle conference is an annual conference on Anglo-Norman studies, whose proceedings are published every year as Anglo-Norman Studies (Boydell&Brewer).

This year Sally Harvey shall give the opening Allen Brown memorial lecture (at Emmanuel College) and David Roffe will deliver the first of a new series of lectures in memory of the distinguished archaeologist Christine Mahany.

Other lecturers include Aleks McClean (York) and Naomi Sykes (Exeter), Sabina Flanagan (Adelaide), Hazel Freestone (Cambridge), Tom Lambert (Cambridge), Nicholas Paul (Fordham), Charlotte Pickard (Cardiff), David Pratt (Cambridge), Richard Purkiss (Oxford), Nicolas Ruffini-Ronzani (Versailles/Namur), Linda Stone (Cambridge), and Lucia Sinisi (Bari).

http://www.battleconference.com/battle/index.html

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique | Journée d’étude | 16/2/18

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique

Journée d’étude , Vendredi 16 février 2018

Université de Caen Normandie, campus 1
MRSH, salle des Actes, SH 027

9h-12h45

Accueil

Présentation de la journée

– Arnaud Daret (Unicaen, Certic), Jérome Chauveau (Unicaen, Certic), Julia Roger (Unicaen, MRSH-PDN), Pierre-Yves Buard (Unicaen, MRSH-PDN) et Clémentine Berthelot (Musée de la Tapisserie de Bayeux)
Redocumentariser la Tapisserie de Bayeux : base de données documentaire et système d’informations géoréférencées

– Peter Stokes (King’s College London)
Exon Domesday : étude numérique d’un manuscrit anglo-normand

– Stephen Baxter (St Peter’s College, Oxford)
Using Digital Methods to Reconstruct English Landed Society, 1066-1086

– Isabelle Bretthauer (Unicaen, Craham)
Texte, hypertexte, métatexte : édition et lectures plurielles d’un manuel juridique du XVsiècle

14h15-17h15

– Marie Bisson (Unicaen, MRSH-PDN, Craham)
Notices d’autorités en XML-TEI pour accumuler de la connaissance collaborativement et indexer des éditions de sources

– Laura Vangone (Unicaen, Craham)
Un corpus d’hagiographie latine

– Grégory Combalbert (Unicaen, Craham)
Les actes des évêques d’Évreux, corpus expérimental pour l’édition critique numérique des chartes normandes

– Pierre Bauduin (Unicaen, Craham), Sébastien Roncin (Palais Bénédictine, Bacardi), Michaël Bloche (Arch. dép. de Seine- Maritime, Craham), Thierry Buquet (Unicaen, Craham)
Les développements en cours de la base Scripta

Responsables : Pierre Bauduin et Marie-Agnès Lucas-Avenel, 

Unicaen, Centre Michel de Boüard-Craham | UMR 6273.

Tél. : +33 (0)2 31 56 57 25/59 17

e_Affiche_Mondes_Normands

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet VEXICAEN, financé par la région Normandie et l’Union européenne, au titre du programme FEDER (Fonds européen de Développement Régional).

Le Mont-Saint-Michel livre de nouveaux secrets

CNRS Le journal, décembre 2017
On pensait tout savoir sur le Mont. Armés des dernières technologies, historiens et archéologues profitent des travaux de restauration menés sur le célébrissime rocher pour éclairer d’un jour nouveau l’histoire de ce monument plus que millénaire. Une palpitante enquête à retrouver dans un documentaire diffusé sur arte.tv jusqu’au 21 février 2018.
C’est l’un des monuments les plus célèbres au monde. Chaque année, 2,5 millions de visiteurs partent à l’assaut du Mont-Saint-Michel, classé monument historique depuis 1874. Mais derrière son apparente homogénéité, l’abbaye fondée au VIIIe siècle par Aubert, évêque d’Avranches, et devenue au Xe siècle un puissant monastère bénédictin, cache un véritable millefeuille architectural : elle s’est construite par empilement, destructions, reconstructions, sur plus d’un millénaire… De quoi sacrément brouiller les pistes ! Pourtant, c’est seulement depuis une vingtaine d’années que les scientifiques, historiens et archéologues en tête, explorent le monument dédié à l’archange saint Michel.

