Tous les articles par Rédaction

Colloque Poésie et politique

image Bern, Burgerbibliothek, Cod. 120.II, f. 139r

Colloque international

Poésie et politique dans les mondes normands médiévaux, IXe-XIIIe siècle

CCIC Cerisy-la-Salle (Manche),

30 septembre-3 octobre 2021

coord. : A. Gautier, M.-A. Lucas -Avenel (Unicaen, CRAHAM), L. Mathey-Maille (Université du Havre, GRIC)

 

Le colloque interrogera les rapports entre poésie et pouvoir en favorisant les échanges entre historiens et spécialistes des littératures latines et vernaculaires des Mondes normands médiévaux du IXe au XIIIe siècle. On étudiera les poèmes composés sur un vaste territoire — celui des diasporas vikings et normandes, de l’Islande à l’Italie méridionale (Îles Britanniques, Scandinavie, Rus’ kiévienne, une partie de l’Orient latin) — pour examiner la manière dont la poésie (1) s’inscrit dans un contexte politique particulier (poésie encomiastique, satirique) ; (2) est le lieu d’une représentation des pouvoirs politiques ou de transmission de conceptions morales ou religieuses (miroirs des princes, poésie didactique, gnomique…) ; (3) peut être préférée à la prose pour véhiculer des idées politiques.

 

Programme et contacts

Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord

Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord (VII-XIIe s.), dir. Alban Gautier, Université de Caen Normandie, CRAHAM UMR 6273.

Résumé du projet

Le VIIe siècle est marqué par une intensification des échanges et des migrations dans les mers du nord. Des côtes de l’Islande jusqu’aux rives baltes, en passant par les îles Britanniques, s’opèrent des interactions sociales variées entre peuples par le biais du commerce, de l’évangélisation, de la guerre. Le phénomène viking, entre autres, s’insère dans ce prisme.

Le sujet de cette thèse, au regard de ces nombreux contacts, invite à prendre en compte les dimensions relationnelles entre individus et leurs motivations à agir de façon plus ou moins clémente, non seulement avec ceux qu’ils considèrent comme relevant du même groupe social, ethnique et religieux qu’eux, mais aussi avec ceux qu’ils estiment ne pas en faire partie : soit à titre d’adversaires, soit en qualité de peuple conquis et soumis ou soit en tant que pratiquants de culte distinct. Les conséquences sont régulièrement la mise à mort, la réduction en esclavage, la négociation par le biais d’otages et de rançons.

Continuer la lecture de Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord

Parution de : Gilduin Davy, La saga des diseurs de loi.

Image : copie de l’Íslendingabók par Jón Erlendsson (1651), Reykjavik, Institut arnamagnéen, AM 113 a fol.

Gilduin Davy, La saga des diseurs de loi. Esquisse juridique de l’Islande médiévale, Paris, Classiques Garnier (Histoire du Droit 10), 2021.

 

Information éditeur (4e de couverture) : « L’Islande est une terre de contrastes et de fantasmes. Mais aussi l’Islande est le sanctuaire d’une mémoire juridique singulière. Si le vieil adage « c’est par la loi que l’on bâtira un pays et c’est dans l’illégalité qu’il périra » résonne comme une devise de la Scandinavie médiévale, le diseur de la loi en est l’incarnation vivante. Il assurait autrefois la conservation du droit et son adaptation aux évolutions de la société. Il était au cœur de tous les bouleversements qui, du milieu du Xe siècle à la fin du XIIIe siècle ont jalonné l’histoire islandaise. Ce livre suit ce personnage emblématique situé aux sources mythiques du droit ancien, et il cerne ce que furent son rôle et son devenir au sein de l’Islande médiévale ».

 

Parution d’une nouvelle édition des actes d’Henri II Plantagenet

The Letters and Charters of Henry II, King of England 1154-1189, vol.1, éd. Nicholas Vincent, Oxford, Oxford University Press, 2020, 736 p., ISBN: 9780198208365.

 

Description éditeur : The first volume of the definitive scholarly edition of the Letters and Charters of Henry II, King of England 1154-1189. Edited by Nicholas Vincent, this scholarly set is the most considerable body of charter evidence ever presented for the history of the Plantagenet realm. It makes available some 3500 Latin texts, of which nearly 1000 have never before been published, and contains full notes, an extensive diplomatic and historical introduction, and will prove indispensible for all working on the Plantagenet realms in England, Wales, France, and Ireland.

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154 : une préhistoire de la violence d’Etat ?, dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

Bien que de plus en plus présente dans l’historiographie médiévale, la violence n’a pas fait l’objet d’une synthèse pour les mondes normands médiévaux. Le but de cette thès, entamée en septembre 2020, est d’y remédier en posant la question, volontairement anachronique, de la violence d’Etat dans les mondes normands, entre 911, fondation du duché de Normandie, et 1154, date, en particulier, de l’avènement des Plantagenêts mais aussi de la mort de Roger II de Sicile. L’objectif est de comprendre de quelle violence peut faire preuve le pouvoir comtal, ducal et royal tout en préservant sa légitimité vis-à-vis des autres groupes sociaux des mondes normands, en particulier l’aristocratie. Deux points peuvent être mis en avant.

Premièrement, le but est d’étudier, dans une perspective d’anthropologie historique, les normes de la violence afin de savoir quels actes étaient considérés comme étant acceptables dans la société médiévale et dans quelles circonstances. La notion centrale de ce questionnement est celle de légitimité ce qui suppose une étude conjointe à la fois des conceptions et des usages de la violence afin d’essayer d’approcher au mieux les normes de la violence. Dans ce souci d’étudier la violence comme phénomène propre à la société médiévale, un accent sera mis sur le nécessaire travail de définition de la violence en elle-même, terme souvent flou et dont certaines facettes (en particulier celle de la violence symbolique) sont encore presque absentes de l’historiographie médiévale.

Deuxièmement, à l’influence anthropologique s’ajoute une étude d’histoire politique et sociale. Le dessein de ce travail est de partir de l’Etat (terme dont il faudra questionner la pertinence pour ce contexte) et de voir dans quelle mesure la violence peut être considérée comme un outil politique au service du prince et de son pouvoir. En ce sens, étudier la violence dans les mondes normands est un moyen de reprendre la question de la genèse de l’Etat moderne et de l’évolution du pouvoir monarchique pour des siècles qui, dans l’historiographie, n’ont pas été abordés de ce point de vue.

Pour pouvoir répondre à ces différentes questions, le cadre des mondes normands permet une approche comparatiste salutaire, en prenant en compte le duché de Normandie, le royaume d’Angleterre après 1066 et l’Italie du Sud à partir de l’arrivée des premiers normands au XIe siècle. C’est un élément essentiel parce qu’au-delà de la comparaison de différents espaces, prendre en compte la diversité des mondes normands permet de disposer de données sur des exemples de mêmes faits, par exemple des épisodes de conquêtes, et de voir quelle est la part de la violence dans tel ou tel phénomène. Le cadre des mondes normands permet aussi d’avoir recours à de nombreuses sources de natures multiples. Leur croisement permettra de disposer du plus de données possible mais aussi de points de vue différents sur un même phénomène afin d’éviter d’en avoir une lecture biaisée.

                        Hugo Fresnel, CRAHAM UMR 6273

Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux

 Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux : les élites entre Vire et Dives (Xe – XIIIe siècle), dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

 Notre projet s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master, soutenu en 2016 et consacré à l’implantation des élites normandes dans le Gloucestershire (1066 – 1154). En poursuivant ces premières recherches dans le cadre d’une thèse, entamée en septembre 2020, il s’agit d’étudier de manière approfondie l’aristocratie du duché de Normandie, sous l’angle des réseaux et des mobilités (sociales, géographiques), permettant de comprendre son insertion dans les mondes normands. Le choix d’un périmètre restreint, centré sur la Normandie moyenne et délimité par le cours de la Vire et de la Dives, est justifié par l’importance des fonds conservés pour cet espace dans les archives départementales du Calvados (évêché de Bayeux et établissements monastiques).