« Pendant longtemps, on a cru que l’histoire du Mont était écrite, raconte Yves Gallet, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux-Montaigne. Au XVIIe siècle, les moines de la congrégation de Saint-Maur qui venaient de s’y installer ont retracé toute l’histoire du site depuis sa fondation. Ce manuscrit édité au XIXe siècle était d’autant plus précieux que les moines avaient eu accès à des archives médiévales aujourd’hui disparues – elles ont été détruites lors des bombardements de Saint-Lô en 1944. » Ce sont en réalité les grands travaux de restauration menés suite à la décision, à la fin des années 1990, de rétablir le caractère maritime du Mont, qui ont relancé l’intérêt autour du monument et permis les premières découvertes scientifiques.

Lire la suite sur CNRS Le Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-mont-saint-michel-livre-de-nouveaux-secrets

Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Par Michaël Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Dans le cadre de sa politique de mise en ligne, initiée en 2012, la Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime a souhaité notamment mettre à la disposition du public les documents les plus anciens et les plus précieux qu’elle conserve et qui ne pourraient pas être communiqués autrement. Le 18 octobre 2017, le site s’est ainsi enrichi, pour la période du Moyen Age, de plus de 200 chartes et d’une vingtaine de cartulaires, obituaires et coutumiers, venant compléter les bases de chartes, sceaux et cartulaires en ligne lancées il y a 4 ans, le 18 octobre 2013. Continuer la lecture de Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

The Norman Conquest of Sicily: Memory and Historiography

https://normansicilylancaster.wordpress.com/

The Lancaster University Department of History are seeking abstracts for the following sessions at the Leeds International Medieval Conference from the 2nd-5th July 2018, https://www.leeds.ac.uk/ims/imc/imc2018_call.html. The sessions shall be organised by John Aspinwall (PhD Student, University of Lancaster) and Dr. Alex Metcalfe (Senior Lecturer, University of Lancaster). Continuer la lecture de The Norman Conquest of Sicily: Memory and Historiography

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique | Appel à contribution

Journée d’étude organisée par le CRAHAM
(resp. M.-A. Avenel et P. Bauduin),

Caen, 16/02/2018 (MRSH – Salle des Actes)

Les études médiévales ont profité ces dernières années des campagnes de numérisation de masse menées dans les fonds des bibliothèques. Certaines de ces opérations, conduites aujourd’hui en partenariat avec des chercheurs spécialistes des Mondes normands médiévaux (Scandinavie, Normandie, royaume anglo-normand, Italie méridionale), ont permis de mettre en place des programmes portant sur l’analyse et la valorisation des sources au moyen des outils numériques. En effet, l’essor des humanités numériques s’est accompagné du développement d’outils adaptés à la recherche en Sciences humaines et sociales, dont a bénéficié l’étude des différents types de sources, textuelles et archéologiques. Parmi ces outils, l’usage de l’XML, en particulier, selon les recommandations de la TEI ou de l’EAD, a permis des avancées importantes pour la constitution de nouveaux corpus numériques et a donné lieu à une nouvelle réflexion sur les usages et les méthodes de l’édition critique.

Cette journée d’étude, adossée à un dossier de la revue Tabularia, cherchera à présenter différentes expériences relatives à l’usage du numérique pour l’étude des sources des mondes normands : il s’agira d’étudier les apports du numérique, la manière dont il influence la méthodologie de la recherche, dont il induit de nouvelle(s) lecture(s) des sources et de nouveaux outils (indexation, mémento). On pourra analyser les atouts, comme la pérennité des données, l’interopérabilité au sein d’une même source ou d’un même corpus comprenant différents types de documents, et leur mise en réseau sur un espace démultiplié. Mais on pourra aussi envisager les contraintes : dans quelle mesure l’adoption des outils numériques impose-t-elle aux chercheurs d’adapter leurs méthodes de recherche, voire de renoncer à certaines pratiques ? Les outils permettent-il de décrire la source dans toutes ses facettes et de rendre compte de sa complexité ?