 Nous voudrions ainsi contribuer à mieux connaître ce groupe social implanté entre Dives et Vire, dont l’historiographie a souligné l’implication dans la conquête de l’Angleterre, de l’Italie du Sud et de la Sicile. Une telle étude se proposerait également d’éclairer le rôle que ce groupe a joué à des moments décisifs de l’histoire du duché. L’analyse porte sur une période s’étendant :

  • depuis la consolidation du pouvoir des premiers successeurs de Rollon, en Normandie moyenne, à la fin du Xe siècle (qui coïncide avec l’apparition dans la documentation de familles importantes comme les Montgommery) ;
  • jusqu’à la signature du traité de Paris en 1259 ; celui-ci prend acte de la séparation de l’Angleterre et de la Normandie et contraint les dernières familles implantées de part et d’autre de la Manche à réorganiser leurs domaines. Pour l’Italie du Sud et la Sicile, l’étude pourrait également inclure les premières décennies du XIIIe siècle, qui marquent aussi une réorganisation de l’implantation aristocratique normande après la disparition du dernier roi normand de Sicile et l’intégration du royaume de Sicile au domaine des empereurs de la dynastie des Hohenstaufen.

L’approche prosopographique est privilégiée. Elle doit permettre de mieux cerner cette aristocratie locale par la construction d’un questionnaire stéréotypé et la mise en série de fiches individuelles sous format numérique, inspirées de l’outil Thesaurus développé au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen et au CRAHAM.

 Il conviendra ensuite de mener une analyse des réseaux sociaux qui structurent ce groupe, afin de mieux comprendre l’ensemble des variables relationnelles qui lient les individus entre eux, tant de manière horizontale que verticale : par exemple, les liens familiaux, « féodo-vassaliques », de service, d’amitié, de parrainage, de voisinage ou de patronage religieux. En mettant l’accent sur les mobilités à différentes échelles (locale, à l’échelle du duché et des mondes normands médiévaux), nous souhaiterions également insister sur les trajectoires géographiques et sociales complexes des membres de ce groupe.

 

                                    Bastien Michel, CRAHAM UMR 6273

Stage d’initiation au tabellionage normand

Le premier Stage d’initiation au tabellionage normand médiéval et moderne aura lieu du  

lundi 16 au vendredi 20 novembre 2020

aux Archives départementales de Seine-Maritime

(42 Rue Henri II Plantagenêt, 76100 Rouen)

Les registres des tabellions (notaires de la France du Nord) restent peu utilisés malgré la publication des colloques dirigés par Mathieu Arnoux et Olivier Guyotjeannin (2011) et Jean-Louis Roch (2014), et les recherches récentes en histoire et en droit. Historiens et juristes médiévistes et modernistes, déjà initiés au tabellionage, regrettent que certaines difficultés structurelles et formelles des actes rédigés en français privent les chercheurs de cette source. Ce premier Stage d’initiation au tabellionage normand a pour but de fournir aux stagiaires les clés d’entrée en tabellionage et leur indiquer par des cas concrets la richesse des registres. 

Le stage aura lieu sur le site des Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM) en raison de l’importance du tabellionage de Rouen (1360-1687), mais l’initiation portera sur l’ensemble du tabellionage normand (Seine-Maritime, Calvados, Manche, Orne et Eure).

Il est fléché en direction des historiens et juristes (master, doctorat, chercheurs) travaillant sur les métiers, les familles, l’occupation des espaces urbains et ruraux, le bâti, les croyances, les relations entre Normands et Anglais sous la monarchie lancastrienne…

Différents thèmes seront abordés sous la forme de cours et d’ateliers : historique du tabellionage, présentation des registres, codicologie, le tabellion au travail, la « chaîne d’écritures » des tabellions, études de cas concrets, exercices en petits groupes, présentation des cinq fonds normands, comparaison avec les notaires de Paris, édition d’un acte de tabellionage…  

Le stage sera l’occasion pour les étudiants de découvrir le site des ADSM et sa riche documentation (bibliothèque, catalogues) accessible aux chercheurs.

Pour des raisons matérielles et en fonction du contexte sanitaire, nous sommes contraints de limiter à 20 le nombre des participants au Stage d’initiation au tabellionage. Les inscriptions se feront en fonction des sujets et de l’ordre d’arrivée des candidatures. Nous ouvrirons une liste d’attente au cas où nous recevrions l’autorisation de dépasser ce nombre.

Afin d’alléger les tâches d’organisation, nous vous serions reconnaissants de demander à vos étudiants en Master 1 ou 2 ou en thèse de se préinscrire (cf Formulaire d’inscription à demander à Madame L. Scordia) après avoir choisi leur sujet de mémoire et en tout cas, avant le 30 septembre. Ils recevront une réponse sitôt le dossier traité. Ils recevront avant le stage le programme définitif et les indications pratiques.

Les inscriptions sont à envoyer à : lydwine.scordia@univ-rouen.fr

Grâce aux ADSM et au GRHis (Groupe de recherche d’histoire, université de Rouen Normandie), les déjeuners des cinq journées du Stage d’initiation seront pris en charge, ainsi que la distribution d’un manuel sur Le Tabellionage normand. Cependant une participation forfaitaire de 20 € aux frais d’organisation sera demandée et à envoyer lors de la confirmation d’inscription.

Une attestation de présence sera délivrée en fin de stage et un exercice à faire tiendra lieu de rapport de stage (dans le cadre du Master : 40h/120h).

Vous pouvez également trouver des références utiles dans le dossier de la revue Tabularia consacré à la Richesse du tabellionage normand au Moyen Âge

(image : Tabellionage de la sénéchaussée d’Argences, Sainte-Paix, Saint-Gabriel, Caen, Archives du Calvados, 7E/5/1)

Deux publications récentes sur les vikings

Jóhanna Katrín Friðriksdóttir The Valkyrie. Women of the Viking World, Londres, Bloomsbury Publishing, 2020.

Extrait, p. 14 :

« Gender is a fundamental category that has structured human societies throughout history, but it is much more complex than a simple male/female binary. One of the factors that complicate gender identity, especially for women, is age. Women were (and are) perceived differently depending on whether they are unmarried or married, fertile or not, and becoming a widow could give women a new-found freedom and independence but also leave them unprotected. As both literary sources and burials show, old women were sometimes seen as dignified and worthy of respect, or witch-like. The Norse had sophisticated laws that provided married and widowed women with substantial scope and security, and the protections afforded to children suggest that they were seen as valuable members of society. On the other hand, adolescent girls seem to have had little ability to make their own decisions and they were often married off as suited their family. The book will follow the life cycle, addressing each of these phases in turn to uncover the complexity of a woman’s experiences and the shifting identities and roles she might have had.”

Christian Cooijmans, Monarchs and Hydrarchs: The Conceptual Development of Viking Activity across the Frankish Realm (c. 750–940), Londres et New York, Routledge, 2020.

Extrait, p. 9:

“All in all, by introducing and implementing an original methodological framework to reconsider regional viking movements around the Frankish realm, this study allows overarching patterns of said endeavour to be identified and interpreted, offering a beneficial, novel perspective on the logistical and strategic considerations that would have governed them. Likewise, due to its focus on a sizeable yet comparatively underrepresented portion of the wider viking world, it will amass and accommodate bodies of evidence that have hitherto often been divided across disciplinary, linguistic, and geopolitical lines. By pairing this respective source material and research methodology – and presenting them to a wider academic audience – this work aspires to open up future opportunities for comparative and critical study of this far- reaching Scandinavian presence across the European mainland.”

Aux Marges du monde normand (LEEDS 2020)

BORDERS AND THE NORMAN WORLD

New Frontiers in Norman Scholarship

Leeds International Medieval

Congress – 7th July 2020

 

Org. : Battle Conference on Anglo-Norman Studies, Haskins Society; University of St Andrews (Institute of Mediaeval studies)

 

 Throughout the eleventh and twelfth centuries the Normans – ‘that most unbridled People’ – spread across Europe and the Mediterranean as conquerors, settlers, cru­saders, and pilgrims. Borders, be they geographical, intellectual, diplomatic, legal, spiritual, or temporal, provide an especially arresting way of examining Norman activities and the lands in which they dwelt. It is the intention of this strand to consid­er these borders – creations, disruptions, and developments, and their roles, signifi­cance, and influence – to gain new-found insight into the Normans and their World.

 

 Session 539 – I. Borders within the Norman World – 09.00-10.30

Organiser: Callum Jamieson (University of Glasgow/St Andrews)

Chair: Dr Leonie Hicks (Canterbury Christ Church University)

Áron Kecskés (University of St Andrews/Università degli Studi di Siena) Lordships on the Frontier in Mainland Norman Italy

Callum Jamieson (University of Glasgow/St Andrews) The Legation of John of Crema: The Transgression of Episcopal Borders?