Le cadre de l’enquête inclut différentes spécialités en lien avec les divers types de données ou de sources : philologie, paléographie, codicologie, descriptions et catalogages d’inventaires et d’imprimés anciens, numismatique, sigillographie, archéologie, iconographie, prosopographie etc. La confrontation avec des expériences réalisées hors de France est encouragée, de même que pourront être envisagées des comparaisons avec des projets ne concernant pas directement les mondes normands.

Les articles seront publiés dans la revue Tabularia. Les normes de publication sont détaillées dans la rubrique « recommandations aux auteurs » :

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/recommandations.html

Colloque « La Normandie existe-t-elle ? »

Colloque La Normandie existe-t-elle ? du 22 au 25 novembre 2017 aux Archives départementales, Maison de l’histoire de la Manche

Les Archives départementales, Maison de l’histoire de la Manche, et la Société d’histoire et d’archéologie de la Manche organisent, du 22 au 25 novembre, un colloque intitulé La Normandie existe-t-elle ?

Aux yeux des étrangers ou horzains, la Normandie est une maison à colombage entourée de pommiers en fleurs avec des vaches dont le lait crémeux produit des beurres et fromages renommés. L’image traditionnelle est présente à tous.

L’objet du colloque est de confronter cette image mythique avec la réalité historique et contemporaine.

Les axes de réflexion seront les suivants :

  • Histoire politique et institutionnelle
  • Peuplement et populations
  • Traces archéologiques
  • Langue et littérature
  • Droit normand
  • Structures et pratiques religieuses
  • Activités agricoles et industrielles
  • Images et historiographie de la Normandie

Plus d’informations

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Splendeur et dispersion d’une prestigieuse bibliothèque monastique normande (Xe-XVIIIe siècle)

Organisateurs : Association des Amis du Vieux Fécamp et du Pays de Caux et Association des Amis de l’Abbatiale

Partenariat : Ville de Fécamp et Association Musarte

Présentation générale : Cette initiative est née de la volonté de valoriser la thèse importante de Stéphane Lecouteux : « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp » soutenue le 25 novembre 2015 à l’Université de Caen. L’objectif principal est de faire connaître à un large public ces recherches universitaires et le rayonnement de cette bibliothèque monastique prestigieuse. Compte tenu des problèmes de restauration de l’abbatiale de la sainte Trinité actuellement, il est crucial de diffuser et d’évoquer l’histoire d’un tel patrimoine écrit, aussi important pour les spécialistes que celui du Mont Saint-Michel. À cette occasion, seront réunis pour ces deux journées d’études les meilleurs spécialistes des manuscrits normands. Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Continuity and Conquest – Memory and Social Practice in the Anglo-Saxon and Anglo-Norman Realms

INTERNATIONAL MEDIEVAL CONGRESS 2018

Call for Papers

Conquests are traditionally seen as some of the great turning points of history: paradigm shifts in which one regime is swept away by another, after which the course of history is forever altered for both subject and conquering peoples. However, conquests are frequently defined as much by their continuities as their changes. Memory plays a key role both in legitimisation and in resisting conquest, but also in the reconciliation and acceptance of new regimes. This role of memory is also frequent!y precipitated by, and reflected in, change and continuity in social practices, across diverse social strata and ethnie identities. For example, it is evident in political, legal, and religious practices, but also in wider social trends such as marriage and naming practices. Moreover, changing memories of conquest can be detected in their presentation in narrative sources, with differing perceptions of the past being articulated to rationalise, decry, or legitimise the present.

These sessions will cover the role of social practices in the memory of conquest in the Anglo-Saxon and Anglo-Norman worlds. We hope to challenge the problematic historiographically-embedded divides caused by traditional periodisation by examining the eleventh to thirteenth centuries as a whole. The sessions will explore the effects of conquest and both the continuity and change in social practices and processes of memorialisation which occurred in their wake. The three sessions will begin in the eleventh century (r016 and ro66), then cover the later effects of conquest in the twelfth century, before ending with the Joss of Normand y in the early-thirteenth century (1204).

Proposed papers should be 20 minutes in length, on topics including (but not limited to):

  • Formation and re-formation of ethnie and social identities.
  • Appropriation (and forgetting) of the pre-conquest past.
  • Change and continuity in religious, legal, and political practices.
  • Differing perceptions of the past among differing social strata.
  • Assimilation/acculturation of conquered and conquerors.

Continuity And Conquest PDF