Prof. Stephen Church (University of East Anglia) Anjou and its neighbours, 1189-1204

 

 Session 639 – II. Crossing the borders of the Norman World – 11.15-12.45

Organiser: Dan Armstrong (University of St Andrews)

Chair: Dr Charlie Rozier (University of Durham)

Prof. David Bates (University of East Anglia) The Bayeux Tapestry and the Heartlands and Borders

Dan Armstrong (University of St Andrews) The Papacy, Lanfranc, and Ireland: The Core, the Semi- Periphery, and the Periphery

Maria Vezzoni (Università degli Studi di Torino) Alexander II and the Normans: The Borders of Universalis Ecclesia

 

 Session 739 – III. Legal borders, law and iura in the Norman World – 14.15-15.45

Organiser: David De Concilio (University of St Andrews/ Università degli Studi Roma Tre)

Chair: Dr. Emily Winkler (St Edmund Hall, University of Oxford)

Dr Marta Cerrito (Università degli studi di Palermo) Plurality of iura and peculiar contractual conditions in Sicily during the Norman period

David De Concilio (University of St Andrews/Università degli Studi Roma Tre) Breaking historiographical boundaries: The Anglo- Norman role in the development of the European legal culture

Ignazio Alessi (École des hautes études en Sciences Sociales Paris/Università degli studi di Palermo) Temporal and Spiritual power in Norman Sicily: An Unreal Border?

 

 Session 839 – IV. Spatial and temporal boundaries in Norman Sicily – 16.30-18.00

Organiser: Áron Kecskés (University of St Andrews/ Università degli Studi di Siena)

Chair: Dr Andrew Buck (University College Dublin)

John Aspinwall (University of Lancaster) The world of yesterday? Surveying the Norman conquests in 12th-century Sicily

Nicole Mölk (Universität Innsbruck) Island without Borders? – Historical and Archaeological evidence for Norman demarcation practices in Western Sicily: the case of Jāṭū and the Belice Valley

Dr Mark Hagger (University of Bangor) – Strand Respondent

Gens Normannorum – understanding Norman identity through material culture

Gens Normannorum – understanding Norman identity through material culture

Call for papers : EEA 2020, Budapest 26-30 August 2020.

Organisers : Michael Lewis, Alessandra Molinari, Viola Skiba

‘Norse-men’ in origin, the Normans are well known for their exploits abroad (outside France), conquering England, Sicily and parts of Italy, and establishing themselves elsewhere also. Likewise, their material culture is well known being diverse, seemingly embracing – even assimilating – with that of those whom they came into contact with. Henceforth the Normans in England display (on the surface at least) a different ‘cultural signal’ to those that settled in Italy or Sicily for example. So, what extent can we speak of a gens normannorum through the material culture of the Normans across the places in which they lived?    

We invite people to consider Norman identify through material culture in its widest sense, from the relationship of the objects they used to those of the cultures around them, to whether or not it is possible to associate material culture with the Normans specifically. This session is being proposed as part of thinking towards a British Museum exhibition on the Normans, and therefore it is hoped will bring to light new thoughts and ideas that can help interpret objects that might be presented for public display.

Contacts : MLewis@britishmuseum.org

                           Viola.Skiba@mannheim.de       

Silver and the Origins of the Viking Age

Projet ERC : Silver and the Origins of the Viking Age

Resp. : Jane Kershaw (principal investigator, Oxford), Stephen Merkel, Jani Oravisjärvi

L’objectif est de s’interroger où, quand et pourquoi l’ère viking a commencé, sous l’angle d’une étude interdisciplinaire de l’argent viking. Grâce à des analyses, en particulier isotopiques, sur plusieurs centaines d’artefacts, il s’agira de répondre à des questions telles que la provenance de l’argent obtenu par les vikings,  le moment où cet argent a atteint  la Scandinavie pour la première fois et les raisons qui poussèrent les vikings à l’acquérir.

Pour voir le détail du projet, de ses objectifs et ses méthodes :

https://sites.google.com/view/viking-silver/home

Parution de S. Coviaux La fin du monde viking

Présentation du livre et de l’auteur (4e de couverture)

Entre les VIIe et XIIe siècle, les mondes nordiques entrent dans l’histoire de l’Occident. Leurs populations, polythéistes, deviennent chrétiennes, alors même que, parallèlement, les raids vikings prennent pour cibles les monastères et les églises du continent européen. Phénomène massif s’inscrivant dans la longue durée, la christianisation affecte les croyances religieuses mais, plus encore, les représentations politiques et la structure des sociétés du nord de l’Europe, la place des femmes ou bien encore les modes onomastiques. Stéphane Coviaux montre que ces mutations profondes s’expliquent autant par les initiatives venues du sein même de la société viking que par l’organisation de missions en provenance du monde chrétien. En croisant la runologie, l’archéologie funéraire, la poésie des scaldes, les textes de lois, les sagas islandaises et l’architecture religieuse, l’auteur signe un ouvrage enlevé qui jette un regard aussi neuf qu’inattendu sur ces mondes méconnus.

Stéphane Coviaux est professeur d’histoire en classes préparatoires littéraires. Spécialiste des mondes nordiques, il consacre ses travaux à la christianisation du monde viking. Également diplômé en langues et civilisations scandinaves, et traducteur de textes en langue norroise, il a co-écrit une histoire du Moyen Âge en Occident (2019).

Entretiens avec l’auteur à écouter sur

Paroles d’histoire (11 décembre 2019)

https://parolesdhistoire.fr/index.php/2019/12/11/84-la-christianisation-du-monde-viking-avec-stephane-coviaux/

Storia Voce (18 décembre 2019)

https://www.youtube.com/watch?v=JZEczLGToJ8

NORECRIT – Aux sources de la Normandie. Pratiques de l’écrit dans la Normandie médiévale

Début du Contra Faustum Manicheum de saint Augustin copié par le moine du Mont Saint-Michel Gyraldus (Avranches, BM, 90, f. 1v)

Ce projet, retenu et financé par la région Normandie dans le cadre des appels à projet RIN (Réseaux d’intérêt normands) a démarré à l’automne 2018 pour une durée de trois ans. Porté par Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (CRAHAM, UMR 6273), il associe des membres du GrHis de Rouen (Elisabeth Lalou, Alexis Grélois) et du Pôle Document Numérique de la MRSH de l’université de Caen Normandie (Marie Bisson, Pierre-Yves Buard). Des institutions de conservation sont également partie prenante.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

NORECRIT allie plusieurs objectifs. Il s’agit à la fois de proposer une édition numérique de sources normandes variées et de reconstituer des patrimoines écrits en partie disparus, permettant ainsi de mieux comprendre les modalités de production et d’usage de l’écrit dans la Normandie médiévale. Cette étude de cas à l’échelle régionale a une dimension inédite par l’inclusion de sources de natures différentes (coutumiers, chartes, registres d’administration, textes littéraires, textes liturgiques, pièces de chant, bibliothèques et chartriers médiévaux et modernes) et la prise en compte simultanée de plusieurs types de foyers d’écriture (monastères, cathédrales, clercs locaux, autorités municipales et élites urbaines) avec une perspective comparatiste.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

  1. Écrit normatif et vitalité économique : les coutumiers des villes et des ports
  2. Le développement de l’administration par l’écrit dans l’Église du XIIIe siècle
  3. Archives et bibliothèques des abbayes normandes.

L’axe transversal, intitulé « Construire un laboratoire régional de sources anciennes », a pour objectif de créer un environnement d’édition numérique générique et modulaire pour le logiciel XML Mind XML Editor et une plateforme expérimentale de consultation des sources anciennes encodées en XML-TEI, à même de soutenir d’autres projets.

Un laboratoire de sources anciennes, depuis la structuration numérique des textes jusqu’à leur diffusion en ligne, permettra d’associer mise à disposition des sources et exploitation de leur contenu. Les liens (partage d’outils et de méthodes) entre équipes scientifiques et institutions patrimoniales contribueront à la valorisation des sources anciennes relatives à la Normandie.

Dans le cadre de ce projet, plusieurs contrats d’ingénieur en sources anciennes, rattachés au laboratoire du CRAHAM, ont été établis :

Emeline MANCEL travaille à l’édition en XML-TEI du registre des églises du diocèse de Rouen (pouillé), rédigé par trois archevêques entre 1236/1240 et 1278/1306. Il s’agit, d’une part, de segmenter le texte en fonction des ajouts des archevêques afin de pouvoir afficher le pouillé dans ses différents états successifs et, d’autre part, d’indexer les noms de personnes et de lieux présents dans le manuscrit afin de pouvoir constituer un aperçu du clergé normand au XIIIe siècle.

Barbara JACOB s’attache à la création de notices d’autorité « œuvres » pour l’indexation du corpus montois en vue de sa publication dans la collection Thecae (collection des Presses universitaires de Caen).

Stéphane LECOUTEUX travaille à l’enrichissement de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel par le catalogage de manuscrits dispersés dans différentes bibliothèques : Figeac, Vendôme, Paris, etc.

D’autres contrats débuteront dans le courant de l’année 2019, notamment pour l’édition critique et numérique des recueils de coutumes urbaines – au sens de règles de droit mais aussi de règles fiscales –, ou encore pour celle d’un manuscrit liturgique du Mont Saint-Michel.

Laurence JEAN-MARIE (CRAHAM)

Découverte à la cathédrale de Winchester

Une équipe d’archéologues et d’anthropologues de l’Université de Bristol a progressivement dévoilé leurs découvertes concernant plusieurs sépultures de la cathédrale de Winchester. De nouveaux indices révèlent que certains des ossements pourraient appartenir à la reine Emma de Normandie, épouse d’Æthelred II puis de Cnut le Grand, morte en 1052, ainsi qu’à d’autres membres de la famille royale anglo-saxonne.

Lire la suite sur Medievalists.net : http://www.medievalists.net/2019/05/new-research-on-bones-at-winchester-cathedral-points-to-anglo-saxon-queen/

Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux

Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux

Année 1 : Historiographies Organisateurs : Alain Dierkens, Alban Gautier, Odile Parsis-Barubé, Alexis Wilkin

Accueil à partir de 9h30 pour toutes les journées du cycle

Villeneuve d’Ascq, vendredi 23 janvier 2015 Université Lille 3, Bâtiment A, salle de séminaire de l’IRHiS

Alban Gautier (Université du Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer) – Présentation du séminaire

Jean-Michel Picard (University College, Dublin) – “De l’Occident vient la lumière” : Saint Colomban et l’Europe barbare. Historiographie du miracle irlandais

Barbara Yorke (University of Winchester) – The unHeroic Age? Anglo-Saxons and English identity, 16th-20th centuries

Pierre Bauduin (Université de Caen Basse-Normandie) – Lectures (dé)coloniales des vikings

Boulogne-sur-Mer, vendredi 27 mars 2015 Université du Littoral Côte d’Opale, Centre universitaire du Musée, Salle des Actes

Odile Parsis-Barubé (Université Charles-de-Gaulle Lille 3) – Présentation du programme “Les savoirs des barbares”

Leena Miekkavaara (National Library of Finland, Helsinki) – From Pytheas to Olaus Magnus. Early cartographic descriptions of the Nordic countries

Lars Bisgaard (Syddansk Universitet, Odense) – When drinking horns became Nordic

Stéphane Lebecq (Université Charles-de-Gaulle Lille-3) – Les invasions normandes dans le regard des historiens, une catastrophe ?

Bruxelles, vendredi 29 mai 2015 Université Libre de Bruxelles, la salle sera précisée ultérieurement

Alain Dierkens (Université Libre de Bruxelles) – “Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs”. Les origines de la frontière linguistique vues par les historiens, les anthropologues, les archéologues et les toponymistes dans la Belgique de la fin du XIXe siècle

Agnès Graceffa (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris) – Le Nord, lieu de la barbarie ou de la civilisation ? Retour sur les mythes historiographiques modernes

Ian Wood (University of Leeds) – The introduction of the Old North to the debate on the Fall of Rome

Créneau réservé aux doctorants Le thème sera précisé ultérieurement

Séminaire de l’École doctorale SHS Lille Nord de France avec le soutien de l’Institut universitaire de France, du réseau RIM-Nor et des laboratoires HLLI (ULCO), IRHiS (CNRS/Lille-3) et sociAMM (ULB)

Renseignements : Alban Gautier, alban.gautier@univ-littoral.fr

{source: http://rim-nor.hypotheses.org/414]